AccueilPenser l’histoire des médias

Penser l’histoire des médias

Thinking the history of the media

*  *  *

Publié le mardi 13 octobre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Ce premier Congrès de la société pour l’histoire des médias (SPHM) se donne pour objectif de réunir des chercheuses et chercheurs français et étrangers, juniors ou confirmés, historiens ou spécialistes d’autres disciplines, autour d’un champ d’études commun : l’histoire des médias. 

Annonce

Argumentaire

Ce premier Congrès de la Société pour l’histoire des médias (SPHM) se donne pour objectif de réunir des chercheuses et chercheurs français et étrangers, juniors ou confirmés, historiens ou spécialistes d’autres disciplines, autour d’un champ d’études commun : l’histoire des médias.

Si ce premier rendez-vous vise d’abord à dresser un état des lieux des évolutions institutionnelles et historiographiques de l’histoire des médias depuis son émergence, ces deux journées ont aussi pour projet de sonder les territoires d’étude les plus récents, de questionner les relations, les circulations et les frontières entre l’histoire des médias et les autres champs de l’histoire, tout en envisageant les affinités existant entre les historienn-e-s et leurs homologues des autres disciplines (SIC, sociologie, philosophie…).

Les communications pourront s’intéresser à des enjeux d’ordre méthodologique et à la diversité des démarches mobilisées : approches par les usages, par le genre, par les publics, par les institutions, par les professions … Où en sont, notamment, les analyses internationales, comparatives et « cross-media », que les historiens appellent depuis longtemps de leurs vœux ? On s’interrogera également sur l’influence du paradigme des studies dans la reconfiguration des objets d’études et de la discipline : comment l’histoire des médias s’articule-t-elle avec les cultural, les gender, les postcolonial ou encore les memory studies ? Le champ de l’histoire des médias garde-t-il sa pertinence ou doit-il se fondre dans les media studies ?

En lien avec ce premier thème, les propositions questionnant la singularité du rapport que l’historien-ne des médias entretient avec ses sources seront particulièrement appréciées. Les archives de presse écrite, de radio et de télévision sont-elles des archives comme les autres ? Quelle histoire est-il possible d’écrire en privilégiant une approche par les médias ? En quoi les archives numériques (et notamment les archives nativement numériques, à l’instar des archives du Web) viennent-elles bousculer les certitudes de l’historien-ne en l’obligeant à renouveler ses outils, ses techniques, ses grilles d’analyse, soit au fond, certaines des bases même de son métier ?

Un troisième axe portera sur le spectre des objets d’étude. Depuis une quinzaine d’années, celui-ci s’est fortement élargi : sociabilité des journalistes, connaissance des publics, circulations médiatiques, etc. Chacun de ces objets d’étude particuliers contribue à sa manière à redéfinir les frontières de l’histoire des médias dans son rapport aux sources, aux autres dominantes de la recherche historique, voire aux autres disciplines. Quels sont les dynamiques et les effets de cette diversification des objets d’étude ? Quels gains d’intelligibilité dans la connaissance des mutations longues de la sphère médiatique cet élargissement a-t-il autorisé ? L’histoire des médias est-elle soumise, à force de dilatation, à des risques de fragmentation, de dilution voire de fracture ? 

Enfin, des interventions interrogeant les finalités et l’utilité sociale du savoir produit par l’historien des médias seraient particulièrement précieuses. Quel est le rôle social et politique de l’histoire des médias ? Quels sont les enjeux et les défis de son enseignement et de sa diffusion auprès d’un vaste public ? Quelles sont les réflexions menées autour des processus de patrimonialisation, de conservation et de valorisation de ce champ d’études spécifique ?

A partir de ces différents axes, les propositions permettant de rendre saillants les caractères nationaux et les tendances internationales de l’histoire des médias seront valorisées. De la même manière, des contributions aidant à faire surgir les apports de l’interdisciplinarité et des approches transversales (politiques, juridiques, économiques, de genre, de communication, etc.) sont attendues.     

 En définitive, il s’agira pendant ces deux journées de prendre le temps de dresser un panorama de la diversité des écritures contemporaines de l’histoire des médias, de revisiter une historiographie qui a pris une part conséquente dans l’affirmation de l’histoire culturelle, tout en cernant des absences, des difficultés ou des impensés constitutifs des défis futurs que l’historien-ne aura à surmonter. 

