AccueilDoctorat en socio-économie de l’innovation : « Une viticulture sans pesticides ? »

Doctorat en socio-économie de l’innovation : « Une viticulture sans pesticides ? »

The socio-economy of innovation doctoral position: winegrowing without pesticides

Analyse des trajectoires et des controverses autour des innovations génétiques en Vigne

Analysing the trajectories and controversies of the genetic innovations in vineyards

*  *  *

Publié le mardi 23 juin 2015 par João Fernandes

Résumé

Le département SAD (Sciences pour l’action et le développement) de l’INRA lance un appel à candidatures pour une allocation de recherche en soutien à la réalisation d’une thèse doctorale, en codirection avec le Centre de sociologie de l’innovation (CSI) de l’École des mines de Paris (Mines-ParisTech). Le candidat retenu sera inscrit en première année de thèse dans le cadre de l’école doctorale EOS (université Paris Ouest Nanterre / Mines ParisTech), sous la direction d’un enseignant-chercheur du CSI.

Annonce

Cadre de réalisation de la thèse

Le département SAD (Sciences pour l’action et le développement) de l’INRA lance un appel à candidatures pour une allocation de recherche en soutien à la réalisation d’une thèse doctorale, en codirection avec le Centre de Sociologie de l’Innovation (CSI) de l’École des mines de Paris (Mines-ParisTech). Le candidat retenu sera inscrit en première année de thèse dans le cadre de l’école doctorale EOS (Université Paris Ouest Nanterre / Mines ParisTech), sous la direction d’un enseignant-chercheur du CSI. 

Le département SAD de l’INRA poursuit des recherches sur l'innovation en agriculture, dans une perspective d’aide à l’action. Il s’agit notamment de faciliter les transitions vers de nouveaux systèmes agricoles et de nouvelles manières de gérer les interactions entre agriculture et territoires. Pour cela, il étudie les processus sociotechniques et socioéconomiques qui entourent l'innovation, les démarches qui la favorisent, et ses conséquences sociales, organisationnelles et économiques. Le Centre de Sociologie de l'Innovation, équipe de l’Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (UMR CNRS  9217) s'intéresse au rôle des sciences et des techniques dans la société. Il développe ses travaux selon 3 grandes thématiques de recherche : les formats de la démocratie technique, la fabrique de l’économie, la constitution des individus et des collectifs. (http://www.csi.mines-paristech.fr

La thèse proposée s’inscrit au carrefour des deux dernières thématiques pour le CSI, et dans l’axe thématique « Ecologisation des systèmes agricoles » ainsi que dans l’action clé « Lockin » (Verrouillages et Transitions vers un gestion durable de la santé des plantes) du métaprogramme SMaCH (Sustainable Management of Crop Health) de l’INRA. 

C'est un sujet qui mixte plusieurs niveaux d'analyse : celui de l'appropriation par les viticulteurs de nouveaux cépages et d'une nouvelle manière de faire le vin, celui de l'organisation du conseil viticole et vinicole dans la perspective d'une viticulture durable sur un plan économique et environnemental, celui des politiques publiques d'encadrement de la vigne et du vin (cf. AOC), et ceci dans différents territoires du vin et avec éventuellement une perspective sociohistorique

Sujet de la thèse

Contexte

De plus en plus de voix s'élèvent contre les effets négatifs des pesticides et fongicides sur la santé et l’environnement. Dans le domaine de la viticulture, l’importance de ces produits s'explique par la pression exercée sur la vigne par les maladies. Leur diffusion dans les territoires touche en premier lieu les viticulteurs et leur voisinage immédiat. Une solution inédite commence cependant à voir le jour sous la forme de cépages résistant aux maladies de la vigne qui permettraient de réduire ‘automatiquement’ les doses de fongicides appliquées. Face aux avantages en termes de coûts, de temps de travail et d'image que présente l'absence de traitements phytosanitaires, l'usage de nouvelles variétés de vigne implique cependant une phase transitoire avec un mélange de cépages avec des conduites différenciées dans l'exploitation et l'abandon de cépages historiques qui structurent le goût du vin et sa commercialisation. Il se heurte aussi aux contraintes des cahiers des charges des AOC et de la difficulté de faire évoluer le classement des variétés en France.

Objectifs

Le projet de thèse proposé se centre sur les dynamiques de construction et d’appropriation individuelle et collective d’une innovation en vigne, a priori radicale puisqu’elle implique de repenser les conduites de la vigne (son agronomie), mais aussi de la caractérisation du vin (son œnologie), éventuellement la définition du terroir : l’AOC ou l’IGP concernée (son cadrage juridique ou réglementaire) et les conditions de valorisation économique du vin (son marché) qui peuvent lui être associées. En outre, la spécificité de cette innovation basée sur les résistances variétales réside dans le caractère nécessairement durable de cette innovation dite « environnementale », qui sous-tend une réflexion sur la gestion patrimoniale (ou durable) des résistances variétales sur l’ensemble d’un territoire.

Démarche

C'est un sujet qui mixte plusieurs niveaux d'analyse : celui de l'appropriation par les viticulteurs de nouveaux cépages et d'une nouvelle manière de faire le vin, celui de l'organisation du conseil viticole et vinicole dans la perspective d'une viticulture durable sur un plan économique et environnemental, celui des politiques publiques d'encadrement de la vigne et du vin (cf. AOC), et ceci dans différents territoires du vin et avec éventuellement une perspective sociohistorique

Terrains envisagés

France, Allemagne, Suisse voire Italie

Durée / Localisation

Période : 3 ans (début automne 2015)
Lieu : INRA Ivry

Indemnité

Salaire : 1421€ net

Profil recherché

Le/la candidat/e devra être titulaire, au moment de son inscription en thèse, d’un master 2 (ou équivalent) et :

  • avoir une formation dans l’une ou plusieurs de ces disciplines : sociologie, économie, gestion, sciences politiques
  • faire preuve d’expérience dans la réalisation de travail de terrain
  • maîtriser l’anglais. La maîtrise de l’allemand est un plus.

Modalités de candidatures

Les candidats/tes feront parvenir par courrier électronique,

le 2 juillet 2015 au plus tard, 

un dossier comportant les pièces suivantes :

  • un curriculum vitae
  • une lettre de motivation
  • un texte ou plusieurs textes de leur production (articles, mémoire, etc.)
  • éventuellement, une ou plusieurs lettres de recommandation

Le dossier complet devra être transmis par email aux adresses suivantes :

francois.hochereau@ivry.inra.fretalexandre.mallard@mines-paristech.fr

en indiquant la mention « APPEL THESE INRA-SAD / CSI »   dans l’objet du message.

Les candidats/tes retenu(e)s sur dossier seront auditionné(e)s par François Hochereau (INRA), Alexandre Mallard (CSI) et Antoine Hennion (CSI) entre le 6 et le 9 juillet.

Lieux

  • Ivry-sur-Seine, France (94)

Dates

  • jeudi 02 juillet 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • viticulture, innovation, agriculture durable, transition, verrouillage

Contacts

  • François Hochereau
    courriel : francois [dot] hochereau [at] ivry [dot] inra [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • François Hochereau
    courriel : francois [dot] hochereau [at] ivry [dot] inra [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Doctorat en socio-économie de l’innovation : « Une viticulture sans pesticides ? » », Bourse, prix et emploi, Calenda, Publié le mardi 23 juin 2015, http://calenda.org/332807