AccueilLa nouvelle écriture de l’histoire avec Simmel, sur la forme, l'image, et la coloration

*  *  *

Publié le mardi 26 mai 2015 par João Fernandes

Résumé

L’histoire et sa forme est un thème philosophique et historiographique ancien et décisif, que Marc Bloch, Walter Benjamin, Kracauer, Arlette Farge, Ricoeur, Deleuze, Rancière, Philippe Artières et bien d’autres ont abordé avec éclat. Le sujet semble connaître une véritable renaissance en France, dans et à travers les pratiques d’écriture. Des historiens expérimentent sur la forme tandis que les théoriciens de l'histoire, du présent, et du contemporain manient des notions telles que « l’égohistoire » (Nora), les « régimes d'historicité » (Hartog) ou proposent l'histoire comme « littérature » (Jablonka).

Annonce

Argumentaire

L’histoire et sa forme est un thème philosophique et historiographique ancien et décisif, que Marc Bloch, Walter Benjamin, Kracauer, Arlette Farge, Ricoeur, Deleuze, Rancière, Philippe Artières et bien d’autres ont abordé avec éclat. Le sujet semble connaître une véritable renaissance en France, dans et à travers les pratiques d’écriture. Des historiens expérimentent sur la forme tandis que les théoriciens de l'histoire, du présent, et du contemporain manient des notions telles que « l’égohistoire » (Nora), les « régimes d'historicité » (Hartog) ou proposent l'histoire comme « littérature » (Jablonka).

En même temps, tout un ensemble de mots guère satisfaisants et liés aux études postcoloniales et globales (flows, histoire connectée, croisée, etc.) semble se répandre. Dans le monde anglo-saxon, les sentiments et leur théorisation (affect theory) s’insèrent dans (ou saturent, même figent) la pensée et notamment dans les récits historiques et anthropologiques, peut-être au détriment des idées, de l'esthétique et du concret. A un moment où, tout au moins dans l’hémisphère nord, les états d’âmes (moods) se propagent comme des diagnostics et des troubles individualisés ou bipolaires parmi nos étudiants et nos proches, les tonalités et “colorations” risquent de s’aplatir et de perdre leur signification sociale. Voilà peut-être une raison pour laquelle quelques historiens, anthropologues ou encore littéraires se tournent vers une écriture qui traverse les tonalités quotidiennes ou sonores, produisant ainsi des récits traitant des humeurs ou des colorations liées à la joie, la nervosité, l’amertume ou le deuil . . . (lire la suite sur le PDF)

Programme

Jeudi 28 mai

15h00-18h30 : Ouverture / Beginnings, Nancy Hunt (Université de Michigan, IEA de Paris)

Bienvenue et introduction : « Ecrire avec Simmel? Au-delà des fragments. Vers des tonalités », Phillipe Artières (EHESS)

Allocution liminaire : « Pourquoi les historiens français n'aiment-ils pas la littérature contemporaine? »

Discussion: Timothy Hampton (Université de California, IEA de Paris)

Débat / Discussion

18h30 : Verre de l'amitié 

Vendredi 29 mai

09h00 : Accueil

09h30h -10h45h : Fils et coloration

Textes à discuter:

  • Kristien Geenen (Université de Gent), "Mass Graves and Pleasure Zones in Congo (via Simmel’s Bare Facts and Atmospheres)"
  • Tanja Petrovic (Institute of Culture and Memory Studies ZRC), “Tapestries Woven and Unwoven with Simmel: Impossibilities in writing Yugoslav experiences, memories and histories”

Discussion : Armelle Cressent et Patricia Hayes

Réponses et réflexions des auteurs: Geenen and Petrovic

Débat / Discussion

11h00 : Temps, mise en forme et relations histoire-image

Textes à discuter:

  • Armelle Cressent (EHESS), « Le négatif d'un événement? Perception et mise en forme (formung) d'une colonne de la conquête coloniale dans les manuels d’histoire »
  • Bertrand Dommergue (critique d’art et conservation du patrimoine), «Qu’est-ce que la photographie?», questions de Clément Chéroux, commissaire de l’exposition, pour Mouvement)
  • Patricia Hayes (Université du Cap-Occidental), “Photographs as ‘material of life.’ The supplementation of textual archives with technical images in African history”

Discussion : Barbara Cooper (Université Rutgers, IEA de Paris) et Alexie Tcheuyap (Université de Toronto)

Réponses et réflexions des auteurs : A. Cressent, B. Dommergue, P. Hayes

Débat / Discussion

13h00: Déjeuner

14h30-15h45 : Expositions et formes de l’histoire

Texte à discuter:

  • Patrick Javault, “Formes de l’histoire dans l’art contemporain : le cas du pavillon allemand de la Biennale de Venise, entre 1976 et 1990”

Entretien:

  • Patrick Javault (critique d’art, conservateur et commissaire d’exposition d’art contemporain, responsable des « Entretiens sur l’art » à l’Espace Ricard), avec Betrand Dommergue (critique d’art et conservation du patrimoine et conservation du patrimoine)

Discussion: Til Van Rahden et Patricia Hayes

Réponse et réflexions : P. Javault

Débat / Discussion

16h00-17h15 : Climats, perceptions, publics

Textes à discuter:

  • Fanny Chabrol, « De la Nouvelle-Orléans à Yaoundé: appréhender l'hôpital, écrire ses humeurs »
  • Till Van Rahden (Université de Montréal, Forschungskolleg Humanwissenschaften), “I Know You Are Here. I Feel It”—On Democratic Forms as Elusive Objects

Discussion : Phillipe Artières et Nancy Hunt

Réponses et réflexions des auteurs : F. Chabrol et T. Van Rahden

Débat / Discussion

17h30 - 19h00 : Closing time / Clôture

Avec Phillipe Artières, Armelle Cressent, Patricia Falguières (EHESS, à confirmer) et Alexie Tcheuyap (Université de Toronto)

Débat avec l’ensemble des participants

19h00 :Cocktail

Inscription obligatoire :

http://paris-iea.fr/

Pour vous inscrire, veuillez contacter l’organisatrice Nancy Rose Hunt (nrhunt@umich.edu), qui vous donnera accès au site-web du colloque où vous trouvez tous les textes écrits pour ces journées d’études (organisées comme atelier de travail), y compris les trois essais de Simmel, en allemand ou en traduction française ou anglaise.

Lieux

  • 17, quai d'Anjou
    Paris, France (75004)

Dates

  • jeudi 28 mai 2015
  • vendredi 29 mai 2015

Mots-clés

  • Simmel, forme, image, coloration

Contacts

  • Simon Luck
    courriel : information [at] paris-iea [dot] fr

Source de l'information

  • Nancy Rose Hunt
    courriel : nrhunt [at] umich [dot] edu

Pour citer cette annonce

« La nouvelle écriture de l’histoire avec Simmel, sur la forme, l'image, et la coloration », Journée d'étude, Calenda, Publié le mardi 26 mai 2015, http://calenda.org/330178