AccueilPaysages, mises en scènes paysagères, patrimoines vitivinicoles, valorisations touristiques et développement territorial

Paysages, mises en scènes paysagères, patrimoines vitivinicoles, valorisations touristiques et développement territorial

Landscapes, staging landscapes, winegrowing heritage, tourist promotions and territorial development

*  *  *

Publié le mercredi 02 décembre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Le paysage viticole est caractérisé par son esthétique qui tranche par rapport aux autres types de paysages agricoles. Paysage culturel, il est souvent labellisé par l'Unesco. Le patrimoine vitivinicole est de plus en plus sollicité dans des mises en scènes paysagères en des lieux stratégiques destinés à attirer l'œil des œnotouristes dans les régions viticoles. Mais, le patrimoine vitivinicole ressort aussi des usages locaux, loyaux et constants qui ont participé à la mise en place des AOC (appellations d'origine contrôlée) au début du XXe siècle, parfois avec une relecture a posteriori valorisante. Il découle des savoir-faire comme des cépages utilisés, dont certains sont remis à l'honneur récemment.

Annonce

Organisé du 13 au 15 octobre 2016 Par le laboratoire CEDETE EA-1210

 LIEU du COLLOQUE : ORLÉANS 

Invités d’honneur

  • Philippe ROUDIÉ _ Professeur émérite, Université de Bordeaux III et
  • Jean-Robert PITTE _ Professeur émérite, Université de Paris IV-Sorbonne

Problématique

La thématique des paysages en géographie est un aspect connu et reconnu amplement, celle des paysages de la vigne et du vin également. Les paysages viticoles, souvent tirés au cordeau, tranchent sur tous les autres paysages créés par les autres systèmes de production agricole par leur valeur hautement esthétique. Cette qualité paysagère est en relation avec la qualité du produit fini, le vin. À un produit de qualité doit correspondre un paysage de qualité. Les évolutions et les attentes actuelles de la société contemporaine poussent à envisager de nouveaux modes de culture, pour une gestion durable des écosystèmes viticoles, que peuvent soutenir des initiatives vertueuses de sensibilisation aux patrimoines naturels et culturels (nos actifs immatériels, ie les savoir faire).

Le thème des mises en scènes paysagères liées à la vigne et au vin dans leur relation avec cette activité et le patrimoine qui en est issu au cours du temps est moins abordé lors des colloques ou des mises au point scientifiques. Le plus souvent ces mises en scènes sont liées à un aménagement volontaire et ont pour objectif d’apporter une information concentrée et lisible par tous sur le territoire support et producteurs des paysages. Elles ciblent les touristes qui viennent sur ces territoires pour leur montrer une identité territoriale, à la fois simplifiée, mais aussi diversifiée. Elles cherchent à intégrer l’œnotourisme spécialisé dans l’activité touristique générale. Trop souvent, l’activité œnotouristique est considérée comme isolée, pratiquée par quelques « bobos » argentés chez des vignerons « branchés » dans le cadre parfois de maisons de vins représentatives d’appellations particulières, activité déconnectée des réseaux touristiques traditionnels, sans plan de développement. C’est par exemple ce qui ressort du rapport Dubrule publié en 2007. Pourtant, l’activité œnotouristique se développe de plus en plus, très florissante dans certains vignobles depuis longtemps (Californie, Rioja, Toscane…), plus récemment ailleurs comme dans le Bordelais, elle fait l’objet récent de toutes les attentions : le Ministre Laurent Fabius s’est réjoui de l’accession des climats de Bourgogne et des paysages et des caves de Champagne au précieux label de patrimoine mondial de l’UNESCO en juillet 2015. On sait par expérience qu’un patrimoine nouvellement promu connaît une amélioration de sa fréquentation touristique de l’ordre de 20 à 40 % dans les années immédiates qui suivent.

