AccueilLe bois dans tous ses états

Le bois dans tous ses états

Woods in all their states

De la représentation aux réalités quotidiennes de la forêt européenne (Moyen Âge et Temps modernes)

From the representation to the daily realities of the European forest (Middle Ages and Modern Times)

*  *  *

Publié le mercredi 23 septembre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Le présent colloque souhaite s’inscrire dans une démarche scientifique conduisant à un questionnement croisé sur les regards, les représentations et les réalités quotidiennes de la forêt à l’échelle de l’Europe. Une chronologie longue, du XIIIe au XIXe siècle, s’avère nécessaire pour apprécier continuités et ruptures, dynamismes et fragilités, transformation des mentalités, évolution de la gestion, de l’exploitation et, plus largement, des rapports émanant de la proximité entre humains et bois. Si la période d’analyse induit nécessairement une part historique non négligeable, la considération pour de telles questions ne saurait se priver de l’ensemble des sciences humaines : l'histoire de l’art, la géographie, la sociologie, l’anthropologie, la psychologie ou l’écologie s’avèreront tout autant indispensables à la pénétration des comportements et des pratiques.

Annonce

Argumentaire

Au sein de l’Europe médiévale et des Temps modernes, la forêt revêt une importance fondamentale pour des sociétés ancrées dans une ère préindustrielle. Elément paysager omniprésent malgré des fluctuations spatiales incessantes, l’univers forestier est un voisin avec lequel les populations cohabitent. Matières premières, aliments, loisirs, croyances, pôles économiques, refuge : l’historiographie, déjà ancienne, a exposé quelques unes des utilisations faites par les habitants de l’Europe entre les XIIIe et XIXe siècles.

Dès les années 1960, Michel Devèze s’intéresse au quotidien de la forêt française à travers les aspects administratifs et techniques, au rôle de l’Etat dans la gestion et l’exploitation des nombreuses étendues forestières ponctuant le sol du royaume[1]. Deux décennies plus tard, Andrée Corvol examinera les liens entretenus entre sociétés humaines et forêt, les rapports tissés avec un milieu qui partage le paradoxe d’être d’une utilité essentielle pour les communautés rurales tout en présentant un caractère de défiance engendré par des représentations mentales transmises de génération en génération[2]. Les comportements des paysans, mais aussi des élites, sont scrutés pour comprendre que les bois ne sont pas seulement de simples annexes dont on profite quand la conjoncture est mauvaise : ils s’intègrent aux rythmes de la vie, saison après saison, jour après jour.

Sous cette impulsion nouvelle, l’histoire des forêts connaît un renouvellement vigoureux notamment grâce aux activités du Groupe d’Histoire des forêts françaises. Les thématiques étudiées sur le temps long apprécient la connaissance globale du monde forestier : économie (agriculture, marine, forges, transports), sociétés (chasse, loisirs), catastrophes (guerres, tempêtes, feu) ou encore environnement (pollution, nature, faune, flore) sont analysés afin d’établir un tableau fidèle aux réalités forestières.

Plus récemment encore, l’année 2011, déclarée année internationale des forêts par l’Organisation des Nations Unies, a été à l’origine de rencontres et d’études centrées sur l’avenir des forêts, sur les principaux enjeux de conservation, de mise en valeur, d’exploitation[3]. La question de la protection, de l’écologie – au sens scientifique du terme – et du développement durable focalise les recherches et les interprétations[4].

Mais l’Homme, bien qu’acteur principal du cadre forestier, semble aujourd’hui en retrait des analyses, soulignant ainsi une considération environnementale contemporaine pour les bois. Par ailleurs, la forêt se montre comme un objet du présent ou, le plus souvent, de l’avenir mais rarement en tant que sujet ou instrument historique malgré son insertion permanente dans les cadres de vie des sociétés anciennes.

Le présent colloque souhaite donc s’inscrire dans une démarche scientifique conduisant à un questionnement croisé sur les regards, les représentations et les réalités quotidiennes de la forêt à l’échelle de l’Europe. Une chronologie longue, du XIIIe au XIXe siècle, s’avère nécessaire pour apprécier continuités et ruptures, dynamismes et fragilités, transformation des mentalités, évolution de la gestion, de l’exploitation et, plus largement, des rapports émanant de la proximité entre humains et bois.

Si la période d’analyse induit nécessairement une part historique non négligeable, la considération pour de telles questions ne saurait se priver de l’ensemble des sciences humaines. Car il s’agit bien d’appréhender la forêt à travers le prisme des sociétés européennes − du petit paysan aux monarques, en passant par les marginaux, la nébuleuse commerciale, les privilégiés ecclésiastiques ou nobles, les artistes – et de mettre l’Homme au cœur de l’introspection. L’histoire de l’art, la géographie, la sociologie, l’anthropologie, la psychologie ou l’écologie, gages de transdisciplinarité et donc de multiplication des points de vue, s’avèrent tout autant indispensables à la pénétration des comportements et des pratiques des différents groupes sociaux.

