AccueilInterfaces de l'intime

Interfaces de l'intime

Interfaces of intimacy

*  *  *

Publié le lundi 13 avril 2015 par Elsa Zotian

Résumé

Où est passé le sentiment de l’intime dans une une société de transparence généralisée ? Avec la spectacularisation, le traçage cybernétique, l’urbanisation, l’esthétique socialisée, l’hyper narcissisme ; assistons-nous à une mutation de la place de l’intime dans nos vies partagées ou solitaires, dans les nouveaux territoires ? Ou bien y-a-t-il un point aveugle irréductible, archaïque et actuel, favorisant les coins d’ombre ?

Annonce

Argumentaire

Où est passé le sentiment de l’intime dans une une société de transparence généralisée ? Avec la spectacularisation, le traçage cybernétique, l’urbanisation, l’esthétique socialisée, l’hyper narcissisme ; assistons-nous à une mutation de la place de l’intime dans nos vies partagées ou solitaires, dans les nouveaux territoires ? Ou bien y-a-t-il un point aveugle irréductible, archaïque et actuel, favorisant les coins d’ombre ?

Intimus : ce qui est très intérieur, mais qui paradoxalement ne peut s’appréhender qu’à travers un rapport à l’Autre, à un dehors de soi en soi, comme un dedans/dehors. L’intime est à l’interface entre plusieurs dimensions dans l’expérience contemporaine, notamment avec les nouvelles communications.

L’objectif de ces journées d’études transdisciplinaires est d’indiquer ce qu’il en est des processus de subjectivation et d’individuation à l’œuvre à travers les mouvements de l’intime contemporain dans des espaces existentiels variés. En ce sens, les regards de plusieurs disciplines et démarches sont sollicités pour penser les modes de subjectivité liés aux pratiques de l’intime, et à des territoires politiques, esthétiques, corporels, sensibles.

Comme il le sera envisagé, la sensation de l’intime est de l’ordre d’un glissement à travers les subtilités culturelles du caché-montré : le visage multiple, les intérieurs dé- placés et corps affectés, les télé-présences, les étrangetés sexuelles, les chambres,les voix et épidermes, la lecture. Mais l’intime est aussi une circulation des affects et désirs : le web des rencontres, la pornographie, les performances artistiques, le numérique urbain, le partage du corps dans un contexte de biotechnologie. Ainsi plusieurs régimes de l’intime sont-ils entremêlés, tantôt dans leur excroissance et éparpillement, tantôt dans leur repli et opacité. Considérer aussi l’importance du discret, de l’obscur, de l’anonyme, qui caractérisent la vie individuelle et sociale comme zone de l’invisibilité.

L’intime est-il une scène secrète ou bien prend-il d’autres formes hybrides inattendues dans un contexte de transparence et de programmation du monde ?

Ces journées s’inscrivent dans la continuité du séminaire Transformations de soi. Dynamiques sociales et constructions identitaires (dirigé par G. Peylet, P. Baudry) dans le cadre de la MSHA.

Contact : alainmons03@gmail.com

Programme

Lundi 13 avril 14h-17h30

Glissement de l’intime

Séance dirigée par Fabio La Rocca

14h-14h10 : Alain Mons Introduction

  • 14h15-14h45 : François Laplantine (Professeur émérite, anthropologue, Université Lyon 2), Les oscillations du caché-montré
  • 14h45-15h15 : Valérie Cavallo ( Chercheuse en Sciences de l’art, Université Paris 8, Laboratoire AIAC), Explorations narratives de l’intime au seuil du visage. Le portrait contemporain
  • 15h15-15h45 : Alain Mons (Professeur en communication : anthropologie esthétique, Université Bordeaux Montaigne), Les intérieurs transmutés, les corps affectés. Opacité de l’intime

15h45-16h15 : Discussion & pause

  • 16h15-16h45 : Alain Abelhauser (Psychanalyste, Professeur en psychologie clinique, Université Rennes 2), L’extime, corps sexe et étrangeté
  • 16h45-17h15 : Marie Lise Paoli (Maitre de conférences en littérature anglophone, Université Bordeaux Montaigne), Voix intimes et traces écho-tactiles 

Discussion Mardi 14 avril 9h-12h30

Circulation de l’intime

Séance dirigée par François Laplantine

  • 9h15-9h45 : Sandra Lemeilleur (Doctorante en sciences de l’information et communication, Université Bordeaux Montaigne), L’intime sur le web comme medium des processus de subjectivation
  • 9h45-10h15 : Patrick Baudry (Professeur, sociologue, Université Bordeaux Montaigne), La question des addictions aux images pornographiques
  • 10h15-10h45 : Marion Zilio (Post-doctorante en sciences de l’art, Université Paris 8), Selfie-porn et économie de l’attention sur instagram

10h45-11h15 : Discussion & pause

  • 11h15-11h45 : Fabio La Rocca (Maître de conférences, sociologue, Université Montpellier 3), Interfaces spatiales : une relation hybride entre numérique et urbanité
  • 11h45- 12h15 : Bernard Andrieu (Professeur, philosophe, Université de Rouen), Comment partager l’intimité de son corps vivant

Discussion

Lieux

  • Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, Salle 2
    Bordeaux, France (33)

Dates

  • lundi 13 avril 2015
  • mardi 14 avril 2015

Mots-clés

  • intimité, web, circulation, affects, désirs, subjectivité

Contacts

  • Alain Mons
    courriel : alainmons03 [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Valérie Cavallo
    courriel : valerie [dot] cavallo [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Interfaces de l'intime », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 13 avril 2015, http://calenda.org/325343