AccueilUne approche communicationnelle pour faire « monde commun »

Une approche communicationnelle pour faire « monde commun »

A communiational approach to making a "world together"

*  *  *

Publié le mardi 13 octobre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

La revue Recherches en communication lance un appel à contribution en vue d'un projet de numéro sur la notion de commun entendue comme alternative du XXIe siècle appelant à une nouvelle institution de la société par elle-même. Elle est ici proposée comme cadre théorique d’une nouvelle grille de lecture de la communication organisationnelle des institutions publiques. La thèse du commun, soutenue ici, s’exprime comme une sorte de praxis instituante, une forme de prolongement de la pensée de Hannah Arendt pour qui « vivre ensemble dans le monde »  (1958), c’est se manifester par l’expérience en créant et en se confrontant à la parole publique. Cet appel s'adresse non seulement aux chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication mais aussi aux anthropologues, sémioticiens, économistes, politologues ou philosophes. 

Annonce

Argument

Aujourd’hui, des espaces de possibles, d’échanges, de délibérations, de discussions s’ouvrent un peu partout dans le monde. Co-voiturage co-habitat, co-working, co-construction, co-production,  avec ce mode de vivre où tout est réciprocité, on n’achète plus, on partage, on ne possède plus, on échange, on ne jette plus, on recycle. Comme si le don (Mauss, 1925) était devenu une « source de satisfaction aussi puissante que la consommation », une « révolution du partage » (Le Monde, 20 septembre 2013) témoignant d’une tendance sociétale profonde est en route. Des printemps de l’insurrection aux jeunesses contestataires qui s’arriment à des combats locaux et environnementaux, « être-de-ce monde », c’est s’ériger en sujet avec ses semblables.

Depuis une quinzaine d’années, communication et communicant public ont également connu de profonds bouleversements. Les logiques organisationnelles jusqu’ici liées à une communication normative et de promotion institutionnelle classique sont aujourd’hui confrontées à cette tendance de privilégier l’usage sur la propriété. Le citoyen refusant de n’être qu’un consommateur de la chose publique revendique la posture d’un « sujet à la fois individuel et collectif » (Badiou et Gauchet, 2014) affranchi de tout esprit supérieur. Et même si, dans un « nouvel esprit » de l’action publique moderne (Sintomer et Blondiaux, 2002), quelques variantes de dynamiques top down tentent d’intégrer un peu d’horizontalité dans leur mode de communication, la réification (Honneth, 2007) des relations entre les hommes, mais aussi entre les hommes et les institutions, est là pour nous rappeler l’intentionnalité d’une politique très éloignée de l’épure participative ou de l’idéal délibératif.

Dans ce contexte, la « communication institutionnelle publique » (Bessières, 2009) dans sa mission d’intérêt général semble devoir gagner à renverser les perspectives, en adoptant une position où l’on considère le citoyen comme un récepteur actif, critique et réflexif, un premier acteur responsable du territoire. Mais, à cette proposition s’opposent les limites d’une démocratie de proximité associée à une inflexion communicationnelle de la démocratie représentative et d’un contexte généralisé de défiance de la société civile envers la classe politique (Bacqué et Sintomer, 2005, Rosanvallon, 2006). Aussi apparait-il urgent de repenser la citoyenneté autrement en poursuivant la formation des « intelligences citoyennes » (Hansotte, 2005). La notion de commun peut alors être entendue comme une alternative politique du XXIe siècle (Dardot et Laval, 2014) appelant à une nouvelle institution de la société par elle-même. Elle est ici proposée comme cadre théorique d’une nouvelle grille de lecture de la communication organisationnelle des institutions publiques.  La thèse du commun que nous voulons soutenir ici s’exprime comme une sorte de praxis instituante (Castoriadis, 1975), une forme de prolongement de la pensée de Hannah Arendt pour qui « vivre ensemble dans le monde »  (1958), c’est se manifester par l’expérience en créant et en se confrontant à la parole publique. A ce cadre théorique, est associée une épistémologie développant une conscience réflexive et des perspectives renversées dans une approche complexe désireuse de « tisser ensemble » (Morin, 1990) action collective et vie individuelle, tiers généralisé et tiers réflexif (Lebrun, Volckrick, 2005, Volckrick, 2009).

Axes

Cet appel s'adresse non seulement aux chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication mais aussi aux anthropologues, sémioticiens, économistes, politologues ou philosophes. Il invite tous ceux qui sont engagés dans la réflexion autour de la communication institutionnelle publique à critiquer des modèles théoriques et à proposer des modèles alternatifs, à exposer des recherches de terrain, à livrer des analyses de pratiques professionnelles ou des retours d’expériences qui permettront une approche critique.

