AccueilLangues choisies, langues sauvées : poétiques de la résistance

Langues choisies, langues sauvées : poétiques de la résistance

Selected languages. Saved languages. The poetics of resistance

*  *  *

Publié le lundi 25 janvier 2016 par Céline Guilleux

Résumé

Ce colloque a pour objet de questionner les multiples enjeux (éthiques, politiques, artistiques et existentiels) que revêt le choix d’une langue d’écriture pour un écrivain plurilingue travaillant dans un contexte d’oppression ou de violence, ou encore dans une « zone de contact » entre différentes langues / cultures. Il s’agira d’envisager l’adoption d’une langue d’écriture comme une décision prise en toute conscience de la précarité du lien identité / langue / nation et du rapport de force qui existe entre différentes langues dans un espace-temps donné. « Sauver sa langue », de ce point de vue, c’est réchapper par l’écriture d’une violence qui menace l’intégrité de la personne. La question du choix linguistique en littérature n’a que rarement été abordée jusqu’ici sous un angle transdisciplinaire, transnational et transhistorique. L’autre originalité de la démarche adoptée est de ne pas réduire la question du choix à l’écriture en langue étrangère (exophonie).

Annonce

Argumentaire 

Choisir une langue, ce n’est pas forcément opter pour « la langue de l’autre », ce peut être aussi bien réhabiliter ou se réapproprier une langue qui vous est propre et qui, pour une raison ou une autre, vous a été aliénée. Cette réappropriation peut s’opérer dans le respect scrupuleux de l’intégrité de la langue à « sauver » (cf. Isaac B. Singer bâtissant son œuvre aux États-Unis dans la « langue des fantômes », le yiddish des juifs polonais exterminés, ou Elias Canetti continuant, une fois exilé en Angleterre, à écrire en allemand parce qu’il est juif), comme elle peut également déboucher sur une refonte linguistique radicale, si la langue en question est incorporée à une autre, plus répandue ou plus prestigieuse, de sorte à atteindre une forme d’universalité (comme c’est le cas par exemple pour le créole des Caraïbes dans l’œuvre anglophone de D. Walcott ou encore dans les œuvres francophones d’E. Glissant et de P. Chamoiseau).

En plaçant la focale sur l’articulation du choix linguistique à l’engagement, nous espérons, entre autres, parvenir à dépasser les polarisations réductrices auxquelles conduit parfois une recherche axée spécifiquement sur les enjeux identitaires et politiques (oppositions dominant/dominé, centre/périphérie, authenticité/hybridité...). L’objectif du colloque est bien de rapporter les enjeux idéologiques, existentiels et identitaires à des enjeux esthétiques, de façon à éclairer d’un jour nouveau les œuvres.

Programme

Jeudi 19 mai 2016

Logis du Roy

  • 9h30: Accueil des participants et ouverture du colloque

Conférences inaugurales

  • 10h: Lise Gauvin (Montréal): Penser/parler la langue ou des mille manières de décrire/d’écrire le réel
  • 10h30: Charles Forsdick (Liverpool): La littérature comme zone de traduction: repenser le texte interlingue
  • 11h – 11h15 : Discussion

S’approprier la langue de l’autre ou réadopter une langue aliénée : l’écriture en contrebande (1)

  • 11h15: Eva Voldřichová Beránková (Prague): Écrire contre l’oubli: les spécificités de la littérature yiddish de Montréal
  • 11h40: Katja Schubert (Paris): « Another sound »: la fin de la littérature juive-allemande and the Russian-Jewish voices in German literature
  • 12h05: Karin E. Yeşilada (Paderborn): Remembering the Armenian-Turkish Past: Literary strategies in novels by Zafer Şenocak, Karin Kaçi and Elif Şafak
  • 12h30 – 12h45: Discussion

Pause déjeuner

S’approprier la langue de l’autre ou réadopter une langue aliénée : l’écriture en contrebande (2) 

  • 14h30: Herta Luise Ott (Amiens): La place du slovène dans l’œuvre de Peter Handke
  • 14h55: Bernard Banoun (Paris): L’allemand, langue seconde ou première dans l’œuvre poétique, essayistique et romanesque de Maja Haderlap
  • 15h20: Linda Koiran (Paris): Retracer dans une autre langue: la beauté et la mort dans Anatomie d’une nuit d’Anna Kim
  • 14h45 – 16h: Discussion

Pause café

L’étranger de l’intérieur, ou la place des langues minorées dans la nation et à ses marges 

