AccueilPêcheurs, poissons, milieux aquatiques

Pêcheurs, poissons, milieux aquatiques

Quelle écologie politique de la pêche artisanale continentale et côtière ?

*  *  *

Publié le mercredi 29 avril 2015 par Céline Guilleux

Résumé

L’objectif de cette journée est de créer un échange transdisciplinaire et comparatif sur les sociétés de pêcheurs et leurs différentes pratiques de pêches. Dans la perspective de l’écologie politique, il sera question d’explorer ses applications actuelles dans les recherches en sciences sociales consacrées à la pêche : quels sont les questionnements fondateurs et les contributions possibles au grand débat sur les politiques environnementales, leurs impacts sur les milieux, les ressources et les sociétés de pêcheurs ?

Annonce

Le res’EAU P10 (https://reseaup10.u-paris10.fr/) d’organise fin 2015, dans le cadre du séminaire Hydrosystèmes et Hydropolitiques, une journée d’étude sur la thématique «Pêcheurs, poissons, milieux aquatiques – quelle écologie politique de la pêche artisanale continentale et côtière?».

Problématique

Le poisson, représentant plus qu’une « ressource » dans le sens nutritif ou économique du terme, est aussi porteur d’enjeux d’ordre socioculturels et écologiques quant à l’organisation et la pérennité des sociétés de pêcheurs et à la préservation des espaces aquatiques. Les politiques de gestion de la pêche doivent intégrer une pluralité d’objectifs correspondant aux trois paradigmes de la pêche (Charles, 2001) : un objectif de conservation, un objectif de rationalisation et un objectif social. Or il y a une vraie difficulté à considérer ces trois objectifs conjointement, alors que les différentes politiques sectorielles ressortissent le plus souvent à ces trois domaines. Par ailleurs, nous retrouvons cette même difficulté dans le monde de la recherche scientifique, qui peine à avoir une vision intégrative et transversale et qui reste le plus souvent cantonnée par des limitations disciplinaires, malgré les avancées très importantes réalisées depuis une cinquantaine d’années dans la science halieutique. Afin de mettre en évidence l’imbriquèrent des différentes enjeux et modalités d’action dans le monde de la pêche, ainsi que son déploiement spatial et temporel, cette journée thématique appelle à des contributions qui relient de façon plus ou moins explicite ces différentes aspects : la dimension écologique, la dimension économique et politique,la dimension socioculturelle et spatiale de la pêche.

Ce type de réflexion transversale trouve ces racines dans plusieurs corpus théoriques.

Dans l’écologie politique, elle consisterait dans la mise en avant du caractère socialement construit des ressources de pêche et des relations de pouvoir qui en découlent. Dans le langage de la sociologie de la traduction (ou de la ANT), il s’agirait de considérer la pêche comme un concept hybride incluant des éléments de la nature, des techniques, des normes d’interaction, etc., qui sont co-construis dans les systèmes de pêche. Notre volonté est donc de réunir des communications reliant à la fois les dimensions institutionnelles en termes de règles d’action, et aussi les stratégies et les constructions sociales par les acteurs eux-êmes. Nous proposons ainsi, la discussion de plusieurs points de réflexion, susceptibles d’être les thématiques des 3 sessions de la journée (sans que cette proposition soit exclusive d’autres problématiques) :

1. Sciences de la pêche, savoirs de la pêche, savoir pêcher - quels cheminements entre savoirs et pratiques de la pêche ?

La gestion d’une ressource naturelle renouvelable et invisible comme la pêche doit faire face à de nombreux facteurs de complexité et d’incertitude qui donnent lieu à des controverses. Ces controverses interpellent la relation très étroite qui existe dans le domaine halieutique entre production des savoirs et politiques de gestion. Cette relation peut être déclinée selon plusieurs aspects :

  1. Premièrement, celui de la relation entre la science halieutique et la gestion de la pêche.Les nouvelles technologies et les outils de modélisation permettent aujourd’hui de disposer d’un savoir de plus en plus « scientifisé » sur les ressources, mais n’enlèvent rien de la dimension politique de la transcription de ce savoir en termes de droits et politiques de pêche. Il s’agit donc de comprendre le statut du savoir expert dans le domaine des politiques de la pêche.
  2. Le deuxième aspect est celui des procédures participatives qui sont mobilisées dans le monde de la pêche afin de dépasser la dichotomie persistante entre « savoir expert » et « savoir pratique », ou entre « ceux qui savent » et « ceux qui pêchent ». Cette question peut être illustrée par des retours d’expériences de prise en compte des savoirs locaux, dans le monde de la recherche ou de la pratique, des difficultés et des avantages éventuels de telles démarches.
  3. Le rôle du chercheur – figures hybrides ou passeurs de frontières. Dans un tel contexte, quel peut être le positionnement du chercheur? En effet, entre chercheurs d’une part, experts et gestionnaires d’autre part, la frontière entre les différentes sphères de production du savoir dans le monde de la pêche est parfois floue, ce qui n’est pas sans conséquence sur le savoir produit. Comment les acteurs de la pêche appréhendent-ils eux mêmes cette situation ?

