AccueilArts visuels en terres d'islam : nouvelles approches, nouveaux enjeux

Arts visuels en terres d'islam : nouvelles approches, nouveaux enjeux

Visual arts in Islam lands: new approaches, new issues

*  *  *

Publié le jeudi 02 juillet 2015 par João Fernandes

Résumé

Ce dossier thématique a pour objectif de dresser une cartographie de la recherche portant sur les arts plastiques modernes et contemporains dans les pays où l’islam est la principale référence religieuse. À la différence du cinéma, du théâtre ou de la littérature, les arts visuels contemporains ont peu bénéficié de l’attention des chercheurs, et ce malgré un renouveau d’intérêt alimenté par l’actualité socio-politique des « révolutions arabes ». Nous proposons d’étudier les différents ensembles disciplinaires à partir desquels se développent les recherches sur l’art contemporain en examinant les méthodes et les outils d’analyse qui ont été utilisés depuis l’émergence de l’art moderne au Maghreb et au Moyen-Orient.

Annonce

Argumentaire

Ce dossier thématique a pour objectif de dresser une cartographie de la recherche portant sur les arts plastiques modernes et contemporains dans les pays où l’islam est la principale référence religieuse. À la différence du cinéma, du théâtre ou de la littérature, les arts visuels contemporains ont peu bénéficié de l’attention des chercheurs, et ce malgré un renouveau d’intérêt alimenté par l’actualité socio-politique des « révolutions arabes ». Nous proposons d’étudier les différents ensembles disciplinaires à partir desquels se développent les recherches sur l’art contemporain en examinant les méthodes et les outils d’analyse qui ont été utilisés depuis l’émergence de l’art moderne au Maghreb et au Moyen-Orient. Il s’agit de déterminer la place occupée par ce corpus au sein des disciplines instituées que sont l’histoire de l’art, la sociologie de l’art, l’histoire et l’anthropologie culturelle. Nous interrogerons aussi les usages des systèmes d’assignation qui servent de cadre pour appréhender ces productions (arabe, musulman, méditerranéen, du sud, périphérique…) lesquels ont également un impact sur les objets et les individus qui circulent au sein de marchés et d’institutions dédiés à l’art moderne et contemporain.

Historiographie de l’art moderne et contemporain

Un premier axe, historiographique, vise à rendre compte de l’évolution de la production académique sur ces objets. En effet, malgré les travaux fondateurs de Silvia Naef proposant une analyse socio-historique des modernités artistiques au Moyen-Orient, les perspectives culturalistes ont dominé les débats attribuant souvent une fonction explicative centrale à la tradition, qu’elle soit religieuse (avec la notion d’art islamique) ou non, en faisant courir le risque d’occulter d’autres facteurs permettant de comprendre la production artistique et le phénomène créatif. Par ailleurs, les discours produits au sein des mondes de l’art tendent à isoler la production contemporaine de toutes références passées. Or, il nous semble que l’on peut gagner en compréhension en la réinscrivant dans une perspective temporelle. Nous proposons donc d’analyser les travaux universitaires et le discours des mondes de l’art depuis la période moderne, en portant attention au contexte de leur émission, aux circulations et aux transferts, aux effets de traduction, aux appropriations et aux réappropriations. Les contributions pourront participer d’une sociologie ou d’une histoire de la connaissance soucieuse de réinterroger l’historiographie et présenter des méthodologies d’analyse susceptibles de concourir à un renouvellement des perspectives.

