AccueilLes mutations de la télévision au Québec : paradigmes, contenus, genres et pratiques contemporaines

Les mutations de la télévision au Québec : paradigmes, contenus, genres et pratiques contemporaines

Chaneges in TV in Quebec: paradigms, content, gender and contemporary practices

*  *  *

Publié le mercredi 09 décembre 2015 par Céline Guilleux

Résumé

Globe : revue internationale d’études québécoises sollicite des propositions d’articles en vue de la préparation d’un numéro thématique consacré à la télévision québécoise, dans ses formes et mutations récentes. La télévision se trouve à un moment charnière de son histoire. Les sciences sociales, comme la couverture médiatique, lient ce contexte à diverses thèses apocalyptiques, de révolution, d’âge d’or, ou alors de post-télévision.

Annonce

Argumentaire

 Globe : revue internationale d’études québécoises sollicite des propositions d’articles en vue de la préparation d’un numéro thématique consacré à la télévision québécoise, dans ses formes et mutations récentes.

La télévision se trouve à un moment charnière de son histoire. Les sciences sociales, comme la couverture médiatique, lient ce contexte à diverses thèses apocalyptiques, de révolution, d’âge d’or, ou alors de post-télévision. Tant du côté de la production et des contenus que du côté des publics, un réalignement s’opère dont les manifestations sont autant de signes d’une mutation profonde de la télévision : multiplication et hybridation des formats (Nelson ; Sconce), transformation du statut culturel (Esquenazi ; Jancovich & Lyons ; McCabe et Akass ; Newman & Levine ; Winckler), bouleversement des genres et des pratiques narratives (Caldwell ; Mittell), prévalence de nouveaux modes de visionnement grâce à la multiplication et la convergence des écrans (Bennett & Strange; Jenkins ; Proulx & Shepatin), restructuration de l’offre qui se fait moins dépendante des « rendez-vous » télévisuels et des grilles-horaire (Gripsrud ; Lotz), nouveau portrait démographique des publics et nouvelles formes d’attachement (Glevarec). Cette post-télévision, selon Jean-Louis Missika, n’aurait bientôt plus le pouvoir de proposer un horizon commun faisant obstacle à l’affirmation narcissique des individualités.

Or, au fil de l’histoire récente du Québec, la médiation opérée sur le réel par la production télévisuelle a toujours constitué un moteur important de notre cartographie imaginaire, un pôle de référence commun qui a contribué à en fixer les contours. Depuis les débuts de la télévision, les diverses formes sérielles empruntées par la fiction dramatique –  au premier chef le téléroman - trônent au sommet des sondages de popularité et, en partie pour cette raison, ont systématiquement attiré le regard des universitaires intéressés par la question de « l’image sociale » (Desaulniers ; Legris ; Nguyên-Duy) véhiculée par le média. L’histoire de la télévision québécoise, sans s’y résumer, se laisse donc aussi décrire comme cette suite de mises en récit et en images fictionnelles, renvoyant toujours à la nation une image kaléidoscopique d’elle-même, un portrait qui, sans avoir à être juste, complet, uniforme ou même « réaliste », rend compte de « conformismes provisoires » (Éric Macé), ou de la façon qu’ont les publics de plébisciter une certaine représentation de leur être collectif. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Que reste-t-il des cultures télévisuelles au Québec ? Comment « prend » désormais sens la télévision dans divers espaces sociaux, culturels et identitaires de notre province?

Ce numéro thématique souhaite jeter un regard sur les nouvelles configurations de l’espace et de la culture télévisuelle au Québec au vingt et unième siècle ainsi que du statut social et culturel de la télévision elle-même. Alors que les études télévisuelles bénéficient actuellement d’un regain d’intérêt majeur dans de nombreux pays, les spécificités de la production télévisuelle québécoise demeurent peu documentées et réfléchies. Ce numéro sera ainsi l’occasion de contribuer au développement des études télévisuelles en s’éloignant de l’ « américano/anglocentrisme » encore dominant dans ce domaine et d’étudier la dimension proprement culturelle de la télévision (Williams). Plus généralement, ce numéro se veut aussi l’occasion de renouveler notre regard critique sur la centralité historique et contemporaine de la télévision dans l’institution imaginaire de la société québécoise.

Globe souhaite obtenir des textes concernant la télévision québécoise et ses multiples mutations au vingt et unième siècle. La question des mutations peut être appréhendée à l’aune du médium lui-même, tant ce qui concerne ses dispositifs, ses contenus ou ses modes de visionnement actuels, ou celle des transformations nécessaires à l’étude même de ce médium au Québec.

