AccueilRevisiter l’histoire des sciences, des savoirs, des techniques et des arts au Moyen âge

Revisiter l’histoire des sciences, des savoirs, des techniques et des arts au Moyen âge

Revisiting the history of sciences, knowledge, techniques and the arts in the Middle Age

*  *  *

Publié le mardi 25 août 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Le Laboratoire du Monde arabo-islamique médiéval (Université de Tunis) organise son VIIIe colloque international biennal sur l'histoire des sciences, des savoirs, des techniques et des arts au Moyen Âge.

Annonce

Argumentaire

Le VIIIe colloque international sur l'histoire des sciences, des savoirs, des techniques et des arts au moyen âge se tiendra à Tunis les 3 et 4 décembre 2015.

Fidèle à sa tradition, notre laboratoire organise son colloque international biennal autour du thème du séminaire préparatoire consacré à  l’histoire des sciences, des savoirs, des techniques et des arts au Moyen âge. Outre les participants au séminaire, nous nous proposons d’ouvrir le colloque  à tous ceux qui, intéressés par la thématique, désirent y prendre part.

D’un constat à l’autre,

Au début du XVe siècle, Ibn Khaldûn dresse un état des lieux des sciences. Il part du constat que les sciences rationnelles sont naturelles à l’homme de par sa pensée et universellement partagées et transmises entre les civilisations, « elles sont étudiées par les adeptes de toutes les religions … Elles existent dans l’espèce humaine depuis que la civilisation est apparue dans le monde » (Muqaddima, I, p. 941.). Au sein de la civilisation islamique, les sciences  ont atteint leur apogée puis commencent à s’essouffler au Maghreb tandis que l’Orient garde encore une prospérité relative qui ne durera pas longtemps. Ibn Khaldûn relève que de l’autre côté de la Méditerranée, on assiste au renouvellement de ces sciences philosophiques qui connaissent une grande prospérité «… font l’objet de traités systématiques, comptent de nombreux connaisseurs et attirent une foule d’étudiants ». (Idem, p.946)

Plus de cinq siècles plus tard, Chakib Arslan insiste sur la place des sciences dans la genèse de l’écart entre " l’avance et le retard " des civilisations. Le long titre de son livre  paru au début des années 1930 est révélateur : Pourquoi les Musulmans ont-ils pris du retard et pourquoi les autres ont-ils pris de l’avance ?

La longue durée à temporalités variables

Passé le moment fondateur des traductions des œuvres scientifiques vers l’arabe à partir du VIIIe siècle, les sciences arabes évolueront selon de nouveaux modes et rythmes. Ces évolutions par rapport aux fondements théoriques et aux usages pratiques sont à revisiter, en tenant compte de l’optique de la dissémination des sciences arabes dans le temps et l’espace. Il serait intéressant d’établir des corrélations entre les conditions de production de la science, la demande sociale et l’offre des scientifiques pour la satisfaire. Les influences et la transmission dans la synchronie et/ou dans la diachronie permettent de déceler les relations entre les différentes aires culturelles qui prennent plusieurs formes. Florissantes en temps de paix, les sciences ne recoupent pas forcément les aléas de la politique ni les guerres ou les trêves. L’histoire des sciences a sa temporalité propre, il est opportun de la dégager comme préalable à l’étude de la naissance, du développement, des usages, et applications de telle ou telle science, avant de se pencher sur son statut et les formes de sa consécration.

Pendant le demi-millénaire qui sépare Ibn Khaldûn de Chakib Arslan, le legs scientifique arabe se transforme : une partie dépérit, des résidus par-ci, des bribes par là permettent aux sciences arabes de survivre à travers d’autres savoirs, mais sans exister par elles-mêmes.

Pour une histoire des sciences par des historiens

L’histoire de la discipline historique -mêlée à l’incompréhension ou la méfiance entre disciplines connexes- explique la rareté relative des travaux consacrés à l’histoire des sciences.

Notre colloque fait donc suite à un séminaire organisé par le laboratoire entre 2013 à 2015, sera focalisé sur l’histoire du monde arabo-islamique médiéval, à travers les sciences. Loin des polémiques idéologiques sur l’apport des sciences arabes à la longue aventure des sciences et en évitant les comparaisons anachroniques et soixante après le symposium de Bordeaux (de 1956, où les débats ont porté sur les notions de classicisme, traditionalisme opposés au renouvellement et à l’essor culturels séparés par la décadence et l’ankylose), notre rencontre se propose de faire un bilan des études et d’offrir un cadre de débat épistémologique à travers l’histoire des sciences.

Des propositions sur d’autres aires sont aussi attendues pour permettre la comparaison.

L’apport des uns et des autres n’est pas à mesurer ni à quantifier dans une perspective de surenchère, ni de compétition. Nous aspirons à une approche méthodologique qui part de la science pour aller vers d’autres sphères (la société, l’économie, la politique…) et vice versa  en invitant les participants à élucider les développements des sciences durant le moyen âge, sans s’enliser « … dans les rivalités oiseuses sur la hiérarchie des civilisations, ou les lamentations sur les situations de régression et de sous-développement. » (M. Arkoun, Humanisme et islam, p. 38).

Enfin une dernière interrogation pour clore cet appel : Est-ce que la science a évolué dans deux sens opposés et strictement successifs : sept siècles glorieux, dans une ascendance vers le progrès, auxquels succèdent sept siècles de décadence ? Cette question-clé nous aidera à dégager d’autres rythmes, d’autres cadences, peut-être même une périodisation propre aux sciences.

Axes du colloque

Nous invitons les collègues à mettre l’accent plutôt sur les objets des sciences, leurs théories, les tournants et les ruptures qui ont marqué leur évolution à  partir des œuvres et des institutions. Cette option, ni exclusive ni stricte, se justifie par le nombre de travaux consacrés aux savants, qu’explique l’importance de la littérature biographique et prosopographique.

  1. Conditions d’émergence des sciences arabes et contextes historiques
  2. Itinéraires des différentes disciplines
  3. Modes de circulation et d’échanges (Traductions, voyages et échanges épistolaires) 
  4. Formes d’influences.

Conditions de soumission

Les langues acceptées sont l’arabe et le français.

Le formulaire de participation (en fichier attaché) est à envoyer aux adresses

  • lab.maim@gmail.com
  • khaled.kchir@fshst.rnu.tn

La date limite de soumission a été fixée au samedi 31 octobre.

Conseil scientifique

  • Mounira Chapoutot-Remadi,
  • Radhi Daghfous,
  • Khaled Kchir,
  • Aleya Bouzid,
  • Salah Baïzig (Université de Tunis)
  • Faouzi Mahfoudh (Université de La Manouba).

Lieux

  • Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, 94 boulevard du 9 avril 1938
    Tunis, Tunisie (1007)

Dates

  • samedi 31 octobre 2015

Mots-clés

  • savoir, technique, art, monde musulman

Source de l'information

  • Khaled Kchir
    courriel : khaled [dot] kchir [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Revisiter l’histoire des sciences, des savoirs, des techniques et des arts au Moyen âge », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 25 août 2015, http://calenda.org/337177