AccueilL’identité à l’épreuve de l’interdisciplinarité

L’identité à l’épreuve de l’interdisciplinarité

Identität im Spiegel der Interdisziplinarität

*  *  *

Publié le lundi 04 mai 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Aujourd’hui, les réflexions autour des « enjeux identitaires » sont au cœur de l’actualité politico-médiatique. Tandis que d’aucuns craignent un « repli identitaire » créateur de communautarismes, d’autres suggèrent que la création d’une identité européenne favoriserait l’intégration. Or, si chaque discipline s’est approprié la notion, l’usage qui en est fait paraît parfois hermétique. Prenant acte de la relative imperméabilité des frontières disciplinaires entre sciences sociales, linguistique et littérature, cette journée d’études franco-allemande pour jeunes chercheur(e)s se propose de réinterroger le concept d’identité en convoquant simultanément des outils communs à l’ensemble des disciplines et aux deux traditions scientifiques concernées.

Annonce

Argumentaire

Aujourd’hui, les réflexions autour des « enjeux identitaires » sont au cœur de l’actualité politico-médiatique. Tandis que d’aucuns craignent un « repli identitaire » créateur de communautarismes, d’autres suggèrent que la création d’une identité européenne favoriserait l’intégration. Or, si chaque discipline s’est approprié la notion, l’usage qui en est fait paraît parfois hermétique.

Prenant acte de la relative imperméabilité des frontières disciplinaires entre sciences sociales, linguistique et littérature, cette journée d’études franco-allemande pour jeunes chercheurs/-ses se propose de réinterroger le concept d’identité en convoquant simultanément des outils communs à l’ensemble des disciplines et aux deux traditions scientifiques concernées.

Du difficile dialogue entre linguistique et sciences sociales

Si l’existence de rapports entre pratiques linguistiques et discursives, construction identitaire et enjeux de pouvoir semble aujourd’hui aller de soi, les travaux qui proposent une véritable réflexion interdisciplinaire n’ont que rarement débouché sur des études empiriques. Les travaux de chercheurs comme Reinhart Koselleck, Christian Geulen (Begriffsgeschichte) ou encore Niklas Luhmann en sémantique diachronique n’ont pas véritablement ouvert le champ d’un dialogue interdisciplinaire et franco-allemand, malgré les tentatives de chercheurs comme Jacques Guilhaumou ou Dietrich Busse.

L’Analyse du Discours, à la fois champ de recherche et méthode interdisciplinaire à la croisée entre linguistique et sciences sociales, qui étudie la langue en contexte, a ainsi donné lieu à des perspectives très différentes en France et en Allemagne. La tradition allemande, inspirée d’une conception foucaldienne qui voit dans les « règles du discours » la révélation des « règles de la société » (Juliette Wedl, 2007 : 51), est avant tout sociologique alors que l’école française d’Analyse du Discours est restée centrée sur la linguistique.

Identité(s) : un objet à la croisée des disciplines

Au regard de l’objet de notre journée d’études, l’apparente étanchéité entre disciplines semble d’autant plus surprenante que le concept d’identité se prête particulièrement bien à une approche interdisciplinaire revendiquée. Comment penser l’articulation entre identités sociale et discursive ? Comment penser le caractère « performatif » de la langue (Judith Butler), c’est-à-dire la construction d’une réalité sociale par le langage ? Toute réflexion interdisciplinaire sur cette question impose un effort de contextualisation : dans quel environnement les individus et/ou les groupes construisent-ils leur(s) identité(s) ? Trois axes de réflexion seront envisagés :

Panel 1 : Identité(s), catégorie(s) et relations de pouvoir : dire l’Autre pour se dire

L’identité, envisagée dans ce panel soit comme le résultat d’un processus d’assignation imposé de l’extérieur (notamment par les groupes hégémoniques disposant du « pouvoir de nommer »), soit comme le processus lui-même (identification), donne lieu à une lecture en termes de catégorisation binaire du monde (la traditionnelle dichotomie eux/nous). Quels outils linguistiques pourraient-être mobilisés en histoire et en sociologie pour penser la co-construction de l’identité/altérité ? Réciproquement, comment la linguistique et la littérature pourraient-elles exploiter les données du contexte pour comprendre la prédominance de certaines « formules » (Alice Krieg-Planque) dans l’espace communicatif ? Une approche conciliant sciences sociales et linguistique pourrait renouveler la réflexion sur les catégories de « race », de genre, ou d’ethnicité (liste non exhaustive) prises séparément ou à travers leur imbrication (intersectionnalité).