Par ailleurs, il convient d’enrichir l’approche diachronique et le franchissement des frontières disciplinaires par un appel aux variations d’échelles. La méthodologie envisage une comparaison des approches en fonction de l’espace vécu. Perçoit-on la forêt de manière identique selon que l’on se situe à l’échelle de la maison, du village, de la contrée, de la région, du pays, du continent ? Similairement, les attentes sont-elles les mêmes à l’échelle de l’Europe ou au sein même d’un pays ? Existe-il une dualité dans la manière de penser la forêt entre les mondes ruraux et urbains ? Le lieu, impliquant la spatialisation, est une notion qu’il conviendra de mettre en exergue afin d’expliquer des mécanismes d’appropriation ou de rejet des bois.

L’objectif du colloque est donc d’interroger les grandes fonctions de la forêt, tant sur les plans écologiques, économiques, sociaux que culturels. Quelle est la place réelle des espaces forestiers dans la vie quotidienne des habitants ? S’agit-il d’un lieu que l’on s’approprie, que l’on craint, que l’on exploite aisément ? Les couverts forestiers demeurent-ils des espaces au sein desquels l’empreinte humaine est difficile à appréhender ou, au contraire, deviennent-ils des lieux anthropisés ?

La réflexion s’intéressera en parallèle aux rapports que les différents groupes sociaux entretiennent avec un univers que l’on pense cloisonné, soustrait aux attentes et aux usages du temps. La relation entre l’homme et l’environnement forestier résulte-t-elle d’un processus évoluant au fil des transformations mentales, des réactions sociales ? Peut-on évoquer une intervention humaine permanente dans le cadre de l’aménagement, de la gestion, de l’exploitation ? Dans ce cas, la question des acteurs mérite d’être posée : la forêt n’est-elle qu’un terrain soumis à la mainmise des privilégiés ou l’intervention de l’ensemble des catégories sociales est-elle possible ?

Enfin, il sera indispensable d’examiner le rapport entre la réalité et les multiples représentations picturales, littéraires ou la théorie des ouvrages agronomiques. Les œuvres artistiques et scientifiques s’appuient-elles sur la matérialité classique de la forêt pour évoquer le monde des sous-bois ou suivent-elles le prisme de l’imaginaire et de la représentation pour créer une sphère visuelle ou un idéal à atteindre qui renverraient l’homme à ses fantasmes, ses chimères, ses aspirations ou, plus simplement, son histoire ?

Programme

Mardi 17 novembre

  • 9h : Accueil des participants
  • 9h30 : Introduction générale : Général Jérôme Millet : l’Institut et la forêt de Chantilly
  • 9h45 : Introduction scientifique : Thierry Rentet et Florent Mérot (Université Paris 13)

10h-10h50 : Les forêts de papier, sources et fonds forestiers

Présidence : Thierry Rentet, Université Paris 13

  • Olivier Bosc (Conservateur de la Bibliothèque du Château de Chantilly) : Présentation générale des fonds forestiers de Chantilly
  • Julien Lesven (Université Paris 13) : Les fonds forestiers bretons de Chantilly (XVIIe‑XVIIIe siècles)
  • Christian Dury (Archives de l’évêché de Liège) : Cartes et plans du diocèse de Liège relatifs à l'histoire des forêts (XVe‑XVIIIe siècles)

Questions

10h50-11h05 : Pause

11h05-12h : Les forêts, territoires de guerre

  • Présidence : Olivier Bosc, conservateur de la Bibliothèque du Château de Chantilly
  • Stoyan Shivarov (Oriental Collections Department, Bulgarian National Library) : The Ottoman Empire's Official Policies and Management of Forest Resources
  • Kiril Marinow (Université de Łodz) : In the forest Byzantine military art on warfare in forested lands
  • Julian Gomez Pardo (Université Paris 13) : Brigandage et répression en forêt de Bondy au XVIIIe siècle

Questions

12h-14h30 : Repas

14h30-16h : Les saigneurs des forêts

Présidence : Kiril Marinow, Université de Łodz

  • Christophe Bouvier (Université Paris 13) : Délits et délinquants forestiers au XVIIIe siècle : la justice royale face à la justice seigneuriale en forêt de Chantilly
  • Aleksandar Zlatanov (Université St-Kliment Horidski, Sofia) : The Forest and the Outlaws during the XVIIIth and XIXth centuries in Bulgarian Lands
  • Philippe Crémieu-Alcan (Université Bordeaux 3) : Espace villageois, espace forestier, représentations et refus de la mutation forestière au XVIIIe siècle

