AccueilBiodiversité et paysage

Biodiversité et paysage

Revue « Projets de paysage » n°13

*  *  *

Publié le mercredi 25 mars 2015 par João Fernandes

Résumé

La biodiversité est une réalité complexe qui se situe à plusieurs niveaux : les gènes, les espèces, les habitats, les écosystèmes. Elle constitue à la fois un patrimoine « naturel » irremplaçable, une source de multiples services rendus à la société et un support direct ou indirect de multiples activités humaines, levier d’innovation et d’emplois. Sa conservation constitue l’un des grands enjeux actuels en matière d’environnement et de développement durable. Placé au croisement entre sciences et techniques, injonctions politiques et aspirations sociétales, cet appel à contributions vise un apport de connaissances nouvelles par des approches privilégiant les enquêtes de terrain, les observations aux multiples échelles, par le recours à l’expérimentation dans l’optique d’une utilisation pratique des résultats.

Annonce

Argumentaire

La biodiversité est une réalité complexe qui se situe à plusieurs niveaux : les gènes, les espèces, les habitats, les écosystèmes. Elle constitue à la fois un patrimoine « naturel » irremplaçable, une source de multiples services rendus à la société et un support direct ou indirect de multiples activités humaines, levier d’innovation et d’emplois. Sa conservation constitue l’un des grands enjeux actuels en matière d’environnement et de développement durable.

Depuis quelques années, de nombreux programmes et actions de recherche favorisent l'interdisciplinarité, les transversalités dans le domaine de la biodiversité, et permettent le rapprochement entre science, société et politique. Cette volonté est également affichée par l’État dans le cadre de la stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020. Une préoccupation majeure dans ces programmes de recherche concerne la transmission des connaissances et la manière dont elle est utilisée dans l’action politique. Si le transfert du concept de biodiversité de l’écologie dans l’aménagement du territoire met en valeur de nouvelles priorités avec la prise en compte croissante du rôle d’une biodiversité ordinaire et fonctionnelle fournissant des services dont l’homme pourrait être le bénéficiaire, il pointe aussi le problème de l’utilisation des savoirs naturalistes et de leur mobilisation dans les outils techniques et les procédures d’aménagement du territoire.

Placé au croisement entre sciences et techniques, injonctions politiques et aspirations sociétales, cet appel à contributions vise un apport de connaissances nouvelles par des approches privilégiant les enquêtes de terrain, les observations aux multiples échelles, par le recours à l’expérimentation dans l’optique d’une utilisation pratique des résultats. On s’attachera au transfert des connaissances produites dans une perspective d’utilisation par les concepteurs de projets et les gestionnaires. Les propositions devront concerner une ou plusieurs thématiques suivantes.

Axes thématiques

  • La biodiversité et sa prise en compte dans la conception et la mise en œuvre de projets paysagers

La question de la biodiversité dans l’aménagement des territoires amène à s'interroger sur la manière dont la diversité biologique a été pensée et intégrée dans les projets d'aménagement. Parallèlement, la prise en compte de la biodiversité contribue à l’évolution de la commande publique à l’origine du renouvellement des discours et des pratiques professionnelles des concepteurs de projets. L'évolution des pratiques professionnelles aux regards des enjeux relatifs à la biodiversité mérite donc une attention toute particulière, notamment celles des paysagistes dont la spécialité est de concevoir des espaces qui tiennent compte du vivant.

Comment les concepteurs ont-ils interprété et intégré les enjeux relatifs à la préservation du vivant dans les projets d’aménagement depuis la phase de conception des projets jusqu’à la conduite du vivant ? Quelles sont les différentes formes de diversité spécifique mobilisées mais aussi les motifs de composition utilisés et plus largement les formes de milieux écologiques qui ont été produites à travers les différentes réalisations paysagères ? Peut-on, à partir d’une approche géohistorique, discerner les évolutions en matière de prise en compte des palettes végétales dans la conception paysagiste ? Face aux injonctions politiques, assiste-on à un nouveau regard sur le vivant permettant d’appréhender la biodiversité comme une dynamique globale, incluant et interagissant avec la vie humaine ?