Depuis plusieurs années, la question patrimoniale est au cœur du débat de l’identité territoriale et du développement local : le processus de la patrimonialisation est lié à celui de la territorialisation, bases indispensables à un développement local. Celui-ci prend en compte les menaces qui pèsent ou les atouts qui peuvent favoriser un développement rationnel après une prise de conscience et une prise en compte par la population résidente, des élites politiques et économiques des qualités et des faiblesses de leur territoire. Les dossiers de demande de subvention régionale, nationale et européenne n’ont souvent d’autre but : proposer un plan de développement tenant compte de l’identité territoriale. Les vignerons en particulier et les professionnels de la vigne et du vin en général sont encouragés à attirer les touristes dans les régions viticoles par l’accueil dans les exploitations, les animations, les promenades-découvertes dans les vignes, les foires…

Le patrimoine vitivinicole, matériel et immatériel, a été en quelque sorte pris en compte au moment de la création des appellations au XXe siècle, en particulier avec les fameux « usages locaux, loyaux et constants » qui ont souvent servi à une relecture a posteriori d’une histoire locale améliorée. Il n’empêche, le patrimoine est de plus en plus mis en avant dans les mises en scènes alors que pendant les décennies des années 1960 à 1990 incluses, il avait été superbement ignoré et supprimé des réaménagements de nouvelles parcelles de vignes agrandies, dans le contexte de la révolution viticole des années 1960-70 et des remembrements. Par un phénomène de retour en arrière affectif, de nostalgie paysagère, il est à nouveau mis à l’honneur dans ces mises en scènes, dont certaines parent le devant des exploitations viticoles, les entrées des villes et des villages et jusque dans les lieux de dégustation, d’un décor destiné à accaparé l’œil de l’œnotouriste et à l’encourager à aller plus avant. Il est protégé et géré également dans les zones centrales et périphériques des zones labellisées par l’Unesco.

De manière plus ciblée, le patrimoine vitivinicole peut être aussi considéré comme le patrimoine génétique de la vigne. L’évolution de l’économie de la vigne depuis la crise du phylloxéra a conduit à une réduction considérable de l’éventail des cépages utilisés dans les diverses appellations contrôlées puis protégées depuis les années 2000 en Europe. Cet appauvrissement est considéré par certains comme péjoratif. Des conservatoires de la vigne tentent de préserver des cépages anciens et oubliés, considérés parfois comme rustiques qui, avec le changement climatique en cours pourraient resurgir des brumes du passé ou servir à créer de nouveaux cépages adaptés à des conditions climatiques plus difficiles que celles connues jusqu’à présent.

La question des cépages est devenue de plus prégnante dans la lecture de la modernisation des marchés du vin. On oppose souvent vins de terroirs et vins de cépages. Cet antagonisme est quasi caricatural. Il existe en France des vins de cépages comme en Alsace et en Bourgogne comme aussi des vins d’assemblage. Pourtant, il s’agit au-delà de cette querelle de mots d’une bifurcation fondamentale entre deux types d’approches de l’économie de la vigne et du vin et du triomphe du modèle libéral des pays du Nouveau Monde. Certains Cassandre proclament même la fin du système des appellations et le triomphe des vins a-géographiques contre les vins de terroirs… Ce n’est pourtant pas ce que démontrent les exportations de vins telles qu’elles peuvent être abordées dans les statistiques de la FAO et d’Eurostat…

C’est l’ensemble de ces relations privilégiées qui sont plus spécialement abordées dans ce colloque international. Cela n’empêche nullement d’aborder les différents thèmes isolément les uns des autres. De même, les mises en scènes paysagères et patrimoniales pour d’autres produits agricoles pourront servir à des comparaisons fructueuses.

