AccueilDe l'archive au film. Du film à l'archive

De l'archive au film. Du film à l'archive

From archive to film. From film to archive

Colloque International Kinétraces 2016

Kinétraces international conference 2016

*  *  *

Publié le mardi 05 janvier 2016 par João Fernandes

Résumé

Le colloque « De l’archive au film, du film à l’archive » se propose de questionner la présence de l’archive dans la narration cinématographique. Il s’agira d'explorer la façon dont l’archive (quel que soit son support) est exploitée dans les films et devient ainsi matière cinématographique. Dans cette perspective, l'archive peut être envisagée à la fois en tant que source de l'histoire (comme objet porteur du passé, qui peut le faire ressusciter à l’écran avec des objectifs différents : illustratif, mémoriel, contextuel, etc.) et en tant que matière (comme objet d'un traitement esthétique et/ou narratif qui l'intègre dans l'écriture cinématographique).

Annonce

Argumentaire

Dans la recherche cinématographique envisagée dans une perspective historique, l’archive (film et nonfilm) est une source fondamentale. La notion d’« archive » désigne tout document, quels que soient sa forme et son support matériel, contenant des traces du passé permettant aujourd’hui de le documenter, de l’appréhender et d’en connaître certains aspects. L’archive devient ainsi un support matériel mais aussi un réservoir du « temps passé», qui acquiert une dimension historique et mémorielle dans le temps.

Dans la discipline cinématographique, la notion d’archive reste complexe à appréhender. La pluralité de significations possibles entraîne un brouillage épistémologique difficile à démêler1. De quoi parle-t-on, en cinéma, quand on parle d’« archive » ? Quelle place peut prendre une archive dans une narration cinématographique ? Quels échanges peuvent se mettre en place entre film et archive ? Comment le film façonne-t-il l’archive pour créer un récit cinématographique (documentaire ou fictionnel) ? Dans quel but le film s’empare-t-il des archives ? Comment le film devient-il lui-même archive pour documenter la narration et/ou l’histoire ? Et surtout, quels transferts sont mis en jeu dans cette pratique ?

Le colloque « De l’archive au film, du film à l’archive » se propose ainsi de questionner la présence de l’archive dans la narration cinématographique. Il s’agira d'explorer la façon dont l’archive (quel que soit son support) est exploitée dans les films et devient ainsi matière cinématographique. Dans cette perspective, l'archive peut être envisagée à la fois en tant que source de l'histoire (comme objet porteur du passé, qui peut le faire ressusciter à l’écran avec des objectifs différents : illustratif, mémoriel, contextuel, etc.) et en tant que matière (comme objet d'un traitement esthétique et/ou narratif qui l'intègre dans l'écriture cinématographique).

Axes thématiques

Nous proposons une réflexion autour des axes suivants:

- Les archives film et non-film insérées dans les films : Il s’agit d’analyser la place de l’archive au sein de la fiction cinématographique. De quelle manière intègre-t-elle la narration cinématographique du point de vue esthétique et narratif ? Dans quel but les archives sont-elles utilisées ? Nous nous intéressons à la nature des archives employées dans les films : archives non-film (lettres, archives officielles, partitions, etc.) et film (de 

fiction, d'actualités, amateurs, etc.) et à leur insertion dans un récit cinématographique, aux frontières de l'esthétique, de l'histoire, de la mémoire. En outre, l’archive filmique est parfois le sujet même du film.

- Les films d’archives ; le (re)montage ; le found footage : On inclut ici des films de tous genres qui sont réalisés exclusivement à partir d’images d’archives. Il sera également question des films de montage réalisés à partir de rushes bruts, d’archives trouvées, de film de répertoire ou d’actualité qui peuvent générer un film nouveau, documentaire ou fiction, même sans aucune fidélité au contenu réel des images. Nous nous intéressons également au found-footage dans le cas du cinéma expérimental et poétique. Dès lors, l’écriture de l’archive au cinéma répond-elle à une question esthétique ou historique ? Ces films sont-ils producteurs et porteurs de sens historiques ? Peuvent-ils s'apparenter à la démarche historienne ?

- Du film à l’archive : Nous proposons l’analyse de films situés à la frontière poreuse entre documentaire et fiction qui peuvent être considérés comme archive. Comment les cinéastes s’emparent-ils de films pour créer un récit, illustrer ou parler de l’histoire ? De même, la réalité explose parfois le récit cinématographique de fiction en offrant des moments de « vérité » avec une grande puissance documentaire pour la connaissance de l’époque du film.

- Le film comme instrument de propagande : Il s’agira ici des images de fiction qui, extraites du film original, ont servi, à travers leur remontage, de cautions du réel dans un film de propagande. Le film de fiction devient ainsi témoin biaisé du réel et par extension une archive historique falsifiée.

