AccueilLa psychologie et le droit : quels liens ?

La psychologie et le droit : quels liens ?

Psychology and law: what connections?

*  *  *

Publié le mercredi 08 avril 2015 par João Fernandes

Résumé

Ce colloque entend appréhender certains des liens qui existent ou qui mériteraient d’exister entre la psychologie et le droit. Il se présente comme une contribution à la psychologie juridique, discipline naissante qui se propose d’étudier de manière systématique les relations entre la psychologie et le droit, entendus largement.

Annonce

Programme

13h-13h30 – Accueil

13h30-13h40 – Allocutions d’ouverture

  • Antoine Latreille, Doyen de la Faculté Jean Monnet, Professeur à l’Université Paris Sud.
  • Rafael Encinas de Munagorri, Professeur à l’Université de Nantes, Directeur du GDR CNRS 3178 « Réseau Droit, Sciences et Techniques », Membre de la SFPJ. 

13h40-14h15 – Propos introductifs

  • Jean-Pierre Relmy, Maître de conférences en droit privé à l’Université Paris Sud, Membre du CERDI, Président-Fondateur de la SFPJ. La psychologie juridique ou l’avènement d’une nouvelle discipline.
  • François Terré, Académicien, Professeur de droit émérite de l’Université Paris II-Panthéon-Assas, Président d’honneur de la SFPJ. Carbonnier avait raison. A propos de la psychologie juridique

14h15 - 1ère partie (1h)  Sous la présidence de M. Jean-Pierre Relmy, Président-Fondateur de la SFPJ

  • David Libeskind, Avocat au barreau de Paris, Docteur en droit, Membre du CERDI, vice-Président de la SFPJ. L’intérêt d’un enseignement de la psychologie juridique.
  • François Colonna d’Istria, Maître de conférences HDR en droit privé à l’Université de Franche-Comté, Membre de la SFPJ.  La connaissance n’est-elle qu’un phénomène psychique ?
  • Lucia Romo, Professeur de psychologie clinique à l’Université Paris Ouest, Directrice du Clipsyd, Membre de la SFPJ (en collaboration avec C. Bouvet, H. Riazuelo et N. Rigal, Membres du Clipsyd). L'obligation de soins imposée aux personnes permet-elle de les changer ? 

15h25 - 2ème partie (1h)  Sous la présidence de M. David Libeskind, vice-Président de la SFPJ. 

  • Pierre-Henri Castel, Directeur de recherche au CNRS, Philosophe, Psychanalyste, Membre du CERMES3 et de la SFPJ. Est-ce vraiment par leur connaissance de la psychologie que les experts sont utiles au procès pénal des malades mentaux criminels ? 
  • Marie-Christine Sordino, Professeur de droit à l’Université de Montpellier, Membre de la SFPJ. Le droit  pénal face à la tentation scientiste : le cas des neurosciences.
  • Sylvette Guillemard, Professeur de droit titulaire à l’Université Laval (Canada), Membre de la SFPJ. Pourquoi ne pas faire au droit civil le même honneur qu’au droit criminel ? 

16h40 - 3ème partie (1h25)  Sous la présidence de Mme Lucia Romo, Professeur de psychologie, Membre de la SFPJ 

  • Catherine Regis, Professeur de droit à l’Université de Montréal (Canada), Membre de la SFPJ.  L’approche psychologique du droit : vers une meilleure compréhension des processus décisionnels.
  • Jean-François Roberge, Professeur de droit à l’Université de Sherbrooke (Canada), Membre de la SFPJ.  Psychologie de la coopération et médiation.
  • Hy Bloom, Psychiatrist, Director and C.E.O. of Workplace.calm inc. (workplace conflict and violence prevention and management), Assistant Professor in the Department of Medicine at the University of Toronto, Assistant Clinical Professor in the Department of Psychiatry at McMaster University (Canada), Membre de la SPFJ. Short piece on the psychiatrist/psychologist's role and approach to assessing risk for workplace violence.
  • Abdel Halim Boudoukha, Maître de conférences HDR en Psychologie clinique et Pathologique à l'Université de Nantes, Membre de la SFPJ et Marie-Claude Boutard, Magistrat. Réflexions sur le vécu professionnel de magistrats : Le juge entre le droit et la psychologie.

18h-18h15 – Rapport de synthèse, Benjamin Levy, Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de Paris (Ulm), Chercheur en psychologie clinique et philosophie des sciences aux Universités Paris Diderot et Descartes, Membre du CERMES3 et de la SFPJ.

18h30 - 4ème partie (1h)  Sous la présidence de Mme Julie Ziolkowki, Secrétaire générale de la SFPJ.