Thèmes abordés

I. Paysages de la vigne et du vin et mises en scènes paysagères

  • Paysages de qualité et production agricole de qualité
  • Paysages et terroirs
  • Paysages de la vigne et du vin et développement territorial,
  • Paysages viticoles anciens et modernes entre convergences et divergences paysagères
  • La lecture multiscalaire et esthétique des paysages viticoles
  • Les paysages vitivinicoles confrontés à l’urbanisation et à la pollution paysagère
  • les modèles paysagers des mises en scènes paysagères vitivinicoles
  • Les nouvelles formes de culture de la vigne, plus respectueuses de l’environnement, visibles dans le paysage

II. Le patrimoine de la vigne et du vin

  • régions viticoles et patrimoine mondial de l’humanité
  • L’habitat traditionnel et modernisé des régions viticoles
  • Le patrimoine immatériel, « les usages locaux, loyaux et constants » relus dans la construction géohistorique des appellations
  • Le petit patrimoine vitivinicole, entre abandon, récupération et mise en scène
  • Le patrimoine génétique comme source de développement de futurs vignobles
  • Le patrimoine génétique des cépages anciens et oubliés : une remise à l’honneur récente
  • Les régions viticoles entre cépages oubliés et cépages internationaux
  • Le marché international du vin et la place des cépages internationaux

III. Développements territoriaux, œnotouristiques et patrimoniaux dans la mondialisation

  • Routes œnotouristiques et architectures traditionnelles et modernes de la vigne et du vin
  • Pratiques œnotouristiques ; le jeu et le rôle des « acteurs » (les professionnels de la vigne et du vin, du tourisme) et des « spectateurs », (les touristes et les œnotouristes)
  • Touristification et mises en scènes paysagère vitivinicoles
  • Valorisation touristique et patrimonialisation des traditions vigneronnes millénaires ou du folklore redécouvert, voire inventé, du vin.
  • Etude et évaluation de l’impact des héritages et des constructions du patrimoine sur l’œnotourisme.
  • Tourisme et œnotourisme, divergences et intégrations.
  • Echelles et territoires de la valorisation touristique et patrimoniale des vignobles et du vin
  • Le vin dans la mondialisation
  • L’œnotourisme comme processus identitaire anti-mondialisation : entre mythe et réalité
  • La patrimonialisation, refuge identitaire contre la banalisation de la mondialisation

S’appuyant sur de nombreux exemples thématiques, géographiques et historiques, ce colloque se veut pluridisciplinaire et ouvert à d’autres productions agricoles. Il tentera de confronter la stratégie de patrimonialisation et de territorialisation des vignobles du monde face à la mondialisation.

Calendrier

Les propositions de communications pour ce colloque sont à envoyer pour le 1er mars 2016,

dernier délai, sur une page avec 3000 signes maximum. Les auteurs doivent préciser leurs coordonnées, leur statut et leurs fonctions. Ils doivent également se rattacher à un thème particulier du colloque

Les auteurs recevront ensuite une réponse pour leur participation au début du printemps 2016 pour une communication et une publication écrite ou un poster.

Après réception de l’acceptation, les auteurs devront écrire leur article pour le 05 septembre 2016 dernier délai.

Un premier tirage des articles sera effectué sous forme numérique pour le colloque. Les meilleurs articles seront ensuite publiés dans une revue à comité de lecture et dans un volume à part.

Responsable organisateur

  • LEGOUY François, Maître de Conférences en Géographie

Organismes patronnant le colloque

  • Laboratoire CEDETE, EA - 1210, Université d’Orléans
  • Université d’Orléans
  • Laboratoire LÉA, EA - 6294
  • Université de Tours
  • Chaire UNESCO de Dijon « Culture et traditions du vin »
  • Laboratoire ENeC, UMR - 8185
  • Université de Paris-Sorbonne -IV

