AccueilNouvelles écriture audiovisuelles interactives

Nouvelles écriture audiovisuelles interactives

New interactive audiovisual writing

Revue « Interfaces numériques »

Interfaces numériques journal

*  *  *

Publié le mercredi 06 janvier 2016 par João Fernandes

Résumé

Si le terme « audio-visuel » est ancien, utilisé pour désigner tout document utilisant conjointement l'image et le son, il a intégré de nouvelles significations en devenant « audiovisuel » à partir des années 1970, significations liées au monde de la communication, ainsi que l'explique Gilles Delavaud (2010). Polysémique, au-delà de son acception traditionnelle, il peut désigner aussi bien un domaine large englobant télévision, radio, télécommunications, cinéma, multimédia, qu'un secteur restreint aux seules chaînes de télévision. Dans ce dernier cas, il a tendance à se confondre avec la technologie de la vidéo et se trouve souvent opposé au cinéma. Si celui-ci évoque l'œuvre d'art, l'expérience esthétique, l'audiovisuel relèverait plus d'une communication médiatique « appauvrie ». L'audiovisuel offre aujourd'hui un nouveau paysage aux contours relativement flous. Le numéro 1/2017, vol. 6 d'Interfaces Numériques propose de le circonscrire en interrogeant ces nouvelles écritures audiovisuelles interactives, du point de vue de leurs modes de production, mais aussi de leurs modalités de réception.

Annonce

Argumentaire

Si le terme "audio-visuel" est ancien, utilisé pour désigner tout document utilisant conjointement l'image et le son, il a intégré de nouvelles significations en devenant "audiovisuel" à partir des années 1970, significations liées au monde de la communication, ainsi que l'explique Gilles Delavaud (2010)[1]. Polysémique, au-delà de son acception traditionnelle, il peut désigner aussi bien un domaine large englobant télévision, radio, télécommunications, cinéma, multimédia, qu'un secteur restreint aux seules chaînes de télévision. Dans ce dernier cas, il a tendance à se confondre avec la technologie de la vidéo et  se trouve souvent opposé au cinéma. Si celui-ci évoque l'œuvre d'art, l'expérience esthétique, l'audiovisuel relèverait plus d'une communication médiatique « appauvrie ».

Les innovations technologiques, à la fois des outils de production et des supports de diffusion  ont contribué par ailleurs à renforcer l'instabilité et l'impermanence du terme. L'arrivée du vidéo-disque dans les années 1980, du DVD et des caméras numériques dans les années 1990, puis dans les années 2000, la généralisation de l'internet, le développement de la vidéo à la demande, la démocratisation d'outils d'enregistrement de plus en plus miniaturisés, et enfin l'expansion des drones dans les années 2010, ont profondément modifié le statut, la forme et la place de l'image animée. En se démocratisant, l'audiovisuel est devenu omniprésent.

En rencontrant l'informatique, l'audiovisuel est devenu interactif. « La notion d'“audiovisuel interactif” », expliquent Etienne-Armand Amato et Etienne Perény, « se veut à la fois structurelle et transversale afin de cerner les fonctionnements intrinsèques, comme les rapports réciproques, entre Internet, jeu vidéo, télévision et mobiles »[2]. En effet, sous l’impulsion des outils et supports numériques ainsi que de l’internet, les propositions audiovisuelles n'ont jamais été aussi multiples, variées, hybrides, nécessitant sans doute une approche plus « intermédiale »[3], qu'interdisciplinaire. Webdocumentaires, fictions interactives, serious games, reportages immersifs,  dispositifs de réalité augmentée, environnements de réalité virtuelle, création communautaire sur le web, etc... On assiste ces dernières années à un renouvellement remarquable des formes audiovisuelles qui ouvre à l'évidence des voies nouvelles, tant pour la création, que pour l’expérience de réception.

Devenu plus ou moins ouvert, modulaire, dynamique, variable[4], navigable, manipulable –  sinon jouable, l'objet audiovisuel convoque désormais des utilisateurs, des « spectacteurs » (Weissberg, 1999), des « pratiqueurs » (Fourmentraux et Bianchini, 2007), voire même des « cocréateurs » (Jenkins, 2006). Et les écritures interactives, délinéarisées qu'il déploie induisent des modalités de création singulières. C'est ce qui explique certainement leur appréhension en termes de « nouveaux médias ». Le choix de cette  expression par le CNC, pour désigner « les œuvres audiovisuelles innovantes qui intègrent les spécificités de l'Internet et/ou des écrans mobiles dans leur démarche artistique et de diffusion »[5] est signifiant.

L'audiovisuel offre aujourd'hui un nouveau paysage aux contours relativement flous. Le numéro 1/2017, vol. 6 d'Interfaces Numériques propose de le circonscrire en interrogeant ces nouvelles écritures audiovisuelles interactives, du point de vue de leurs modes de production, mais aussi de leurs modalités de réception. Dans cette perspective nous souhaitons poser des questionnements généraux tels que :

  • Comment caractériser ces nouvelles écritures ?
  • Comment les nouvelles interfaces numériques mobilisent-elles l'audiovisuel ?
  • Comment l'audiovisuel en lui-même est-il transformé par les médias numériques ?
  • Comment écrire de l'audiovisuel pour ces médias ?
  • Quels outils théoriques permettent aujourd’hui de repenser les pratiques de création et de réception (ou consommation) des nouvelles formes audiovisuelles ?