- L’usage des actualités filmés : Les images documentaires, tournées dans l’immédiateté d’un événement important, dont le but est d’illustrer un épisode et d’informer une audience, sont susceptibles de devenir archive historique au même niveau qu’une chronique ou un rapport institutionnel.

Nous souhaitons ainsi explorer la relation dynamique qui s’établit entre archive et film, en mettant en lumière les différents cheminements par lesquels elle peut se concrétiser. Nous proposons des sentiers de recherche étendus afin de donner l'opportunité à des chercheurs et des praticiens d’horizons divers d'intégrer la réflexion proposée et d’enrichir ainsi la pensée historique du cinéma.

Pistes bibliographiques

  • BERTIN-MAGHIT, Jean-Pierre. Le cinéma français sous l’Occupation, Paris, PUF, 1994
  • BERTIN-MAGHIT, Jean-Pierre. Une histoire des cinémas de propagande, Paris, Nouveau Monde, 2008.
  • BERTIN-MAGHIT, Jean-Pierre. Les documenteurs des années noirs, les documentaires de propagande, Paris, Nouveau Monde, 2004.
  • BLÜMLINGER, Christa. Cinéma de seconde main : Esthétique du remploi dans l’art du film et des nouveaux médias, Paris, Klincksieck, Collection d’esthétique, 2013
  • COMOLLI, Jean-Louis, RANCIÈRE, Jacques. Arrêt sur histoire, Paris, Centre Georges-Pompidou, 1997
  • DIDI-HUBERMANN, Georges. Images malgré tout, Paris, Les éditions de Minuit, 2003
  • DIDI-HUBERMANN, Georges. Quand les images prennent position. L’œil de l’histoire, 1, et Remontages du temps. L’œil de l’histoire, 2, Paris, Les éditions de Minuit, 2009 et 2010 
  • FARGE, Arlette. Le goût de l’archive, Paris, éditions du Seuil, coll. Points Histoire, 1988
  • FERRO, Marc. Cinéma et Histoire, Paris, Gallimard, 1977
  • LAYERLE, Sébastien. Caméras en lutte en mai 68, Paris, Nouveau Monde éditions, 2008
  • LINDEPERG, Sylvie. Nuit et Brouillard. Un film dans l’histoire, Paris, Odile Jacob, 2007
  • LINDEPERG, Sylvie. La voie des images. Quatre histoires de tournage au printemps-été 1944, Paris, Verdier Histoire, 2013
  • NINEY, François. L’épreuve du réel à l’écran. Essai sur le principe de réalité documentaire, Bruxelles, De Boeck Université, 2000.
  • RANCIERE, Jacques. Le destin des images, Paris, La Fabrique éditions, 2003
  • RICOEUR, Paul. La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, éditions du Seuil, 2000
  • VERAY, Laurent. Les films d’actualité français de la Grande Guerre. Paris, AFRHC, 1995.
  • VERAY, Laurent. Les images d’archives face à l’histoire. De la conservation à la création, Paris, Scérén/CNDP, 2011
  • WEES, William C. Recycled Images. The Art and Politics of Found Footage Films, New York, Anthology Film Archives, 1993

Modalités pratiques d'envoi des propositions

Le colloque se tiendra pendant deux jours à Paris pendant les 28 et 29 avril 2016.

Les propositions (2 500 signes max.) accompagnées d’une brève biobibliographie sont à envoyer à l’adresse colloque.kinetraces2016@gmail.com

avant le 31 janvier 2016.

Responsables

  • Marién Gómez (Doctorante, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
  • Lucia Miguel (Doctorante, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
  • Caroline Damiens
  • Antoine Guichard
  • Katherine Nakad Chuffi
  • Sebastien Roffat

Comité scientifique

  • Jean-Pierre BERTIN-MAGHIT (PR à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) 
  • Sébastien LAYERLE (MDC à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) 
  • Sylvie LINDEPERG (PR à l’université Panthéon Sorbonne – Paris I) 
  • Marién GOMEZ RODRIGUEZ (Doctorante) 
  • Lucia MIGUEL (Doctorante) 
  • Vicente SANCHEZ-BIOSCA (PR à l’université de Valencia, Espagne) 
  • Matthias STEINLE (MDC à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) 
  • Laurent VÉRAY (PR à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • dimanche 31 janvier 2016

Mots-clés

  • kinetraces, cinéma, archive, film, histoire, matière

Contacts

  • Lucia Miguel
    courriel : colloque [dot] kinetraces2016 [at] gmail [dot] com

URLS de référence

Source de l'information

  • Lucia Miguel
    courriel : colloque [dot] kinetraces2016 [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« De l'archive au film. Du film à l'archive », Appel à contribution, Calenda, Publié le mardi 05 janvier 2016, http://calenda.org/352088