AccueilLes arts, les littératures et les langues

Les arts, les littératures et les langues

Appropriations, croisements et décloisonnements en contexte camerounais

*  *  *

Publié le vendredi 24 avril 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Le présent collectif se propose d’examiner les conditions (passées, présentes et futures) d’appropriation, de croisement et décloisonnement des arts, des littératures, des langues en contexte camerounais (inévitablement élargi au contexte africain), à la lumière de l’expérience d’une des figures les plus marquantes de l’université camerounaise d’hier et d’aujourd’hui : le Pr Maxime Pierre Meto’o Etoua. Cet hommage prend ici la forme d’un projet qui aille à la redécouverte de la contribution de cet universitaire dont la parfaite pratique du bilinguisme, ou la formation d’artiste, de linguiste et de littéraire inspire des réflexions en grammaire et/ou en linguistique contrastive, en littérature comparée, en histoire de la littérature, des arts, etc. Le projet reste ouvert à des contributions qui s’intéressent au statut, au rôle et aux enjeux d’appropriation des arts, des langues et des littératures en contexte camerounais, en particulier, et africain, en général.

Annonce

Argumentaire

Le présent collectif se propose d’examiner les conditions (passées, présentes et futures) d’appropriation, de croisement et décloisonnement des arts, des littératures, des langues en contexte camerounais (inévitablement élargi au contexte africain), à la lumière de l’expérience d’une des figures les plus marquantes de l’université camerounaise d’hier et d’aujourd’hui : le Pr Maxime Pierre Meto’o Etoua.

Titulaire d’un Ph/D en langue et littérature, le Pr Maxime Pierre Meto’o Etoua a enseigné, de 1984 à sa retraite récente, la littérature comparée à l’Université de Yaoundé, devenue Université de Yaoundé I, et à l’Université de Maroua, où il a assumé les fonctions de chef de département de langue française et littératures d’expression française de 2009 à 2013, et celles de vice-Recteur chargé de la Recherche, de la Coopération et des Relations avec le Monde des Entreprises de 2009 à 2014. Durant cette longue carrière universitaire, le Professeur Maxime Pierre Meto’o Etoua a formé des générations d’étudiants dans divers champs spécialisés de la langue, de la littérature et des arts, dont certains sont devenus ses collègues et de hauts cadres de l’administration publique camerounaise. Il a dirigé de nombreux travaux universitaires (mémoires de DIPES II, thèses de Master et de Doctorat), et contribué notamment à la création de revues scientifiques de renom, dont Écritures, à l’Université de Yaoundé I, et Mosaïques, à l’Université de Maroua.

Mythologue et (mytho)comparatiste, artiste musicien saxophoniste et guitariste, critique d’art, de littérature et de dramaturgie, grand amateur des arts martiaux, le Professeur Maxime Pierre Meto’o Etoua a habité et habite toujours la langue française et la littérature par l’enseignement, la critique et l’écriture. Bon causeur, féru de mythologies grecque et latine, et de mythes contemporains (mythographe, donc), partisan du bel et du bon usage de la langue française, héritier des dramaturges antiques, des pionniers de la littérature française au Moyen Âge, des Classiques, des Rationalistes et des Philosophes, des Romantiques, des Surréalistes, pour ne citer que ceux-là dont il a vulgarisé la pensée et l’esthétique, ce Camusien accompli est un polyglotte qui navigue aisément dans les eaux sinueuses des littératures gréco-romaine, française et francophone, anglaise et anglo-saxonne, sans oublier les littératures émergentes d’Afrique et du monde global, tout en étant lui-même écrivain, à la fois essayiste (Le Mythe de Sisyphe. Une éthique de vie, 2006), nouvelliste (Confession et autres nouvelles, 2010) et romancier (Le Rapt impétueux, 2012).

Une telle ouverture d’esprit, caractérisée par un encyclopédisme de bon aloi, mérite d’être saluée. C’est le principal objectif du présent hommage. Cet hommage prend ici la forme d’un projet qui aille à la redécouverte de la contribution de cet universitaire dont la parfaite pratique du bilinguisme, ou la formation d’artiste, de linguiste et de littéraire inspire des réflexions en grammaire et/ou en linguistique contrastive, en littérature comparée, en histoire de la littérature, des arts, etc. Le projet reste ouvert à des contributions qui s’intéressent au statut, au rôle et aux enjeux d’appropriation des arts, des langues et des littératures en contexte camerounais, en particulier, et africain, en général.

