AccueilGenre, empowerment des femmes et développement

Genre, empowerment des femmes et développement

Gender, women's empowerment and development

Terrains, théories et pratiques

Terrains, theories and practices

*  *  *

Publié le jeudi 17 décembre 2015 par João Fernandes

Résumé

Avec la Conférence mondiale des femmes de Beijing, en 1995, le genre fait son entrée dans l’agenda des institutions internationales de développement et gagne le champ de la recherche action (près de 25 ans après les premières recherches académiques sur la question et les premiers travaux d’Esther Boserup). Dans ce contexte de sensibilisation croissante aux questions de genre et d’usage croissant de l’intersectionnalité, le concept d’empowerment s’est imposé dans les instances internationales, comme dans le champ de la recherche. L’empowerment des femmes aujourd’hui est non seulement reconnu comme un objectif en soi, mais présenté par les agences internationales comme une stratégie-clé de développement, tandis qu’il continue de mobiliser les chercheur·e·s du monde académique du nord et du sud.

Annonce

Argumentaire

L’objectif de cette journée est de rassembler, toutes universités et toutes disciplines confondues, des jeunes chercheur-es (doctorant-es et docteur-es ayant soutenu depuis 2013) travaillant sur/avec le genre. Elle est organisée par l’Axe transversal genre de Paris 1 (http://www.univ-paris1.fr/axe-de-recherche/laxe-transversal-genre/).

Avec la Conférence mondiale des femmes de Beijing, en 1995, le genre fait son entrée dans l’agenda des institutions internationales de développement et gagne le champ de la recherche action (près de 25 ans après les premières recherches académiques sur la question et les premiers travaux d’Esther Boserup). Dans ce contexte de sensibilisation croissante aux questions de genre et d’usage croissant de l’intersectionnalité (Crenshaw, 1991), le concept d’empowerment s’est imposé dans les instances internationales, comme dans le champ de la recherche. L’empowerment des femmes aujourd’hui est non seulement reconnu comme un objectif en soi, mais présenté par les agences internationales comme une stratégie-clé de développement, tandis qu’il continue de mobiliser les chercheur-e-s du monde académique du nord et du sud.

Doit-on se féliciter de ce qu’une problématique longtemps invisible et silencieuse soit ainsi systématiquement promue ? Si le bilan des programmes d’empowerment mis en œuvre sous l’égide des institutions internationales reste en grande partie à faire, les recherches empiriques et les études d’impact aujourd’hui disponibles révèlent un bilan très mitigé, qui nourrit deux types de critiques aux fondements et conclusions diamétralement opposées. L’une, d’inspiration féministe, dénonce la vision restrictive du concept d’empowerment promu par les institutions. Individualisé et dépolitisé, vidé de son accent initial sur les notions de pouvoir et de domination, il devient un instrument de légitimation des politiques et des programmes top down existants qui contribuent à nourrir les inégalités dans toutes leurs dimensions. L’autre critique, issue des courants dominants, préconise un retour au paradigme « neutre », remettant en cause la valeur heuristique du concept d’empowerment en particulier, et du concept de genre en général pour comprendre la dynamique des inégalités et le processus de développement. L’objectif de cette journée est d’éclairer ces questionnements en permettant aux jeunes chercheur-e-s de revenir aux terrains d’enquête, aux théories et aux pratiques.

Parce que le consensus institutionnel qui s’est formé depuis 20 ans autour d’une acception floue du concept d’empowerment est aujourd’hui remis en cause, parce qu’il semble bien que nous soyons à la croisée des chemins entre ceux qui plaident pour un retour à la conception originelle de la notion d’empowerment comme mode de transformation radicale des rapports de domination et ceux qui plaident pour son abandon, il apparaît essentiel de revenir avec rigueur sur la définition, l’opérationnalisation et la finalité de ce concept, dans une optique pluridisciplinaire que sa multi-dimensionnalité impose.

Modalités de soumission

Les propositions de communication (résumé long et/ou article) sont à envoyer (accompagnées d’une notice précisant s’il s’agit d’une proposition de doctorant-e ou de docteur-e et, en ce cas, l’année de soutenance)

avant le 1er mars 2016

à l'adresse devsoc@univ-paris1.fr

Parmi les critères de la sélection qui sera effectuée par les membres de l’axe genre de Paris 1, nous privilégierons la diversité disciplinaire, la cohérence d’ensemble de la journée, l’originalité des propositions et des matériaux mobilisés, la rigueur de la démonstration adossée à des exemples précis et à des travaux de terrain.

Lieu de la rencontre

La journée se déroulera à l’IEDES, Pavillon Indochine, Campus du Jardin d'agronomie tropicale de Paris, 45bis av. de la Belle Gabrielle, 94130 Nogent-sur Marne

Membres de l'axe genre de Paris 1 

  •  Angela Luci-Greulich (économiste)
  •  Anne Hugon (historienne)
  •  Anne-Marie Leroyer (juriste)
  •  Armelle Andro (démographe)
  •  Christophe Genin (arts)
  •  Claire Scodellaro (démographe)
  •  Delphine Dulong (politiste)
  •  Elena Stancanelli (économiste)
  •  Elisabeth Cudeville (économiste)
  •  Fabrice Virgili (historien)
  •  Frédérique Matonti (politiste)
  •  Gaëlle Gillot (géographe)
  •  Geneviève Bührer-Thierry (historienne)
  •  Julie Verlaine (historienne)
  •  Laurence Brunet (juriste)
  •  Marianne Blidon (géographe)
  •  Marie Buscatto (sociologue)
  •  Marina Maestrutti (sociologue)
  •  Pascal Ory (historien)
  •  Patrice Brun (archéologue)
  •  Sandra Laugier (philosophe)
  •  Sandrine Lévêque (politiste)
  •  Sophie Guérard de Latour (philosophe)
  •  Sébastien Jacquot (géographe)
  •  Violaine Sebillotte-Cuchet (historienne)
  •  Virginie de Luca Barrusse (démographe)

Catégories

Lieux

  • Pavillon Indochine, IEDES, Campus du Jardin d'agronomie tropicale de Paris - 45bis av. de la Belle Gabrielle
    Nogent-sur-Marne, France (94130)

Dates

  • mardi 01 mars 2016

Mots-clés

  • genre, développement, inégalité, empowerment

Contacts

  • Fadime Deli
    courriel : devsoc [at] univ-paris1 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Fadime Deli
    courriel : devsoc [at] univ-paris1 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Genre, empowerment des femmes et développement », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 17 décembre 2015, http://calenda.org/351093