AccueilLogement et inégalités

Logement et inégalités

Housing and inequalities

Vivienda y desigualdades

Espaces et sociétés

*  *  *

Publié le vendredi 16 octobre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Dans un contexte général d’aggravation des inégalités sociales, ce dossier entend faire le point sur le rôle que joue le logement dans le système des inégalités d’une part, sur les multiples déclinaisons des inégalités face au logement d’autre part. Face aux tensions croissantes que connaît le marché du logement, nous appelons à des contributions qui permettent de saisir les recompositions à l’œuvre dans ce champ bien balisé des études urbaines. Comment s’articulent aujourd’hui les inégalités produites par les dominations de classe, racistes et de genre dans l’analyse des modalités d’accès et des conditions de logement ? Comment sont produites ces  inégalités face au logement, qui en sont les acteurs, quel est le rôle des politiques publiques ? À côté des situations ordinaires, nous encourageons les auteur-es à proposer des analyses des formes minoritaires de logement comme le « parc social de fait » ou l’hébergement chez un tiers. Enfin, cet appel interroge les conséquences des inégalités de logement sur la (re)production des inégalités, et les recompositions de la fonction classificatoire du logement.

Annonce

Argumentaire

Le logement est un objet profondément politique. Cet appel à articles part de l’idée selon laquelle cet enjeu politique est directement lié à la prégnance des inégalités sociales dans le logement, qu’il s’agisse des relations asymétriques entre propriétaire et locataire ou des multiples dimensions que revêtent les inégalités en termes d’accès et de conditions de logement (niveau de confort, statut d’occupation, coût du logement rapporté aux revenus, prestige de l’emplacement, etc.).

Depuis une quinzaine d’années, le renchérissement de l’immobilier, associé au contexte de crise et de restructuration économique, a contribué à accroître les tensions aussi bien sur les marchés locatifs, privé comme social, que sur celui de l’accession à la propriété. En fragilisant les ménages et leurs capacités à mettre en œuvre de façon autonome un projet résidentiel, y compris des ménages de « classes moyennes » pour qui la question immobilière était jusqu’alors moins tendue ; en faisant de ce fait dépendre du logement social une part croissante de la population, alors même que le parc social est de plus en plus engorgé ; enfin en paupérisant encore davantage les ménages précaires, le contexte ouvert au début des années 2000 a indéniablement accentué les inégalités déjà présentes et contribué à en produire de nouvelles. Si la recherche sur le logement est un domaine bien balisé des études urbaines, elle nécessite néanmoins de régulières réactualisations, de manière à saisir ces recompositions à l’œuvre, ainsi que leurs déclinaisons locales. Quelles problématiques ont émergé ces dernières années, dans quels types d’espaces, pour quelle lecture renouvelée de la dialectique logement et inégalités ?

Ce dossier entend faire le point à la fois sur le rôle que joue le logement dans le système des inégalités et sur les multiples déclinaisons des inégalités face au logement. Aux inégalités de classe, dont il s’agit de bien préciser les contours dans un contexte où de plus en plus d’habitants s’estiment déclassés dans leurs trajectoires résidentielles, viennent en effet s’en ajouter d’autres : non seulement celles relatives au genre, avec l’augmentation du nombre de familles monoparentales, assumées la plupart du temps par les mères, dont on sait qu’elles sont aussi les plus touchées par les différentes formes de précarité de l’emploi, mais également les discriminations racistes dont sont victimes un grand nombre de jeunes d’ascendance immigrée et qui compliquent, quand elles n’empêchent pas, l’accès à un logement autonome. Plus fondamentalement même, c’est la place du logement dans la définition des positions et des identités sociales qui est à interroger.

