AccueilÉditorialisation et nouvelles formes de publication

Éditorialisation et nouvelles formes de publication

Editorialisation and new forms of publication

*  *  *

Publié le lundi 30 mars 2015 par Céline Guilleux

Résumé

L'édition numérique est devenue un atout majeur pour la recherche scientifique, à laquelle elle lance cependant de nouveaux défis. Le numérique est en effet en train de remodeler l'ensemble du processus de production du savoir, de validation des contenus et de diffusion des connaissances. Aussi, il est plus pertinent de parler désormais d'éditorialisation pour désigner ce nouveau processus qui fait interagir des contenus (ou des ressources), un environnement technique (le réseau, les serveurs, les plateformes, les CMS, les algorithmes des moteurs de recherche), des structures et formats (l'hypertexte, le multimédia, les métadonnées), et enfin des pratiques (l'annotation, les commentaires, les recommandations via réseaux sociaux). Afin de réfléchir aux enjeux de la production et de la circulation des savoirs à l’ère numérique, les journées d'étude « Éditorialisation et nouvelles formes de publication » rassembleront une quinzaine de chercheurs qui se distinguent par leur pensée et/ou leur pratique originale de l'édition numérique dans le domaine des sciences humaines et sociales.

Annonce

Argumentaire

L’édition numérique est devenue un atout majeur pour la recherche scientifique, à laquelle elle lance cependant de nouveaux défis. Le numérique est en effet en train de remodeler l’ensemble du processus de production du savoir, de validation des contenus et de diffusion des connaissances. Aussi, il est plus pertinent de parler désormais d’éditorialisation pour désigner ce nouveau processus qui fait interagir des contenus (ou des ressources), un environnement technique (le réseau, les serveurs, les plateformes, les CMS, les algorithmes des moteurs de recherche), des structures et formats (l’hypertexte, le multimédia, les métadonnées), et enfin des pratiques (l’annotation, les commentaires, les recommandations via réseaux sociaux). La double journée d’étude “Éditorialisation et nouvelles formes de publication” a l’ambition de poser et de penser ces questions en rassemblant une quinzaine de chercheurs qui se distinguent par leur pensée et/ou leur pratique originale de l’édition numérique dans le domaine des sciences humaines et sociales. Encourageant un dialogue entre théories et pratiques de l’éditorialisation, ces journées d’étude visent un double objectif :

  1. Au niveau des pratiques : dresser un état des lieux des expériences existantes en inventoriant les points forts et les points faibles des outils et des plateformes ; discuter de possibles stratégies de développement.
  2. Au niveau théorique : cerner l’impact du numérique sur le processus de production et circulation de savoir : quels nouveaux modèles de lecture / écriture ? Quels dispositifs de validation des contenus, quels rapports entre chercheurs et communautés scientifiques

Nous organiserons notre réflexion autour des quatre aspects suivants :

Nouvelles formes de circulation de la connaissance

Le livre a été, pendant plusieurs siècles, le principal support de diffusion des contenus savants. Le numérique se présente comme un nouvel environnement-support qui reconfigure la façon dont la recherche est produite, est mise en forme et circule dans les communautés scientifiques. Ce panel entend faire le point sur des expériences de diffusion numérique des contenus savants comme Érudit, Revues.org, OpenEdition et « Parcours numériques », en analysant la structure théorique et technique des plateformes et en relevant les enjeux conceptuels et pratiques.

Diffusion, visibilité et accès libre

Le numérique permet de multiplier la visibilité des contenus, notamment grâce à des politiques de diffusion en accès libre. Faute des principales sources de revenu sur lesquelles l’édition scientifique s’est appuyée tout au long du XXe siècle, il devient nécessaire de penser de nouveaux modèles économiques afin d’assurer la viabilité des instances éditoriales. Quel rôle les institutions (universités, bibliothèques, presses universitaires, organismes de financement) doivent-elle jouer désormais ? Comment le numérique reconfigure-t-il les dispositifs institutionnels de l’édition ?

