AccueilLa nationalité en guerre (1789-1991)

La nationalité en guerre (1789-1991)

Natiolity in War (1789-1991)

*  *  *

Publié le mercredi 25 novembre 2015 par João Fernandes

Résumé

La guerre, temps de confrontation avec l’extérieur et simultanément de remise en ordre intérieur, est un moment critique de reconfiguration des formes d’inclusion et d’exclusion sociale et nationale : la nationalité des individus y devient donc un enjeu crucial. Elle prend, en situation de conflit, un sens nouveau, se chargeant de dimensions nouvelles théoriques, juridiques et pratiques. Les sorties de guerre entraînent également des modifications de frontières induisant l'arrivée ou le départ de populations et les questions de nationalité font partie intégrante des traités de paix. Hors des périodes de conflit, la guerre imprime sa marque sur les réflexions, les représentations et les définitions de la nationalité : qu'il s'agisse de dynamiser la démographie ou de traquer les éventuels « mauvais nationaux » ou ennemis intérieurs, ou de définir la loyauté ou la dignité nationale, l’épisode guerrier laisse toujours planer son ombre. Lors de ce colloque il s’agira d’aborder dans toutes ces dimensions la question des relations entre guerres et nationalité lors de la période contemporaine (1789-1991).

Annonce

Programme

Jeudi 3 décembre 2015

Musée national de l’histoire de l’immigration

9h : Accueil des participants

9h10 : Ouverture, par Hélène Orain, directrice générale du Musée national de l’histoire de l’immigration, et Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales

9h30 : Les guerres de libération nationale

Président de séance : Quentin DELUERMOZ, université Paris 13.

  • Brest en l’an II : une nationalité républicaine comme facteur d’exclusion ou de mobilisation, par Olivier ARANDA, université Paris 1, Institut d’histoire de la révolution française.
  • Conception nationale dans une Armée en opération : la Division italienne au camp de Boulogne, par Giorgio GREMESE, université Paris-Sorbonne / Centre de recherche en Histoire du XIXe siècle.
  • Indépendances « nationales » sans nation : guerre révolutionnaire et fabrique du commun en Amérique hispanique au début du XIXsiècle, par Clément THIBAUD, université de Nantes.
  • Vive la France, vive le Schleswig danois ? La question du Schleswig face à la guerre franco‐allemande (1870‐1871), par Gilles VOGT, université de Strasbourg.
  • Redéfinir la nationalité après une annexion. L’option des Alsaciens-Lorrains (1871-1873), par Benoît VAILLOT, université de Lyon 2.

1re séance

14h : À l’épreuve de la première guerre mondiale

Président de séance : Herrick CHAPMAN, New York University

  • Mobiliser les fils d’étrangers : dialectique de l’engagement des jeunes Italiens en Algérie durant la première guerre mondiale, par Hugo VERMEREN, université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense/IDHE.
  • The eruption of nationality as a category for public management during the First World War and its immediate aftermath, par Franck CAESTECKER, université de Gand.
  • La nationalité des prisonniers de guerre sur le front oriental à l'issue de la première guerre mondiale, par Hazuki TATE, université de Genève.
  • The nationalization of italian-speaking austrian POWs in Siberia (1917-1920), par Alessandro SALVADOR, université de Trente.

16h : Pause.

16h15 : L’entre-deux guerres et les enjeux de (re-)définition de la nationalité

Président de séance : Dieter GOSEWINKEL, Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung.

  • Le plébiscite de Klagenfurt en 1920, par Roseline SALMON, Archives nationales.
  • Total Wars and the Making of Modern Ukraine (1914-1945), par George O. LIBER, university of Alabama at Birmingham.
  • La question de la nationalité, un élément de désaccord entre la Tchécoslovaquie et la Hongrie (1918-1939), par Aliaksandr PIAHANAU, université d’État biélorusse (Minsk), université de Toulouse – Jean Jaurès.

En parallèle, 2e séance

14h : La citoyenneté dans l’Empire colonial français (I)

Président de séance : Sylvie THÉNAULT, CNRS.

