AccueilSéminaires de l'Unité mixte de recherche « Développement et sociétés »

Séminaires de l'Unité mixte de recherche « Développement et sociétés »

Multidisciplinary "development and societies" research unit seminars

*  *  *

Publié le mardi 08 décembre 2015 par João Fernandes

Résumé

L'Unité mixte de recherche « Développement et Sociétés » a été créée en 2008. Elle associe des chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement et des enseignants chercheurs de l'Institut d'étude du développement économique et sociale de l'université Paris 1 autour d'un projet commun : la recherche pluridisciplinaire sur les thèmes de développement dans les sociétés du sud.

Annonce

Argumentaire

La recherche de l’UMR D&S est dédiée à l’étude multidimensionnelle du développement. Ce dernier constitue à la fois un domaine partagé de réflexion (discours, représentations), un champ privilégié d’action (modèles, interventions) et un champ de confrontations croissantes (acteurs, territoires).

En mutation permanente, la question du développement a connu bien des avatars depuis les années 1990 : priorisant, tour à tour, une dimension (sociale, rurale, urbaine,…), une échelle (globale, décentralisée, locale, territoriale) ou encore une modalité (intégrée, durable, soutenable, participative). Les études sur le développement menées par les chercheurs en sciences sociales apparaissent donc, de ce fait, à la fois attendues socialement et politiquement mais pas toujours entendues.

Afin de répondre aux enjeux actualisés du développement (migrations et mobilités, conflits et ordre mondial, sécurité alimentaire et nutritionnelle, travail décent, etc.), les chercheurs de l’UMR mettent en œuvre des approches visant à appréhender la complexité des processus de dévelop-pement. Ceci implique de prendre à la fois en considération la pluralité des déterminants, l’hétérogénéité des contextes et la diversité des acteurs. De ce fait, les recherches menées le sont de manière non exclusive, à la fois qualitative et quantitative, à différentes échelles spatiales et temporelles d’analyse, et couvrent plusieurs aires géographiques. La démarche de l’équipe est multipolaire et itérative, car le projet vise à replacer chaque étude, géographiquement, économiquement, socialement et politiquement située, dans un cadre plus englobant d’analyse des changements observés et des processus en œuvre, seul à même de lui donner sens.

Ainsi, la diversité des trajectoires économiques, sociales et politiques des pays du Sud peut s’analyser comme la conséquence des interactions entre un ensemble complexe de facteurs.

  • Des facteurs structurels d’ordre interne, tels que la qualité des institutions et de la gouvernance, la cohérence des politiques mises en œuvre et l’efficience des régulations, le poids des inégalités et des fragilités, les modalités et le niveau d’insertion dans l’économie mondiale, exercent souvent une influence fondamentale.
  • Des éléments conjoncturels d’ordre externe, tels que des chocs économiques ou politiques, des aléas naturels peuvent également entrer en résonance avec des fragilités contextuelles. Les études par pays sont ainsi prises dans une perspective dynamique qui articule différentes trajectoires historiques d’entrée dans la globalisation et dans les crises. Afin de réduire le champ d’observation, une attention particulière est portée aux effets des interventions importées, comme endogénéisées, sur les sociétés et les territoires locaux.

L’UMR D&S est pluridisciplinaire, tenant pour acquis que les avancées de la connaissance sont plus rapides à travers les échanges et la coopération entre les disciplines qu’à travers l’impérialisme disciplinaire. En outre, l’incontestable dimension économique du phénomène de développement (ou de son absence) n’épuise pas la multiplicité des faits et des sens qu’il recouvre et qui lui sont associés.

