AccueilAlcool et ivresse en Amérique

Alcool et ivresse en Amérique

Alcohol and drunkeness in America

Approches historiques et anthropologiques

Historical and anthropological approaches

*  *  *

Publié le lundi 22 juin 2015 par Elsa Zotian

Résumé

La fabrication et la consommation de boissons alcoolisées articulent une multiplicité de relations sociales, culturelles et économiques. Sur le continent américain, le contact avec les Européens a apporté non seulement de nouveaux fruits fermentables mais aussi de nouvelles boissons et techniques de distillation qui ont participé progressivement à des mécanismes de pouvoir, d’aliénation et de subordination des populations locales. La fabrication du vin et de la bière sur le nouveau continent a accompagné les changements des paysages et de modes de travail. Boissons autochtones et allochtones ont par ailleurs suivi, partiellement, un processus de métissage sur les plans des techniques artisanales et des savoir-faire. L’existence préalable de boissons alcoolisées locales a généré aussi, dès le contact et jusqu’à nos jours, des usages, coutumes et espaces de socialisation souvent distincts selon l’origine de la boisson consommée.

Annonce

Argumentaire

La fabrication et la consommation de boissons alcoolisées articulent une multiplicité de relations sociales, culturelles et économiques. Sur le continent américain, le contact avec les Européens a apporté non seulement de nouveaux fruits fermentables mais aussi de nouvelles boissons et techniques de distillation qui ont participé progressivement à des mécanismes de pouvoir, d’aliénation et de subordination des populations locales. La fabrication du vin et de la bière sur le nouveau continent a accompagné les changements des paysages et de modes de travail.

Boissons autochtones et allochtones ont par ailleurs suivi, partiellement, un processus de métissage sur les plans des techniques artisanales et des savoir-faire. L’existence préalable de boissons alcoolisées locales a généré aussi, dès le contact et jusqu’à nos jours, des usages, coutumes et espaces de socialisation souvent distincts selon l’origine de la boisson consommée. Chroniqueurs, missionnaires, administrateurs et colons déploraient l’ivresse des Indiens et des esclaves tout en tirant des profits non négligeables. L’histoire économique et morale de la vie quotidienne profane et religieuse à travers le continent américain peut se lire ainsi à travers les modes d’intégration, de consommation, de ritualisation et d’hybridation… des différentes boissons alcoolisées.

L’alcool est en effet taxé, trafiqué, contrôlé ; il est exclusif, il sert à rémunérer et à exploiter et aussi à dénoncer fiscalement et moralement. Sa fabrique, sa consommation et ses lieux de libations se régissent selon son origine autochtone ou allochtone mais aussi selon les genres et les classes sociales des buveurs… Ritualisé, il est lié aux différentes traditions religieuses célébrées sur le continent ; il est en rapport à l’ancestralité et aux origines ; il est bu et on s’en enivre pour oublier, pour se souvenir, pour ressembler, pour se distancier, pour exister, pour disparaître, pour rassembler et pour diviser, pour amorcer, pour se soustraire… L’ivresse a ses codes, eux aussi sociaux et ethniques. L’alcool est également, dans le contexte contemporain de migration, de globalisation et de revendications identitaires sujet à substitution, patrimonialisation, folklorisation, mises en chansons… 

La journée d’étude propose de réunir anthropologues et historiens des sociétés américaines, passées et présentes, afin d’explorer ces différents types de représentations, constructions et circulations qui parcourent à travers l’alcool les différents segments des sociétés américaines. Il s’agira d’examiner ainsi des ensembles de relations et circulations dans l’espace et dans le temps entre alcool et ivresse, culture, société et pouvoir.

Programme

9h - accueil

9h30 - Présentation

  • 9h45 - Céline Flory (CNRS-CERMA) - Engagisme par rachat, alcool et acquisition de travailleurs
  • 10h15 - Ivette Machado (Doctorante-CRBC) - Les « boissons pernicieuses » en Guyane française : entre moral et intérêt économique au début du XIXe siècle
  • 10h45 - Irène Delcourt (Doctorante en histoire-CENA) - La Noire Idole : Opium et ébriété au XIXe siècle aux États-Unis

11h15 - pause-café

11h30-12h30 - Discussion animée par Carmen Bernand (CERMA)

Pause déjeuner

  • 13h30 - Benjamin Balloy  - Le motif de la régurgitation dans les « fêtes » amérindiennes
  • 14h00 - Elise Capredon (Doctorante en anthropologie-CERMA) - Le ‘profil adéquat’ du leader indigène : buveur ou abstinent ? Usages et représentations de l’alcool chez des indiens évangéliques de l’Amazonie brésilienne.
  • 14h30 - Olivier Allard (EHESS-LAS) - Boire, pleurer, mourir : l’ambivalence morale de l’ivresse dans le delta de l’Orénoque (Venezuela)

15h00-15h30 - Discussion animée par Anath Ariel de Vidas (CNRS-CERMA) et Anne-Marie Losonczy (EPHE-CERMA)

Lieux

  • EHESS, Salle Lombard, r.d.c. - 96, Bd Raspail
    Paris, France (75006)

Dates

  • mercredi 24 juin 2015

Mots-clés

  • alcool, amérindiens, Amérique, époque coloniale

Contacts

  • Anath Ariel de Vidas
    courriel : anathari [at] ehess [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Anath Ariel de Vidas
    courriel : anathari [at] ehess [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Alcool et ivresse en Amérique », Journée d'étude, Calenda, Publié le lundi 22 juin 2015, http://calenda.org/333045