AccueilAmbivalence de l'État social

Ambivalence de l'État social

The ambivalence of the Social State

Session ad hoc 01 du congres de l'Association internationale de sociologues de langue française (AISLF) 2016

Adhoc session 01 of the Association internationale de sociologues de langue française (AISLF) conference 2016

*  *  *

Publié le jeudi 26 novembre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Un des objectifs de l’État social est de répondre à des situations considérées comme socialement problématiques en proposant une médiation entre les différents ordres qui opèrent dans la société : politique (accumulation de pouvoir), économique (accumulation du capital) et domestique (reproduction de la ressource humaine). En dépit de cet objectif, les politiques sociales sont profondément ambivalentes : à la fois pourvoyeuses de ressources pour les ménages (notamment financières), et contraignantes du fait des conditions posées pour en bénéficier (l’activation, la responsabilisation individuelle ou les sanctions). 

Annonce

Argumentaire

Un des objectifs de l’État social est de répondre à des situations considérées comme socialement problématiques en proposant une médiation entre les différents ordres qui opèrent dans la société : politique (accumulation de pouvoir), économique (accumulation du capital) et domestique (reproduction de la ressource humaine). En dépit de cet objectif, les politiques sociales sont profondément ambivalentes : à la fois pourvoyeuses de ressources pour les ménages (notamment financières), et contraignantes du fait des conditions posées pour en bénéficier (l’activation, la responsabilisation individuelle ou les sanctions). Elles contribuent également à la (re)production d’un ordre des rapports sociaux, par exemple en favorisant en Amérique latine la rematernalisation des femmes bénéficiaires de l’assistance et leur écartement de facto des marchés du travail, en incitant dans différents pays d’Europe les jeunes, du fait de leur âge, à accepter des emplois jugés inappropriés à d’autres âges, ou en proposant dans différents pays des politiques sociales spécifiques pour les peuples autochtones.

L’ambivalence est le fait aussi bien des politiques sociales des pays du Nord que du Sud global, ce qui signifie que l’État social peut et doit être appréhendé comme une structure sociale, à la fois habilitant et contraignant les individus et les groupes. Si l’analyse du phénomène du non-recours commence à apporter des pièces utiles pour une analyse générale de la réception des politiques par leurs publics, cette ambivalence reste largement sous-documentée. C’est la raison pour laquelle nous lançons cet appel à communication. Nous attendons des propositions de communication traitant des questions suivantes (merci de préciser l’axe choisi).

Premier axe : les frontières des politiques sociales

Quelles ressources et quelles opportunités sont fournies par les diverses politiques sociales, à quelles conditions ? Qui est inclus, et qui est exclu, de quoi, et sur quelles bases les frontières symboliques et sociales entre les personnes et groupes sont-elles ainsi dessinées ? Quelles conséquences cela a-t-il d’être d’un côté ou d’un autre de ces frontières ? Dans quel cas peut-on « jouer » avec ces frontières ? Quels sont les enjeux liés au fait de dessiner des frontières, de s’y conformer ou de les disputer ? Comment les appréhender sociologiquement ?

Deuxième axe : les conséquences des politiques sociales sur les capacités d’agir

Comment le fait d’être dedans ou en dehors de tel ou tel type de politiques sociales agit sur la capacité d’agir des acteurs et des actrices sociaux, selon leur sexe, leur appartenance ethnique, leur inscription dans des catégories socio-économiques ? Quels éléments structurels font office de ressources, et quels sont ceux qui au contraire limitent la capacité d’agir, et comment ? Quelles implications ont sur les personnes l’intégration dans certains programmes sociaux ? Comment les ressources et les contraintes liées aux politiques sociales se combinent-elles avec les ressources individuelles et les capacités d’agir ? Que signifie la non-intégration dans certains programmes sociaux ? Quels moyens alternatifs sont mobilisés ?

Nous souhaitons que ces questions puissent être abordées de manière approfondie à partir de cas étudiés dans différents pays et continents.

Modalités pratiques de soumission des propositions de contribution

Titre = 250 signes max

Proposition de communication = 1500 signes max

Choisir comme groupe : SA01 : Ambilavence de l’État social

Adresse où entrer la proposition : http://congres2016.aislf.org/pages/cp21.php

Date limite : 15 janvier 2016

Composition du comité en charge de la sélection

  • Jean-Michel Bonvin, professeur, Université de Genève, NCCR LIVES
  • Felix Bülhmann, professeur, Université de Lausanne, NCCR LIVES
  • Blandine Destremeau, Directrice de recherches, CNRS / IRIS / EHESS
  • Nicolas Duvoux, professeur, CRESPPA, UMR 7217, CNRS Paris 8
  • Jean-Pierre Tabin, professeur, Haute école spécialisée de la Suisse Occidentale, NCCR LIVES
  • Philippe Warin, Directeur de recherches, CNRS, Laboratoire PACTE / Observatoire ODENORE, Grenoble

Lieux

  • Montréal, Canada

Dates

  • vendredi 15 janvier 2016

Mots-clés

  • politique sociale

Contacts

  • Jean-Pierre Tabin
    courriel : jean-pierre [dot] tabin [at] eesp [dot] ch

URLS de référence

Source de l'information

  • Jean-Pierre Tabin
    courriel : jean-pierre [dot] tabin [at] eesp [dot] ch

Pour citer cette annonce

« Ambivalence de l'État social », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 26 novembre 2015, http://calenda.org/348248