Panel 2 : L’identité comme processus d’auto-identification ?

Face aux contraintes exercées sur les individus, comment ceux-ci se réapproprient-ils ou réinventent-ils leurs appartenances ? Ce panel invite des études de cas portant sur les pratiques discursives des acteurs individuels et collectifs de construction des identités. Comment les mouvements sociaux expriment-ils (notamment discursivement) leur contestation des identifications externes ? Comment les groupes minorisés font-ils valoir leurs revendications identitaires ? L’opposition effectuée en linguistique entre ethos pré-discursif et discursif peut-elle se rapprocher des usages sociologiques du concept d’ethos (par exemple professionnel) ? Voici quelques unes des pistes de réflexion (non exhaustives) qui peuvent donner lieu à des propositions empiriques.

Panel 3 : La fin des identités : vers une post-identity ?

Dès les années 1980, un courant issu du post-structuralisme évoquait une possible remise en cause du concept d’identité, catégorie analytique dont le suremploi polysémique prêtait à confusion (Rogers Brubaker, 2001). Les sciences humaines par exemple, inspirées notamment des travaux des spécialistes de la littérature G.K. Spivak et Edward Saïd ou encore du sociologue Paul Gilroy, promeuvent au sein des Post-Colonial Studies l’idée d'hybridité comme alternative à la rigidité artificielle du concept d’identité. Celui-ci est-il encore pertinent ? Même en parlant d’identités multiples et contradictoires au sein des mêmes individus ou groupes sociaux, ne court-on pas le risque de réifier ce qui n’est peut-être qu’une construction discursive ?

Modalités de soumission

Les propositions de contribution (500 mots) accompagnées d’un bref CV (avec indication du rattachement institutionnel) sont à envoyer aux adresses suivantes : naomi.truan@ens-lyon.fr; dchemeta@gmail.com; lea.renard@iepg.fr

avant le 31 mai 2015.

Les notifications d’acceptation seront envoyées le 25 juin 2015. 

Pour plus d’informations sur l’association GIRAF-IFFD, vous pouvez consulter notre site internet : http://www.giraf-iffd.eu/gs/.

Informations pratiques

La journée d’études s’adresse aux jeunes chercheurs/-ses, doctorant-e-s notamment. Les langues de travail sont l’allemand et le français. Les interventions ne devront pas dépasser 20 minutes.

Les comparaisons, franco-allemandes ou non, sont les bienvenues.

La journée d’études aura lieu le vendredi 27 novembre 2015 de 9h à 17h30 au Centre Marc Bloch (Berlin).

Les frais de voyage et d’hébergement devraient pouvoir être pris en charge (à hauteur de 135€ maximum pour les frais de voyage) par les organisateurs/-trices sous réserve de l’acceptation des financements demandés.

Comité d’organisation

  • Naomi Truan, Université Paris IV-Sorbonne / Freie Universität, Berlin / Centre Marc Bloch  
  • David Chemeta, Université de Strasbourg
  • Léa Renard, Université de Grenoble / Université de Potsdam / Centre Marc Bloch 

Dates

  • dimanche 31 mai 2015

Mots-clés

  • identité, interdisciplinarité, franco-allemand

Contacts

  • David Chemeta
    courriel : dchemeta [at] gmail [dot] com
  • Léa Renard
    courriel : lea [dot] renard [at] etu-iepg [dot] fr
  • Naomi Truan
    courriel : naomi [dot] truan [at] ens-lyon [dot] fr

Source de l'information

  • David Chemeta
    courriel : dchemeta [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« L’identité à l’épreuve de l’interdisciplinarité », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 04 mai 2015, http://calenda.org/325124