AccueilLa critique musicale dans l'espace hispanique au XXe siècle

La critique musicale dans l'espace hispanique au XXe siècle

Music criticism in the Hispanic space in the 20th century

Formes, styles, écritures

Forms, styles and writings

*  *  *

Publié le lundi 07 septembre 2015 par Elsa Zotian

Résumé

Cette journée d'étude a pour ambition de brosser un panorama des enjeux de la critique musicale dans l'espace hispanique au XXe siècle. Il s’agira d’interroger ce qui fait la spécificité de cet espace dans l’élaboration de la critique musicale, en étant sensible à son évolution au cours du siècle. Cette interrogation se fera en centrant la réflexion sur une approche principalement littéraire, susceptible de proposer en premier lieu un questionnement relatif à des problématiques d’écriture.

Annonce

Argumentaire

Cette journée d’études a pour vocation d’interroger ce qui fait la spécificité de la zone linguistique hispanophone dans l’élaboration de la critique musicale au XXe siècle, en étant sensible à son évolution au cours du siècle. Cette interrogation se fera en centrant la réflexion sur une approche principalement littéraire, susceptible de proposer en premier lieu un questionnement relatif à des problématiques d’écriture. Il s’agit moins d’esquisser à grands traits une histoire de la critique que d’en éclairer les enjeux esthétiques et réceptifs. On pourra notamment s’interroger sur l’interaction entre les supports et les genres de la critique pratiqués : presse (El Sol, la Revista Musical Hispano-americana, Ritmo, Música,etc.), écrits de musicographes (Villar, Subirá, Salazar), de compositeurs (Falla, Turina), de poètes (Gerardo Diego, Juan Ramón Jiménez) ou de romanciers, et sur la manière dont ces supports et l’identité des différents acteurs sont susceptibles d’influencer le genre, aussi bien d’un point de vue stylistique qu’idéologique, ainsi que sa réception ; sur les débats esthétiques parfois virulents qui opposèrent les tenants d’écoles musicales antagonistes (par exemple Villar ou Julio Gómez vs. Salazar) et qui portent en eux des conceptions implicites sur la forme et les fonctions de la critique musicale ; sur la manière dont la critique est susceptible de se penser elle-même, en délivrant un métadiscours relatif aux conditions de possibilité d’écrire sur ou avec la musique, pour reprendre le mot de Vladimir Jankélévitch.

On pourra insister par ailleurs sur la comparaison entre deux façons d’écrire sur un même artiste ou une même œuvre ; ou sur la manière dont la naissance et l’affirmation de la critique s’accompagne d’un questionnement sur ce qui fonde la légitimité de son propre discours, notamment dans une perspective qui pourra être élargie aux débats de l’époque consacrés au rôle et à la fonction sociale de la critique artistique en général, par exemple sous la plume de José Ortega y Gasset, ou à l’influence du krausisme sur l’affirmation récurrente d’une vertu éducative de la critique[iii]. Une attention particulière pourra enfin être portée au rôle joué par la critique hispanophone dans le processus de création musicale, étant donnée l’intensité de l’interaction qui caractérise les échanges entre critique et création en Espagne au moins durant la première partie du siècle ; inversement on pourra voir comment cette influence de la critique sur les évolutions de la pratique et de la création musicales a pu contribuer à la légitimer comme genre à part entière.

[i] Sur cette question, voir notamment les travaux de José Carlos Mainer et Francisco Abad Nebot dans l’ouvrage collectif Música y cultura en la Edad de Plata, 1915-1939, réf. en bibliographie. Le terme est employé dès les années 1940, notamment par Ernesto Giménez Caballero, puis, surtout, par José María Jover dans son Introducción a la Historia de España, Barcelona, Teide, 1963.

[ii] « Ratones de biblioteca [a quienes] sólo les interesa el olor a papel viejo », Adolfo Salazar : « Los festivales de la Sociedad Internacional de Música Contmporánea en Barcelona, II », El Sol, 24 avril 1936. Il ajoute : « Si les langues mortes ne sont pas le véhicule favori des musiciens de la SIMC, en revanche c’est le cas des musicologues ».

[iii] Voir Claude Debussy, Monsieur Croche : « l’éducation artistique du public me paraît la chose la plus vaine qu’on puisse s’imaginer au monde ».

Modalités de soumission

Les propositions de communication (environ 500 mots) assorties d’une brève notice bio-bibliographique (5 à 10 lignes rédigées) sont à envoyer simultanément à Timothée Picard (timothee.picard@gmail.com) et Thomas Le Colleter (thomas.lecolleter@gmail.com)

avant le 15 novembre 2015.

La journée d'études aura lieu le samedi 12 mars 2016 à la Maison de la Recherche de l'Université Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, 75006 Paris.

Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un programme concernant « la critique musicale au XXe siècle » (Institut Universitaire de France). On trouvera un descriptif des journées d’études passées ou à venir sur le site du CELLAM (www.cellam.fr). Les communications feront l’objet d’une publication en fin de programme.

Responsables scientifiques

  • Timothée Picard, Université Rennes 2 / Institut universitaire de France (CELLAM, axe transversal "littérature et arts", groupe Phi) ; timothee.picard@gmail.com
  • Thomas Le Colleter, Université Paris-Sorbonne / Centre de Recherche en Littérature Comparée ; thomas.lecolleter@gmail.com

Lieux

  • Maison de la Recherche de l'Université Paris-Sorbonne 28, rue Serpente
    Paris, France (75006)

Dates

  • dimanche 15 novembre 2015

Mots-clés

  • critique, musique

Contacts

  • Timothée Picard
    courriel : timothee [dot] picard [at] gmail [dot] com
  • Thomas Le Colleter
    courriel : thomas [dot] lecolleter [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Thomas Le Colleter
    courriel : thomas [dot] lecolleter [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La critique musicale dans l'espace hispanique au XXe siècle », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 07 septembre 2015, http://calenda.org/338264