Cet appel sollicite tout particulièrement des articles permettant de renouveler la question des inégalités de logement au prisme de l’intersectionnalité : nous appelons donc à des contributions articulant les dominations de classe, de sexe, d’âge et de « race »[1] dans l’analyse des inégalités d’accès et de conditions de logement. Quelles recompositions peut-on saisir dans cette articulation et comment ces combinaisons varient-elles selon les contextes géographiques ? La répartition des rôles de genre dans l’espace domestique est-elle fonction de la classe sociale, de l’âge ou de la position dans les rapports de « race » ? Comment ces mécanismes se déploient-ils selon que l’on observe le logement social ou l’accession à la propriété, le logement collectif ou le logement pavillonnaire ? Dans l’analyse de ces inégalités plurielles, quelle place tiennent les formes minoritaires de logement comme le « parc social de fait », l’habitat insalubre ou « indécent » ou encore l’hébergement chez un tiers ?

Les propositions pourront également porter sur les processus de production des inégalités de logement. Quels acteurs, privés et publics, individuels et collectifs, y contribuent ? Quels mécanismes du marché immobilier et fonciers sont en jeu ? Quelles politiques publiques ont été déterminantes ces dernières années ? Comment penser les problématiques émergentes de l’accès aux services publics (et privés) de l’énergie ? Plus largement, quels sont les effets des politiques se réclamant de la ville durable ou du logement écologique en termes d’inégalités sociales ?

Enfin, les analyses des conséquences des inégalités de logement sur la (re)production des inégalités sociales semblent nécessaire, à l’heure où la question du déclassement se pose de façon aiguë. Quelle place les trajectoires résidentielles occupent-elles dans le sentiment de déclassement ? Celui-ci correspond-il toujours au déclassement « objectif », et comment mesurer ce dernier ? Correspond-il à l’évolution des statuts du logement occupé, à sa taille, à sa localisation ? Dans des situations sociales et économiques marquées par l’incertitude, comment les ménages arbitrent-ils entre les différents impératifs de coût, de surface, de prestige, d’accessibilité au moment où doit s’effectuer un « choix » résidentiel ? Les ménages attendent-ils de leur logement qu’il les positionne socialement, et inversement par quel processus le logement peut-il déclasser une trajectoire ? Peut-il compenser des positionnements fragilisés sur d’autres indicateurs, comme le travail ? Autrement dit suffit-il à maintenir une position sociale ? Les efforts d’attention à la différenciation territoriale seront particulièrement appréciés sur cette thématique : un même capital peut donner accès à des biens extrêmement variés en fonction du contexte immobilier local. Avec quelles conséquences sur les fonctions classificatoires du logement ?

[1]. Nous entendons la « race » au sens de groupes sociaux dominants ou dominés, construits par les rapports de domination racistes.

Coordination du dossier

  • Florence Bouillon,
  • Anne Clerval,
  • Stéphanie Vermeersch

Modalités de soumission

  • 1er avril 2016 : date limite de remise des articles

  • 15 juin 2016 : information des auteurs

Adresse pour la correspondance exclusivement en version électronique par courriel aux deux adresses suivantes :

  • florence.bouillon@gmail.com
  • anne.clerval@univ-paris-est.fr
  • stephanie.vermeersch@u-paris10.fr

Les auteurs qui s’interrogent sur la pertinence de leur proposition peuvent contacter les coordinateurs

Attention :

  • La revue ne demande pas de propositions d’articles, mais directement les articles,
  • Les articles ne dépassent pas 42 000 signes (espaces compris) en incluant : texte, notes, références bibliographiques, annexes, mais hors résumés.
  • Les conseils aux auteurs figurent dans chaque numéro.
  • Les normes de présentation et les conseils aux auteurs sont disponibles sur le site de la revue

La revue rappelle que tout auteur peut lui adresser, à tout moment, un article en hors dossier, si celui-ci concerne le rapport espaces,  territoires et populations au sens large et s’il respecte les normes de publication ; en cas d’acceptation, ces articles sont publiés rapidement.

Dates

  • vendredi 01 avril 2016

Mots-clés

  • accès, condition, logement, inégalité, intersectionnalité, reproduction sociale, politique publique

Contacts

  • Joëlle Jacquin
    courriel : Espacesetsocietes [at] msh-paris [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Joëlle Jacquin
    courriel : Espacesetsocietes [at] msh-paris [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Logement et inégalités », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 16 octobre 2015, http://calenda.org/342569