AccueilPenser le « petit » de l'Antiquité au XIXe siècle

Penser le « petit » de l'Antiquité au XIXe siècle

Thinking "small" from Antiquity to the 19th century

Approches textuelles et pratiques de la miniaturisation artistique

Textual approaches and practices of artistic miniaturisation

*  *  *

Publié le lundi 07 septembre 2015 par Elsa Zotian

Résumé

Si les manifestations matérielles d’une fascination séculaire pour les formes, les images et les objets minuscules sont nombreuses – des statuettes tanagréennes aux gravures en petit de Stefano della Bella ou de Sébastien Leclerc, des microarchitectures sculptées des édifices gothiques aux objets de vertu de la bonne société du XVIIIe siècle, des créatures lilliputiennes de la littérature enfantine aux automates scientifiques que généralise le siècle industriel, etc. –, plus rares sont les sources historiques qui permettent d’en comprendre les fondements culturels. Alors que les écrits considèrent habituellement le « petit » dans son rapport hiérarchique avec le « grand », l’analyse des consommations des œuvres de moindres proportions atteste un ensemble de qualités pratiques, symboliques et artistiques (maniabilité, mobilité, économie, pauvreté, préciosité, minutie, joliesse, étrangeté, etc.), qui dessinent les contours d’une catégorie conceptuelle et esthétique à part entière.

Annonce

Argumentaire

Si les manifestations matérielles d’une fascination séculaire pour les formes, les images et les objets minuscules sont nombreuses – des statuettes tanagréennes aux gravures en petit de Stefano della Bella ou de Sébastien Leclerc, des microarchitectures sculptées des édifices gothiques aux objets de vertu de la bonne société du XVIIIe siècle, des créatures lilliputiennes de la littérature enfantine aux automates scientifiques que généralise le siècle industriel, etc. –, plus rares sont les sources historiques qui permettent d’en comprendre les fondements culturels. Alors que les écrits considèrent habituellement le « petit » dans son rapport hiérarchique avec le « grand », l’analyse des consommations des œuvres de moindres proportions atteste un ensemble de qualités pratiques, symboliques et artistiques (maniabilité, mobilité, économie, pauvreté, préciosité, minutie, joliesse, étrangeté, etc.), qui dessinent les contours d’une catégorie conceptuelle et esthétique à part entière. Ainsi, tantôt réduction d’échelle d’un modèle de plus grandes dimensions, tantôt création autonome régie par des critères spécifiques, la miniaturisation s’appuie sur un ensemble de justifications, d’usages et d’appréciations que le présent colloque entend éclaircir à la lumière de diverses approches disciplinaires (histoire de l’art, histoire, anthropologie, philosophie, littérature, philologie).

Programme

Jeudi 1er octobre 2015

Présidence de la journée : Jean-Marie Guillouët (université de Nantes)

  • 9h Accueil par Sophie Duhem – Estelle Galbois – Anne Perrin Khelissa (université Toulouse – Jean Jaurès)
  • 9h10 Introduction générale par Jean-Marie Guillouët (université de Nantes)

Techniques, esthétiques et fonctions du changement d’échelle

  • 9h30 Raffaella Da Vela (université de Bonn), Petit et très petit : miniaturisations des modèles grecs dans les ateliers de potiers et de sculpteurs de Volterra à l’époque hellénistique
  • 9h50 Véronique Sarrazin (université d’Angers), Le « format Collombat », ou comment le petit format d’un modeste livret est devenu une référence de goût et de commodité au XVIIIe siècle

10h10 Pause

  • 10h50 Cyril Lécosse (université de Lausanne), La vogue des grandes miniatures ou le développement d’une nouvelle catégorie de portrait autour de 1800
  • 11h10 Élodie Voillot (université Paris Ouest Nanterre), Un musée dans chaque foyer : les réductions de sculptures, du grand art au petit bibelot (1839-1900)

11h30 Discussion

12h Pause déjeuner

Luxe, préciosité et réceptions de l’objet minuscule

  • 14h Alice Delage (Centre d’Études supérieures de la Renaissance de Tours), La microarchitecture dans l’orfèvrerie florentine : la Renaissance du « petit »
  • 14h20 Rori Bloom (université de Floride), « Voilà mon portrait que je vous donne » : Political, Gallant, and Aesthetic Uses of the Boîte à portrait in Two Seventeenth-century French Texts
  • 14h40 Michel Sandras (université Paris – Diderot), « Le Poète est ciseleur » (Hugo). Histoire et signification d’un cliché : le terme « ciselé » appliqué au travail de l’écrivain

15h Discussion

Vendredi 2 octobre 2015

Présidence de la journée : Jan Blanc (université de Genève)

  • 9 h Accueil par Sophie Duhem – Estelle Galbois – Anne Perrin Khelissa (université Toulouse – Jean Jaurès)

9h10 Introduction générale par Jan Blanc (université de Genève)

Images et représentations du « petit » monde

  • 9h30 François Ripoll (université Toulouse – Jean Jaurès), « Si parua licet componere magnis » (Georg., IV, 176) : la dialectique du grand et du petit dans les chants III et IV des Géorgiques de Virgile
  • 9h50 Vincent Robert-Nicoud (université d’Oxford), Grand débat sur le « petit » monde : l’homme microcosme de Rabelais à Scève

10h10 Pause

  • 10h50 Sarah Grandin (université d’Harvard), « Cironalité » and Scale in Cyrano de Bergerac’s Les États et Empires de la Lune
  • 11h10 Nathalie Rizzoni (CNRS, université Paris – Sorbonne), « Les petits, toure lourirette / Valent bien les grands » : les enfants comédiens à Paris au XVIIIe siècle

11h30 Discussion

12h Pause déjeuner

Pouvoirs mémoriels de l’objet miniature

  • 14h Audrey Dubernet (université Bordeaux – Michel de Montaigne), Souvenir d’une œuvre d’art ; les peintures et sculptures antiques transposées en glyptique
  • 14h20 Manuel Charpy (CNRS, université Lille 3), Fragments et réductions. Petites choses et espaces de l’intimité au XIXe siècle

14h40 Pause

  • 15h Manuel Royo (université François-Rabelais de Tours), Le « grand » dans le « petit », enjeux de la maquette d’architecture : le cas de Rome à la fin du XIXe siècle
  • 15h20 Claire Barbillon (université de Poitiers), Le paradoxe de la monumentalité en format réduit : la statuaire monumentale publique et la carte postale

15h40  Discussion et clôture du colloque

Lieux

  • Nouvelle Maison de la Recherche, Amphi F417 - Université de Toulouse 5, allées Antonio-Machado
    Toulouse, France (31)

Dates

  • jeudi 01 octobre 2015
  • vendredi 02 octobre 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • miniature, échelle, petit, sculpture, peinture

Contacts

  • Anne Perrin Khelissa
    courriel : anne [dot] perrin [dot] khelissa [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Anne Perrin Khelissa
    courriel : anne [dot] perrin [dot] khelissa [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Penser le « petit » de l'Antiquité au XIXe siècle », Colloque, Calenda, Publié le lundi 07 septembre 2015, http://calenda.org/338185