AccueilÊtre jeune en Afrique rurale

Être jeune en Afrique rurale

Youth in rural Africa

Revue Afrique Contemporaine

Journal Afrique Contemporaine

*  *  *

Publié le vendredi 16 octobre 2015 par Elsa Zotian

Résumé

Ce numéro d'Afrique Contemporaine vise à  analyser les conditions de vie des jeunes qui résident aujourd'hui dans les milieux ruraux, leurs modalités d'autonomisation et leurs trajectoires familiales et économiques, notamment pour les jeunes agriculteurs (acquisition de la terre, des savoirs, nouvelles pratiques agricoles...). Ces jeunes de plus en plus instruits, de plus en plus connectés, mobilisent les moyens à leur disposition (familiaux, associatifs, étatiques) pour construire leur avenir, dans l’agriculture mais aussi dans les autres secteurs économiques.

Annonce

Argumentaire

Ce numéro d'Afrique Contemporaine vise à  analyser les conditions de vie des jeunes qui résident aujourd'hui dans les milieux ruraux, leurs modalités d'autonomisation et leurs trajectoires familiales et économiques, notamment pour les jeunes agriculteurs (acquisition de la terre, des savoirs, nouvelles pratiques agricoles...). Ces jeunes de plus en plus instruits, de plus en plus connectés, mobilisent les moyens à leur disposition (familiaux, associatifs, étatiques) pour construire leur avenir, dans l’agriculture mais aussi dans les autres secteurs économiques.

Ce numéro d'Afrique Contemporaine sera consacré aux jeunes habitants dans l’Afrique rurale. Pour ce dossier, il ne s'agit pas de définir la catégorie « jeune », a priori, par une tranche d'âges par exemple ; ses contours varient selon le contexte social et les circonstances historiques. Etudier la jeunesse revient donc à étudier les conditions sociales du passage d'un statut d'âge, l'adolescence, à un autre, l'âge adulte (Galland, 2009). Les notions de famille et d établissement professionnel sont alors au centre de la réflexion. De la même façon, il ne peut pas exister de définition du rural pour l'ensemble de l'Afrique. Les espaces ruraux africains ont certes en commun la prégnance de l'agriculture et de l'élevage dans les activités et les revenus, même si les frontières bougent. Ainsi, nous n’entendons pas uniquement le milieu rural comme espace d’activités agricoles c’est-à-dire comme un lieu de développement d’activités également non-agricoles. Il est toutefois possible, au sein d'un pays ou d'une région, de délimiter des espaces que l’on considèrera comme rural et que l’on étudiera comme tel, sans pour autant les isoler.

Jeunes et changement social

Plus de 230 millions de jeunes (15-24 ans) vivent en Afrique Subsaharienne (United Nations, 2013), dont près de 60% en milieu rural. Ces jeunes sont des acteurs importants des profondes recompositions en cours dans les espaces ruraux (Losch, Magrin et Imbernon, 2013). Leurs activités se diversifient et les relations intergénérationnelles se transforment (Bryceson, 2002).

Plus scolarisés que leurs ainés, évoluant dans des économies de plus en plus monétarisées, dans des espaces de plus en plus ouverts (téléphone portable, développement des réseaux routiers), les jeunes ruraux ont des projets de vie et des désirs d'autonomie qui les distinguent de leurs parents. Ces nouvelles aspirations peuvent en conséquence les éloigner des zones rurales (Daum, 2014 ; Dia, 2008 ; Porter et al., 2012). La migration peut apparaître comme un passage presque obligé, pour les jeunes, notamment dans des contextes où ils ont difficilement accès à la terre, où la pauvreté et l'insécurité alimentaire sont prégnantes et où la grande variabilité des prix ou des conditions climatiques rend l'activité agropastorale risquée. La migration peut aussi être interprétée comme un moyen volontaire de s'affranchir des ainés, de parvenir à une autonomie économique, conjugale et résidentielle.

Sans même migrer, les jeunes sont aussi des acteurs privilégiés des relations entre les zones rurales et les zones urbaines. Les liens entre ville et campagne ne cessent de s'intensifier sous l'effet de l'intégration au marché pour répondre à une demande urbaine croissante. Le développement de certaines villes secondaires permet également aux jeunes d'avoir «un pied en ville et un pied au village» (Rakotonarivo et al., 2010).

