AccueilUn Michel-Ange, des Sixtines ?

Un Michel-Ange, des Sixtines ?

One Michelangelo, several Sistine Chapels?

L’histoire de l’art à l’épreuve de la voûte de la chapelle Sixtine

The history of art and the challenge of the Sistine Chapel vault

*  *  *

Publié le mercredi 04 novembre 2015 par João Fernandes

Résumé

La grande fécondité herméneutique de la voûte de la chapelle Sixtine, peinte par Michel-Ange entre 1508 et 1512, fait de cet objet théorique une puissante machine à produire du sens. Le commentaire, infiniment relancé et même rompu au problème théologique des sens multiples, n’épuise pas la polysémie de ce système décoratif peuplé de vivantes figures, surtout lorsque celui-ci est relié aux autres fresques de la chapelle. Les réponses apportées par la critique furent variées jusqu’à la contradiction, à tel point que l'on pourrait peut-être dire : plus on étudie la voûte de la chapelle Sixtine, plus son mystère semble se dérober… Nombreuses subsistent les difficultés d’interprétation auxquelles on se heurte lorsque l’on prend pour objet d’étude ce qui est considéré communément comme un chef-d’œuvre de l’art occidental.

Annonce

Argumentaire

La grande fécondité herméneutique de la voûte de la chapelle Sixtine, peinte par Michel-Ange entre 1508 et 1512, fait de cet objet théorique une puissante machine à produire du sens. Le commentaire, infiniment relancé et même rompu au problème théologique des sens multiples, n’épuise pas la polysémie de ce système décoratif peuplé de vivantes figures, surtout lorsque celui-ci est relié aux autres fresques de la chapelle. Les réponses apportées par la critique furent variées jusqu’à la contradiction, à tel point que l'on pourrait peut-être dire : plus on étudie la voûte de la chapelle Sixtine, plus son mystère semble se dérober… Nombreuses subsistent les difficultés d’interprétation auxquelles on se heurte lorsque l’on prend pour objet d’étude ce qui est considéré communément comme un chef-d’œuvre de l’art occidental.

L’élément fondamental dans lequel baignent et respirent ces fresques – la pratique liturgique ou la méditation théologique – réclame une modification des catégories habituelles de l’histoire de l’art, au profit d’une anthropologie du visuel (dans la voie tracée entre autres par les travaux de Hans Belting, de Georges Didi-Huberman, de W. J. T. Mitchell et par l’ouvrage récent de Giovanni Careri La Torpeur des Ancêtres).Ce parti pris méthodologique, qui implique un élargissement de l’horizon épistémologique que s’assigne d’ordinaire l’histoire de l’art, est susceptible de mettre au jour une pensée figurative et de préserver une attention particulière à la singularité de l’objet étudié. Ce dernier doit être replacé dans une histoire longue où la culture de l’imago demeure présente et dans laquelle la visualité ne peut se penser que comme un fait social total. Telle est l’une des hypothèses à l’origine de ces Journées d’études : la voûte et de manière plus générale la chapelle Sixtine fonctionneraient comme le lieu d’une mise à l’épreuve du discours de l’histoire de l’art. Ainsi se pose la question : pour un Michel-Ange, combien de Sixtines ?

Programme

Lundi 9 novembre 2015

8h45 : Accueil

9h00 : Introduction par Abslem Azraibi (EHESS), Bertrand Madeline (EHESS) et Florian Métral (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Session 1 : Genèses et transformations

Présidence de séance : Guillaume Cassegrain (Université Pierre-Mendès-France Grenoble 2)

  • 9h30 : Gwladys Le Cuff (Université Paris 4 Paris-Sorbonne), Le projet du diagramme. Retour sur les interprétations joachimistes et franciscaines de la chapelle Sixtine.
  • 10h : Florian Métral (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Les histoires de la Genèse comme vision mosaïque.

10h30: Discussion, suivie d’une pause

  • 11h30: Charles Robertson (Oxford Brookes University), New Patterns of Reception and Invention: the Ceiling of the Sistine Chapel in the Context of Print and Printed Images.
  • 12h : Yves Hersant (École des Hautes Études en Sciences Sociales), La Sixtine reculottée : Daniele da Volterra.

