AccueilLa rhétorique et les formes de la culture européenne

La rhétorique et les formes de la culture européenne

Rhetoric and forms in European culture

De la tradition aux défis contemporains

From tradition to contemporary challenges

*  *  *

Publié le mardi 10 novembre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Les études culturelles constituent aujourd’hui l’un des domaines privilégiés d’étude et d’actualisation de la rhétorique – pris comme phénomène social et langagier, mais aussi comme outil culturel destiné à l’exercice de la liberté en démocratie. Au seuil des XVIIIe et XIXe siècles, une rupture épistémique s’est produite en Europe entraînant le progressif abandon de l’arrière-plan rhétorique qui avait prévalu jusqu’alors. L’analyse de l’actualité récente témoigne, à bien des égards, d’une tendance constante à minimiser ou à occulter les conséquences d’un tel abandon. Ces conséquences ont trait aux moyens – discursifs notamment – dont nous disposons pour s’orienter et pour décider dans un monde flou, incertain, précaire, en mobilisant les ressources de la raison pratique...

Annonce

Département de littérature lituanienne, Faculté des Humanités – VDU

Faculté de Lettres, Traduction et Communication, LaDisco – ULB

Argumentaire

Les études culturelles constituent aujourd’hui l’un des domaines privilégiés d’étude et d’actualisation de la rhétorique – pris comme phénomène social et langagier, mais aussi comme outil culturel destiné à l’exercice de la liberté en démocratie. Au seuil des XVIIIe et XIXe siècles, une rupture épistémique s’est produite en Europe entraînant le progressif abandon de l’arrière-plan rhétorique qui avait prévalu jusqu’alors. L’analyse de l’actualité récente témoigne, à bien des égards, d’une tendance constante à minimiser ou à occulter les conséquences d’un tel abandon. Ces conséquences ont trait aux moyens – discursifs notamment – dont nous disposons pour s’orienter et pour décider dans un monde flou, incertain, précaire, en mobilisant les ressources de la raison pratique. En effet, comme l’avance le philosophe Chaïm Perelman, c’est avant tout le « mépris de la rhétorique » et « l’oubli de la théorie de l’argumentation, [qui] ont mené à la négation de la raison pratique » ; mené, d’une manière ou d’une autre, à la guerre et au mépris des hommes. Reconnaissons-le, la rhétorique ne saurait être la prérogative des « experts » auto-proclamés, ni le pré carré des spécialistes de la langue. Elle relève, Aristote l’assurait déjà, d’une compétence commune à tous les hommes ; tous les citoyens. Une compétence qu’il importe, justement, d’apprendre à fréquenter pour s’en rendre maître. Chacun doit pouvoir, en conscience, faire fond sur l’antique technè du discours pour se défendre et accuser ; pour s’engager ou pour refuser l’engagement ; pour ne pas rester sans autre voix que celle de la violence. Faute d’une maîtrise concrète des outils culturels de la rhétorique, la parole est vouée à n’être pratiquée qu’au petit bonheur la chance, sans nulle méthode et, surtout, sans conscience. C’est ce qu’il nous appartient d’investiguer dans le cadre de ce colloque.

Une attention particulière sera portée aux questions suivantes :

  • Le destin de la rhétorique n’a-t-il pas contribué à rendre plus difficile encore la reprise des formes universelles de la culture européenne ?
  • La pratique de la rhétorique est-elle un moyen pour se prémunir des dérives funestes du consensus de façade et du verbe creux ?
  • En quel sens la rhétorique peut-elle donner accès aux sources culturelles européennes susceptibles d’apporter au discours public contemporain un intertexte culturellement plus riche ?
  • Le concept de sublime formulé dès l’Antiquité peut-il aider à dépasser la dimension pathétique et la grandiloquence déclarative des discours publics contemporains ?
  • La rhétorique, telle qu’on l’enseigne dans les universités, est-elle en prise avec la tradition culturelle dont elle est issue ? La façon dont nous la concevons répond-elle aux besoins d’une formation citoyenne proprement humaniste ?
  • Comment et pourquoi transmettre les outils de la rhétorique aujourd’hui ? Dans quelle mesure l’apprentissage de l’incertitude et de la vulnérabilité constitue-t-il un enjeu rhétorique, mais aussi démocratique de premier ordre ?

Bibliographie indicative

- Amossy Ruth, Apologie de la polémique, Paris, PUF, coll. « L’interrogation philosophique », 2014.

- Angenot Marc, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Éd. des Mille et Une nuits, coll. « Essais », 2008.

- Aubenque Pierre, La prudence chez Aristote, Paris, PUF, 1993 [1963].

- Buckley Irena, « La règle équivoque du jeu linguistique chez des élus : parler sert-il à exprimer ou bien à cacher sa pensée ? », dans J.-P. Dupouy, G. Lozachmeur, et al. (éd.), Le jeu de mots. De la cons-truction esthétique à la déconstruction transgressive, Univ. de Bretagne Occidentale, HCTI – Héritages et constructions dans le texte et l’image, 2012, p. 109-116.

- Danblon Emmanuelle, L’Homme rhétorique: culture, raison, action, Paris, Éd. du Cerf, 2013.

- Danblon Emmanuelle, Rhétorique et rationalité. Essai sur l’émergence de la critique et de la persuasion, Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, 2002.

- Delannoi Gil, Éloge de la prudence. Essai, histoire, théorie, Paris, Berg International, coll. « Pensée Politique et Sciences Sociales », 1993.