Les contributions s’inscriront dans les axes indicatifs suivants :

1. Littérature, mythes et culture

  • Littérature française ;
  • Littératures francophones et des mondes contemporains ;
  • La littérature générale et comparée ;
  • Mythes, mythologies et littérature ;
  • Littératures, oralitures et paralittératures ;
  • Les littératies.

2. Arts, intermédiarité, interartisticité

  • Théâtre ;
  • Cinéma ;
  • Musique ;
  • Les arts mineurs ;
  • Les arts de combats ;
  • Intermédiarité, intermédialité, médiascriptures.

3. Pratiques linguistiques et littéraires : expériences et perspectives didactiques

  • Description des langues nationales et internationales;
  • Le décloisonnement littérature et langue ;
  • Pratiques du bilinguisme ;
  • Didactique des langues (LE, LM et LS) ;
  • Grammaire des langues vivantes
  • Contacts des langues ;
  • Didactique de la littérature (littératures française et africaine) ;
  • La création littéraire de Meto’o (le roman, la nouvelle, l’essai, etc.)

Modalités de soumission

Les propositions accompagnées d’un résumé de 500 à 1000 signes (espaces compris) et d’une brève biobibliographie de l’auteur seront adressées à sostheneetoaa@yahoo.com, jccarka@yahoo.fr, mbassiateba@yahoo.fr 

NB : Langue des contributions : français, anglais, espagnol et allemand.

Calendrier à retenir :

  • Soumission des propositions : 30 mai 2015

  • Réponse du Comité de coordination : 10 juin 2015
  • Date de tombée des articles rédigés : 10 août 2015
  • Date de publication : novembre 2015.

Comité de coordination

  • Sosthène Marie Xavier Atenké-Etoa, FLSH-UMa
  • Jean Claude Abada Medjo, ENS-UMa
  • Raymond Mbassi Atéba, ENS-UMa

Comité scientifique

  • Pr. Jacques Fame Ndongo,
  • Pr. Jean Marie Essono (Université de Yaoundé I),
  • Pr. André-Marie Ntsobé (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Gervais Mendo Ze (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Jean Tabi Manga (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Marceline Nnomo (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Richard Laurent Omgba (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Jacques Chevrier (Université Paris IV-Sorbonne),
  • Pr. Bernard Mouralis (Université de Cergy-Pontoise),
  • Pr. Romuald Fonkoua (Université de Paris IV-Sorbonne),
  • Pr. Louis-Martin Onguéné Essono (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Barnabé Mbala Ze (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Pierre Halen (Université de Lorraine),
  • Pr. Simplice Ambiana (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Alphonse Tonye (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Dassi (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Edmond Biloa (Université de Yaoundé I),
  • Pr Sosthène Onomo Abena (UYI),
  • Pr. Joseph Ndinda (Université de Douala),
  • Pr. Emmanuel Njike (Université de Bamenda),
  • Pr. Faustin Mvogo (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Robert Fotsing Mangoua (Université de Dschang),
  • Pr. Gérard Marie Noumssi (Université de Yaoundé I),
  • Pr Jean-Claude Mbarga (UYI),
  • Pr Athanatius Ayuk Ako (UMa).

Comité de Lecture

  • Pr. Barnabé Mbala Ze (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Faustin Mvogo (Université de Yaoundé I),
  • Pr. Emmanuel Njike (Université de Bamenda),
  • Pr. Fotsing Mangoua (Université de Dschang),
  • Pr. Gérard Marie Noumssi (Université de Yaoundé I),
  • Pr Raymond Mbassi Atéba (Université de Maroua),
  • Dr Jean Claude Abada Medjo (Université de Maroua),
  • Dr Jacques Evouna (Université de Maroua),
  • Dr Sosthène Marie-Xavier Atenké Etoa (Université de Maroua),
  • Dr Venant Eloundou (Université de Yaoundé I),
  • Isidore Pentécôte Bikoko (Université de Douala),
  • Dr Dominique Biakolo Komo (UMa),
  • Dr Michel-Yves Essissima (UMa),
  • Dr Paul Mekontso (UMa).

Dates

  • samedi 30 mai 2015

Mots-clés

  • art, langue, appropriation, décloisonnement, Maxime Pierre Meto’o Etoua

Contacts

  • Sosthène Marie Xavier Atenke Etoa
    courriel : sostheneetoaa [at] yahoo [dot] com

Source de l'information

  • Sosthène Marie Xavier Atenke Etoa
    courriel : sostheneetoaa [at] yahoo [dot] com

Pour citer cette annonce

« Les arts, les littératures et les langues », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 24 avril 2015, http://calenda.org/326389