Comité d'organisation

  • Marina ALLETTI _ Cartographe, Laboratoire CEDETE
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS _ Professeur émérite, Université d’Orléans
  • Thibaut BOULAY _ Maître de Conférences, Université de Tours
  • Sébastien DALLOT _ Doctorant CEDETE, Université d’Orléans
  • Mélanie FAUCONNIER _ Chargée de mission, laboratoire LÉA – Pôle alimentation
  • Guillaume GIROIR _ Professeur, Université d’Orléans
  • François LEGOUY _ Maître de Conférences, Université d’Orléans
  • Laurent TOUCHART _ Professeur, Université d’Orléans
  • Jean-Louis YENGUE _ Maître de Conférences, Université de Tours

Comité scientifique

  • Luca BONARDI _ Professeur, Université de Milan, Italie
  • Sylvaine BOULANGER _ Maître de Conférences, Université de Paris IV-Sorbonne
  • Jean-Michel BOURSIQUOT, Professeur, SupAgro Montpellier
  • Hugh CLOUT _ Professeur émérite _ University College London, Royaume-Uni
  • Danielle CORNOT _ Maître de Conférences, Université de Toulouse II
  • Claire DELFOSSE _ Professeur, Université de Lyon II
  • Jean-Marie DUBOIS _ Professeur émérite, Université de Sherbrooke, Québec, Canada
  • Marie-Noëlle DUQUENNE _ Université de Thessalie, Vólos, Grèce
  • IVANIRA FALCADE _ Professeur, Université de Caxias do Sul, Brésil
  • Marc de FERRIÈRE _ Professeur, Université de Tours
  • OVIDIU GACEU _ Professeur, Université d’Oradea, Roumanie
  • Jean-Pierre GARCIA _ Professeur, Université de Bourgogne
  • Hervé HANNIN _ Ingénieur de recherche, IHEV, SupAgro Montpellier
  • Corneliu IATU _ Professeur, Université Ioan Cuza de Iaşi, Roumanie
  • Olivier JACQUET _ Ingénieur de Recherche, Université de Bourgogne, Chaire Unesco « Culture et traditions du vin »
  • François LEGOUY _ Maître de Conférences, Université d’Orléans
  • Sophie LIGNON-DARMAILLAC _ Maître de Conférences – HDR, Université de Paris-Sorbonne IV
  • Paul MINVIELLE _ Maître de Conférences, Université d’Aix-en-Provence
  • Maria NIKOLANTONAKI _ Assistant professor in Enology, Université de Bourgogne
  • Jocelyne PÉRARD _ Professeur émérite, Université de Bourgogne, Chaire Unesco « Culture et traditions du vin »
  • Monique POULOT _ Professeur, Université de Paris Ouest Nanterre la Défense
  • Mickaël POUZENC _ Maître de Conférences, Université de Toulouse II
  • Michel RÉJALOT _ Maître de Conférences, Université de Bordeaux III
  • Laurent RIEUTORT _ Professeur, Université de Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
  • Eric ROUVELLAC _ Professeur, Université de Limoges
  • Raphaël SCHIRMER _ Maître de Conférences, Université de Bordeaux III
  • Hélène VELASCO-GRACIET _ Professeur, Université de Bordeaux III
  • Jean-Pierre WILLIOT _ Professeur, Université de Tours
  • Serge WOLIKOW _ Professeur émérite, Université de Bourgogne

Frais d’inscription

  • Par personne : 160 euros
  • Pour étudiant et thésard : 130 euros

Lieux

  • Université d'Orléans, Faculté des Lettres - 10 Rue de Tours
    Orléans, France (45)

Dates

  • mardi 01 mars 2016

Mots-clés

  • vin, vignoble, patrimoine, culture, architecture, œnotourisme, développement territorial, mondialisation, cépage

Contacts

  • François Legouy
    courriel : francois [dot] legouy [at] univ-orleans [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • François Legouy
    courriel : francois [dot] legouy [at] univ-orleans [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Paysages, mises en scènes paysagères, patrimoines vitivinicoles, valorisations touristiques et développement territorial », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 02 décembre 2015, http://calenda.org/349337