- Dupréel Eugène, Les Sophistes. Protagoras, Gorgias, Prodicus, Hippias, Neuchâtel – Paris, Éd. du Griffon – PUF, coll. « Bibliothèque scientifique », 1948.

- Goyet Francis, Le sublime du lieu commun. L’invention de la rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque littéraire de la Renaissance », 1996.

- Goyet Francis, ­Les Audaces de la prudence. Littérature et politique aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Éd. Classiques Garnier, coll. « Études Montaignistes », 2009.

- Gusdorf Georges, La Vertu de force, Paris, PUF, 1960 [1956].

- Gusdorf Georges, La Parole, Paris, PUF, 1953.

- Nicolas Loïc, « Exercer et pratiquer la rhétorique dans la tradition humaniste de l’École de Bruxelles : Auguste Baron, Eugène Dupréel, Chaïm Perelman », Exercices de rhétorique, n° 5 (dir. Victor Ferry et Benoît Sans), 2015. En ligne : http://rhetorique.revues.org/423.

- Nicolas Loïc, « L’épidictique de Chaïm Perelman : assise et pivot de l’édifice rhétorique », RIFL – Rivista Iitaliana di Filosofia del Linguaggio, numéro spécial « Les rhétoriques de la concorde », 2015, p. 33-47. En ligne : http://www.rifl.unical.it/index.php/rifl/article/view/251/240.

- Nicolas Loïc, « Rhetoric with a Human Face: Practicing and exercise argumentation for emancipation », Jo-Anne D. André (ed.), Borders without Boundaries: Research and Pedagogy in Writing and Discourse, CASDW, 2015, p. 82-95. En ligne : https://casdwacr.files.wordpress.com-/2015/06/casdw-proceedings-2014.pdf.

- Nicolas  Loïc, « L’évidence du complot : un défi à l’argumentation. Douter de tout pour ne plus douter du tout », AAD, n° 12, 2014. En ligne : http://aad.revues.org/1833.

- Nicolas Loïc, « L’exemple ambigu ou la phronèsis du phronimos », DICE, n° 8/2, 2011, p. 27-48. En ligne : http://www.diacronia.ro/ro/in­dexing/details/A4039/pdf.

- Nicolas Loïc et Emmanuel de Jonge, « Limites et ambiguïtés rhétoriques du discours pam­phlétaire : vers l’abandon d’une pratique sociale ? », dans Mots. Les langages du politique, ENS Éditions, n° 91, novembre 2009, p. 51-65. En ligne : http://mots.re­vues.org/19205.

- Nussbaum Martha, Les Émotions démocratiques. Comment former le citoyen du XXIe siècle ?, trad. Solange Chavel, Paris, Climats, 2011 [2010].

- Perelman Chaïm, L’Empire rhétorique. Rhétorique et argumentation, Paris, J. Vrin, 2002 [1977].

- Perelman Chaïm & Olbrechts-Tyteca Lucie, Traité de l’Argumentation. La Nouvelle Rhétorique, 5e éd., Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, 2000 [1958].

- Reggiani Christelle, Éloquence du roman. Rhétorique, littérature et politique aux XIXe et XXe siècles, Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire », 2008.

- Salazar Philippe-Joseph, L’hyperpolitique, une passion française, Paris, Klincksieck, coll. « Pouvoirs de persuasion », 2009.

- Sennett Richard, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, trad. Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Albin Michel, 2010 [2008].

- Taleb Nassim Nicholas, Le Cygne Noir. La puissance de l’imprévisible, trad. Christine Rimoldy, Paris, Les Belles Lettres, 2012 [2007].

- Taleb Nassim Nicholas, Antifragile. Les bienfaits du désordre, trad. Lucien d’Azay et Christine Rimoldy avec la collaboration de l’auteur, Paris, Les Belles Lettres, 2013 [2012].

- Trédé Monique, Kairos : l’à-propos et l’occasion. Le mot et la notion, d’Homère à la fin du IVe siècle avant J.-C., Paris, Klincksieck, coll. « Études et commentaires », 1992.

- Vernant Jean-Pierre, Mythe et pensée chez les Grecs. Étude de psychologie historique, tome 2, Paris, François Maspero, 1978 [1965].

Modalités de soumission

Nous invitons les chercheurs en rhétorique, études culturelles, philosophie, littérature, linguistique, science politique, à nous faire parvenir leurs propositions de communication (200-300 mots environ), à l’adresse suivante : j.petrulionyte@hmf.vdu.lt

d’ici le 26 février 2016 

Date et lieu

Kaunas,6 et 7 mai 2016

Langues du colloque

  • lituanien,
  • anglais,
  • français

Responsables scientifiques

  • Prof. Irena Buckley

Vytauto Didžiojo universitetas (VDU)

Faculté des Humanités

Département de littérature lituanienne

i.buckley@hmf.vdu.lt

  • Dr. Loïc Nicolas

Université libre de Bruxelles (ULB)

Faculté de Lettres, Traduction et Communication

LaDisco, GRAL

loic.nicolas@ulb.ac.be

Lieux

  • K. Donelaičio g. 58
    Kaunas, Lituanie (44248)

Dates

  • vendredi 26 février 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • rhétorique, Europe, culture, identité, liberté, raison, raison pratique, parole, Perelman

Contacts

  • Loïc Nicolas
    courriel : loic [dot] nicolas [at] ulb [dot] ac [dot] be

Source de l'information

  • Loïc Nicolas
    courriel : loic [dot] nicolas [at] ulb [dot] ac [dot] be

Pour citer cette annonce

« La rhétorique et les formes de la culture européenne », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 10 novembre 2015, http://calenda.org/347018