AccueilSciences humaines et sociales en santé publique

*  *  *

Publié le mercredi 22 avril 2015 par Elsa Zotian

Résumé

Chaque édition du séminaire s’articulera autour d’un objet d’étude spécifique à l’interdisciplinarité en sciences humaines et sociales ainsi qu’en santé publique : sujet, création, narration et santé publique ; mémoires, transitions, pouvoir(s) en santé publique ; savoirs, théorisation, transmission en santé ; recherche, formation et promotion de la santé. Ces thématiques permettront d’étudier le développement des aptitudes individuelles et sociales, le développement des communautés, la création d’environnements favorables, l’adoption de politiques locales favorables à la santé et à la réduction des inégalités sociales, l’organisation de services, l’éducation, ou l’intervention préventive. Au carrefour des recherches pluridisciplinaires, ce séminaire aura pour vocation de constituer un lieu d’échange essentiel entre recherche et pratique, théorie et expérimentation. L’application des principes de transdisciplinarité et d’intersectorialité au sein des actions et des politiques de santé publique d’aujourd’hui et de demain sera donc au coeur de la réflexion du séminaire « Sciences humaines et sociales en santé publique ».

Annonce

Présentation

Le séminaire de recherche Sciences Humaines et Sociales en Santé Publique a pour but de mobiliser les savoirs interdisciplinaires produits par les étudiants, doctorants, docteurs et jeunes chercheurs autour de thématiques en rapport avec le secteur de la Santé Publique. Il est organisé par le laboratoire interdisciplinaire « Récits, Cultures et Sociétés » de l'Université Nice-Sophia Antipolis et le Département de Santé Publique du Centre Hospitalier Universitaire de Nice.

Chaque édition du séminaire s’articulera autour d’un objet d’étude spécifique à l’interdisciplinarité en Sciences Humaines et Sociales ainsi qu’en Santé Publique : sujet, création, narration et Santé Publique ; mémoires, transitions, pouvoir(s) en Santé Publique ; savoirs, théorisation, transmission en Santé ; recherche, formation et promotion de la Santé.

Ces thématiques permettront d’étudier le développement des aptitudes individuelles et sociales, le développement des communautés, la création d’environnements favorables, l’adoption de politiques locales favorables à la santé et à la réduction des inégalités sociales, l’organisation de services, l’éducation, ou l’intervention préventive. Au carrefour des recherches pluridisciplinaires, ce séminaire aura pour vocation de constituer un lieu d’échange essentiel entre recherche et pratique, théorie et expérimentation.

L’application des principes de transdisciplinarité et d’intersectorialité au sein des actions et des politiques de Santé Publique d’aujourd’hui et de demain sera donc au coeur de la réflexion du séminaire Sciences Humaines et Sociales en Santé Publique.

Coordination scientifique

  • Mélina Panagos, doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication, Laboratoire Interdisciplinaire Récits, Cultures et Sociétés de l'Université Nice-Sophia Antipolis
  • Marie-Joseph Bertini, Professeur en Sciences de l'Information et de la Communication, Laboratoire Interdisciplinaire Récits, Cultures et Sociétés de l'Université Nice-Sophia Antipolis
  • Christian Pradier, Professeur en Santé Publique, Département de Santé Publique du Centre Hospitalier Universitaire de Nice

Programme

Mardi 19 mai 2015 de 10h à 11h30

Auditorium de la Bibliothèque Municipale Louis Nucéra

Mobiliser une approche pluridisciplinaire pour accompagner un projet de bien-être en ville

  • Sébastien Passel, Doctorant, Laboratoire ESPACE, Géographie, Université Nice-Sophia Antipolis

Le projet « MOUV », pour « Marche Optimale dans l’Urbain Vert », est établi dans l’objectif de répondre à une nécessité d’équité territoriale et de « vivre ensemble », en tenant compte des interactions symboliques et matérielles générées par la ville. La mise en avant d’un principe de participation citoyenne, favorisant la connaissance partagée du territoire à partir des visions multiples de ses acteurs (société civile, chercheurs, experts…) nécessite l’élaboration d’un projet collectif plaçant les acteurs au cœur de l’évolution de leur espace vécu. La finalité du projet « MOUV » est donc d’inscrire la mobilité quotidienne (par les pratiques de marche urbaine) en tant qu’élément fondateur d’une construction territoriale commune, génératrice de bien-être pour les citadins, ce qui nous renvoie inéluctablement à un projet relatif aux mécanismes sociocognitifs qui se transcrivent au sein des espaces publics. 

Actuellement Doctorant en Géographie et Aménagement du territoire au sein de l'UMR ESPACE de Nice, Sébastien Passel mène une recherche sur les rapports systémiques entre environnements spatiaux et environnements sociaux en contexte urbain, révélant les perceptions et pratiques citadines générées par les différentes configurations des lieux de la quotidienneté. Le projet « MOUV » est porté dans le cadre de sa recherche doctorale.