  • La biodiversité dans le processus de projet

Les critères écologiques de la commande publique poussent aujourd’hui le maître d’œuvre à aller plus loin dans ses connaissances sur le site, notamment en pratiquant de plus en plus une expertise complexe, à caractère normatif ou cognitif, qui exige des compétences multiples de scientifiques et de techniciens comme de concepteurs de projets. Par ailleurs, l’envie, voire la nécessité, de reformuler la commande publique l’incite aux rapprochements disciplinaires car il souhaite dépasser les clivages et avoir une vision plus transversale. Ces collaborations ont souvent une grande influence sur le processus de conception paysagiste.

Parallèlement, la notion de développement soutenable incite les différentes disciplines à se rapprocher entre elles, en particulier lorsqu’il s’agit d’aborder les enjeux environnementaux contemporains ainsi que la dimension territoriale et géopolitique de ces enjeux. Comment le dialogue entre les disciplines s’opère ? A-t-on une vision commune du projet ? Dans sa conception, de quelle(s) manière(s) le paradigme de l’espace sensible des affects et percepts peut-il s’hybrider aux concepts scientifiques et techniques ? Comment s’opère l’analyse des processus complexes liant les pratiques sociales et les transformations écologiques ? Comment les connaissances produites sont-elles articulées au processus de projet puis relayées aux différents acteurs de la biodiversité (associations, collectivités, entreprises, etc.).

  • La biodiversité et la définition d’un nouveau cadre de vie

Si la prise en compte de la biodiversité participe à la restauration d’un maillage écologique fonctionnel, elle permet aussi de reconquérir des espaces délaissés et d’effacer les séquelles visuelles d’un site un peu plus vite que la nature ne l’aurait fait d’elle-même. Aussi, un projet de paysage intégrant la biodiversité permet souvent la revalorisation de l’espace, une réappropriation du lieu et donc une amélioration de la perception et de l’image du territoire.

Dès lors que les enjeux liés à la biodiversité sont perçus et intégrés dans une démarche de projet, différentes approches permettant de soutenir la diversité du vivant peuvent être développées à l’échelle de territoires cohérents en mettant en œuvre des dispositifs et en mobilisant une diversité d’acteurs dans une démarche participative et partenariale. Mais, face aux stratégies de gestion normatives, comment sont prises en compte les aspirations sociales lorsqu’un site renaturé est ouvert au public ? Comment offrir un espace de détente en conformité avec les objectifs principaux de sauvegarde de la biodiversité ? Comment peut-on concilier la qualité de la réponse aux nombreux enjeux écologiques existants et la qualité du paysage créé, en termes d’esthétique et d’usages ? La biodiversité porte-elle une valeur facilement identifiable quand on sait que dans le domaine du paysagisme, les valeurs renvoient à des questions d’éthique ou d’esthétique et comportent une part de subjectivité ? Comment la notion de biodiversité entend-elle donner à la notion de paysage une place nouvelle afin que dans les projets les différents paysages soient mieux pris en compte ?

Yves Petit-Berghem

Planning et calibrage : quelques précisions

  • Un résumé de 1 500 signes maximum devra être envoyé dans un premier temps

le mercredi 20 mai 2015

au plus tard à Emmanuelle Passerieux-Gibert : emma.passerieux@editographie.com ;

  • une sélection sera faite à partir de ces résumés et la commande des textes aux auteurs sera envoyée le vendredi 29 mai 2015 ;
  • les textes devront impérativement être envoyés le vendredi 28 août 2015 au plus tard à Emmanuelle Passerieux-Gibert : emma.passerieux@editographie.com ;
  • calibrage impératif des textes : entre 20 000 et 40 000 signes, espaces, notes et bibliographies comprises. Les textes plus longs ne pourront être acceptés.
  • pour la présentation des textes et les consignes à suivre, veuillez consulter le site Internet de la revue à l’adresse suivante : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/conseils_aux_auteurs. 

