AccueilEssor et renouveau de la bibliothèque (XVe-XVIIe siècle)

Essor et renouveau de la bibliothèque (XVe-XVIIe siècle)

The rise and revival of libraries (15th-17th centuries)

*  *  *

Publié le mercredi 09 septembre 2015 par Elsa Zotian

Résumé

Cette journée d’étude invite à une réflexion sur l’essor et le renouveau des bibliothèques à l’automne du Moyen Âge et au premier âge moderne. Elle se propose de cerner quelques-unes des significations nouvelles dont elles sont investies sous l’influence de la mutation de l’université, de la réforme des ordres et de l’affirmation des pouvoirs politiques. Soucieux de longue durée, nous souhaitons mettre l’accent sur  les aspects qui annoncent et perdurent à l’époque moderne. Notre démarche est comparatiste et privilégie pour l’occasion le Saint-Empire. Outre de favoriser le dialogue entre médiévistes et modernistes, notre projet vise à réunir des historiens de langue française et allemande et à confronter leurs historiographies respectives.

Annonce

Journée d’étude « Essor et renouveau de la bibliothèque (XVe‒XVIIe siècle) » organisée par le CNRS-IRHT, Biblissima, Paris (Gilbert FOURNIER), l’université de Namur; PraME (Xavier HERMAND) et l’Institut historique allemand (Rolf GROSSE), Paris, Institut historique allemand, vendredi 17 juin 2016

Argumentaire

La seconde moitié du XVe siècle marque le renouveau matériel et intellectuel de la capitale du royaume de France. Les finances rétablies, le patrimoine consolidé, les institutions qui accueillent la vie de l’esprit sont à nouveau florissantes. Elles le doivent pour beaucoup à une nouvelle génération d’hommes, plus bâtisseurs que grands clercs. S’il est un indice de ce nouvel essor, c’est bien l’attention dont les bâtiments des bibliothèques font l’objet. Partout on pallie aux outrages du temps, on répond à de nouveaux besoins, on anticipe l’afflux de livres imprimés. Ces opérations donnent toujours lieu à un redéploiement des collections et à la rédaction de nouveaux instruments. Tel est le cas des catalogues alphabétique et topographique des ouvrages enchaînés dans la nouvelle salle de lecture de l’abbaye de Saint-Victor composés par Claude de Grandrue en 1514. Au milieu du XVIe siècle, le collège de Sorbonne dote sa bibliothèque commune d’un catalogue imprimé qui atteste la montée en puissance des livres imprimés dans les bibliothèques institutionnelles. Héritiers d’une longue tradition bibliothéconomique, ces catalogues continuèrent à être utilisés et à recevoir des additions pour certains jusqu’au milieu du XVIIe siècle.

Pour succinctes qu’elles soient, les lignes qui précèdent invitent à une réflexion sur l’essor et le renouveau des bibliothèques à l’automne du Moyen Âge. Le grand nombre de catalogues de bibliothèque conservés à travers l’Occident latin n’est qu’un indice parmi d’autres. À Paris, le rayonnement de l’université et le redéploiement d’une partie de son activité dans les collèges en sont les causes immédiates. Ailleurs, il s’agit du développement et de l’affirmation des institutions politiques, de la réforme des ordres ou de l’avènement de nouveaux modes de cohabitations religieuses. Partout les bibliothèques, leur vocation, leurs instruments et leurs hommes sont investis de significations nouvelles qui annoncent l’époque moderne. Citons à titre d’exemple la figure du bibliothécaire qui sort de son anonymat et concentre sur sa personne plusieurs fonctions. Ainsi n’est-t-il pas rare qu’il cumule les fonctions de libraire, de maître des novices, de rédacteur de traités de dévotion et de propagateur de la réforme dans les établissements religieux. Ou encore l’apparition de nouveaux publics, en particulier laïcs, dans le sillage des bibliothèques urbaines ou d’ordres et de communautés réformés.

Notre propos est donc de cerner quelques-unes des significations nouvelles dont sont investies les bibliothèques à partir du XVe siècle et qui perdurent à l’époque moderne. Notre démarche est comparatiste. Pour l’occasion, elle privilégie le Saint Empire. Outre de favoriser le dialogue entre médiévistes et modernistes, notre projet vise à réunir des historiens de langue française et allemande et à confronter leurs historiographies respectives.

Conditions de soumission

Les communications (en français, allemand ou anglais) dureront 20 minutes.

Les propositions de communications devront être envoyées par mail à Gilbert Fournier (gilbert.fournier@dbmail.com)

pour le 15 octobre 2015.

Elles devront comporter environ 500 mots et être accompagnées d’un CV détaillé.

Comité scientifique

  • Gilbert Fournier, CNRS-IRHT, Biblissima
  • Rolf Große, Institut historique allemand 
  • Xavier Hermand, PraME

Contact

Gilbert Fournier
Institut de recherche et d’histoire des textes
40 avenue d’Iéna 75116 Paris

gilbert.fournier@dbmail.com

Lieux

  • 8, rue du Parc Royal Hôtel Duret de Chevry
    Paris, France (75003)

Dates

  • jeudi 15 octobre 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • bibliothèque, Saint-Empire

Contacts

  • Gilbert Fournier
    courriel : gilbert [dot] fournier [at] irht [dot] cnrs [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Gilbert Fournier
    courriel : gilbert [dot] fournier [at] irht [dot] cnrs [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Essor et renouveau de la bibliothèque (XVe-XVIIe siècle) », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 09 septembre 2015, http://calenda.org/338158