Jeudi 26 novembre 2015 de 15h à 17h

L’empowerment des usagers en santé mentale : un defi politico-mediatique

Aujourd’hui, la personne vivant avec des troubles psychiques n’aspire plus uniquement à être dans la Cité. Elle revendique le droit à un dire et à un faire reposant sur son expertise expérientielle, issue de sa rencontre effective avec le trouble psychique. Refusant son statut de patient passif trouvant racine dans les vestiges d’une psychiatrie « top-down » et hospitalo-centrée, elle affirme la légitimité de son savoir, la requalification de sa parole et la singularité de sa souffrance. Porteurs de ses revendications, les associations d’usagers et dans une moindre mesure les GEMs (Groupes d’Entraide Mutuelle) cherchent à orienter les décisions politiques, ainsi qu’à participer au processus d’élaboration et de mise en œuvre des politiques publiques de Santé mentale. Bousculant pensées et pratiques, ceux-ci sont alors confrontés à des résistances politiques et institutionnelles qu’ils cherchent à lever en s’appuyant notamment sur un allié plutôt improbable, le journaliste. L’empowerment des usagers en Santé mentale s’apparente à une révolution mobilisatrice de l’ensemble du corps social qui ne pourra s’opérer que si la lutte contre la stigmatisation trouve-là des solutions efficaces.

  • Aude Caria, directrice du Psycom-PARIS (organisme public d’information, de formation et de lutte contre la stigmatisation en santé mentale)
  • Virginia Gratien, doctorante en sciences de l’information et de la communication, LIRCES, Université Nice-Sophia Antipolis

Aude Caria dirige depuis 12 ans le Psycom, un organisme public d'information, de formation et de lutte contre la stigmatisation en santé mentale. Ses documents, ses outils et ses actions sont développés et mises en œuvre selon une démarche participative impliquant usagers, proches et professionnels. Psychologue clinicienne, formée en épidémiologie et santé publique, elle a co-dirigée la recherche-action internationale "Santé mentale en population générale : images et réalités" menée par le Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé.

Virginia Gratien mène au sein de l’Université Nice Sophia-Antipolis et du laboratoire LIRCES une recherche-action visant à lutter contre la stigmatisation des personnes souffrant d’un trouble psychique. Sa thèse de Doctorat, placée sous la direction du Professeur Marie-Joseph Bertini, est consacrée à l’analyse comparée de la médiatisation du discours politique sur la Santé mentale en France et en Angleterre. Virginia Gratien est diplômée du CELSA-Paris IV Sorbonne (l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l’Information et de la Communication) en Communication politique et des institutions publiques.

Inscription gratuite obligatoire (nombre de places limité) : espace-sante-publique@chu-nice.fr

Lieu : Amphithéâtre de la Maison des Sciences de l'Homme et de la Société, Campus de St-Jean d’Angely, 24, Avenue des Diables Bleus, Nice Est

Contact : mpanagos@unice.fr

Jeudi 12 mai prochain

14h30 à 16h30

L'enquête Santé Mentale en population générale : un abord global de la stigmatisation en Santé Mentale "

Par le Docteur Jean-Luc ROELANDT, psychiatre, Équipe ECEVE inserm UMR 1123, directeur du Centre Collaborateur de l'Organisation Mondiale de la Santé pour la recherche et la formation en santé mentale, EPSM Lille Métropole.

Resumé: À partir d'une enquête internationale en population générale seront abordés les aspects sociologiques,anthropologiques et épistémologiques des représentations sociales du "fou", du "malade mental " et du "dépressif". Par la suite, à partir de diverses illustrations des théories portant sur la stigmatisation seront présentées différentes pistes d'avenir concernant les programmes de lutte contre les stigmatisations et discriminations en santé mentale.

Lieu : Amphithéâtre de la Maison des Sciences de l'Homme et de la Société, Campus de St-Jean d’Angely, 24, Avenue des Diables Bleus, Nice Est

Inscription

gratuite obligatoire (nombre de places limité) : espace-sante-publique@chu-nice.fr

Lieux

  • Auditorium | Amphithéâtre - Bibliothèque Municipale Louis Nucéra 2, place Yves Klein | Maison des Sciences de l'Homme et de la Société, Campus de St-Jean d’Angely, 24, Avenue des Diables Bleus
    Nice, France (06300)

Dates

  • mardi 19 mai 2015
  • jeudi 12 mai 2016
  • jeudi 26 novembre 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • santé, santé publique, interdisciplinarité, pluridisciplinarité, transdisciplinarité, intersectorialité, sujet, création, narration, mémoires, transitions, pouvoir

Contacts

  • Mélina Panagos
    courriel : mpanagos [at] unice [dot] fr

Source de l'information

  • Mélina Panagos
    courriel : mpanagos [at] unice [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Sciences humaines et sociales en santé publique », Séminaire, Calenda, Publié le mercredi 22 avril 2015, http://calenda.org/324111