AccueilLe soin comme apprentissage

Le soin comme apprentissage

Caring as learning - towards a capacitation of actors and environments

Vers une capacitation des acteurs et des environnements

*  *  *

Publié le lundi 14 septembre 2015 par Elsa Zotian

Résumé

« Bien prendre soin » relève d’une démarche collective et réflexive d’apprentissage des acteurs en contexte. Dans cette perspective, outre l’approche, les processus et les méthodes pédagogiques, l’environnement (l’institution, l’organisation, l’équipe, l’environnement technologique, etc.) joue un rôle majeur en ce qu’il constitue une ressource essentielle de l’apprentissage. Sur ce point, la notion d’« environnement capacitant » nous semble essentielle à questionner. Depuis quelques années, des chercheurs de disciplines aussi différentes que la théorie des organisations, les sciences de l’éducation ou l’ergonomie mettent en avant cette notion afin de rendre compte du processus de transaction des facteurs contextuels en apprentissage. Ce séminaire entend aborder cette notion d’environnement capacitant tout au long du semestre à travers différents angles d’approche : organisationnel, social, technologique, pédagogique, éthique et théorie de la gouvernance.

Annonce

Programme

Lundi 21 septembre, de 14h à 17h

Séance introductive

Animée par Alain Loute et Grégory Aiguier.

En quoi consiste la « capacitation » des acteurs du soin ? Faut-il voir derrière l’objectif d’un renforcement des acteurs, une forme d’individualisation des problèmes et dysfonctionnements organisationnels ? Au contraire, l’enjeu de la capacitation des acteurs n’est-il pas de rendre possible une pratique collective du soin, collaborative et innovante ? Que faut-il entendre par un environnement capacitant ? Cette séance sera l’occasion de revenir sur ces différentes questions de recherche qui ont motivé l’organisation de ce cycle de séminaires.

Mercredi 21 octobre, de 14h à 17h

Module 1. De l’organisation apprenante à l’environnement capacitant

Dans le champ des théories des organisations (Argyris & Schön, 2002, Senge, 1990), la notion d’organisation apprenante a marqué un tournant significatif en ce qu’elle fait du développement des compétences des acteurs le vecteur essentiel d’évolution des organisations de travail. Elle a donné lieu à l’introduction de dispositifs formels (groupes d’analyses des pratiques, formation en situation ou sur site, knowledge management, communautés de pratiques, etc.) visant à faire évoluer les structures organisationnelles, les procédures de travail ou les modes de management (groupe projet, cercle qualité, travail collaboratif, etc.). L’organisation apprenante se centre ainsi sur le savoir-agir, sur la compétence et sur les ressources qui permettent aux acteurs d’agir. Pour autant, savoir-agir ne garantit pas la capacité effective d’agir des acteurs. La notion d’environnement capacitant, s’appuyant notamment sur l’approche des capabilités développée par Amartya Sen, se centre ainsi davantage sur le « pouvoir d’agir » des acteurs, en considérant que l’exercice effectif d’un pouvoir d’action dépend à la fois des possibilités (les ressources) offertes par l’environnement mais aussi des capacités des personnes à exercer ce pouvoir. Ce premier module du séminaire s’interrogera sur la fécondité de ces travaux pour le champ de la santé.

  • Conférence de Pierre Falzon (Professeur au CNAM, titulaire de la chaire d’Ergonomie et neurosciences du travail) le mardi 6 octobre à 17h30 : « Qu’est-ce qu’un environnement capacitant ? »

Séance de séminaire animée par Adeline Pernet (Post-doctorante associée en ergonomie, UMR5044 - Centre d’Etude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir) et Anne Raspaud (Pôle Stratégie médico-scientifique, Hôtel Dieu - CHU de Toulouse) : « Concevoir une organisation : les conditions d’une intervention ergonomique capacitante ».

Lundi 23 novembre, de 14h à 17h

Module 2. Un environnement capacitant du soin est-il source d’innovation sociale ?

