AccueilL'ethnobotanique

*  *  *

Publié le lundi 01 juin 2015 par Elsa Zotian

Résumé

Organisée dans le cadre du 40e anniversaire de l’EHESS, cette journée a pour objectif de mettre en lumière l’ethnobotanique (contraction d’ethnologie et de botanique, littéralement discipline consacrée aux relations hommes/plantes) et d’en préciser l’histoire et les redéploiements contemporains. Quelle est la place de l’ethnobotanique : champ de l’anthropologie, champ de la botanique ou discipline à part entière ? Quelles sont ses méthodes de travail et en quoi diffèrent-elles de celles mises en œuvre par les anthropologues travaillant sur le champ des rapports nature/culture ? Comment fait-on de l’ethnobotanique en 2015 ?

Annonce

Argumentaire

Née aux États-Unis à la fin du XIXe siècle comme une ramification de la botanique appliquée, l’ethnobotanique, discipline vouée à l’étude des relations hommes/plantes, apparaît en France en 1943[1], sous la plume d’André-Georges Haudricourt et de Louis Hédin. Sensible à l’approche développée par les deux agronomes dans leur ouvrage L’homme et les plantes cultivées, désirant par ailleurs décolonialiser son laboratoire historiquement associé à l’entreprise impérialiste, Roland Portères transforme en 1963 le laboratoire d’agronomie tropicale du Muséum[2] en laboratoire « d’ethnobotanique ». Devenue discipline à part entière, propre à enquêter sur un champ de recherche institutionnellement établi, l’ethnobotanique se dote également d’une méthodologie qui la place au carrefour des sciences naturelles et des sciences humaines.Dans les années 1970, le botaniste Jacques Barrau imprime notamment sa marque sur les recherches entreprises au Muséum. Il propose d’adopter une approche écologique afin d’intégrer les relations hommes/plantes au sein d’un prisme plus holistique intégrant l’ensemble des rapports nature/culture.

En dépit des diverses tentatives de conceptualisation et de théorisation de l’ethnobotanique mentionnées ci-dessus, la discipline peine à se (re)déployer en France. Noyée au Muséum national d’Histoire naturelle dans l’approche « ethnoécologique », critiquée par les anthropologues de la nature du Collège de France qui souhaitent voir dépasser le paradigme nature/culture, elle est absente partout ailleurs[3], alors même que de plus en plus d’anthropologues travaillent sur des problématiques qui pourraient relever de son champ de recherche.

Cette journée d’étude propose de revenir sur l’histoire et la méthodologie de l’ethnobotanique. Les  interventions de la matinée seront consacrées à l’œuvre des grands fondateurs de la discipline (Haudricourt, Portères, Barrau, Lieutaghi) et aux redéploiements que pourraient connaître aujourd’hui une ethnobotanique des non-humains (Brunois, Descola). L’après-midi sera davantage consacrée aux aspects pratiques et non-institutionnels de la discipline : collections ethnobotaniques, jardins ethnobotaniques, enquêtes ethnobotaniques. De jeunes ethnobotanistes présenteront également les aspects méthodologiques de la discipline en exposant leur expérience de terrain.

[1] En 1942, Jacques Roumain, chef du bureau d'ethnologie de la république d'Haïti, publiait déjà un bulletin intitulé « Contribution à l'étude de l'ethnobotanique pré-colombienne des Grandes Antilles ».

[2] Cette appellation récente (1958) avait déjà permis de dissiper l’image trop colonialiste du laboratoire qui depuis 1897 étudiait la biologie coloniale puis (à partir de 1911) l’agronomie coloniale des populations indigènes.

[3] A l’exception notable du Musée ethnologique de Salagon qui propose, depuis 2001, un séminaire annuel consacré à l’ethnobotanique.

L’entrée est libre et sans inscription préalable.

Programme

  • 09h45 : Introduction : Frédéric Keck, directeur du Département de l’Enseignement et de la Recherche au musée du quai Branly.
  • 10h00 : Une expédition scientifique aux Indes : Francisco Hernández et la conquête des pharmacopées amérindiennes (1570-1577). Samir Boumediene, chercheur associé à la Faculté d'histoire de l'Université de Cambridge.
  • 10h30 : L'ethnobotanique au Muséum national d'Histoire naturelle, origines et évolution. Serge Bahuchet, directeur de l’UMR Eco-Anthropologie et Ethnobiologie et Catherine Hoare, chercheuse associée à l’UMR Eco-Anthropologie et Ethnobiologie.

11h : Pause

  • 11h15 : André-Georges Haudricourt, la pensée des plantes et la pensée par les plantes. Alban Bensa, directeur adjoint de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS), directeur d’études à l’EHESS.
  • 11h45: Intervention de Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste et écrivain. (Sous réserve)
  • 12h15: Introduire les plantes dans le débat des ontologies; un nouveau défi pour l'ethnobotanique?  Florence Brunois-Pasina, chargée de recherche au CNRS, laboratoire d’Anthropologie Sociale, rattachée à la chaire d’anthropologie de la nature du Collège de France.

12h45 : Pause Déjeuner

  • 14h30 : Les semences paysannes : "quelque chose à voir" avec les mouvements de réappropriation paysanne de la semence. Elise Demeulenaere, chargée de recherche au CNRS, UMR Eco-Anthropologie et Ethnobiologie.
  • 15h00 : Une ethnobotanique en contexte de commande à Montdauphin (Hautes-Alpes). Pauline Mayer, masterante au Muséum national d’Histoire naturelle, Aline Mercan, chercheuse associée au Centre Norbert Elias et à la station alpine du Lautaret et Dominique Coll animatrice à l'Association Les Coll'buissonnières.
  • 15h30 : Comment mener des enquêtes ethnobotaniques en 2015 ? Retour sur deux expériences de terrain entre Himalaya et Amazonie. Mélanie Congretel, doctorante à l’AgroParisTech et Vanessa Cholez, doctorante au Muséum national d’Histoire naturelle.

16h00 : Pause

16h15 : Au musée de Salagon, l'ethnobotanique côté cours et côté jardins. Danielle Musset, ancienne directrice du musée ethnologique de Salagon.

16h45 : Plantes et objets en plante : histoire et enjeux des collections ethnobotaniques. Carole Brousse, doctorante à l’IDEMEC et Pauline Rameau, chercheuse associée à l’UMR Eco-Anthropologie et Ethnobiologie et assistante de recherche au Musée de l’Homme.

17h15 : Discussion avec la salle animée par Georges Métailié, directeur de recherche au CNRS, Centre Alexandre-Koyré.

Lieux

  • salle cinéma - Musée du Quai Branly 37, Quai Branly
    Paris, France (75007)

Dates

  • mercredi 17 juin 2015

Mots-clés

  • ethnobotanique, nature, culture, jardin, pharmacopée

Contacts

  • Carole Brousse
    courriel : carole [dot] brousse [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Carole Brousse
    courriel : carole [dot] brousse [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« L'ethnobotanique », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 01 juin 2015, http://calenda.org/330078