À titre de suggestions,  Globe souhaite obtenir des textes sur les sujets suivants :

  • La légitimité culturelle (historique ou récente) de la télévision
  • Les postures épistémologiques et les approches théoriques et méthodologique pour comprendre la télévision québécoise contemporaine
  • Les mutations des contenus de la télévision (genres, formats, pratiques narratives et esthétiques)
  • Les transformations de l’offre télévisuelle au Québec suite à l’arrivée de nouveaux fournisseurs/producteurs de contenu (Netflix Canada, tou.tv, Amazon, etc.)
  • Les transformations des modalités de spectature et de réception de la télévision dans un contexte marqué par la multiplication des écrans, des plateformes de diffusion ainsi que de l’avènement de modes de visionnement connecté
  • Les transformations de l’industrie et de l’économie télévisuelle québécoise, tant dans ses dimensions locales qu’internationales (ouverture aux marchés internationaux, importation/exportation grandissante de fictions et formats, etc.) et leurs significations culturelles
  • Les changements paradigmatiques en études télévisuelles.
  • Les études comparatives mettant en parallèle le cas du Québec et celui d’un autre territoire sont également les bienvenues.

Direction du numéro

Ce numéro thématique sera dirigé par Anouk Bélanger, professeure au département de communication sociale et publique de l’Université du Québec à Montréal.

Modalités de soumission

La date limite pour proposer un article est le 15 février 2016.

Les articles doivent être d’une longueur de 20 à 25 pages à double interligne (pour un maximum de 8 000 mots notes comprises).

L'auteur doit également joindre un résumé de 300 mots et une liste de mots-clés. Les textes doivent être acheminés à Globe, revue internationale d’études québécoises par voie électronique (contact@revueglobe.ca). Ceux-ci seront soumis au processus habituel d’évaluation scientifique par les pairs. Les auteurs sont priés de suivre le protocole de rédaction.

La publication de ce numéro spécial est prévue pour l’été 2016.

Comité de rédaction

  • Micheline CAMBRON, Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises, Université de Montréal
  • Linda CARDINAL, École d’études politiques, Université d’Ottawa
  • Daniel CHARTIER, Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises, Université du Québec à Montréal
  • Karine COLLETTE, Département de lettres et communications, Université de Sherbrooke
  • Guy LACHAPELLE, Département de science politique, Université Concordia

Comité scientifique

  • Zila BERND, Université fédérale de Rio Grande del Sul
  • Gaétane DOSTIE, Université de Sherbrooke
  • Gilles DUPUIS, Université de Montréal
  • Euridice FIGUEIREDO, Université fédérale Fluminense
  • Andrée FORTIN, Université Laval
  • Gilles HAVARD, Centre national de la recherche scientifique
  • Rachel KILLICK, Université de Leeds
  • Ingo KOLBOOM, Université de Dresde
  • Józef KWATERKO, directeur, Centre de recherche en civilisation canadienne-française et en littérature du Québec, Université de Varsovie
  • Yvan LAMONDE, Université McGill
  • Jaap LINTVELT, directeur, Centre d'études canadiennes, Université de Groningue
  • Hans-Jürgen LÜSEBRINK, directeur, Institut d'études romanes et de communication interculturelle, Université de La Sarre
  • Bill MARSHALL, Université de Glasgow
  • Carmen MATA BARREIRO, Université autonome de Madrid
  • Ursula MATHIS-MOSER, Université Leopold-Franzens
  • Jane MOSS, Duke University
  • Yoshikazu OBATA, Université Meiji
  • Yannick RESCH, Université d'Aix-en-Provence
  • Christopher ROLFE, directeur, Centre d'études québécoises, Université de Leicester
  • John Kristian SANAKER, Université de Bergen
  • Thérèse ST-GELAIS, Université du Québec à Montréal
  • Françoise SULE, Université de Stockholm

Lieux

  • École des médias, Université du Québec à Montréal C.P. 8888, succursale Centre-ville
    Montréal, Canada (H3C 3P8)

Dates

  • lundi 15 février 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • multidisciplinaire, Québec, télévision

Contacts

  • Marie Fortin
    courriel : contact [at] revueglobe [dot] ca

Source de l'information

  • Marie Fortin
    courriel : contact [at] revueglobe [dot] ca

Pour citer cette annonce

« Les mutations de la télévision au Québec : paradigmes, contenus, genres et pratiques contemporaines », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 09 décembre 2015, http://calenda.org/350101