AccueilUne lecture globale de l’événement local

Une lecture globale de l’événement local

A global reading of local events

*  *  *

Publié le lundi 18 janvier 2016 par Elsa Zotian

Résumé

Cette deuxième journée d’études prolonge notre réflexion sur « L’après-coup de l’événement » ( journée d’études du 26 novembre 2015), analysé selon une trajectoire nationale, collective ou individuelle. Nous continuons à suivre l’itinéraire de l’événement, cette fois en passant de l’échelle  locale à l’échelle globale. Comment envisager une lecture globale de l’événement local ? Ceci à partir des acteurs, des spectateurs – témoins, lecteurs  – et d’une troisième instance qui peut être l’historien, l’intellectuel, le politique, l’économiste. Dans cette mutation, interviennent également les scènes publiques internationales et les acteurs transnationaux. Comment un événement local peut-il être un levier pour redéfinir ou repenser des relations internationales, sur le plan culturel, politique, diplomatique, économique ?

 

Annonce

Journée d’étude, RENNES 2 - Équipe de Recherche Interlangues Mémoires Identités Territoires (EA 4327), Composante  REcherches sur les Espaces Hispanophones et Lusophones (REEHL)

Argumentaire

Cette deuxième journée d’études prolonge notre réflexion sur «  L’après-coup de l’événement » ( journée d’études du 26 novembre 2015[1]), analysé selon une trajectoire  nationale, collective ou individuelle, à son tour formulée par une repolitisation de lieux (Luc Capdevila, « La patrimonialisation des ex centres clandestins de détention en Argentine et au Chili »), de personnages (Véronique Hébrard, « La Faction de la Sierra (Venezuela, 1858-1859)  Un événement singulier entre mémoire et oubli ») ou par une transformation des faits en objet culturel  (la chronique, la fiction), que sont  les catastrophes naturelles  (Sylvie Koller,  « Chroniques de l’imprévisible prévisible. Comment raconter les catastrophes naturelles »), ou les faits divers (Cécile Marchand, « Sucesos y reescritura en la narrativa de Carlos Droguett »).

Nous continuons à suivre l’itinéraire de l’événement, cette fois en passant de l’échelle  locale à l’échelle globale. Comment envisager une lecture globale de l’événement local ? Ceci à partir des acteurs, des spectateurs – témoins, lecteurs – et d’une troisième instance qui peut être l’historien, l’intellectuel, le politique, l’économiste. Dans cette mutation, interviennent également les scènes publiques internationales et les acteurs transnationaux. Comment un événement local peut-il être un levier pour redéfinir ou repenser des relations internationales, sur le plan culturel, politique, diplomatique, économique ?

Les études proposées s’inscriront dans l'aire ibérique et ibéro-américaine.

[1] http://www.univ-rennes2.fr/erimit/actualites/journee-etude-apres-coup-evenement

Conditions de soumission

Toute proposition, accompagnée d’un résumé (400 mots) et d’un bref CV, devra être adressée aux responsables scientifiques de la journée

avant le 8 mars.

La journée aura lieu le jeudi 7 avril 2016 (salle E 224).

Responsables scientifiques

  • Nathalie Ludec ( Université de Rennes 2) : nathalie.ludec@univ-rennes2.fr
  • Rodolphe Robin ( Université de Rennes 2) : rodolphe.robin@univ-rennes2.fr

Lieux

  • salle E 224 - Université Rennes 2 Campus Villejean Place du Recteur Le Moal
    Rennes, France (35043)

Dates

  • mardi 08 mars 2016

Mots-clés

  • événement, global, local, scène

Contacts

  • Nathalie Ludec
    courriel : nathalie [dot] ludec [at] univ-rennes2 [dot] fr
  • Rodolphe Robin
    courriel : rodolphe [dot] robin [at] univ-rennes2 [dot] fr

Source de l'information

  • Nathalie Ludec
    courriel : nathalie [dot] ludec [at] univ-rennes2 [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Une lecture globale de l’événement local », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 18 janvier 2016, http://calenda.org/352772