  • 16h15: Mathilde Sempé (Paris): La place de la langue bretonne dans l’ordre des légitimités culturelles : édition et institutionnalisation d’une langue régionale
  • 16h40: Cristina Ungureanu (Pitești): Le roumain: langue choisie pour un dictionnaire de terminologies sociolinguistiques
  • 17h05 – 17h20: Discussion
  • 17h20: Julie Auger (Bloomington, Indiana): Revitalisation, variation régionale et purisme dans le développement d’un standard littéraire : le cas du picard
  • 17h45: Alain Dawson (Lille): L’invention du picard: la recherche de la langue authentique comme logothesis
  • 18h10 – 18h25: Discussion

Exposition-lecture: « Labyrinthes » d’Ibticem Mostfa Louis-Thérèse: variations sur des œuvres peintes en deux langues 

À partir de 17h30: Ouverture de l’exposition au public

18h30: Lecture des « labyrinthes »: d’une langue à l’autre

Vendredi 20 mai

Logis du Roy

8h45: Accueil des participants

Trouver sa voix en situation liminale: entre le national et le continental

  • 9h: David Simo (Yaoundé): Positions contraires dans le débat sur choix de la langue d’écriture en Afrique : Ngugi Wa Thiongo et Chinua Achebe
  • 9h25: Romuald Fonkoua (Paris): Langue honnie, langue bénie en francophonie ou... des chevaux sur la langue
  • 9h50: Paula Prescod (Amiens): Le niveau de l’engagement de l’auteur antillais dans la construction du personnage créolophone
  • 10h15 – 10h30: Discussion

Pause café

  • 10h45: Cécile Girardin (Paris): Prisonnier de l’anglais et pensionnaire de l’Angleterre: l’habitat linguistique et sensoriel de V.S. Naipaul
  • 11h10: Adam Stephenson (Amiens): Langue, style et voix dans Kanthapura de Raja Rao
  • 11h35: Ernesto Mächler-Tobar (Amiens): Quelle langue parle l’Indien? Langues imposées, langues revendiquées dans le théâtre colombien
  • 12h – 12h15: Discussion

Pause déjeuner

Fabrique et légitimité de la langue, place de l’oralité

  • 14h15: Markéta Riebová (Olomouc): « What if yo were you & tú fueras I, Mister? »: Languages, Voices and Silence in the Literary Borderlands of Helena María Viramontes 
  • 14h40: Kevin Perromat (Amiens): Luis Humberto Crosthwaite: les soucis d’une langue impropre et puro border
  • 15h05: Marcos Eymar (Orléans): (Dé-)figurer la langue: Xul Solar, César Moro et la quête de la langue latino-américaine perdue
  • 15h30 – 15h45: Discussion

Pause café

  • 16h15: Katrien Lievois (Anvers): Surconscience linguistique et ironie: Kourouma, Sony Labou Tansi et Mabanckou
  • 16h40: Marilyne Brun (Nancy): Oralité et résistance dans la littérature aborigène d’Australie
  • 17h05: Sarah Gröning (Düsseldorf): Développement d’une « mémoire poétique » comme expression de résistance culturelle chez Édouard Glissant 
  • 17h30 – 17h45: Discussion

18h: Concert (chœur de chambre et piano): « Quand la musique sauve les langues »

Samedi 21 mai

Pôle Cathédrale, salle 313

  • 9h15: Accueil des participants

Le choix linguistique au croisement des genres et des types de textes

  • 9h30: Sándor Kálai (Debrecen): Langue et écriture dans la Trilogie d’Agota Kristof
  • 9h55: Milagros Palma (Amiens): L’introduction de modes de discours inédits dans un genre classique de la littérature guatémaltèque contemporaine: l’œuvre poétique d’Ana Maria Rodas  
  • 10h20 – 10h35: Discussion

Pause café

  • 11h: Fanny Martin (Amiens), Audrey Faulot (Paris): Langue répudiée, langue assumée: la mise en scène des choix linguistiques par le locuteur-narrateur dans le récit de vie
  • 11h25: Georges Bê Duc (Amiens): Zhou Zuoren et la langue de l’essai
  • 11h50: Camille Guyon-Lecoq (Amiens): Inventer une langue pour en sauver une autre: le Télémaque de Fénelon

12h15 – 12h30: Discussion

12h30: Clôture du colloque  

Programme établi sous réserve de modifications

Lieux

  • Pôle Cathédrale, salle 313 - Université de Picardie, Logis du Roy, passage du Logis du Roy
    Amiens, France (80)

Dates

  • jeudi 19 mai 2016
  • vendredi 20 mai 2016
  • samedi 21 mai 2016

Mots-clés

  • langue nationale, langue régionale, minorité, migration, exil, diaspora, exophonie, postcolonialisme, subalternité

Contacts

  • Christine Meyer
    courriel : meyer [dot] chris [at] free [dot] fr

Source de l'information

  • Christine Meyer
    courriel : meyer [dot] chris [at] free [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Langues choisies, langues sauvées : poétiques de la résistance », Colloque, Calenda, Publié le lundi 25 janvier 2016, http://calenda.org/353902