AccueilLa scène de la rencontre

*  *  *

Publié le mardi 14 avril 2015 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque portera sur des scènes de rencontres interculturelles de l’Antiquité au XXe siècle. Dans des situations variées (situation coloniale, situation de dialogue ou de conflit interculturel), il s’agira de mettre en évidence les modalités de « la construction d’un espace relationnel » et le type d’espace construit (espace de liberté, de domination, de négociation, d’adaptation, d’inventivité…), les contraintes qui sont en jeu, les nouveautés qui sont produites par cette rencontre, les bénéfices ou les difficultés qu’en retirent les acteurs. On s’intéressera à l’identification des acteurs, aux masques, en cherchant toujours à être attentifs au contexte politique, économique, démographique précis, et aux stéréotypes qui « hantent » la rencontre.

Annonce

Argumentaire

Les historiens se sont beaucoup intéressés aux effets de la globalisation[1], à ses origines recherchées en écrivant l’histoire à rebours, au rapport centre-périphérie dont la dynamique est parfois renversée[2], ou remise en cause par l’idée de polycentrisme[3]. Nous voudrions porter notre attention sur la scène de la rencontre interculturelle de l’antiquité au XXe siècle.

Par « rencontre » nous excluons les mises en scène imaginaires dont était friande la littérature des Lumières. Nous nous centrerons sur des rencontres concrètes, sur la mise en présence de plusieurs acteurs, pour la première fois (même s’il s’agit de la réédition de rencontres similaires, elle doit être pensée comme telle)[4]. Les acteurs pris en considération seront issus de « mondes » différents. On écartera la rencontre qui mettrait simplement en présence des  individus de conditions sociales différentes mais issus d’un même pays. Malgré toute la difficulté qu’il y a à définir des cultures « nationales » et « étrangères » avant l’Etat-nation, et en récusant toute essentialisation des cultures, c’est bien de cela qu’il s’agit : la rencontre avec des acteurs venus d’ailleurs. Par scène, nous entendons le lieu géographique de la rencontre et la mise en scène qui l’entoure.

Il ne s’agit pas de proposer une périodisation, ni de s’inscrire dans l’histoire d’une prétendue connectivité croissante des hommes, mais, dans des contextes chaque fois situés, de mettre en évidence des mécanismes, les modalités de « la construction d’un espace relationnel »[5] et le type d’espace construit (espace de liberté, de domination, de négociation, d’adaptation, d’inventivité…), les contraintes qui sont en jeu, les nouveautés qui sont produites par cette rencontre, les bénéfices ou les difficultés qu’en retirent les acteurs.

La situation coloniale sera prise en compte, mais aussi toute situation de dialogue, ou de conflit interculturel, en portant une attention particulière aux rapports sociaux de classes et de genre. On s’intéressera à l’identification des acteurs, aux masques, en cherchant toujours à être attentifs au contexte politique, économique, démographique précis, et aux stéréotypes qui « hantent » la rencontre[6].

Les relations de pouvoir seront au cœur de l’analyse de ces situations asymétriques, mais pas systématiquement dans le schéma dominants/dominés. Les rencontres peuvent être triangulaires, associer des membres de cultures différentes dans une commune opposition au pouvoir (local ou central), associer des acteurs dans une communauté d’intérêt (ex. les associations d’étrangers en Grèce pour accéder à la propriété) ou de curiosité (ex. de scientifiques ou d’intellectuels). On prendra donc en compte la situation dans laquelle se trouvent les agents : situation professionnelle, familiale, de loisirs, pour une rencontre qui peut être scientifique, politique, économique, sexuelle, dans un contexte d’occupation, de guerre, de voyage, ou de commerce.

[1] Frederik Cooper, « Le concept de mondialisation sert-il à quelque chose ? Un point de vue d’un historien », Critique internationale n°10, janvier 2001, p. 101-124.

[2] Suzanne Desan, Lynn Hunt, William Max Nelson (dir.), The French Revolution in Global Perspective, Cornell Univ. Press, 2013.

[3] Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Luis Ibañez, Gaetano Sabatini, Polycentric Monarchies: how did early modern Spain and Portugal achieve and maintain a global hegemony, Sussex Academic Press, 2012.

[4] Jocelyne Dakhlia, « 1830, une rencontre ? », in Abderrahmane Bouchène, Jean- Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour, Sylvie Thénault, Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Paris, La Découverte, et Alger, Barzakh Editions, 2012, p. 142-149.

[5] Jean-Paul Zuniga, « L’histoire impériale à l’heure de l’« histoire globale ». Une perspective atlantique »,  RHMC 2007/5, p. 54-68.

[6] Romain Bertrand, L’histoire à parts égales, Paris, Seuil, 2011. 