Les processus d’assignation et leurs usages

Ce dossier doit également permettre de questionner les répercussions des processus d’assignation sur les œuvres, à une échelle locale, nationale ou transnationale. On pourra par exemple interroger les glissements sémantiques du qualificatif d’art islamique vers celui d’art moderne/contemporain arabe/iranien/turc. Ces caractérisations ethniques ou nationales sont souvent convoquées pour valoriser un processus de sécularisation de la production artistique n’abolissant pas nécessairement l’assignation précédente. Nous nous interrogerons donc sur l’articulation des différentes catégorisations, leur élaboration conjointe dans le champ de l’art et leurs effets dans la réception et la compréhension des œuvres. Inversement, il serait intéressant de pouvoir mesurer la contribution des arts visuels à la construction à la fois savante et imaginaire d’un « espace musulman ». Pourront y contribuer l’analyse des textes qui accompagnent les productions visuelles (intitulés des œuvres, écrits sur l’art) ; la matérialité des productions visuelles elles-mêmes ; ou encore les circulations des œuvres, qu’elles obéissent à des logiques marchandes (galeries, sociétés de ventes aux enchères…) ou institutionnelles (échanges diplomatiques, musées, expositions itinérantes, annuelles ou biennales…).

Organisations sociales des mondes de l’art et pratiques artistiques

Le point aveugle de ces processus d’assignation est bien souvent le contexte de production des œuvres. Nous proposons donc de consacrer une partie du dossier à l’organisation sociale des mondes de l’art locaux et aux pratiques de leurs acteurs. Ces mondes obéissent à des logiques qui ne se réduisent pas aux cadres généraux politiques, religieux ou culturels dans lesquels ils s’inscrivent, ni aux seules dynamiques de la scène artistique internationale. Les artistes, qu’ils acceptent, refusent les systèmes d’assignations ou en jouent, sont parties prenantes d’un processus général de mondialisation auquel l’Islam n’échappe pas et dont les artistes produisent des interprétations. Leurs réponses ne sont pas seulement, ou nécessairement, inscrites dans leurs œuvres, mais aussi dans les activités qu’ils élaborent et dans des pratiques qui se normalisent au sein d’un monde de l’art qu’ils ont contribué à créer. Nous appelons donc à des études des scènes artistiques locales ouvertes au dialogue avec des travaux portant sur d’autres aires géographiques et culturelles, de façon à éviter d’enclaver les œuvres et leurs créateurs dans des définitions posées a priori.

Les contributions adoptant une démarche comparatiste ou proposant de nouvelles échelles d’observation seront donc les bienvenues. Les textes devront apporter une attention particulière à la présentation des données empiriques et aux méthodes qui ont permis de les rassembler. Ce numéro voudrait en effet contribuer à faire connaître des méthodologies originales développées sur des terrains encore mal connus. Les propositions peuvent s’inscrire dans différentes traditions disciplinaires. Mais les démarches interrogeant les effets de l’interdisciplinarité dans la construction d’un champ de pensée nouveau seront particulièrement appréciées. Si la qualité des propositions le permet, celles-ci pourraient constituer un axe spécifiquement méthodologique.

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Pour résumer, sont attendus des articles portant sur les arts contemporains de la région selon des perspectives scientifiques historique, esthétique, sociologique, anthropologique, politiste ou pluridisciplinaire ; ils peuvent s’intéresser aux objets eux-mêmes ou aux institutions dédiés à l’art contemporain, au développement des recherches sur ces questions ou interroger les pratiques contemporaines à l’aune de la modernité.

Les propositions (4 000 signes maximum) seront envoyées par courriel à annabelle.boissier@gmail.com et alain.messaoudi@ehess.fr

avant le 1er décembre 2015.

Envoi des articles sélectionnés (45 000 signes) avant le 1 septembre 2016.

Coordination

  • Annabelle Boissier,
  • Fanny Gillet,
  • Alain Messaoudi 
  • Perin Emel Yavuz

Dates

  • mardi 01 décembre 2015

Mots-clés

  • art visuel, islam, art moderne, art contemporain, pratique artistique, arabe

URLS de référence

Source de l'information

  • Annabelle Boissier
    courriel : annabelle [dot] boissier [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Arts visuels en terres d'islam : nouvelles approches, nouveaux enjeux », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 02 juillet 2015, http://calenda.org/334273