Validation et légitimation des contenus

La multiplication des sources et l’intégration de contenus non-savants dans les pratiques de recherche ont autorisé une plus grande fluidité dans la circulation des idées et, potentiellement, une plus grande créativité. Cet élargissement des sources a par exemple ouvert de nouvelles opportunités pour l’élaboration d’hypothèses de recherche. Cependant, il convient de se demander si ces ressources non-savantes permettent de maintenir le niveau qualitatif requis par la communauté scientifique et si de nouvelles stratégies de validation ont été adoptées par les chercheurs pour certifier ces sources. Dans la masse des contenus publiés sur le web, comment s’établit aujourd’hui l’autorité en ligne ?

Passage au numérique et recontextualisation

Nombre de contenus conçus pour des supports tels que le papier, la radio, la télévision, se trouvent aujourd’hui à circuler dans l’environnement numérique. Lors de cette recontextualisation, leur sens et leurs conditions de réception sont bouleversées. En même temps, le numérique offre de nouvelles possibilités d’exploitation de contenus (en termes de recherche, classement, analyse, visualisation) encore impensables auparavant. Quels types de mutations appelle la publication ou la republication numérique de documents initialement pensés pour d’autres supports ? Quels sont les enjeux culturels, sociaux et politiques liés à ce passage ?

Direction

  • Marcello Vitali-Rosati,
  • Michael E. Sinatra
  • Benoît Melançon

Programme

L'accueil des participants aura lieu à 8h30 pour chacune des deux journées

Mardi 21 avril

9h00 - 9h20 : Marcello Vitali-Rosati, Michael E. Sinatra, Benoît Mélançon – Introduction

Premier panel : « Nouvelles formes de circulation de la connaissance »

Modérateur - Benoît Melançon (Université de Montréal)

Le livre a été, pendant plusieurs siècles, le principal support de diffusion des contenus savants. Le numérique se présente comme un nouvel environnement-support qui reconfigure la façon dont la recherche est produite, est mise en forme et circule dans les communautés scientifiques. Ce panel entend faire le point sur des expériences de diffusion numérique des contenus savants comme Érudit, Revues.org, OpenEdition et « Parcours numériques », en analysant la structure théorique et technique des plateformes et en relevant les enjeux conceptuels et pratiques.

  • 9h20 – 10h : Gérard Wormser (MSH Paris-Nord), « L’éditorialisation et la réplication. Vers une dialectique de l’information »
  • 10h – 10h40 : Geoffrey Rockwell (University of Alberta), « Publishing Tools »

Pause

  • 11h – 11h40 : André Gaudreault / Nicolas Dulac (Université de Montréal), « Le projet de partenariat TECHNÈS : pour une nouvelle histoire technologique du cinéma »
  • 11h40 – 12h20 : Paul Bertrand (Université catholique de Louvain), « Édition (critique) numérique : enjeux et mise en pratique. Autour de Centre de ressources numériques TELMA »

Dîner

Deuxième panel : « Diffusion, visibilité et accès libre »

Modérateur : Jean-Claude Guédon (Université de Montréal)

Le numérique permet de multiplier la visibilité des contenus, notamment grâce à des politiques de diffusion en accès libre. Faute des principales sources de revenu sur lesquelles l’édition scientifique s’est appuyée tout au long du XXe siècle, il devient nécessaire de penser de nouveaux modèles économiques afin d’assurer la viabilité des instances éditoriales. Quel rôle les institutions (universités, bibliothèques, presses universitaires, organismes de financement) doivent-elles jouer désormais ? Comment le numérique reconfigure-t-il les dispositifs institutionnels de l’édition ?

  • 14h – 14h40 : Jérôme Valluy (Université Paris I), « Comment assurer indépendance et développement des éditions en accès libre ? »
  • 14h40 – 15h20 : Dominique Bérubé (Érudit-Université de Montréal), «Érudit comme infrastructure pour la diffusion en libre accès et au soutien de la recherche »

Pause

  • 16h – 16h40 : Diane Sauvé (Université de Montréal – Direction des bibliothèques), « Les bibliothèques de recherche : partenaires dans l’aventure »
  • 16h40 – 17h20 : Pierre Mounier (EHESS – OpenEdition), « Du livre au carnet de recherche, et retour : phénomènes d’hybridation entre édition et web social »

