AccueilEntreprises, mondialisation(s) et territoires

Entreprises, mondialisation(s) et territoires

Businesses, globalisation and territories - globalisation viewed from below

La mondialisation vue d'en-bas

*  *  *

Publié le mardi 27 octobre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Les sciences de gestion observent fréquemment la mondialisation du haut des bureaux des managers et leaders internationalisées et donnent la parole aux élites, aux managers globaux et expatriés. Peu de travaux s’intéressent encore au « dessous » de la mondialisation, aux populations délaissées et à ce qui se passe dans les zones sombres des échanges mondiaux. Qu’il s‘agisse de corruption, de nouveaux rapports de pouvoir et de domination entre individus ou firmes, des réseaux informels, des catastrophes humaines, économiques, environnementales que peuvent provoquer les multinationales, etc. Au cours de cette journée, nous chercherons à comprendre comment des acteurs oubliés, locaux, ancrés dans un territoire jusqu’alors restreint géographiquement, principalement domestique, font sens de ces évolutions et s’y insèrent.

Annonce

Journée de recherche organisée le jeudi 31 mars 2016 à l’Université de Versailles SQY,  soutenue par la MSH et le département des SHS de l’Université Paris-Saclay et labellisée par ATLAS-Association Francophone de Management International

Argumentaire

« C’est sur l’aphorisme « le capital est global, le travail est local » que repose l’édifice international érigé tout au long des cinquante dernières années. Suivant les écoles théoriques, cet édifice a été célébré comme le triomphe du libre-échange et de la rationalité économique ou au contraire dénoncé comme la mort de la conscience ouvrière et de l’indépendance nationale ».

A. Portes (1999, p.15)[1]

La mondialisation évoque souvent en management l’ouverture des frontières, des marchés, l’internationalisation des chaînes de valeur, des chaînes logistiques ou encore des perspectives de développement global pour les entreprises (surtout les grandes) et leurs managers. Les images qu’elle renvoie dans d’autres disciplines, notamment en sociologie, sont souvent différentes. En effet, si les sciences de gestion, le management international en particulier, observent fréquemment la mondialisation du haut des bureaux modernes des managers et leaders d’entreprises internationalisées et donnent la parole aux élites mondialisées, aux managers globaux et autres expatriés, la sociologie s’est notamment penchée sur les populations oubliées, laissées pour compte voire victimes du phénomène, les migrants, les entrepreneurs de nécessité des pays émergents, etc.

Peu de travaux en gestion s’intéressent encore à cette mondialisation vue d’en bas. Un courant critique a cependant vu le jour et s’est développé depuis quelques années, en particulier au Royaume-Uni et en Scandinavie. De plus en plus de recherches en gestion s’intéressent ainsi aujourd’hui au « dessous » de la mondialisation, à ces populations délaissées mais aussi à tout ce qui se passe dans les zones sombres des échanges mondiaux, en dessous des Etats, des grandes entreprises, dans leurs failles, leurs carences (Tarrius et Wieviorka, 2002)[2]. Qu’il s‘agisse de corruption, de nouveaux rapports de pouvoir et de domination entre individus ou firmes des quatre coins du monde, des réseaux informels, des catastrophes humaines, économiques, environnementales, etc. que peuvent provoquer les multinationales, etc., il s’agit de comprendre comment des acteurs souvent oubliés des Etats, des grandes entreprises et autres vainqueurs de la mondialisation, des acteurs locaux, ancrés dans un territoire jusqu’alors restreint géographiquement, principalement domestique, font sens de ces évolutions et s’y insèrent.

[1] Portes, A., 1999. La mondialisation par le bas [L’émergence des communautés transnationales]. Actes de la Recherche en Sciences Sociales. 129, 15–25.

[2] Tarrius, A., Wieviorka, M., 2002. La Mondialisation par le bas : Les Nouveaux Nomades de l’économie souterraine. Balland, Paris.

Types de travaux attendus

Les travaux soumis devront s’inscrire dans le thème général de la journée de recherche. Cet évènement, organisé dans le cadre de la Maison des Sciences de l'Homme et du Département des Sciences de l'Homme et de la Société de l'Université Paris Saclay souhaite favoriser le dialogue entre les différentes disciplines des sciences sociales.

Les communications pourront par exemple traiter, de façon non limitative des sujets suivants :

  • Travailleurs migrants ou expatriés ;
  • Réseaux territoriaux et internationaux ;
  • Rapports de pouvoir et postcoloniaux ;
  • Responsabilité Sociale des Entreprises et mondialisation ;
  • Rapports entre grandes et petites entreprises à l’international ;
  • Critiques du management interculturel ;
  • Discours et perspectives critiques sur la mondialisation, etc.

Format de soumission

Le format de la soumission est un résumé de la communication d’une longueur de deux pages (environ 1200 mots). Ce résumé devra obligatoirement préciser le champ de recherches auquel la communication entend contribuer, la question de recherche traitée, éventuellement le terrain et la méthode employée, ainsi que les principales contributions de la recherche. Il peut s’agir de papiers théoriques, empiriques, ou même méthodologiques. Les articles en cours de développement seront également les bienvenus. Ils peuvent être en français comme en anglais. Seront également privilégiées les recherches croisant le point de vue des Sciences de Gestion avec celui d’autres disciplines des sciences sociales. la sélection sera faite par les organisateurs.

Organisateurs

  • François Goxe, ISM-LAREQUOI, Université de Versailles SQY, francois.goxe@uvsq.fr
  • Florent Pestre, RITM, Université Paris-Sud, florent.pestre@u-psud.fr
  • Michaël Viegas-Pires, ISM-LAREQUOI, Université de Versailles SQY, michael.viegas-pires@uvsq.fr

Dates à retenir

  • 31 janvier 2016 :Date limite de soumission des résumés des communications à envoyer aux trois organisateurs

  • Mi-février 2016 : Réponse aux auteurs
  • 21 mars 2016 :  Envoi des communications intégrales
  • 31 mars 2016 : Journée de recherche

Lieux

  • Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, 47 boulevard Vauban
    Guyancourt, France (78280)

Dates

  • dimanche 31 janvier 2016

Mots-clés

  • mondialisation, management international, mutlinationale, territoire

Contacts

  • François Goxe
    courriel : francois [dot] goxe [at] uvsq [dot] fr

Source de l'information

  • François Goxe
    courriel : francois [dot] goxe [at] uvsq [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Entreprises, mondialisation(s) et territoires », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 27 octobre 2015, http://calenda.org/343051