Fait social total qui inclut les phénomènes économiques, sociaux, technologiques, démographiques et politiques, le développement apparaît comme un processus protéiforme qui mérite la mobilisation de multiples sources de connaissance pour l’appréhender. La collaboration et la coopération pluridisciplinaire apparaissent donc indispensables et ne résultent pas d’associations contraintes ou de juxtapositions laborieuses mais de dépassements disciplinaires traditionnellement très ancrés dans l’étude des terrains du Sud. L’un des points communs à toutes les démarches et toutes les disciplines est le souci constant de partir des pratiques des acteurs et de rendre compte de leurs logiques. Dans cette perspective, une réflexion conjointe entre économistes, sociologues, démographes, politistes et géographes est menée sur les concepts, les catégories, les référents implicites et explicites des différentes disciplines. C’est ainsi que nos postures épistémiques et nos cadres théoriques intègrent leurs différences dans une perspective critique partagée qui permet la construction de dispositifs de recherche communs.

Programme

4 novembre 2015

  • Roser CUSSÓ, Professeur de sociologie (Université Paris 1 - IEDES), Big Data et développement

16 décembre 2015

  • Krisna UK, Directrice, Centre d’Etudes Khmères - Chercheur associée de l’UMR, Le dernier bastion khmer rouge : frontière, capitalisme et coercition

13 janvier 2016

  • Hamdi AHMEDOU, doctorant (Université Paris 1 - IEDES), Citoyenneté, migrations forcées et conflits fonciers dans la Vallée du fleuve Sénégal

10 février 2016

  • Alain DESDOIGTS, Professeur d’économie (Université Paris 1 - IEDES) & Fernando JARAMILLO, Professeur (Université Rosario, Bogota), Structural change with bounded learning by doing : Some demand-side implications of income distribution for growth 

9 mars 2016

  • Hélène ROUX, Docteur en sociologie – Chercheur associée de l’UMR, Entre nouvelles normes environnementales et développement basé sur l’extractivisme : variations d’interprétations entre institutions et mouvements sociaux ruraux en Amérique centrale

13 avril 2016

  • Claire VINCENT, ATER (Université Paris 1 - IEDES), Le processus de reconnaissance des organisations de solidarité internationale issues des migrations dans les réseaux français de l’humani­taire et du développement 

11 mai 2016

  • Caroline BARBARY, Doctorante (Université Paris 1 - IEDES), Le militantisme chez les jeunes égyptiens au lendemain de la révolution du 25 janvier 2011 

25 mai 2016

  • Cibele RIZEK, Chercheur (USP-IAU, São Paulo), La politique de logement au Brésil comme politique sociale : des besoins à la fabrication de la demande 

8 juin 2016

  • Christian AZAÏS, Maitre de conférences HDR (Université de Picardie – LISE/Cnam – Paris UMR 3320), Les zones grises de l’emploi et du travail : une perspective Sud-Nord 

22 juin 2016

  • Alain COTTEREAU, Directeur d’études (EHESS/CEMS), L’ethnocomptabilité: inventer des mesures adaptées à une anthropologie de l’évaluation 

6 juillet 2016

  • Maria Adib DOSS, Doctorante (Université Paris 2 - Assas), (à déterminer)

Lieux

  • Bâtiment principal, Amphithéâtre, 1er étage, IEDES, Campus du Jardin d’agronomie tropicale de Paris - 45 bis avenue de la Belle Gabrielle
    Nogent-sur-Marne, France (94736)

Dates

  • mercredi 16 décembre 2015
  • mercredi 13 janvier 2016
  • mercredi 10 février 2016
  • mercredi 09 mars 2016
  • mercredi 13 avril 2016
  • mercredi 11 mai 2016
  • mercredi 25 mai 2016
  • mercredi 08 juin 2016
  • mercredi 22 juin 2016
  • mercredi 06 juillet 2016

Mots-clés

  • développement, société, économie

Contacts

  • Fadime Deli
    courriel : devsoc [at] univ-paris1 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Fadime Deli
    courriel : devsoc [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Séminaires de l'Unité mixte de recherche « Développement et sociétés » », Séminaire, Calenda, Publié le mardi 08 décembre 2015, http://calenda.org/349764