AccueilLe militantisme aujourd'hui

Le militantisme aujourd'hui

Militantism today - asking questions of change

Interroger le changement

*  *  *

Publié le mercredi 02 décembre 2015 par João Fernandes

Résumé

Deux laboratoires - le CERLIS et PHILéPOL - de la faculté de sciences humaines et sociales de l'université Paris Descartes se sont associés pour constituer une journée d'études autour de la question du militantisme. Nous invitons les potentiels intervenants - doctorants et docteurs venant de diverses disciplines des sciences sociales - à questionner l'évolution du militantisme à travers deux axes majeurs : d'une part, interroger la dichotomie droite / gauche au sein du militantisme, d'autre part, discuter de la pluralité des espaces du militantisme dans le contexte récent d'une démocratisation d'internet.

Annonce

Argumentaire

Il est souvent donné d'entendre parler, à tout chercheur travaillant peu ou prou sur les questions relatives aux mouvements sociaux, de "militants" et de "militantisme". Ces termes, employés par des adhérents et/ou engagés, renvoient souvent au statut d'adhérent d'une organisation donnée mais également à la capacité d'un engagé à mener des actions sur “le terrain”. On ne peut toutefois pas limiter le militantisme aux mouvements sociaux. En effet, si les mouvements sociaux sont indéniablement des militantismes, les militantismes ne sont pas tous des mouvements sociaux. Alain Touraine nous rappelle d'ailleurs qu’un mouvement social est un groupe mettant en place des discours et des actions en vue de faire valoir des “utopies” face à des idéologies dominantes (Touraine, 1965).

Le militantisme couvre un champ du réel plus large : il n'est pas ici question d'identité de groupe, ou encore d'idéaux opposés à une pensée dominante ; il n'est nullement question, en outre, de bousculer, de renverser ou de changer un état du monde, comme ce peut être le cas pour les mouvements sociaux (Lilian Matthieu, 2012). Pourtant, à l'instar du double mouvement militaire sous-tendu par l'étymologie du terme – militare –, le militantisme exprime à la fois un engagement pour une cause mais également une lutte pour défendre les intérêts de cette dernière. Ainsi, le terme "militantisme" a le mérite – malgré sa largesse et sa relative imprécision – d'inclure toutes les activités des organisations appartenant au champ des mouvements sociaux.

La thématique du militantisme, si elle est loin d'être innovante dans le champ des sciences humaines et sociales (Foucault, Habermas, Touraine...), pose des problèmes profondément actuels. En France notamment, on reproche à une certaine jeunesse son manque d'engagement militant et on encourage cette dernière à rejoindre les rangs d'associations par le biais de services civiques. Malgré ce constat pour le moins dépréciatif, de nombreux observateurs – journalistes comme chercheurs en sciences humaines et sociales – se questionnent sur les métamorphoses du militantisme émanant précisément de cette même jeunesse mise en cause. Journalistes et chercheurs évoquent alors l'apparition de nouveaux acteurs, escortés par de nouveaux enjeux et des méthodes innovantes, transformant le paysage du militantisme voire le “dépoussiérant”. Si cette observation n'est pas neuve puisqu'on parle, dès les années soixante, de l'émergence de “nouveaux mouvements sociaux” – qui ne seraient plus exclusivement liés aux questions ouvrières à travers les partis politiques et les syndicats mais s'étendraient aux luttes féministes, antiracistes, écologiques... – nous continuons aujourd'hui à interroger les nouvelles formes de l'engagement militant.

À travers deux axes de recherche, l'objet de cette journée d’études est précisément de questionner la “nouveauté” en portant un regard critique autour de ce que l'expression recouvre, et empirique en partant des différentes réalités du militantisme et de l'engagement d’hier à aujourd'hui. Peut-on parler d'un réel renouvellement générationnel des acteurs contemporains du militantisme ? Les enjeux ont-ils changé de manière si significative ? Si c'est le cas, ces changements thématiques sont-ils liés à un bouleversement générationnel ? Les méthodes des luttes militantes ont-elles été renouvelées ? Quelles sont les possibles explications des transformations ou des continuités méthodologiques ?