Soumission des propositions

Les propositions (3000 signes maximum en fichiers word ou pdf) comporteront un titre, une problématique explicite et une courte bibliographie. L’auteur-e pourra joindre un aperçu de ses travaux et une courte biographie. Les propositions feront l’objet d’un processus d’expertise en double-aveugle.  

Les propositions doivent être envoyées au plus tard le 25 novembre 2015

à l’adresse suivante : congressphm2016@gmail.com

Informations pratiques

Une session sera plus particulièrement dédiée aux travaux en cours de doctorant-e-s qui pourront présenter la construction de leur objet, leurs sources et méthodologies.

Il n’y a pas de frais d’inscription et le colloque prendra en charge les pauses café et déjeuners. Les frais d’hébergement et de déplacement sont à la charge des intervenant-e-s. Des financements pourront néanmoins être attribués à titre exceptionnel aux jeunes chercheuses et chercheurs non financés.

Langues du colloque

Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront être faites en français ou en anglais.

Calendrier

  • 25 novembre 2015 : réception des propositions
  • 10 janvier 2016 : notification d’acceptation
  • 26-27 mai 2016 : Congrès sur le Campus de l’UVSQ

Comité d’organisation

  • Claire Blandin (Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne – CRHEC)
  • Jamil Dakhlia (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, CIM)
  • Pierre-Emmanuel Guigo (Centre d’histoire de Sciences Po)
  • Bibia Pavard (Université Panthéon-Assas, CARISM)
  • Géraldine Poels (Ina)
  • François Robinet (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, CHCSC)
  • Valérie Schafer (ISCC/ CNRS, Paris-Sorbonne, UPMC)

Comité scientifique

  • Anne-Claude Ambroise-Rendu (Université de Limoges)
  • Fabrice d’Almeida (Université Panthéon-Assas, CARISM)
  • Jean-Pierre Bertin-Maghit (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Directeur de l’IRCAV)
  • Jérôme Bourdon (Université de Tel Aviv, Israël)
  • Niels Brügger (Head of the Centre for Internet Studies, and of NetLab, Department of Aesthetics and Communication, Aarhus University, Danemark)
  • Josette Brun (Université Laval, Québec)
  • Evelyne Cohen (ENSSIB-Université de Lyon, LARHRA)
  • Nicholas J. Cull (University of Southern California Annenberg, Etats-Unis)
  • Christian Delporte (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Président de la SPHM)
  • Françoise Hache-Bissette (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, CHCSC)
  • Jean-Noël Jeanneney (Ancien ministre, Professeur émérite à l’Institut d’études politiques de Paris)
  • Zdravka Konstantinova (Chef du Département d'Histoire et Théorie de journalisme, Faculté de journalisme et de communication de masse, Université de Sofia “St. Kliment Ohridski”, Bulgarie)
  • Laurent Martin (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, CERLIS)
  • Cécile Méadel (Université Panthéon-Assas, CARISM)
  • Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, CHCSC)
  • Katharina Niemeyer (Université de Panthéon-Assas, CARISM)
  • Michael Palmer (Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, CIM)
  • Claire Sécail (CNRS, LCP)
  • Marie-Eve Thérenty (Université de Montpellier 3)
  • Isabelle Veyrat-Masson (CNRS, LCP)
  • François Vallotton (Université de Lausanne, Suisse)
  • Jean-Claude Yon (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, CHCSC)

Ce colloque est organisé à l’initiative de la Société pour l’histoire des Médias (http://www.histoiredesmedias.com), avec le soutien du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias de l’Université Panthéon-Assas (CARISM). 

Lieux

  • Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
    Versailles, France (78)
  • Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
    Saint-Quentin-en-Yvelines, France (78)

Dates

  • mercredi 25 novembre 2015

Mots-clés

  • média

Contacts

  • Valérie Schafer
    courriel : valerieschafer [at] wanadoo [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Valérie Schafer
    courriel : valerieschafer [at] wanadoo [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Penser l’histoire des médias », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 13 octobre 2015, http://calenda.org/341049