Jeunes et agricultures

Dans les exploitations agricoles familiales, les jeunes peuvent avoir du mal à trouver leur place. Ils sont souvent dépendants, sous-employés, confinés dans des statuts d'aides familiaux. Ils éprouvent des difficultés à accéder au capital (foncier, crédit...) et lorsqu'ils deviennent indépendants, leur exploitation, acquise par héritage ou par achat, est souvent de taille inférieure à celle de leurs parents (Andriamanalina et al., 2014).

De nombreux jeunes ne souhaitent pas devenir agriculteurs : ce métier est perçu comme difficile, peu rémunérateur et les conditions de vie en milieu rural peu enviables (accès aux services de base restreint, réseaux de communication défaillants,...) surtout pour ceux qui ont par exemple bénéficié d’une scolarisation ou d'un séjour en ville. Toutefois, dans des régions où se développent des exploitations à plus grande échelle, pourvoyeuses d'emplois agricoles, les jeunes sont moins enclins à quitter le monde rural ou à sortir de l'agriculture (Ouedraogo et Tallet, 2014), même si ces exploitations, elles-mêmes,  proposent peu d'emplois. On peut supposer aussi, même si la question est peu documentée aujourd'hui, que les jeunes sont initiateurs d'innovations techniques ou sociales, participant aux transformations contemporaines de l'agriculture familiale.

L'activité économique rurale se résume toutefois de moins en moins à l'agriculture : les jeunes générations se retrouvent dans tous les secteurs de l’économie présents dans le monde rural. La densification de la population s’accompagne d’une ouverture croissante vers l’extérieur et d’une diversification des activités (Golaz, 2009). Le développement des transports qui désenclavent une partie de plus en plus importante des mondes ruraux africains favorisent l'émergence d'activités non agricoles soutenues par le dynamisme des jeunes (Porter, 2014).

Les politiques de décentralisation lorsqu’elles existent, le développement des services dans le secteur de la santé ou de l’éducation ouvrent un potentiel d’emplois qualifiés dans le monde rural ou à ses marges. Loin d’être passifs dans la construction de leur avenir, les jeunes utilisent toutes les opportunités, se mobilisent, s’associent et certains parviennent ainsi à investir et se fixer dans des zones rurales. Ils peuvent se regrouper dans des organisations professionnelles, de jeunes producteurs agricoles ou dans des associations culturelles ou politiques. Les jeunes renforcent ainsi leur autonomie et développent des réseaux de solidarité et de sociabilité en dehors des liens de parenté. Ceci est particulièrement vrai pour les femmes (Piraux, 2000).

Plusieurs axes de recherche pourront être explorés :

  • Les conditions de vie des jeunes qui résident aujourd'hui dans les milieux ruraux (quel que soit leur lieu de naissance, rural ou urbain).
  • Les modalités d'autonomisation économique et sociale des jeunes en milieu rural : l'accès à l'autonomie financière, résidentielle, au capital foncier, à un premier emploi, etc.
  • Les trajectoires des jeunes agriculteurs (acquisition de la terre, des savoirs, pratiques agricoles...).
  • Les moyens d'action qui permettraient d'améliorer les conditions d'existence des jeunes en milieu rural (on peut penser à la sécurisation des droits fonciers, mais aussi au développement des formations professionnelles agricoles, au renforcement des communications entre capitales et campagnes, etc.).

Toutes les disciplines des sciences humaines et sociales sont invitées. La priorité sera donnée à des propositions basées sur des études de cas et des approches interdisciplinaires.

Conditions de soumission

Faire acte de candidature en envoyant une courte note d’une page (problématique du texte, exposé du déroulé de l’argumentaire, exposé des données, des sources et terrains mobilisés).

Les articles devront avoir un format de 35 000 signes espaces compris (notes de bas de page et bibliographie comprises) dans leur version destinée à la publication, ainsi qu’un court résumé de 800 signes (espaces compris), des mots clés et la biographie de l’auteur (150 signes). Les auteurs pourront intégrer à leur article des iconographies (cartes, graphiques, photos, dessins, etc.)

Ils suivront la procédure d’évaluation scientifique auprès de deux référés anonymes et du comité de lecture d’Afrique contemporaine.