Nous attendons des communications de toutes les disciplines et rappelons que les axes proposés ne sont que des indications. Tout texte qui s’en écarterait, tout en se rattachant à la thématique générale, est le bienvenue.

Axes thématiques

Axe 1 – L’ancrage politique du militantisme 

Si l’action militante a toujours mobilisé des acteurs de la droite comme de la gauche politique, c’est à cette dernière qu’elle se trouve d’ordinaire tacitement associée. Un qualificatif supplémentaire sera par exemple jugé nécessaire afin de situer les enjeux d’une mobilisation contestataire à droite de l’échiquier politique. C’est ainsi qu’on parle de mobilisations dites « conservatrices » ou de manifestations « de droite ». Pourquoi cette tendance à l’exclusion des mobilisations contestataires de droite dans le champ sémantique du militantisme ? Aussi, le renvoi implicite à gauche de la figure du militant est-il aussi prégnant dans toutes les formes de militantisme existantes (politique, associatif, syndical ou en dehors de ces structures…) - et au travers l’ensemble des modes d’action déployés (manifestations de rue, tractages, collages, interventions médiatiques,… ) ? En effet, si les enjeux diffèrent évidemment selon l’inclination politique de la revendication, les logiques d’action sous tendues sont-elles aussi radicalement différentes ? En somme, militantisme de gauche et de droite sont-ils les héritiers d’un socle commun ?

Toutes les communications concernant la question du militantisme au regard de l’ancrage politique de la cause défendue seront les bienvenues. 

Axe 2 - Les espaces du militantisme 

Si l’action militante est historiquement inscrite dans les espaces publics, elle investit aujourd’hui les espaces immatériels et transcende les frontières par la démocratisation de l’usage d’Internet. Dans cette perspective, on peut questionner les possibles effets de la multiplication des espaces virtuels du militantisme sur les mobilisations dans les espaces dits matériels. Il serait, par exemple, pertinent d’interroger l’influence des réseaux informatiques sur la constitution de mouvements militants internationaux, nationaux, voire locaux. Symétriquement, il parait légitime de poursuivre une réflexion sur les manières dont les espaces virtuels sont susceptibles de s’approprier des pratiques et des codes du “militantisme de rue”. Globalement, dans quelle mesure et par quels moyens les espaces virtuels et matériels du militantisme interagissent-ils ? Existe-t-il des domaines au sein desquels l’un des deux espaces oriente les conditions du deuxième ? Pour quelles raisons ? Mais d’ailleurs, espaces matériels et immatériels s’entrecroisent-ils nécessairement ?

Nous attendons des communications portant sur toutes les aires géographiques et questionnant, par des exemples empiriques, les relations d’ancrage et de décrochage qui se jouent entre les deux espaces. 

Modalités de soumission

 Les propositions de communications, d’une longueur maximale de 500 mots et comportant un titre, devront être envoyées

avant le 31 décembre 2016

à l’adresse jed.militantisme@gmail.com. 

Merci d’indiquer également votre affiliation institutionnelle. 

Comité scientifique et d’organisation

  • Jawad BOUADJADJA, doctorant en sociologie, Université Paris V Descartes, PHILéPOL
  • Louise DÉJEANS, doctorante en sociologie, Université Paris V Descartes, CERLIS  
  • Jennifer LORIN, doctorante en ethnologie, Université Paris V Descartes, CANTHEL

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • jeudi 31 décembre 2015

Mots-clés

  • militantisme, mouvement social, engagement, manifestation, internet

Source de l'information

  • Militantisme Jed
    courriel : jed [dot] militantisme [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Le militantisme aujourd'hui », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 02 décembre 2015, http://calenda.org/349186