Comité scientifique

Romain Bertrand (Sciences Po Paris), Damien Carraz (UBP), Paul Cheney (University of Chicago), Pierre Cornu (Lyon 2), Jocelyne Dakhlia (EHESS, Paris), Caroline Douki (Paris 8), Anne Dubet (UBP), Lynn Hunt (UCLA), Laurent Lamoine (UBP), Jean-Philippe Luis (UBP), Matthias Middell (Universität Leipzig), Blaise Pichon (UBP), José Javier Ruíz Ibáñez (Université de Murcie), Julien Zurbach (ENS Paris) 

Organisation

Jean-Philippe Luis, Stéphanie Maillot, Nathalie Ponsard, Karine Rance 

Programme

Mardi 28 avril 

9h accueil des participants

9h20 Philippe Bourdin (CHEC, UBP) : Mot d’accueil du Directeur du CHEC

9H30 Karine Rance (CHEC, UBP) : Introduction 

I Espaces relationnels et jeux d’échelles

Modérateur : Jean-Philippe Luis (CHEC, UBP)

  • 9h45 : Pierre Schneider (Maison d’Orient et de la Méditerranée- Lyon, Université d’Arras) : Les scènes de la rencontre : Méditerranéens et peuples de la Mer Rouge antique, d’Alexandre à Justinien.
  • 10H10 : Paul Cheney (Université de Chicago) : La persistance de l'Ancien Régime à Haïti : mode de production et idéologie nationaliste

10h35 Discussion

10h50 Pause 

Modératrice : Natividad Planas (CHEC, UBP)

  • 11h10 : Manuel Lomas Cortés (Université de Valence, Département d'histoire moderne) : Les galères comme espace de frontière culturelle : amitiés, collaborations et conflits entre rameurs des galères espagnoles (XVI-XVIIe siècles)
  • 11h35 Caroline Douki (Université Paris 8, UMR IDHES) : La rencontre en espace confiné ? Relations et conflictualités entre migrants méditerranéens sur les navires transatlantiques au début du XXe siècle

12h Discussion 

II Mise en récits

Modérateur : Julien Zurbach (ENS)

  • 14h15 : Maria Teresa Schettino (Université de Haute alsace (Mulhouse Colmar), ARCHIMEDE, (Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de l'Europe) : L’espace de la négociation : la mise en scène d’un piège (Plutarque, « Vie de Crassus » 30-31)
  • 14h40 : Blaise Pichon (CHEC, UBP) : La rencontre des Romains et des étrangers à l’Empire dans l’Occident romain
  • 15h05 Christine Gadrat-Ouerfelli (LA3M – Aix-Marseille Université) : La rencontre avec les peuples de l’océan Indien au Moyen Âge

15h30 Discussion

15h45 Pause 

Modérateur : Damien Carraz (CHEC, UBP)

  • 16h05 Daniel König (Université de Heidelberg) : Rencontres arabo-latines. Essai de typologie et de contextualisation sociale
  • 16h30 Abbès Zouache (Institut Français d’Archéologie orientale le Caire) et Chercheur au sein du Centre interuniversitaire d'histoire et d'archéologie médiévales (UMR 5648, Université Lumière Lyon 2-CNRS-EHESS.) : Les croisades. Mémoires d'une rencontre
  • 16h55 Benjamin Weber (Laboratoire FRAMESPA (UMR 5136) Les lieux de contacts entre Occidentaux et Éthiopie au Moyen Âge : des espaces de rencontre ?

17h20 Discussion 

Mercredi 29 avril 

III Statuts, pensée et pratique de la différence 

Modérateur : Laurent Lamoine (CHEC, UBP)

  • 9h : Stéphanie Maillot (CHEC, UBP) : Ktésiphon et les siens: les associations hellénistiques, institutions, mise en scène, scènes sociales
  • 9h25 : Manuel Covo, (Philadelphie et membre du CENA (Centre d’études nord-américaines de l’EHESS) : Renégocier son statut par le marché : les transactions commerciales entre "nouveaux libres" et capitaines américains à Saint-Domingue dans les années 1790.
  • 9h50 : Nathalie Ponsard (CHEC, UBP) :Un militant ouvrier clermontois à la rencontre de la « révolution sandiniste » au Nicaragua (1983)

10h15 Discussion

10h30 Pause

Modérateur : Paul Cheney (Université de Chicago)

  • 11h : Pierre Cornu (Université Lyon 2) La rencontre comme observatoire des phénomènes d'émergence. Essai d'application à la situation coloniale dans l'Empire britannique au 19e siècle
  • 11h25 Cécile Morin (Université Lyon 2) : Scènes sonores de la rencontre en situation coloniale. Les premiers radioreportages en Afrique subsaharienne dans les années 1950 sur les ondes de la Radiodiffusion française

11h50 Discussion

12h05 : Jean-Philippe Luis (CHEC, UBP) : conclusion

Catégories

Lieux

  • salle 220, MSH - 4 rue Ledru
    Clermont-Ferrand, France (63)

Dates

  • mardi 28 avril 2015
  • mercredi 29 avril 2015

Mots-clés

  • rencontre, histoire globale, interculturalité

Contacts

  • Nathalie Ponsard
    courriel : nat [dot] ponsard [at] wanadoo [dot] fr

Source de l'information

  • Nathalie Ponsard
    courriel : nat [dot] ponsard [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La scène de la rencontre », Colloque, Calenda, Publié le mardi 14 avril 2015, http://calenda.org/324556