Questions

16h : Fin de la session d’études

Mercredi 18 novembre

  • 9h : Accueil

9h30-11h : La forêt, cynégétique par essence

Présidence : Jérôme Buridant, Université de Picardie Jules Verne

  • Mandy De Belin (Université de Leicester) : Hunting deer and hunting foxes : from the forests to the fields (XVIth‑XIXth centuries)
  • Amanda Richardson (Université de Chichester) : After the Royal Forests : deer parks in constructions of English national identity from the XVIth to the XIXth century
  • Christophe Morin (Université de Tours) : La chasse à toile au XVIIIe siècle. Une comparaison France-Allemagne
  • Marie Casset (Université Bretagne-Sud) : Forêts et espaces de chasse dans l’ouest breton et normand au Moyen-Âge. Esquisses d’un questionnement (Xe‑XVe siècles)

Questions

11h-11h15 : Pause

11h15-12h30 : La forêt rêvée

Présidence : AnneLaure Sol, Institut National du Patrimoine

  • Marcin Piotrowski (Université de Łódz) : Folklore et forêts en Pologne : approche anthropologique
  • Emilie Beck (Université Paris 13) : De Boucher à Lantara, du pittoresque au naturalisme : la forêt, un nouveau sujet dans la peinture française de paysage au XVIIIe siècle ?
  • Simon Meynen (Administrateur de vente commissaire priseur, Paris) : Du paysage au sacré. L'image de la forêt de Soignes dans les églises bruxelloises et flamandes au XVIIe siècle

Questions

  • 12h30-13h : Départ d’un équipage de chasse à courre devant la maison de Sylvie
  • 13h-14h30 : Repas

14h30-16h15 : « Faictes tousiours bien prendre garde en ma forest »[5] : la forêt ressource

Présidence : François Pernot, Université de Cergy‑Pontoise

  • Claire Buchet (Université de Cergy-Pontoise) : Une duchesse et ses officiers : Madeleine de Savoie et le bornage de 1572 en forêt de Chantilly
  • Florent Mérot (Université Paris 13) : Entre crise et réaménagement : les princes de Condé et la gestion de la forêt de Montmorency (XVIIe-XVIIIe siècles)
  • Jérôme Buridant (Université de Picardie Jules Verne) : Les droits d'usage dans les forêts du nord du Bassin parisien, XVIe-XIXe siècle : une approche géohistorique
  • Hervé Bennezon (Université Paris 13) : Santerre sans bois ? Approvisionnement et usages du bois sur le plateau picard au XVIIIe siècle

Questions

  • 16h15-16h30 : Pause
  • 16h30 : Conclusions générales du colloque : Jean-Pierre Husson, Université de Lorrainne

Notes

[1] M. Devèze, La vie de la forêt française au XVIe siècle, Paris, S.E.V.P.E.N., 1961 et La grande réformation des forêts sous Colbert (1661-1680), Nancy, imp. G. Thomas, 1962.

[2] A. Corvol, L’Homme et l’Arbre sous l’Ancien Régime, Paris, Economica, 1984 et L’Homme aux bois. Histoire des relations de l’Homme et de la forêt, XVIIe-XXe siècle, Paris, Fayard, 1987.

[3]En 2011, se tinrent notamment deux colloques concernant ces questions. L’un, « La forêt, lieu d’innovation. Quelle forêt pour demain », a été organisé par l’Agence des Espaces Verts de la Région Ile‑de‑France, l’autre, « Forêt et enjeux d’avenir », fut l’œuvre conjointe du Sénat et de l’Université Paris-Sud. La même année, plusieurs communications du colloque bordelais (MSHA/Bordeaux 2) « Activités de pleine nature, aménagements sportifs et développement durable : une question de générations ? » rapprochent forêt, sport et aménagements spécifiques.

[4] Comme le colloque international de 2009, « Forêt et paysage (Xe-XXIe siècle) », du Groupe d’histoire des forêts françaises.

[5] BCC : 2A2, Anne de Montmorency à Noël Juger, receveur d’Ecouen (1534).

Lieux

  • Maison de Sylvie - Château de Chantilly
    Chantilly, France (60500)

Dates

  • mardi 17 novembre 2015
  • mercredi 18 novembre 2015

Mots-clés

  • forêt, bois, sylviculture, massif forestier, usage, chasse, délit, mentalité

Contacts

  • Florent Mérot
    courriel : leboisdanstoussesetats [at] yahoo [dot] com
  • Thierry Rentet
    courriel :

Source de l'information

  • Florent Mérot
    courriel : leboisdanstoussesetats [at] yahoo [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le bois dans tous ses états », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 23 septembre 2015, http://calenda.org/339913