AccueilComprendre et agir sur les inégalités de santé. Un défi pour les chercheurs et les praticiens des champs éducatif, sanitaire et social

Comprendre et agir sur les inégalités de santé. Un défi pour les chercheurs et les praticiens des champs éducatif, sanitaire et social

Understanding and acting on health inequalities. A challenge for researchers and practitioners in the fields of educative, health and social fields

Revue « Éducation, Santé, Sociétés » n°2, vol. 2 (mars 2016)

*  *  *

Publié le mercredi 08 juillet 2015 par Elsa Zotian

Résumé

En 2010, le Professeur Thierry Lang et ses collègues du groupe de travail « Inégalités sociales de santé » du Haut Conseil de la santé publique ont intitulé leur rapport « sortir de la fatalité ». Ils appelaient à l’époque à en finir avec la contemplation pour passer à l’action et rappelaient que nous savons depuis un demi-siècle, qu’en France un cadre vit plus longtemps et en meilleure santé qu’un ouvrier ou un employé. Dans cet esprit, « comprendre » et « agir » constituent les maîtres-mots de ce numéro de la revue « Éducation, Santé, Sociétés ». Il s’agit de faire le point des données disponibles tant sur les mécanismes sous-jacents aux inégalités territoriales et sociales que sur les dispositifs mis en œuvre pour les réduire.

Annonce

Argumentaire

En 2010, le Professeur Thierry Lang et ses collègues du groupe de travail « Inégalités sociales de santé » du Haut Conseil de la santé publique ont intitulé leur rapport « sortir de la fatalité »[1]. Ils appelaient à l’époque à en finir avec la contemplation pour passer à l’action et rappelaient que nous savons depuis un demi-siècle, qu’en France un cadre vit plus longtemps et en meilleure santé qu’un ouvrier ou un employé. Dans cet esprit, « comprendre » et « agir » constituent les maîtres-mots de ce numéro de la revue Education, Santé, Sociétés. Il s’agit de faire le point des données disponibles tant sur les mécanismes sous-jacents aux inégalités territoriales et sociales que sur les dispositifs mis en œuvre pour les réduire.

Il convient de rappeler ici que quel que soit l’indicateur de santé ou de niveau social utilisé, l’état de santé s’améliore toujours avec le statut social. De plus, les données montrent que ces inégalités se mettent en place très tôt, en tout cas, dès l’enfance, et qu’elles se renforcent au cours de la vie. Une étude de la DREES[2] réalisée auprès d’élèves en classe de CM2 met en avant le fait que l’obésité touche 7 fois plus les enfants d’ouvriers que les enfants de cadres. Cette étude montre également par exemple que 45 % des enfants de cadres déclarent manger des fruits et des légumes tous les jours de la semaine, contre 23 % des enfants d’ouvriers.

Les inégalités de santé ont tendance à se creuser dans notre pays et elles ne concernent pas uniquement les personnes en situation de précarité. En fait, il s’agit plutôt d’un gradient qui traverse l’ensemble de la population. De nombreux travaux ont montré la multiplicité des déterminants de ces inégalités : accès aux soins mais également niveau socioéconomique, éducation, situation professionnelle, environnement physique et social, modes de vie. En France, plus qu’ailleurs, l’action publique est principalement orientée vers la prise en charge et le soin reléguant au second plan la dimension préventive. Si ce déséquilibre peut s’expliquer par un contexte historique, culturel, social et politique propre, il ne saurait perdurer. Tant au plan des politiques que des pratiques, c’est une action centrée sur ces déterminants dans une approche intersectorielle (éducation, santé, social) qui est de nature à permettre de créer les conditions d’une réduction du gradient des inégalités.

Des contributions relatives à la compréhension des inégalités et aux politiques et pratiques visant à les réduire sont donc attendues. Celles-ci peuvent se référer à une très large diversité de paradigmes et s’appuyer sur des données tant qualitatives que quantitatives. Il peut s’agir des résultats de travaux empiriques traitant par exemple d’évaluation d’impact, d’étude d’implication des acteurs ou des dynamiques collectives de travail, mais également de réflexions théoriques, de descriptions de protocoles d’étude…

Sont ainsi attendus des travaux ayant pour objet :

  1. La connaissance des inégalités sociales et territoriales de santé.

Ces travaux pourront interroger :

  • les différents déterminants éducatifs, sociaux, sanitaires, environnementaux, culturels…
  • les modes de catégorisation et les cadres analytiques avec lesquels on s’efforce d’appréhender ces inégalités.
  • selon le domaine de pratiques, le rôle du milieu observé en matière de réduction, de (re)production et/ou de déplacement des inégalités de santé.

Ils pourront prendre en compte la question des échelles pour étudier les inégalités de santé, du local (noyau familial, interactions pédagogiques, rapport professionnel de santé/patient, etc.) à l’international, en passant par les territoires de vie (établissement scolaire, hôpital etc.). À quels niveaux géographiques peut-on étudier la production de ces inégalités ? Quelles sont les données disponibles, statistiques ou autres, et quels en sont les limites et écueils éventuels ? Comment articuler les différentes échelles d’analyse ?

2. Les liens entre les connaissances et les interventions éducatives et sociales

Les travaux envisageront alors les politiques, les dispositifs d’intervention et les pratiques visant à réduire les inégalités, en envisageant les relations complexes qui se nouent entre les connaissances produites et les interventions dans différents lieux. Les dispositifs, dont les caractéristiques comme l’impact seront étudiées, peuvent concerner des milieux (école, milieu professionnel…), des espaces (quartier, village…), des populations spécifiques.

Les contributions permettront notamment de discuter les points suivants :

  • Comment les manifestations complexes de la réalité "en action" sont-elles envisagées, récoltées, traitées, analysées et interprétées dès lors qu'elles envisagent le questionnement selon le prisme des inégalités ?
  • Comment certains programmes réussissent-ils à se construire au gré d’approximations successives, ce qui peut alors permettre (grâce aux indicateurs) d’interroger les mécanismes à l’origine des modifications observées ?
  • Les connaissances (et lesquelles ?) permettent-elles toujours d'agir, et si oui, selon quelles limites ?
  • Au final, quelles sont les articulations possibles entre les connaissances produites et les interventions éducatives et sociales antérieures, présentes, postérieures à la recherche ?
  • Quelle place pour les contextes dans lesquels sont produites les recherches et comment dépasser (ou non) ces dimensions contextuelles pour produire des connaissances à fort potentiel d'utilité sociale ?

[1] Haut Conseil de Santé Publique (2009). Les inégalités sociales de santé : sortir de la fatalité. Accessible en ligne : www.hcsp.fr/explore.cgi/hcspr20091112_inegalites.pdf

[2] CHARDON, O., GUIGNON, N., GUTHMANN, J.-P., FONTENEAU, L. et DELMAS, M.-C. (2013), « La santé des élèves de CM2 en 2007-2008 », Études et résultats, n° 853, Drees, septembre.

Conditions de soumission

Les articles sont à envoyer à revue.ess@unires-edusante.fr

avant le 30/11/2015

Les modalités de soumission complètes sont précisées en ligne

Plus d’informations sur la revue Education, Santé, Sociétés.

La revue accueille deux types de contributions : des articles RECHERCHES (50 000 signes) et des articles PERSPECTIVES (25 000 signes).

Pour plus de détails : http://unires-edusante.fr/wp-content/uploads/2015/03/Soumettre-un-article_190315.pdf

Coordinateur scientifique

  • Didier Jourdan, Professeur des Universités, Laboratoire ACTé EA 4281, ESPE, Université Blaise Pascal Clermont II

Comité scientifique

  • ACIOLY-REGNIER Nadja, Université Claude Bernard – Lyon 1, ESPE.
  • BAILLARGEON Denyse,  Université de Montréal (Québec).
  • BRETON Éric, École des Hautes Études en Santé Publique, Rennes.
  • CARLIER Ghislain, Université Catholique de Louvain (Belgique).
  • CLANET Joël, Université de La Réunion, ESPE.
  • COQUIDE Maryline ,  École Normale Supérieure Cachan, Ifé.
  • DESCARPENTRIES Jacqueline, Université Lille 3.
  • DE CARVAHLO Graça, Institute of Education, University of Minho (Portugal).
  • DEDIEU Laurence, Université de Reims Champagne-Ardenne, ESPE.
  • EL HAGE Fadi, Université St-Joseph, Beyrouth (Liban).
  • EYMARD Chantal, Université de Provence.
  • FAVRE Daniel, Université Montpellier 2, ESPE.
  • GANEM Valérie, Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité.
  • GERBAUD Laurent, Université d’Auvergne – Clermont 1.
  • GUIET-SILVAIN Jeanne, Université Paris 5.
  • HAMARD Laurence, Université d’Evry-Val d’Essonne.
  • HAXAIRE Claudie, Université de Bretagne Occidentale, Brest.
  • HEAS Stéphane, Université Rennes 2.
  • KHZAMI Salah Eddine, École Normale Supérieure, Université de Marrakech (Maroc).
  • JOURDAN Didier , Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand 2, ESPE .
  • LANGE Jean-Marc, Université de Rouen, ESPE.
  • MACKIEWICZ Marie-Pierre, Université Paris-Est Créteil.
  • MOUGNIOTTE Alain, Université Claude Bernard – Lyon 1, ESPE.
  • NOURRISSON Didier, Université Claude Bernard – Lyon 1, ESPE .
  • OTIS Joanne, UQAM (Université du Québec à Montréal).
  • PELEGE, Patrick, CREAI Rhône-Alpes.
  • PIZON Frank, Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand 2, ESPE .
  • ROPÉ Françoise, Professeure honoraire .
  • SENSEVY Gérard, Université de Bretagne Occidentale, ESPE.
  • SIDERIS Georges, Université Paris-Sorbonne, ESPE.
  • SIMAR Carine, Université Claude Bernard – Lyon 1, ESPE.
  • SIMONNEAUX Laurence, École Nationale de Formation Agronomique, Toulouse-Auzeville.
  • TESSIER Damien, Université Joseph Fourier – Grenoble, ESPE .
  • TIBERE Laurence, Université Toulouse 2 – Le Mirail.
  • TUPIN Frédéric, Université de La Réunion, ESPE.
  • TURCOTTE Sylvain, Université du Québec, Montréal.
  • WALLIAN Nathalie, Université de la Réunion, ESPE.
  • WALKER Philippe, Centre hospitalier de Bourges.
  • WINKIN Yves, École Normale Supérieure Lyon.

Dates

  • lundi 30 novembre 2015

Mots-clés

  • éducation, santé, inégalités de santé, prévention

Contacts

  • Mellila Bakha
    courriel : mellila [dot] bakha [at] univ-lyon1 [dot] fr

Source de l'information

  • Revue Education, Santé, Sociétés UNIRéS
    courriel : revue [dot] ess [at] unires-edusante [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Comprendre et agir sur les inégalités de santé. Un défi pour les chercheurs et les praticiens des champs éducatif, sanitaire et social », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 08 juillet 2015, http://calenda.org/334636