12h30 : Discussion, suivie d’un déjeuner

Session 2 : la voûte vue de près

Présidence de séance : Philippe Morel (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

  • 14h30 : Isabelle Bouvrande (Université François-Rabelais Tours), Des criocrânes à la voûte de la Sixtine : un ornement remarquable oublié de linvention michelangelesque.
  • 15h00: Jürgen Müller (Technische Universität Dresden), The Sistine Chapel as the House of God. Reflections on the iconography of the figure of Jonah

15h30: Discussion, suivie d’une pause

  • 16h30 : Abslem Azraibi (École des Hautes Études en Sciences Sociales), Les Ignudi de la chapelle Sixtine : une approche réticulaire.
  • 17h : Elena Lazzarini (Università degli Studi di Pisa), Gli Ignudi della Sistina tra storiografia e rappresentazione. Dal XVI secolo ad oggi.

17h30 : Discussion, suivie d’une pause

  • 18h30 : Conférence : Ulrich Pfisterer (Ludwig-Maximilians-Universität Munchen), The Sistine Chapel as Paradiso.

Mardi 10 novembre 2015

Session 3 : Corps animés

Présidence de séance : Yves Hersant (École des Hautes Études en Sciences Sociales)

  • 9h30 : Lizzie Boubli (Chargée de recherche CNRS, ITEM/ENS), Dessin et non finito après le Jugement Dernier de Michel-Ange : l'espérance de la grâce et du salut.
  • 10h : Bertrand Madeline (École des Hautes Études en Sciences Sociales), Une Sixtine en mouvement.

10h30: Discussion, suivie d’une pause

  • 11h30: James Hall (Chercheur indépendant), Suffering, Self-Loathing, and Mood Swings on the Sistine Ceiling: Michelangelo and Dante’s Vanni Fucci.
  • 12h : Giorgio Fichera (École des Hautes Études en Sciences Sociales), « Con grandissima fatica di corpo » : autoportrait, déformation de soi et conception du corps dans les poèmes de Michel-Ange.

12h30 : Discussion

Session 4 : D’hier à aujourd’hui

Présidence de séance : Giovanni Careri (École des Hautes Études en Sciences Sociales)

  • 14h30: Maria Ruvoldt (Fordham University, New York), « Without Any Help Whatever »: Michelangelo’s Revisionist History of the Sistine Ceiling.
  • 15h: Peter Gillgren (Stockholm University), Below the Splendid Ceiling.

15h30: Discussion, suivie d’une pause

  • 16h30: Alessandro Brodini (Università Iuav di Venezia), « E allora io cercai le Sibille ». Gabriele d’Annunzio e la Cappella Sistina.
  • 17h : Tommaso Casini (Libera Università IULM di Milano), Filmare la Volta multipla della Sistina.

17h30 : Discussion, suivie de Remarques conclusives par Giovanni Careri (École des Hautes Études en Sciences Sociales).

Organisation

  • Centre d'Histoire de l'Art de la Renaissance (Paris 1)
  • Centre de Recherches sur les Arts et le Langage (EHESS)
  • Centre d'Histoire et de Théorie des Arts (CEHTA)

Avec le soutien du Campus Condorcet Paris-Aubervilliers

Comité d'organisation

  • Abslem Azraibi (EHESS),
  • Bertrand Madeline (EHESS)
  • Florian Métral (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Comité scientifique

  • Abslem Azraibi (EHESS),
  • Giovanni Careri (EHESS),
  • Guillaume Cassegrain (Université Pierre-Mendès-France Grenoble 2),
  • Yves Hersant (EHESS), Bertrand Madeline (EHESS),
  • Florian Métral (Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
  • Philippe Morel (Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

Contacts

  • Abslem Azraibi  : abslem-azraibi@hotmail.fr
  • Bertrand Madeline: bertrand.madeline@ehess.fr
  • Florian Métral : florian.metral@gmail.com

Accès

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

6 rue des Petits Champs, 75002, Paris

Lieux

  • Institut national d'histoire de l'art, Salle Vasari (1er étage) - 2 rue Vivienne
    Paris, France (75002)

Dates

  • lundi 09 novembre 2015
  • mardi 10 novembre 2015

Mots-clés

  • Michel-Ange, Renaissance, peinture, Rome

Contacts

  • Florian Métral
    courriel : florian [dot] metral [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Florian Métral
    courriel : florian [dot] metral [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Un Michel-Ange, des Sixtines ? », Journée d'étude, Calenda, Publié le mercredi 04 novembre 2015, http://calenda.org/344430