  • Nationalité sans citoyenneté ? Réflexions de l'Académie des Sciences coloniales durant la Seconde Guerre mondiale, par Élodie SALMON, université Paris-Sorbonne.
  • La nationalité des Juifs de Tunisie à l’épreuve des deux conflits mondiaux, par Valérie ASSAN, CNRS – EPHE.

15h : Pause.

15h15 : La citoyenneté dans l’Empire colonial français (II)

Président de séance : Sylvie THÉNAULT, CNRS.

  • Nationalités multiples des familles algériennes en France (1947-1967), par Marc ANDRÉ, Lyon, LARHRA.
  • Les limites du plein-droit dans la conversion administrative des statuts coloniaux. Regard sur la procédure de reconnaissance de nationalité des anciens « Français musulmans d'Algérie », par Théophile LAVAULT, université Paris-1.
  • « Une « législation d’avenir » ? Controverses autour de la naturalisation des sujets coloniaux français pendant la Première Guerre mondiale (1914-1919), par Emmanuelle SIBEUD, université Paris-8.

Vendredi 4 décembre

Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine

9h : Exil & circulations

Président de séance : Caroline DOUKI, université Paris-8.

  • Réfugiés et nationalités, les termes du conflit : l’exemple des réfugiés ibériques (Restauration, monarchie de Juillet), par Anne LEBLAY-KINOSHITA, Archives nationales.
  • « Établir l’indépendance basque sur les ruines de l’Espagne » : fantasmes sur un nationalisme basque autour de la seconde guerre carliste, par Alexandre DUPONT, université d’Aix-Marseille.
  • Guerre, exil et construction nationale dans l'Amérique du Sud post-indépendance, par Edward BLUMENTHAL, université de Cergy-Pontoise.
  • Stateless, « heimatlos », persecuted – Refugees coming to and fleeing from Germany during the interwar period, par Yvonne RIEKER, Ruhr-Universität Bochum.

11h :Pause

11h15 : Perdre et recouvrir la nationalité

Président de séance : Alexis SPIRE, CNRS.

  • Compter les dénaturalisations sous Vichy ? Nouvelles perspectives de recherches, par Claire ZALC, CNRS, et Annie POINSOT, Archives nationales.
  • Déchéance de nationalité, communisme et guerre froide. L’apport du contrôle juridictionnel à la sécurisation du lien de nationalité, par Jules LEPOUTRE, université de Lille.
  • Les « Malgré-Nous » de la seconde guerre mondiale et la catégorie Volksdeutsche : vers l'émergence du « problème alsacien », par Marie JANOT-CAMINADE, université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.

14h15 : Nationalité et citoyenneté dans le Bloc de l’Est

Président de séance : Philippe RYGIEL, université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.

  • La dispersion polonaise à l’épreuve de la Guerre froide : politique d’exil et nouveaux modèles de polonité, par Florence VYCHYTIL-BAUDOUX, EHESS.
  • EYNIKAYT - Early Soviet Yiddish writing on the Holocaust as a means of national inclusion ? par Miriam SCHULZ, Columbia University.

15h15 : La question de la nationalité des Juifs

Président de séance : Patrick WEIL, CNRS.

  • Une nationalité en danger ? Des associations transnationales et les juifs d'Algérie (1954-1962), par Martin MESSIKA, université Paris 1/Canada, UQAM.
  • La nationalité des juifs d’Algérie : un problème politique de la guerre d’indépendance algérienne (1956-1962), par Pierre-Jean LE FOLL-LUCIANI, Rennes, CERHIO.
  • French, Jewish or Israeli ? Jewish loyalties between France and Israel at the turning point of the Six-Day-War (1967), par Katharina Marlene HEY, université de Munich.

Lieux

  • Musée national de l'histoire de l'immigration - 293 avenue Daumesnil
    Paris, France (75012)
  • Archives nationales - 59 rue Guynemer
    Pierrefitte-sur-Seine, France (93380)

Dates

  • jeudi 03 décembre 2015
  • vendredi 04 décembre 2015

Fichiers attachés

Mots-clés

  • nationalité, guerre, migration

Contacts

  • Cyprien Henry
    courriel : natenguerre [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Cyprien Henry
    courriel : natenguerre [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« La nationalité en guerre (1789-1991) », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 25 novembre 2015, http://calenda.org/348102