AccueilL’usage du cas et de l’exemple dans l’enseignement supérieur

L’usage du cas et de l’exemple dans l’enseignement supérieur

The usage of cases and examples in higher education

Pratiques, apprentissages et rapport aux savoirs

Practices, learning and the relationship to knowledge

*  *  *

Publié le lundi 06 juillet 2015 par Céline Guilleux

Résumé

L’enseignement supérieur est l’objet d’un questionnement foisonnant. Les démarches, les outils, les méthodes dont les enseignants peuvent se saisir pour rendre leurs cours plus attractifs, efficaces et performants, font l’objet de recherches de nature diverses en sciences de l’éducation et dans les didactiques disciplinaires. Le recours aux exemples et aux cas, bien qu’usuel, reste néanmoins peu questionné. Représentant ce qui est concret et significatif, les exemples et les cas sont souvent auréolés de vertus pédagogiques dont l’évidence invite l’analyse. C’est ce qui constitue le thème de ce numéro de Recherches en éducation. Les contributions de toutes les disciplines sont les bienvenues. Elles doivent d'appuyer sur un travail d'analyse de données.

Annonce

Argumentaire

L’enseignement supérieur est l’objet d’un questionnement foisonnant. Les démarches, les outils, les méthodes dont les enseignants peuvent se saisir pour rendre leurs cours plus attractifs, efficaces et performants, font l’objet de recherches de nature diverses en sciences de l’éducation et dans les didactiques disciplinaires. Le recours aux exemples et aux cas, bien qu’usuel, reste néanmoins peu questionné. Représentant ce qui est concret et significatif, les exemples et les cas sont souvent auréolés de vertus pédagogiques dont l’évidence invite l’analyse. C’est ce qui constitue le thème de ce numéro de Recherches en éducation.

  • Qu’est ce qui fait « exemple » ou « cas » dans le cadre d’un enseignement universitaire ?

Il s’agit de savoir ce qui, dans un enseignement, constitue le singulier porteur de savoirs théoriques. C’est la nature des savoirs en jeu qui est questionnée mais aussi le processus de genèse des cas et des exemples. Il s’agit de comprendre quand et comment les enseignants construisent des exemples ou des cas. Cela questionne leurs ressources, leurs outils et leurs démarches mais aussi la portée de ces construits. Les types de cas ou d’exemples sont-ils uniquement dépendants des contextes au sein desquels ils se déploient (i.e. : le cours d’un enseignant particulier) ? Ou au contraire, existe–il des exemples ou des cas jugés incontournables dans l’apprentissage d’une théorie ou d’un champ de connaissances ? Cette question amène aussi à se demander ce qui fait qu’un exemple ou un cas est perçu comme incontournable. C’est la diffusion et la portée des exemples et des cas utilisés en cours qui est interrogée ici. Ces questions peuvent être appréhendées d’un point de vue historique, sociologique, philosophique ou épistémologique. Le recours à des cas ou des exemples soulèvent en effet la question de l’articulation entre le singulier et le théorique au sein d’un cours. Le cas comme l’exemple, reposent sur un processus de réduction de la réalité, voire de simplification, et comportent ainsi un risque de simplification du réel. Comment les enseignants appréhendent cette articulation ? Dans quelle mesure le cas et l’exemple renvoient-ils à des démarches équivalentes ?

  • Mobiliser un exemple, faire une étude d’un cas : quelles différences dans un cours ?

