AccueilEsthésies

Esthésies

Approches plastiques du sensible

*  *  *

Publié le lundi 11 mai 2015 par Céline Guilleux

Résumé

La peinture semble révéler, avant toute chose, l’expérience sensible du voir. Mais ne peut-elle pas, aussi, dans certains cas, faire percevoir par l’œil quelque chose qui relèverait d’un autre ordre sensoriel ? Peut-on goûter, sentir, entendre, toucher avec les yeux ? Si les spécialistes se sont beaucoup interrogés sur le passage du sensible à l’art – notamment sur la place de la nature dans les œuvres d’art anciennes, où on sait l’importance culturelle qu’y exerçait la mimesis –, le passage de l’art au sensible est, quant à lui, plus rarement considéré.

Annonce

Argumentaire

La peinture semble révéler, avant toute chose, l’expérience sensible du voir. Mais ne peut-elle pas, aussi, dans certains cas, faire percevoir par l’œil quelque chose qui relèverait d’un autre ordre sensoriel ? Peut-on goûter, sentir, entendre, toucher avec les yeux ? Si les spécialistes se sont beaucoup interrogés sur le passage du sensible à l’art – notamment sur la place de la nature dans les œuvres d’art anciennes, où on sait l’importance culturelle qu’y exerçait la mimesis –, le passage de l’art au sensible est, quant à lui, plus rarement considéré. Les recherches antérieures sur le sujet tendent à privilégier une analyse que nous pourrions qualifier de sémiotique (qui donne à lire un sens), portant sur des images qui rassemblent un ensemble d’éléments visuels dotés d’une valeur symbolique. Il semble toutefois qu’il existe un autre type de regard possible, interrogeant différemment la peinture où le sensible est mis en jeu, et qui prendrait appui sur le concept d’esthésie. Les images esthésiques (qui donnent à percevoir une sensation) seraient ainsi celles qui semblent traduire l’expérience sensorielle elle-même. Il s’agira d’envisager tant la production que la consommation des images, c’est-à-dire la nature de l’effet sensible produit sur le spectateur par la contemplation d’une œuvre d’art. Comment l’art traduit-il non seulement le visuel, mais également le tactile, l’olfactif, l’auditif, le gustatif ? Comment, en somme, s’opère le passage secret qui conduit du visible à l’esthésique ?

Programme

  • 9h Accueil
  • 9h15 Ouverture : Charles Bossu (Academia Belgica,Roma)
  • Sybille Ebert-Schifferer (Bibliotheca Hertziana/Institut Max Planck pour l’histoire de l’art, Rome), Carl Havelange (F.R.S.-FNRS/Université de Liège) et Viktoria von Hoffmann (Université de Liège), Introduction

Séance 1 : Les Sens

Présidence: Ralph Dekoninck

  • 09h50 Wietse de Boer (Miami University), Ethics and Aesthetics: Sense Experience as a Key Problem in the Italian Renaissance
  • 10h30 François Quiviger (Warburg Institute, London), Aspects of Empathy in Renaissance Art, from Christian Imagery to Pagan Mythology
  • 11h10 Pause café

Séance 2 : L’Invisible

Présidence: Carl Havelange

  • 11h40 Ralph Dekoninck (Université catholique de Louvain), Ressentir la peinture. L'application des sens à la peinture religieuse des anciens Pays-Bas (1585-1640)
  • 12h20 Emilie Corswarem (F.R.S.-FNRS/Université de Liège), Esthésies et musique
  • 13h Pause

Séance 3 : La Chère

(Présidence : Viktoria von Hoffmann)

  • 14h00 Florent Quellier (CNRS/Université de Tours), Figurer la bonne chère au XVIIe siècle, le recours à l'esthésie
  • 14h40 Jérémie Koering (CNRS/Centre André Chastel), L'image à la bouche : quelques réflexions sur les images que l'on mange
  • 15h20 Pause café

Séance 4 : Les Arts

Presidence : Sybille Ebert-Schifferer

  • 15h50 Karin Leonhard (Universität Konstanz), Silence and Stillness in Still Life Painting
  • 16h30 Frédérique Desbuissons (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris), Voir, sentir, toucher, goûter : la nature morte moderne et la question des frontières sensorielles
  • 17h10 Carl Havelange (F.R.S.-FNRS/Université de Liège), Mouvements de l’âme, Mouvements du Corps. Indéterminations du portrait à l’époque moderne et contemporaine

17h50 Sybille Ebert-Schifferer (Bibliotheca Hertziana/Institut Max Planck pour l’histoire de l’art, Rome)et Viktoria von Hoffmann (Université de Liège), Conclusions

Lieux

  • Academia Belgica - Via Omero 8
    Rome, Italie (I-00197)

Dates

  • vendredi 29 mai 2015

Mots-clés

  • nature morte, sensibilité, sensible, sens, culture visuelle

Contacts

  • Viktoria von Hoffmann
    courriel : V [dot] VonHoffmann [at] ulg [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Viktoria von Hoffmann
    courriel : V [dot] VonHoffmann [at] ulg [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« Esthésies », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 11 mai 2015, http://calenda.org/327702