Directeur de publication 

  • Vincent Piveteau

Comité de rédaction

  • Sabine Bouché-Pillon, écologue, maître de conférences à l'École nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois, membre de l'UMR 7324 Citeres (CNRS - université de Tours)
  • Serge Briffaud, histoirien, professeur à l'École nationale supérieure d'architecture et de paysage de Bordeaux, responsable scientifique du Centre de recherche sur l'histoire et la culture du paysage (Cepage-Adess-UMR 5185 CNRS/Université de Bordeaux III)
  • Bernard Davasse, géographe, maître-assistant à l'École nationale supérieure d'architecture et de paysage de Bordeaux, membre du Cepage-Adess-UMR 5185 CNRS/Université de Bordeaux III
  • Hervé Davodeau, géographe, enseignant-chercheur, maître de conférences, à Agrocampus Ouest centre d'Angers
  • Sabine Ehrmann, artiste, docteur en esthétique, enseignante à l'École nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille (ENSAPL) et à l'École supérieure d'art des jardins (ESAJ), chercheuse du laboratoire Conception Territoire Histoire (LACTH)
  • Catherine Grout, docteur en histoire de l'art et en esthétique, professeur en esthétique, HDR, École nationale supérieure d'architecture et de paysage de Lille, chercheur au LACTH
  • Fabienne Joliet, géographe, maître de conférences à l'Institut national de l'horticulture et du paysage à Angers (Agrocampus-Ouest)
  • Yves Petit-Berghem, professeur au département d'écologie, École nationale supérieure de paysage de Versailles-Marseille
  • Sylvie Servain, géographe, maître de conférences à l'École nationale supérieure de la nature et du paysage, membre de l'UMR 7324 CITERES (CNRS-université de Tours)
  • Monique Toublanc, sociologue, ingénieur paysagiste, maître de conférences à l'École nationale supérieure de paysage de Versailles-Marseille

Comité scientifique

  • Sylvie Brosseau, architecte-chercheur, université Waseda à Tōkyō
  • Béatrice Collignon, géorgraphe, professeure à l'université de Bordeaux 3
  • Gérald Domon, géographe, école d'architecture de paysage, université de Montréal
  • Georges Farhat, architecte, historien des jardins et du paysage, Associate Professor, université de Toronto et membre fondateur du Laboratoire de l'école d'architecture de Versailles (Léav)
  • Viviana Ferrario, architecte, enseignante-chercheuse à l'université IUAV de Venise
  • Josefina Gómez Mendoza, professeur émérite de géographie à l'université autonome de Madrid
  • André Guillerme, professeur d'histoire des techniques au Conservatoire national des arts et métiers à Paris
  • Laurent Matthey, géographe, professeur assistant, département de géographie et environnement de l'université de Genève
  • Yves Michelin, géographe et agronome, professeur à VetAgroSup
  • Louis-Michel Nourry, professeur d'histoire (art des jardins - paysage) et directeur du département recherche à l'École d'achitecture de Bretagne
  • Philippe Poullaouec-Gonidec, architecte, paysagiste et plasticien, directeur de la chaire Unesco en paysage et environnement (Cupeum) et de la chaire paysage et environnement (Cpeum), professeur à l'École d'architecture de paysage de l'université de Montréal (Canada)
  • Sylvie Salles, architecte et urbaniste, Ensa Paris-Val de Seine
  • Anne Sgard, géographe, université de Génève

Dates

  • mercredi 20 mai 2015

Mots-clés

  • paysage, biodiversité, géographie, projets de pasyage, processus de projet, cadre de vie

Contacts

  • Emmanuelle Passerieux-Gibert
    courriel : emma [dot] passerieux [at] editographie [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Emmanuelle Passerieux-Gibert
    courriel : emma [dot] passerieux [at] editographie [dot] com

Pour citer cette annonce

« Biodiversité et paysage », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 25 mars 2015, http://calenda.org/323055