AccueilLa vie et le vivant dans la philosophie moderne

*  *  *

Publié le jeudi 16 avril 2015 par João Fernandes

Résumé

On reconnaît cependant aujourd’hui qu’il y eut, à l’époque moderne, une autre « révolution scientifique », moins éclatante, plus souterraine et qui n’apporta pas tant la démonstration définitive de grandes propositions théoriques qu’elle ne mit au jour des difficultés, des problèmes conceptuels et des zones de résistance aux sciences physico-mathématiques de la nature par ailleurs triomphantes : il s’agit de la lente révolution touchant l’explication des phénomènes de la vie – une révolution qui ne devait mener à la voie sûre de la science que bien plus tard, avec l’établissement de la biologie. Le deuxième Séminaire de philosophie moderne se propose de mettre en lumière la diversité des problèmes concernant la vie et le vivant chez les penseurs modernes.

 

Annonce

Argumentaire

On reconnaît cependant aujourd’hui qu’il y eut, à l’époque moderne, une autre « révolution scientifique », moins éclatante, plus souterraine et qui n’apporta pas tant la démonstration définitive de grandes propositions théoriques qu’elle ne mit au jour des difficultés, des problèmes conceptuels et des zones de résistance aux sciences physico-mathématiques de la nature par ailleurs triomphantes : il s’agit de la lente révolution touchant l’explication des phénomènes de la vie – une révolution qui ne devait mener à la voie sûre de la science que bien plus tard, avec l’établissement de la biologie. Certes, Descartes et les cartésiens formulent le programme, ou plutôt le souhait, d’une explication mécaniste du vivant ; mais, en parallèle, les partisans du ‘vitalisme’ tiennent que le vivant ne peut être expliqué de la même manière que le reste. Le vivant résiste à n’être considéré que comme une chose physique – parce qu’il est cette chose physique particulière qui se meut d’elle-même, qui respire et se nourrit, qui se reproduit, qui naît et qui meurt. La plupart des philosophes modernes ont alors exprimé à la fois l’urgence et la difficulté d’une compréhension de la vie, du vivant et de leur articulation. C’est que les phénomènes physiologiques des vivants – métabolisme, respiration, flux sanguin – participent de leur perpétuation, témoignent donc de la persévérance dans l’être de ces vivants et ouvrent ainsi à une dimension non biologique de la vie : la vie, alors, ne se dit plus zoê mais bios. Le deuxième Séminaire de philosophie moderne  se propose de mettre en lumière la diversité des problèmes concernant la vie et le vivant chez les penseurs modernes.

Programme

Mardi 5 mai

9:50-10:00          Arnaud Pelletier (ULB): Introduction

Session I: THE MANY ASPECTS OF LIFE

  • 10:00-11:00 Mogens Laerke (Lyon): The Life of God: On Spinoza, Metaphysical Thoughts, part II, chap. 6
  • 11:00-12:00 Justin Smith (Paris)Race, genus, Geschlecht: Leibniz sur les séries de générations

Session II : ORGANISMS / INDIVIDUALS

  • 14 :00-14 :50 Anna Maria Dieli (Rome): The modernity of Leibniz’s conception of biological individuality
  • 14 :50-15 :40 Ina Goy (Tübingen): Kant’s views on preformation and epigenesis
  • 16 :10-17 :00 Adam Ferner (Bordeaux): Organic Individuality and Personal Identity in 17th Century Anglophone Philosophy
  • 17 :00-17 :50 Bertrand Nouailles (Clermont-Ferrand): Qu’est-ce qu’un monstre d’organe ? La conception diderotienne de l’organisme

Mercredi 6 mai

Session III: VITALISMS

  • 9:10-10:00 Henny Blomme (Bruxelles): Cudworth’s concept of ‘plastic nature’ and his philosophy of the living being
  • 10:00-11:00 Charles Wolfe (Gand): Du débat Leibniz-Stahl au concept d'économie animale, 1708-1765
  • 11:10-12:00 Paolo Pecere(Cassino): Kant's second thoughts on vitalism and the limits of physiology

Session IV: MATTER / LIFE

  • 14:00 -14:50 Fabrizio Baldassarri (Parma): Life and Living Bodies in Descartes’ “Sciences of Life”. Generation, Individuality and Vital Functions
  • 14:50-15:40 Christoffer Basse Eriksen (Aarhus): Is the Body Just a Machine? Minute Matter and Living Beings in the Natural Philosophy of René Descartes
  • 16:10-17:10 Delphine Bellis (Nimègue) : Matière, activité et inertie chez Gassendi
  • 17:10-18:00 Patricia Palermini (Liège): Forme et vie chez Spinoza : une réinterprétation du conatus

Lieux

  • 50, av. F.D. Roosevelt
    Bruxelles (Forest), Belgique (1050)

Dates

  • mardi 05 mai 2015
  • mercredi 06 mai 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • vie, vivant, philosophie

Contacts

  • Arnaud Pelletier
    courriel : Arnaud [dot] Pelletier [at] ulb [dot] ac [dot] be

URLS de référence

Source de l'information

  • Arnaud Pelletier
    courriel : Arnaud [dot] Pelletier [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« La vie et le vivant dans la philosophie moderne », Colloque, Calenda, Publié le jeudi 16 avril 2015, http://calenda.org/324746