L’étude de cas est une démarche d’enseignement issue des sciences de gestion (Bédard, Dell’Aniello, & Desbiens, 2005) mais qui s’est étendue à d’autres disciplines : droit, médecine, géographie, l’urbanisme etc. L’enseignement par cas renvoie à des pratiques enseignantes hétéroclites (Herreid, 2006; Poumay, 2011). Le cas peut s’inscrire dans une démarche ascendante, structurée par un problème qu’il s’agit de décrire et d’analyser à l’aide d’un corpus documentaire dans une perspective socio-constructiviste. Le cas peut aussi reposer sur une démarche déductive comme en médecine où il s’agit de mobiliser des connaissances et d’acquérir un savoir-faire : le diagnostic. L’étude de cas est aussi utilisée dans le cadre d’une pédagogie traditionnelle magistralo-centrée. De la même manière, la présence d’exemples dans un enseignement peut renvoyer à des démarches et des pratiques diverses. Qu’est-ce qui différencie une étude de cas, d’un exemple ? Est-ce que ces différences sont d’ordre épistémologique ? Ou bien, d’ordre pédagogique ou didactique ?

  • Des exemples et des cas : pourquoi ? pourquoi faire ?  

Cela nous amène à questionner les choix qui président à l’usage d’exemples ou de cas dans un cours et les intentions qui les motivent. Il s’agit d’interroger le rôle et la place que donnent les enseignants aux cas et aux exemples dans leur cours mais aussi la manière dont les étudiants les reçoivent. Quelles représentations en ont-ils ? Quels usages en font-ils dans leurs apprentissages ? Nous pouvons également analyser le rapport aux savoirs qu’engendrent l’étude de cas ou l’exemple. En quoi chacune de ces approches influence le rapport que les étudiants construisent et entretiennent avec les savoirs à apprendre?

Les contributions attendues doivent s'appuyer sur une expérience d'enseignement ou des études de terrain et ne pas se réduire à des considérations théoriques générales sur la question.

Modalités de soumission

Les propositions d’article devront ne pas dépasser 40000 à 50 000 signes (espaces compris). Elles sont à constituer à partir de la page-type à télécharger sur le site de la revue et en suivant au mieux les consignes à télécharger elles aussi.

http://www.recherches-en-education.net/spip.php?article55

Les propositions sont à envoyer pour le 30 aout 2015.

Pour tout renseignement et pour envoi des propositions, s’adresser à : carolinefrezal@wanadoo.fr

Calendrier prévisionnel

  • 31 aout 2015 : Date limite de réception des articles

  • Décembre 2015 : Retour des expertises aux auteurs
  • 15 mars 2016 : Date limite de retours des articles réécrits
  • Janvier 2017 : Publication du numéro

Comité scientifique

  • Christian Alin (CRIS, Université de Lyon I)
  • Marguerite Altet (CREN, Université de Nantes)
  • Loïc Chalmel (CIVIIC, Université de Rouen)
  • Jean-Luc Dorier (DiMaGe, Université de Genève)
  • Marc Durand (CRAFT, Université de Genève)
  • Alain Kerlan (EDUCPOL, Université de Lyon II)
  • Yves Lenoir (CRCIE, Université de Sherbrooke, Canada)
  • Jean-Francois Marcel (« Education, Formation, Travail et savoirs », ENFA, Université de Toulouse)
  • Pierre Merle (CRESS-LESSOR, Université de Rennes II)
  • Pierre Pastré (CDF-CNAM, Professeur émérite)
  • Yves Reuter (Théodile-CIREL, Université de Lille III)
  • André Robert (EDUCPOL, Université de Lyon II)
  • Patricia Schneeberger (LACES, Université de Bordeaux IV)
  • Bernard Schneuwly (ERHISE, Université de Genève)
  • Gérard Sensévy (CREAD, Université de Rennes II)
  • Andrée Tiberghien (Directeur de Recherche CNRS, Icar, Lyon II)
  • Richard Wittorski (CIVIIC, Université de Rouen)

Catégories

Dates

  • lundi 31 août 2015

Mots-clés

  • enseignement supérieur, pédagogie universitaire, cas, exemple, didactique

Contacts

  • Caroline Leininger-Frézal
    courriel : carolinefrezal [at] wanadoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Caroline Leininger-Frézal
    courriel : carolinefrezal [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« L’usage du cas et de l’exemple dans l’enseignement supérieur », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 06 juillet 2015, http://calenda.org/334387