Mercredi 22 avril

8h30 : Accueil des participants

Troisième panel : « Passage au numérique et recontextualisation »

Modérateur : Michael E. Sinatra (Université de Montréal)

Nombre de contenus conçus pour des supports tels que le papier, la radio, la télévision, se trouvent aujourd’hui à circuler dans l’environnement numérique. Lors de cette recontextualisation, leur sens et leurs conditions de réception sont bouleversés. En même temps, le numérique offre de nouvelles possibilités d’exploitation de contenus (en termes de recherche, classement, analyse, visualisation) encore impensables auparavant. Quels types de mutations appelle la publication ou la republication numérique de documents initialement pensés pour d’autres supports ? Quels sont les enjeux culturels, sociaux et politiques liés à ce passage ?

  • 9h – 9h40 : Xavier Lemarchand (Institut Nation. A), « La diffusion en ligne des documents audiovisuels à l’INA : nouvelles pratiques de l’archive »
  • 9h40 – 10h20 : Matteo Treleani (Université de Luxembourg), « La médiation numérique de la mémoire »

Pause

  • 10h50 – 11h30 : René Audet (Université Laval), « Brouillon, publication, archive : circulation et effacement du statut des documents de recherche numériques en SSHAL »
  • 11h30 – 12h10 : Stefan Sinclair (Université McGill), « D’une pierre deux coups: Vers une intégration des plateformes de diffusion et d’analyse dans Voyant Tools »

Dîner

Quatrième panel : « Validation et légitimation des contenus »

Modérateur : Marcello Vitali-Rosati (Université de Montréal)

La multiplication des sources et l’intégration de contenus non-savants dans les pratiques de recherche ont autorisé une plus grande fluidité dans la circulation des idées et, potentiellement, une plus grande créativité. Cet élargissement des sources a par exemple offert de nouvelles occasions pour l’élaboration d’hypothèses de recherche. Cependant, il convient de se demander si ces ressources non-savantes permettent de maintenir le niveau qualitatif requis par la communauté scientifique et si de nouvelles stratégies de validation ont été adoptées par les chercheurs pour certifier ces sources. Dans la masse des contenus publiés sur le web, comment s’établit aujourd’hui l’autorité en ligne ?

  • 14h – 14h40 : Louise Merzeau (Université Paris X), « Autorité pervasive. Vers des logiques de certification environnementales »
  • 14h40 – 15h20 : Vincent Larivière (Université de Montréal), « Pratiques alternatives de l’évaluation par les pairs »

Pause

  • 15h40 – 16h20 : Susan Brown (University of Alberta – University of Guelph), « Le CSÉC et le CWRC-Writer : de la lecture à l’écriture savante en ligne »
  • 16h20 – 17h : Nicolas Sauret (IRI), « Éditorialisation et validation »
  • 17h30 – 18h30 : Débat animé par Marcello Vitali-Rosati 

Entrée libre, ouvert à tous

Évènement organisé par Marcello Vitali-Rosati, Michael E. Sinatra et Benoît Melançon avec le soutien du CRIHN (Centre de recherche interuniversitaire sur les humanités numériques) et de l'Université de Montréal.

Réalisé grâce au soutien financier du gouvernement du Canada, via une subvention du programme Connexion du CRSH.

Les organisateurs remercient également leurs autres partenaires : Sens public, Érudit, le CITÉ et les Presses de l'Université de Montréal.

Lieux

  • Université de Montréal, local C-2059 du Pavillon Lionel-Groulx - 3150, rue Jean-Brillant
    Montréal, Canada (QC H3T 1N8)

Dates

  • mardi 21 avril 2015
  • mercredi 22 avril 2015

Mots-clés

  • éditorialisation, recherche, publication, édition savante

Contacts

  • Marcello Vitali-Rosati
    courriel : marcello [dot] vitali [dot] rosati [at] umontreal [dot] ca

Source de l'information

  • Fabrice Marcoux
    courriel : fabrice [dot] marcoux [at] umontreal [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Éditorialisation et nouvelles formes de publication », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 30 mars 2015, http://calenda.org/323279