AccueilHistoire de la clandestinité : concept, pratiques, usages politiques

Histoire de la clandestinité : concept, pratiques, usages politiques

The history of clandestinity: concept, practices, political uses

*  *  *

Publié le jeudi 10 septembre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Se cacher pour résister. Que ce soit pour préserver des pratiques religieuses interdites ou pour former une opposition politique, le passage à la clandestinité apparaît comme la conséquence d'une résistance à l'autorité, et donc un choix individuel et collectif radical. Par clandestinité, nous entendons le fait d'entrer dans l'illégalité et de s'y maintenir – en cela, elle implique une durée qui la distingue du simple acte illégal – que cette entrée se fasse volontairement ou sous la contrainte.

Annonce

Argumentaire

Se cacher pour résister. Que ce soit pour préserver des pratiques religieuses interdites ou pour former une opposition politique, le passage à la clandestinité apparaît comme la conséquence d'une résistance à l'autorité, et donc un choix individuel et collectif radical. Par clandestinité, nous entendons le fait d'entrer dans l'illégalité et de s'y maintenir – en cela, elle implique une durée qui la distingue du simple acte illégal – que cette entrée se fasse volontairement ou sous la contrainte.

Qu'est-ce qui rapproche ou sépare les pratiques de clandestinité dans l'Antiquité et les formes contemporaines de lutte clandestine ? Comment les contemporains parlent-ils des pratiques clandestines, des résistants qui choisissent l'illégalité de manière durable ? Comment la clandestinité donne-t-elle lieu à des formes originales de luttes et d'organisation ? Quels sont les discours de revendication qui justifient le passage hors de la légalité ? Enfin, comment une société peut-elle se recomposer après une division politique et idéologique totale comme l'est l'expérience de la lutte armée clandestine ?

Programme

9h Accueil.

9h30

  • Ouverture, Catherine Saliou, professeure d'histoire romaine (Université Paris 8) et directrice de l'EA 1571.
  • Introduction, Virgile Cirefice et Grégoire Le Quang (EA 1571, Université Paris 8).

Logiques de clandestinité(s).

Présidente Claudia Moatti, professeure d'histoire romaine (EA 1571, Université Paris 8).

  • 10h Révolte antifiscale et clandestinité en Judée romaine, Michaël Girardin (CRULH, Université de Lorraine).
  • 10h25 Clandestins mais loyaux : la double fidélité des protestants français au XVIIIe siècle, Xavier Gilly (CESR, Université François Rabelais de Tours).

10h50 PAUSE

  • 11h10 Aspects de la lutte clandestine dans la France des années noires : l'exemple des réseaux de résistance, Guillaume Pollack (IRICE, Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne).
  • 11h35 Sortir de l'ombre : pour une approche processuelle et contextuelle des trajectoires de clandestinité. Le cas de l'extrême-gauche turque face aux coups d’État militaires (1971 - 1983), Paul Cormier (IEP de Bordeaux et IEPHI, Université de Lausanne).

12h00 DISCUSSION

12h30 DÉJEUNER

Organiser l'illégalité : la clandestinité, stratégie de résistance ou d'opposition.

Président Martin Gravel, maître de conférence en histoire médiévale (EA 1571, Université Paris 8).

  • 14h00 La place de la clandestinité dans les stratégies d'opposition à travers le cas des libéraux sous la Restauration, Vivien Faraut (CMMC, Université de Nice).
  • 14h25 Anarchistes et clandestinité en République au début des années 1890, Vivien Bouhey (CRHXIXe, Université de Paris 1 Panthéon – Sorbonne).
  • 14h50 Le militantisme révolutionnaire à l'épreuve de la clandestinité prolongée dans les années 1968 : le cas unique du PCMLF, Hugo Melchior (CERHIO, Université de Rennes 2).

15h15 DISCUSSION

15h45 PAUSE

Penser et raconter la clandestinité.

Présidente Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure d'histoire contemporaine (EA 1571, Université Paris 8).

  • 16h15 « Non mollare » : l’incitation à la désobéissance, une « persuasion clandestine » ?, Thibault Guichard (EA 1571, Université Paris 8).
  • 16h40 Diaristes et journaux intimes de clandestinité, témoins inconscients ou acteurs réfléchis ? L’exemple de Léo Hamon (1944),Charles Riondet (EA 1571, Université Paris 8).
  • 17h05 La voix de l'ombre, militer clandestinement et diffuser un discours : la presse des groupes de guérilla en Europe occidentale (1979-1988), Aurélien Dubuisson (IRHIS, Université Charles de Gaulle Lille 3).

17h30 DISCUSSION

18h00 DÉBAT CONCLUSIF

Les organisateurs de la journée

  • Élodie CAPET (elodie.capet[at]yahoo.fr)
  • Virgile CIREFICE (virgile.cirefice[at]gmail.com)
  • Grégoire LE QUANG (glequang[at]gmail.com)
  • Charles RIONDET (charlesriondet[at]gmail.com)

Comité scientifique

  • Martin GRAVEL, maître de conférences, histoire médiévale.
  • Marie-Anne MATARD-BONUCCI, professeure d'histoire contemporaine.
  • Claudia MOATTI, professeure d'histoire romaine.
  • Catherine SALIOU, professeure d'histoire romaine et directrice de l'EA 1571.

Lieux

  • Université Paris 8, salle G-2 - 2, rue de la Liberté
    Saint-Denis, France (93)

Dates

  • lundi 12 octobre 2015

Mots-clés

  • clandestinité, résistance, hérétique, société secrète, répression, lutte armée, violence politique

Contacts

  • Grégoire Le Quang
    courriel : glequang [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Grégoire Le Quang
    courriel : glequang [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Histoire de la clandestinité : concept, pratiques, usages politiques », Journée d'étude, Calenda, Publié le jeudi 10 septembre 2015, http://calenda.org/338497