La soumission des appels à propositions et des articles se fait sur la plateforme Editorial Manager à l’adresse suivante : http://www.editorialmanager.com/afriquecontemporaine/

La publication finale des articles sera conditionnée au succès de la procédure d’évaluation scientifique auprès de deux référés anonymes et du comité de lecture d’Afrique contemporaine.

Vous pouvez nous contacter pour toutes précisions aux adresses suivantes : benedicte.gastineau@ird.fr ; valerie.golaz@ined.fr et fortuiti@afd.fr

Calendrier

  • Envoi de la proposition d’article : le 30 octobre  2015.

  • Réponse de la rédaction d’Afrique contemporaine aux auteurs : le 15 novembre 2015 au plus tard.
  • Envoi d’une première version des articles présélectionnés : le 15 mars 2016.
  • Publication du numéro : 4ème trimestre  2016.

Responsables scientifiques

  • Bénédicte GASTINEAU, (IRD, Laboratoire Population-Environnement-Développement, UMR 151 - IRD - Aix Marseille Université) et
  • Valérie GOLAZ, (INED, Laboratoire Population-Environnement-Développement, UMR 151 - IRD - Aix Marseille Université)

Bibliographie

  • Andriamanalina B.S., Burnod P., Rakotomalala H. et Deschênes S. (2014), « Les jeunes ruraux, l’agriculture et l’accès au foncier : cas de Madagascar », The next decade of Land policy in Africa : Ensuring agricultural development and inclusive growth, 20 p.
  • Bryceson D.F. (2002), « The Scramble in Africa: Reorienting Rural Livelihoods », World Development, vol. 30, n°5, pp. 725‑739.
  • Daum C. (2014), « ‪Entre individualisation et responsabilités familiales : les mobilités des jeunes de la région de Kayes au Mali‪ », Revue européenne des migrations internationales, vol. Vol. 30, n°3, pp. 163‑180.
  • Dia H. (2008), « Le téléphone portable dans la vallée du fleuve Sénégal », Agora débats/jeunesses, vol. N° 46, n°4, pp. 70‑80.
  • Galland O. (2009), Les jeunes, Paris, La Découverte.
  • Golaz V. (2009), Pression démographique et changement social au Kenya : vivre en pays gusii à la fin du XXe siècle, Karthala, 291 p.
  • Losch B., Magrin G. et Imbernon J. (2013), « Une nouvelle ruralité émergente. Regards croisés sur les transformations rurales africaines. Atlas pour le programme Rural Futures du NEPAD », CIRAD.
  • Ouedraogo L.T. et Tallet B. (2014), « L’emploi des jeunes ruraux : entrepreneuriat agricole et création d’emplois dans le sud du Burkina Faso », Autrepart, vol. 71, n°3, pp. 119-133.
  • Piraux J. (2000), « Groupements de femmes rurales au Sénégal. Espaces de liberté ou plates‑formes pour le changement ? », Bulletin de l’APAD, n°20.
  • Porter G. (2014), « Transport Services and Their Impact on Poverty and Growth in Rural Sub-Saharan Africa: A Review of Recent Research and Future Research Needs », Transport Reviews, vol. 34, n°1, pp. 25‑45.
  • Porter G., Hampshire K., Abane A., Munthali A., Robson E., Mashiri M. et Tanle A. (2012), « Youth, mobility and mobile phones in Africa: findings from a three-country study », Information Technology for Development, vol. 18, n°2, pp. 145‑162.
  • Rakotonarivo A., Martignac C., Gastineau B., Ramialison Z.L., Ravelomantsoa P.G. et Chataigner J.M. (2010), « Densification rurale et structures spatiales du peuplement à Madagascar : quelle place pour les migrations ? », in Bénédicte Gastineau, Flore Gubert, Anne-Sophie Robilliard et François Roubaud (dir.), Madagascar face au défi des objectifs du millénaire pour le développement, Marseille, IRD, pp. 275‑297.
  • United Nations (2013), World Population Prospects: The 2012 Revision, Population Division, Department of Economic and Social Affairs.

Dates

  • vendredi 30 octobre 2015

Mots-clés

  • jeunes, Afrique rurale, agriculture

Contacts

  • isabelle Fortuit
    courriel : fortuiti [at] afd [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • isabelle Fortuit
    courriel : fortuiti [at] afd [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Être jeune en Afrique rurale », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 16 octobre 2015, https://calenda.org/342500

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal