AccueilDérives de la globalisation

Dérives de la globalisation

Images of globalisation in the arts and culture

*  *  *

Publié le mardi 21 juillet 2015 par João Fernandes

Résumé

Pensé dans une perspective comparatiste et internationale, qui s’ouvre à toutes les aires géographiques et linguistiques envisageables, l'ouvrage "Dérives de la globalisation" entend s’intéresser aux représentations que la littérature (poésie, roman, nouvelle) et le cinéma contemporains (1980-2015) donnent des problèmes inédits engendrés par la globalisation : les différents trafics (de drogues, d'armes, d'humains), le terrorisme, les épidémies, les réfugiés clandestins, etc. Cet ouvrage collectif peut être alimenté par des contributions en français et en anglais.

Annonce

Présentation

Selon des propositions désormais usuelles, il est possible de caractériser le monde global par son hyperconnectivité et par sa fluidité, qui engendrent une interdépendance et une circulation généralisées entre les différents points de la planète. Une telle caractérisation peut se lire sur un mode positif, à travers la liberté et les possibilités de développement qu’elle autorise à certains individus, à certaines régions. En un jeu d’ambivalence, elle peut également s’interpréter sur un mode négatif, dans la mesure où elle génère des dérives inédites, en raison de l’ampleur globale qu’elle leur confère.

A travers une perspective comparatiste et internationale, qui s’ouvre à toutes les aires géographiques et linguistiques envisageables, le présent ouvrage entend précisément s’intéresser aux représentations que la littérature (poésie, roman, nouvelle) et le cinéma contemporains (1980-2015) donnent de telles dérives. Aux côtés de la sociologie et de l’anthropologie, la littérature et le cinéma peuvent en effet apporter un éclairage singulier sur ces dérives, à travers les jeux figuratifs qu’ils mettent en place. Ils peuvent révéler un véritable imaginaire des dérives de la globalisation et donner ainsi une expression et une forme artistiques aux craintes, aux menaces et à l’inconfort que l’homme contemporain ressent face à la globalisation.

Axes thématiques

Ces dérives peuvent être envisagées suivant les axes suivants.

- Le trafic : le flux généralisé des biens et des personnes comporte un versant sombre, qui recouvre le transport et le commerce, à l’échelle globale, de produits illégaux (comme la drogue), d’armes ou même d’êtres humains. Il est dès lors intéressant de se pencher sur les modalités et les enjeux qui président aux représentations littéraires et cinématographiques de ces différents trafics.

- Le terrorisme : l’hyperconnectivité et l’interdépendance peuvent susciter des réactions de rejet violentes. Celles-ci se matérialisent alors dans des actes terroristes dirigés contre les emblèmes du global, qui sont tenus pour menacer les valeurs réputées locales. Il convient ainsi de mettre au jour comment la littérature et le cinéma parviennent à rendre compte et à figurer le terrorisme et ses implications dans le monde global.

- L’épidémie et le risque global : en raison de l’hyperconnectivité et de la fluidité contemporaines, une maladie ou une catastrophe qui surgit dans un lieu précis de la planète suppose aujourd’hui nécessairement une portée potentiellement globale. Il en découle une maximisation de la crainte et de la possibilité de l’apocalypse. Il faut en ce sens s’interroger sur l’utilisation que la littérature et le cinéma font d’une telle maximisation, à travers les dessins qu’ils donnent de l’épidémie et de la catastrophe.

- Les exclus de la globalisation : à partir du moment où la globalisation appelle les hommes à la mobilité, il convient également de s’interroger sur les individus qui se voient exclus du flux, interdits ou empêchés d’y entrer pleinement. Ces exclus sont principalement les réfugiés et les immigrés clandestins, qui, eux aussi, tentent de profiter de la mobilité et de rejoindre les promesses de la globalisation, mais qui se voient arrêtés et rejetés aux marges de l’espace global. Il faut alors se demander comment la littérature et le cinéma réussissent, pour leur part, à intégrer ces exclus de la globalisation et à modéliser les visions qu’ils portent de ce phénomène.

- Autres : toute autre problématique susceptible d’éclairer les dérives de la globalisation est évidemment la bienvenue, pour autant qu’elle puisse véritablement être rattachée, en termes d’enjeux et de portée, à la configuration du monde contemporain global.  

Proposition de contributions

Les propositions peuvent être soumises en français et anglais. Elles consisteront en un abstract comprenant entre 100 et 200 mots, accompagné d’une brève présentation de l’auteur (max. 6 lignes) et de l’indication de 6 mots-clés. Elles sont à envoyer à Amaury Dehoux (amaury.dehoux@uclouvain.be) pour

le 30 novembre 2015 au plus tard.

Les propositions seront évaluées par les éditeurs du volume, Amaury Dehoux et Erica Durante.

Pour les propositions retenues, les articles définitifs devront être transmis pour le 15 mars 2016 au plus tard, toujours à la même adresse. Ils auront une longueur comprise entre 30000 et 40000 caractères et pourront être rédigés en français ou en anglais.

Dates

  • lundi 30 novembre 2015

Mots-clés

  • global studies, globalisation

Contacts

  • Amaury Dehoux
    courriel : amaury [dot] dehoux [at] uclouvain [dot] be

Source de l'information

  • Amaury Dehoux
    courriel : amaury [dot] dehoux [at] uclouvain [dot] be

Pour citer cette annonce

« Dérives de la globalisation », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 21 juillet 2015, http://calenda.org/335555