Table ronde :

  • Les apports du droit à la pratique psychologique.
  • Les apports de la psychologie à la pratique juridique. 

Avec la participation de :

  • Laure Pares-Rolland, Psychologue clinicienne au Centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA EPICE/Créteil), Membre de la SPFJ.
  • Jean-Jacques Rémond, diplômé en droit et en psychologie, Chercheur en psychologie à l’Université Paris Ouest, Membre de la SPFJ.
  • Karim Sid Ahmed, Maître de conférences HDR en droit privé à l'Université de Cergy-Pontoise, Membre de la SPFJ.
  • Jean-François Roberge, Professeur de droit à l’Université de Sherbrooke (Canada), Membre de la SFPJ. 

19h30  – Clôture du colloque. Cocktail. 

Sous la direction scientifique de M. Jean-Pierre Relmy, Maître de conférences en droit privé à l'Université Paris Sud, Président-Fondateur de la SFPJ.

En la présence de M. François Terré, Académicien, Professeur de droit émérite de l'Université Paris II-Panthéon-Assas, Président d'honneur de la SFPJ. 

Argumentaire

Une tendance naturelle invite à séparer nettement la psychologie et le droit, entendus de manière compréhensive. Les liens entre ces deux champs, ces deux « mondes » paraissent peu évidents. La discipline psychologique porte son attention sur l’homme, son état mental, normal ou pathologique. Elle partage de façon plus ou moins harmonieuse cet objet d’étude avec la psychologie clinique, la psychanalyse, la psychiatrie, la psychologie sociale, les neurosciences, voire la philosophie et la linguistique. Le droit, de son côté, s’intéresse au champ social, à la société. Il entend réguler les rapports sociaux, les relations de nature diverse qui se nouent et se dénouent entre les sujets de droit. Cette activité de régulation conduit notamment le droit à développer des liens avec le normatif, le pouvoir et plus fondamentalement avec la justice. A ces premiers éléments de distinction entre la psychologie et le droit s’ajoutent par ailleurs des formations différentes, des professions différentes, des habitus différents, des préoccupations et des champs de recherche a priori différents. 

Pourtant, même s’ils ne sont pas forcément spontanés, des liens existent entre la psychologie et le droit. A commencer par l’objet même de ces deux champs : l’Homme, envisagé tant au plan individuel que social. D’autres liens existent encore. Ainsi, c’est le droit qui encadre l’activité thérapeutique des spécialistes de la psyché ou, dans un autre registre, qui est parfois choisi avec la justice comme champ d’étude par les chercheurs en psychologie. De son côté, le droit ne saurait méconnaître l’importance de la psychologie dans son économie générale, qu’il s’agisse par exemple de s’intéresser à un élément psychologique du sujet de droit (volonté, consentement, intention…), de faire réaliser une expertise psychologique ou psychiatrique, de déceler un biais chez un juge ou encore d’évaluer l’impact psychologique du droit, de la justice sur une personne. A ces quelques éléments de rapprochement entre la psychologie et le droit s’ajoutent des préoccupations et des méthodes communes, voire des pistes épistémologiques et des professions participant des deux champs.

Les liens entre la psychologie et le droit font depuis quelque temps l’objet d’une attention scientifique justifiée. Essentiellement développée à l’étranger, l’étude de ces rapports a surtout trouvé à s’illustrer dans les champs médical et pénal (psychology and law, psycholegal studies, legal psychology, forensic psychology, criminology…). D’autres voies restent à explorer : droit du psychisme, analyse psychologique du droit, droit et neurosciences, troubles psycho-juridiques, quérulence, impact thérapeutique du droit, violence psychologique, risques psycho-sociaux, raisonnement juridique, normalité, inconscient, subliminal, sadomasochisme, parapsychologie et zététique, médiation, intelligence artificielle, développement personnel...

Ce colloque entend appréhender certains des liens qui existent ou qui mériteraient d’exister entre la psychologie et le droit. Il se présente comme une contribution à la psychologie juridique, discipline naissante qui se propose d’étudier de manière systématique les relations entre la psychologie et le droit, entendus largement.

________________

Les actes du colloque seront publiés dans le premier numéro de la Revue Psycho-Droit.

Lieux

  • Salle Vedel, Faculté Jean Monnet - 54 boulevard Desgranges
    Sceaux, France (92330)

Dates

  • vendredi 10 avril 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • justice, psychiatrie, neurosciences, psychologie juridique

Contacts

  • jean-pierre relmy
    courriel : psycho [dot] droit [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • jean-pierre relmy
    courriel : psycho [dot] droit [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La psychologie et le droit : quels liens ? », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 08 avril 2015, http://calenda.org/324704