2. Politiques de l’environnement / politiques de pêche

Entre les politiques environnementales et les systèmes de pêche les interactions sont très étroites et complexes, mais leur sens est sans cesse l’objet de (ré)définitions dans des scènes de négociations plus ou moins explicites.

  1. Les politiques de conservation de la nature sont souvent accompagnées par des mesures coercitives pour la pêche, voir même prohibitives, et dont l’impact négatif sur les économies locales est parfois fortement critiqué. Dans de nombreuses zones protégées au monde, le manque des procédures participatives fait que les nouvelles réglementations sont ignorées, ou même délibérément non-respectées par les pêcheurs. Nous voulons aborder ici les conflits d’usage et les pratiques illégales de la pêche dans la perspective de l’écologie politique, en discutant la dimension identitaire, les rapports de pouvoir et les multiples formes de résistance locale.
  2. Les politiques concernant les milieux aquatiques - Le poisson sert de plus en plus d’indicateur des politiques environnementales, du fait qu’il est révélateur de l’état écologique des milieux aquatiques. Dans la réglementation nous trouvons les poissons comme bio-indicateurs ou comme indicateurs de qualité des milieux aquatiques (ainsi l’indice piscicole de la DCE, ONEMA). Dans le même sens, la mise en place des « continuités écologiques » s’appuie en grande partie sur le poisson (surtout le saumon) comme indicateur. Dans ce cas, ce sont les pêcheurs eux-mêmes qui se mobilisent pour la défense des milieux et de leurs droits d’exploitation.

3. Pratiques de la pêche – espaces, techniques et temps de la pêche

  1. Les techniques de pêches révélatrices des formes spatiales et d’autorités des espaces aquatiques. L’analyse des pratiques de pêche ne peut se faire sans porter attention aux instruments de pêche et leurs techniques d’utilisation : en plus de leur fonction première de capture et de piégeage du poisson, ils expriment tout autant l’identité des communautés de pêcheurs que la formation, l’usage consensuel et la représentation collective des formes spatiales et de rapports aux pouvoirs là où ils sont mis en oeuvre. Deux types de relations peuvent ainsi êtres débattus :
    • Relation entre techniques de pêche et inscription spatiale des limites d’un espace aquatique ou d’un lieu de pêche, permettant de caractériser les territoires et d’identifier les lieux préservés (zones de frayères) ou symboliques (lieux de cultes).
    • Relation entre techniques de pêche et systèmes d’autorités ou de pouvoirs. Une forme de pouvoir est celle technique - l’expression des rapports d’autorité à la fois individuels et collectifs entre les détenteurs de matériels performants et des autorités régulatrices de la pêche. Une autre forme de pouvoir, non matérielle, est celle des responsables, des élus, des chefs coutumiers etc., en charge de la mise en oeuvre des engins et techniques de pêche.
  2. Pratiques de la pêche et constructions sociales du temps. Penser la question d’une écologie politique de la pêche artisanale nous amène à réfléchir sur les multiples formes de temps qu’implique cette activité. Du fait de son approche artisanale, tel type de pêche est-il ou doit-il être pour autant exclusivement dépendant du cadre naturel des saisons ou du déplacement quotidien de son embarcation par exemple ? Les politiques de protection, de conservation ou de sauvegarde d’un milieu écologique et de ses espèces se retrouvent confrontées à différentes échelles de durée quant à leurs applications qui peuvent diverger des formes de temporalités propres aux communautés de pêcheurs.

Le calendrier (provisoire)

Proposition titre et résumé court (200 mots) à envoyer à veronica_mro@yahoo.com ey kevindlc@hotmail.frt 

jusqu’au 10 mai 2015.

Un texte plus long (jusqu’à 10 milles caractères) présentant les principaux arguments de la communication sera attendu avant le 1er juillet. Les textes ainsi réunis seront envoyés à l’ensemble des participants pour faciliter les discussions pendant la journée. Ils constitueront également le socle pour la formulation d’un projet de publication collective pour les auteurs qui souhaitent s’engager dans cette direction.

La journée d’étude aura lieu la première semaine du mois de novembre.

Comité d'organisation

Le comité d'organisation sera également en charge de la sélection des propositions

  • Veronica Mitroi, sociologue, poste-doctorante iEES – Institut d’Ecologie et des Sciences de l’Environnement de Paris, veronica_mro@yahoo.com
  • Kévin de la Croix, doctorant en géographie, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, kevindlc@hotmail.fr
  • David Blanchon, géographe, Professeur, Université Paris Ouest Nanterre la Défense.
  • Marie-Anne Germaine, géographe, Maitre de conférences, Université Paris Ouest Nanterre la Défense.

Lieux

  • Nanterre, France (92)

Dates

  • dimanche 10 mai 2015

Mots-clés

  • pêche, ecologie politique, poisson, milieu aquatique, savoir, pratique, environnement

Contacts

  • Veronica Mitroi
    courriel : veronica_mro [at] yahoo [dot] com

Source de l'information

  • Veronica Mitroi
    courriel : veronica_mro [at] yahoo [dot] com

Pour citer cette annonce

« Pêcheurs, poissons, milieux aquatiques », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 29 avril 2015, http://calenda.org/327344