Depuis plusieurs années, le concept d’« innovation sociale » s’est imposé dans différents champs disciplinaires et est utilisé par nombre d’acteurs politiques et sociaux. Sans qu’il existe de définition précise et univoque, on peut définir d’une manière générale l’innovation sociale comme « une innovation dans les relations sociales tout à la fois dans les sphères micro et macro, dans le but de satisfaire des besoins humains nouveaux ou non satisfaits » (cfr e. a. The International Handbook on Social Innovation). Pour Hillier, Moulaert et Nussbaumer (2004), l’innovation sociale se traduit également par une dynamique d’empowerment des acteurs, notion de nos jours très en vogue dans le champ de la santé. On peut dès lors se demander si et en quoi ces travaux permettent de dégager les conditions d’une démarche d’innovation en matière de santé. Deux temps de réflexion sur ce thème seront organisés le 23 novembre :

Séance de séminaire animée par Frank Moulaert (Professor or Spatial Planning KU Leuven), le, sur « le concept d’innovation sociale ».

  • Conférence/Table ronde le lundi 23 novembre, de 17h30 à 19h30, avec Frank Moulaert (Professor or Spatial Planning KU Leuven), Thérèse Lebrun (Président-recteur délégué Santé-Social) et Stéphane Soyez (Ateliers Humanicité/ICL).

Mardi 24 novembre, de 14h à 17h

Module 3. Innovation technologique et environnement capacitant

Dans ce troisième temps du séminaire, et afin de poursuivre notre réflexion sur les environnements capacitants du soin, nous interrogerons la dimension technologique du soin. On peut en effet se demander si tout acte médical ou de soin n’est pas toujours et déjà technologique. Il serait intéressant de problématiser le rôle des objets techniques impliqués dans le soin en termes d’environnement capacitant ou in-capacitant. Pour un auteur comme Bernard Stiegler, un objet technique n’est pas neutre, il est pharmacologique : à la fois poison et remède. Est-ce que nombre de problèmes sur lesquels pourrait s’organiser un apprentissage ne trouverait-il pas leur source dans notre rapport aux objets techniques ? Ces derniers sont des nœuds de relation et d’interaction entre une multitude d’acteurs : le malade, le soignant, l’ingénieur, etc. Est-ce que chercher à améliorer les interactions entre ces différents « partenaires » du soin ne requiert pas de « mettre en débat » ces objets techniques ? De les problématiser ? De s’appuyer sur ces objets pour construire l’apprentissage ? La journée du 24 novembre sera consacrée à ces questions :

Séance de séminaire animée par Christophe Lazaro (Chercheur UTS/CRIDS, UNamur) le mardi 24 novembre, de 9h30 à 12h30, sur le thème de « La fabrique des corps hybrides: capacitation et émancipation par la prothèse ».

  • Séance de séminaire animée par Antoinette Rouvroy (chercheuse qualifiée du FNRS, UTS/CRIDS, UNamur)  : « le concept d’environnement capacitant du soin revisité à partir de recherches consacrées à la « gouvernementalité algorithmique ».

Mardi 15 décembre, de 15h à 17h30 

Module 4. Quelle gouvernance des environnements capacitants du soin ?

Au sein des organisations du soin,force est de constater que des initiatives et des innovations sont régulièrement mises en place, et ce à différents niveaux : des membres d’une équipe mettent en place des nouvelles routines de fonctionnements, des cadres de santé partagent les solutions et bonnes pratiques, des modes de gestion plus participatifs sont expérimentés, etc. Plusieurs questions se posent face à ces innovations. Comment s’articulent ces différentes expérimentations ? Quelle cohérence se dessine à travers des innovations qui prennent place à des niveaux différents de l’organisation ?  Un dernier module de ce séminaire de recherche questionnera la « gouvernance » des environnements capacitants du soin.

  • Séance de séminaire animée par Marc Maesschalck (Professeur, Directeur de la cellule philosophique du Centre de Philosophie du Droit de l’Université Catholique de Louvain), sur le thème : « Quelles conditions pour une gouvernance réflexive des environnements capacitants en contexte de soin ? »

Lieux

  • Maison de la recherche, 5ème étage - Université Catholique de Lille 58, rue du Port
    Lille, France (59)

Dates

  • lundi 21 septembre 2015
  • mercredi 21 octobre 2015
  • lundi 23 novembre 2015
  • mardi 24 novembre 2015
  • mardi 15 décembre 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • environnement capacitant, soin, apprentissage, organisation, formation, éthique, capabilité, technologie

Contacts

  • Grégory Aiguier
    courriel : Gregory [dot] AIGUIER [at] univ-catholille [dot] fr

Source de l'information

  • Grégory Aiguier
    courriel : Gregory [dot] AIGUIER [at] univ-catholille [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Le soin comme apprentissage », Séminaire, Calenda, Publié le lundi 14 septembre 2015, http://calenda.org/338650