Plus précisément, pourront notamment être questionnées :

  • les modalités de construction du récit (délinéarisation, modularité, parcellisation...) ;
  • les régimes de représentation ;
  • la transformation des postures spectatorielles (engagement, participation, immersion, mobilité...) ;
  • la spécificité du dispositif / de l'interface (interactivité, jouabilité...) ;
  • le croisement de différentes pratiques médiatiques (cinéma, télévision, jeu vidéo, web)…

Nous souhaitons que les auteurs appuient leurs analyses sur des exemples concrets, qu’ils en montrent le potentiel et envisagent les perspectives ainsi ouvertes. Un regard critique sur ces propositions nouvelles et leurs usages est souhaité, se démarquant d’une position purement technophile.

Organisation scientifique

La réponse à cet appel se fait sous forme d’une proposition livrée en fichier attaché (nom du fichier du nom de l’auteur) aux formats rtf, doc ou odt. Elle se compose de deux parties :

  • Un résumé de la communication de 4 000 signes maximum, espaces non compris ;
  • Une courte biographie du (des) auteur(s), incluant titres scientifiques, le terrain de recherche, le positionnement scientifique (la discipline dans laquelle le chercheur se situe), la section de rattachement.

Le fichier est à retourner, par courrier électronique,

pour le 15 mars 2016,

à : claire.chatelet@univ-montp3.fr et michel.lavigne@iut-tlse3.fr

Un accusé de réception par mail sera renvoyé.

Calendrier prévisionnel

  • 15 mars 2016 : date limite de réception des propositions ;
  • 15 mai 2016 : avis aux auteurs des propositions ;
  • 15 juillet 2016 : date limite de remise des articles ;
  • Du 15 juillet au 15 novembre 2016 : expertise en double aveugle, navette avec les auteurs ;
  • 30 novembre 2016 : remise des articles définitifs ;
  • 15 janvier 2017 : sortie du numéro en versions numérique et papier.

Modalités de sélection

Un premier comité de rédaction se réunira pour la sélection des résumés et donnera sa réponse le 15 mai 2016.

L’article complet, écrit en français ou en anglais, devra être mis en page selon la feuille de style qui accompagnera la réponse du comité (maximum 25 000 signes, espaces compris). Il devra être envoyé par courrier électronique avant le 15 juillet 2016 en deux versions : l’une entièrement anonyme et l’autre nominative.

Un second comité international de rédaction organisera une lecture en double aveugle des articles et enverra ses recommandations aux auteurs au plus tard le 30 septembre 2016.

Le texte définitif devra être renvoyé avant le vendredi 30 novembre 2016.

Les articles qui ne respecteront pas les échéances et les recommandations ne pourront malheureusement pas être pris en compte.

Contacts : claire.chatelet@univ-montp3.fr et michel.lavigne@iut-tlse3.fr

Interfaces Numériques est une revue scientifique publiée chez Hermès-Lavoisier sous la direction de Benoît Drouillat et Nicole Pignier.

Présentation de la revue : http://rin.revuesonline.com/ 

Membres du comité scientifique

  • Anne Beyaert Université Bordeaux 3
  • Jean-Jacques Boutaud Université de Dijon
  • Dominique Cotte Université Lille 3
  • Bernard Darras Université Paris 1
  • Maria Giulia Dondero Université de Liège
  • Jean-Pierre Jessel Université de Toulouse 2
  • Sylvie Leleu-Merviel Université de Valenciennes
  • Éléni Mitropoulou Université de Limoges
  • Sophie Pène Université Paris 5
  • Pascal Robert Elico, Université de Lyon
  • Ugo Volli Université de Turin

[1] Delavaud Gilles (2010), « Historique du terme ‟audiovisuel” », In De la création à l’exposition : les impermanences de l’œuvre audiovisuelle, Paris, Actes du colloque Archimages, pp. 25-28. http://www.inp.fr/Media/Multimedia/Colloques/Archimages10/actes-A10_complets_finalises

[2] Perény Étienne, Amato Étienne Armand (2011), « Audiovisuel interactif »,  Communications, Volume 88, pp. 29-36.

[3] Müller Jürgen E. (2000), « L’intermédialité, une nouvelle approche interdisciplinaire : perspectives théoriques et pratiques à l’exemple de la vision de la télévision »Cinémas : revue d'études cinématographiques / Cinémas: Journal of Film Studies, vol. 10, n° 2-3p. 105-134.

[4] Cf : Manovich Lev (2010), Le Langage des nouveaux médias, Dijon, Presses du réel.

[5] L'aide aux projets nouveaux médias a été instituée en 2007. Cet organisme à l'instar des chaînes de télévision publiques Arte et France Télévisions, via le pôle web pour la première et le département nouvelles écritures et transmédia pour la seconde, joue un rôle essentiel dans le développement de ces nouvelles formes audiovisuelles.

Dates

  • mardi 15 mars 2016

Fichiers attachés

Mots-clés

  • audiovisuel, numérique, vidéo, écriture, nouveaux médias

Contacts

  • Michel Lavigne
    courriel : michel_lavigne50 [at] hotmail [dot] com
  • Claire Chatelet
    courriel : claire [dot] chatelet [at] univ-montp3 [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Michel Lavigne
    courriel : michel_lavigne50 [at] hotmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Nouvelles écriture audiovisuelles interactives », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 06 janvier 2016, http://calenda.org/351868