AccueilProtocoleville

Protocoleville

Pratiques artistiques / pratiques scientifiques

*  *  *

Publié le mardi 05 mai 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Dans certaines démarches de recherche, les chercheurs flirtent avec les marges académiques et les cadres de leurs disciplines pour s'engager dans un travail d'hybridation méthodologique. Les artistes ou photographes qui jouent le jeu de la collaboration sont quant à eux questionnés sur le rôle de leurs images, sur la capacité de leurs productions artistiques à participer de la production de connaissances.

Annonce

Argumentaire

Cette journée d'étude poursuit les questionnements issus d'une recherche menée pour le PUCA dans laquelle photographes, sociologues, géographes, urbanistes et architectes ont collaboré en réponse à la demande de renouvellement des représentations du périurbain[1].

Faire évoluer les catégories, déjouer les stéréotypes, dévoiler l'invisible peuvent être autant des attentes adressées aux chercheurs que des attendus qu'ils s'imposent. Dans ce type de recherche où l'on se propose d’expérimenter, ce sont les manières de faire qui comptent et le choix de protocoles se décide souvent en vue d'objectifs multiples : se faire étranger à son propre quotidien, se décentrer pour percevoir autrement, s'offrir un nouveau territoire, s'obliger à patienter mais aussi réussir à collaborer... Dans ces démarches, les chercheurs flirtent avec les marges académiques et les cadres de leurs disciplines pour s'engager dans un travail d'hybridation méthodologique. Les artistes ou photographes qui jouent le jeu de la collaboration sont quant à eux questionnés sur le rôle de leurs images, sur la capacité de leurs productions artistiques à participer de la production de connaissances.

Les rapprochements et les usages réciproques entre art et sciences humaines se font plus nombreux[2], et les enjeux de ces cheminements communs pour la recherche nous importent. Cette journée d'études va ainsi se centrer sur les mouvements créatifs engagés par les mises en œuvre de protocoles et de collaborations en s'attachant à ce qui est fabriqué. Qu'est-ce qui permet d'effacer les partitions disciplinaires ? Quels écarts semblent insurmontables ? Comment l'artiste endosse-t-il le rôle de chercheur et inversement ? S'agit-il de « faire comme » ? Ou les remises en cause peuvent-elles être plus fécondes ?

À partir de réflexions et de travaux qui visent l'exploration de l'urbain contemporain, ses marges, ses périphéries comme ses espaces ordinaires, cette journée interrogera ce que la connaissance gagne à ces passages de frontières. Un savoir commun spécifique émerge-t-il de ces collaborations ?

Notes

1.Recherche financée dans le cadre du programme « du Périurbain à l'urbain ». Intitulée « Péri-ville invisible », elle a regroupé François Andrieux, Arnaud Bertolotti, Anne Bossé, Laurent Devisme, Guillaume Ertaud, Bénédicte Grosjean, Myriam Héaulmé, Elisabeth Pasquier et Emmanuel Pinard.

2.Le hors série de la revue Tracés « À quoi servent les sciences humaines (III) » (2011) rend compte d'un certain nombre d'expériences de ces usages réciproques et de leurs limites.

Programme

  • 9h30 Accueil : Introduction de la journée, Anne Bossé, géographe (ENSA Paris-Malaquais, CRENAU).

10h00-12h30

Le terrain comme terrain de jeu : enjeux descriptifs

Animation Laurent Devisme, urbaniste (ENSA Nantes, CRENAU).

  • 10h00 – 10h40 Périville tranquille ? par Anne Bossé, Myriam Héaulmé, photographe, et Elisabeth Pasquier, sociologue (ENSA Nantes, CRENAU)
  • 10h40 – 11h20 John Davies : la rivière cachée par Danièle Méaux, Professeur d'esthétique et sciences de l'art (Université Jean Monnet, Saint-Étienne).
  • 11h20 – 12h00 La carte postale, la carte, le post par Jean Attali, philosophe, Professeur en urbanisme (ENSA Paris-Malaquais, ACS).

Discussion.

Repas, visite collective de l'exposition.

14h00 – 17h30

Dans les coulisses de duos au travail : savoirs communs

Animation Laurent Devisme

  • 14h00 - 14h30 Le(s) savoir(s) du photographe par Benoît Grimbert, artiste.
  • 14h30 – 15h00 10 ans de conversations marchées par Geoffroy Mathieu, photographe (collaboration avec Baptiste Lanaspèze).

Discussion

  • 15h30 – 16h00 Du vrai dans le non-vrai : art et anthropologie par Eric Chauvier, anthropologue (collaboration avec Robert Milin)
  • 16h00 – 16 h30 Atlas, suite. Un projet de collaboration entre un photographe et un historien de l’art par Arno Gisinger, photographe (collaboration avec Georges Didi-Huberman).

Discussion

  • 17h00 Synthèse de la journée par Jordi Ballesta, géographe (UMR Géographie-cités).

Lieux

  • 3e étage - École d'Architecture de Paris Malaquais, 1 rue jacques Callot
    Paris, France (75006)

Dates

  • jeudi 28 mai 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • periurbain, photographie, art, protocole, experimentation

Contacts

  • anne bosse
    courriel : bosseanne [at] yahoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • anne bosse
    courriel : bosseanne [at] yahoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Protocoleville », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 05 mai 2015, http://calenda.org/327168