La réflexion s’inscrit dans la lignée du tournant pragmatique (Peirce, 1931-1935, Austin 1970, Grice, 1979, Habermas, 1987) qui a contribué à orienter le monde vers l’agir. Il s’agit précisément de continuer à creuser le sillon d’une approche communicationnelle des dispositifs participatifs institutionnels  dépassant le cadre logocentrique du modèle délibératif habermassien (Young 2012). Une dynamique interactionniste  et une sémiotique ouverte aux  dimensions du sensible guident la pensée d’une communication de production sociale envisagée comme modalité d’existence d’un monde commun.

Les terrains de recherche concernent tant les institutions publiques (Etats, gouvernements, collectivités… ) que les organisations publiques dont les formes peuvent être variées (administrations, établissements, agences, offices, instituts…). Leurs thématiques peuvent porter sur les démarches participatives (Bacqué et Sintomer, 2011), les approches interactionnistes et de remédiation sociale du discours politique (de Chasnay et Turbide, 2011, Monseigne, 2011), les nouvelles procédures de concertation et d’interaction avec les citoyens (Gardère et Lakel, 2009), les nouvelles formes de situations d’énonciation et de modalités d’appropriation (Berger, 2014, Monseigne, 2014), les nouvelles formes de réflexivité et de production de soi, la prise en compte du corps communicant  (Galinon-Mélénec et Martin-Juchat, 2007 ) ou du design (Beyaert-Geslin, 2012) dans sa capacité à sublimer (scénariser) les interactions entre individus dans un but d’efficience d’usage du service public.

Les entrées conceptuelles sont la notion de participation, de commun, de pratique, d’interaction, d’énonciation, de design, de corps ; les angles d’approches sont les interrogations épistémologiques, en particulier socio-sémiotiques et anthropologiques, autour des nouvelles pratiques de la communication sociale dans un cadre spécifique de communication institutionnelle publique et un contexte généralisé de cultures participatives.

Nous proposons plusieurs pistes de recherches s’inscrivant dans une dynamique d’innovation :

Axe 1 : rupture paradigmatique et innovation

une discussion théorique peut s’ouvrir sur la notion de commun entendue comme forme de réciprocité et le développement d’une nouvelle forme de démocratie en rupture avec le modèle participatif actuel. L’état des lieux de la culture et des démarches participatives, les déplacements de perspectives induits par le recours à la notion de commun, les nouveaux jeux, enjeux et pratiques communicationnels participent également de la discussion.

Axe 2 : rupture créative et nouvelles formes d’interaction

la question du commun conduit également à s’interroger sur les nouveaux espaces publics d’expression et de socialisation, à examiner les nouvelles formes de situation d’énonciations et de narrations,  à ré-enchanter l’action publique par le design, à rendre compte des nouveaux formats de délibérations collectives, mais également des nouvelles formes d’utilisation des données (open data, datavisualisation).

Axe 3 : ressources collectives et bien commun

la notion de bien commun peut être envisagée en terme d’accès de chacun au bien de la communauté et donc du développement du sentiment d’appartenance.  A cette occasion, on pourra penser le territoire comme espace sensible à vivre au-delà de la notion abstraite d’intérêt général.

L’ensemble du dossier cherche à montrer l’intérêt d’un courant de pensée important à explorer en ce début de XXIe siècle qui se caractérise par la coexistence de deux systèmes : par concentration (grands groupes économiques ou pôles universitaires) et en réseau (micro-entreprises ou circuits courts) avec, en corollaire, deux individus, l’homo-economicus et l’homo-communalis, l’un n’excluant pas l’autre. 

Reccomandations aux auteurs

Les propositions de contributions à ce numéro pourront prendre la forme de contributions théoriques (en ce compris des revues de la littérature), de présentations de travaux de recherche empirique originaux, ou de propositions méthodologiques novatrices.

Elles devront respecter les consignes aux auteurs de la revue.

Echéancier

  • Déclaration d'intention des contributeurs (par email à annick.monseigne@free.fr): 31 octobre 2015

  • Date limite des soumissions initiales : 5 janvier 2016. Chaque proposition devra être soumise via le site de la revue et mentionner auquel des axes du numéro elle se rattache (rupture paradigmatique et innovation, rupture créative et nouvelles formes d'interaction, ressources collectives et bien commun).
  • Notification des auteurs: 15 mars 2016
  • Date de soumission des versions finales des contributions retenues: 30 mai 2016
  • Date de publication: 15 septembre 2016

Responsables scientifiques du numéro

  • Annick Monseigne, maître de conférences, Université Bordeaux Montaigne
  • Marie-Elisabeth Volckrick, professeur émérite, Université catholique de Louvain

Lieux

  • Louvain-la-Neuve, Belgique

Dates

  • samedi 31 octobre 2015

Mots-clés

  • communication, participation, commun, interaction, pratique

Contacts

  • Annick Monseigne
    courriel : annick [dot] monseigne [at] free [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Annick Monseigne
    courriel : annick [dot] monseigne [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Une approche communicationnelle pour faire « monde commun » », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 13 octobre 2015, http://calenda.org/342084