AccueilEsthétiques de l'absence

Esthétiques de l'absence

Aesthetics of Absence

*  *  *

Publié le jeudi 04 février 2016 par Céline Guilleux

Résumé

De l'ineffable aux réflexions contemporaines sur l'absence de sens, la spectralité et le post-humain en passant par les poétiques du silence et les représentations du vide, les figures de l'absence marquent l'art et la littérature de leur présence paradoxale. La question des limites du langage et de la représentation façonne ainsi l'esthétique et la pensée occidentales, et la littérature moderne, notamment depuis le milieu du XIXe siècle, accorde un statut privilégié à la figuration de l'absence.

Annonce

Vendredi 10 juin 2016 

Journée d'étude organisée par le laboratoire de doctorants OVALE – rattaché au laboratoire VALE EA4085

Université Paris-Sorbonne

Argumentaire 

De l'ineffable aux réflexions contemporaines sur l'absence de sens, la spectralité et le post-humain en passant par les poétiques du silence et les représentations du vide, les figures de l'absence marquent l'art et la littérature de leur présence paradoxale. La question des limites du langage et de la représentation façonne ainsi l'esthétique et la pensée occidentales, et la littérature moderne, notamment depuis le milieu du 19ème siècle, accorde un statut privilégié à la figuration de l'absence. La deuxième moitié du vingtième siècle a d'ailleurs vu se renforcer l'intérêt pour ce problème esthétique fondamental : la fin des grands récits dont parlait Lyotard a en effet laissé un vide intellectuel béant, et la perte, l'attente et donc l'absence manifeste du divin ont rendu problématique l'idée d'une transcendance, d'un au-delà de la représentation.

Pour autant les figures de l'absence ne sont pas de simples manifestations d'une angoisse du néant car elles impliquent toujours une dialectique qui met en jeu la présence. En effet, l'absence, à moins justement de n'être que le néant, ne peut se penser qu'en rapport à son contraire, elle est toujours absence de, négation d'une présence. Le mot même le suggère à travers son origine latine ab-sentia qui signifienon présence (d'une personne).

Le paradoxe esthétique que nous évoquions plus haut consiste donc à donner forme à ce qui n'est pas là, à créer autour et à partir d'un vide pour en faire appréhender la présence et / ou le conjurer. Il invite à examiner une grande diversité de stratégies figuratives qui s'y confrontent, à évoquer non pas une mais des esthétiques de l'absence.

Cette journée d'étude aura pour but de mettre en perspective voire de confronter certaines pratiques littéraires et artistiques issues du monde anglophone qui tentent de répondre, chacune à leur manière, au défi que constitue l'absence. Cette diversité pourra nous permettre une confrontation entre les genres, les formes et les media à travers laquelle nous tâcherons de voir en quoi l'absence peut fonder une esthétique, en quoi vides, silences et zones d'ombre sont aussi les conditions de possibilité d'un apparaître, les pauses nécessaires à l'originalité d'une syntaxe poétique ou les incertitudes qui créent l'indécidabilité de toute œuvre, relançant le désir du lecteur/spectateur et le travail interprétatif.

On peut d’ores et déjà esquisser quelques pistes de réflexion pour les propositions de communication:

  • L'écriture de la mémoire ou de la perte : autobiographie, autofiction, élégie, mémoires, écritures du trauma...
  • Les figures du spectre, représentation archétypale de la présence d'une absence.
  • Les esthétiques de la trace, reste d'une présence disparue : « ça-a-été » de la photographie décrit par Barthes, écriture fragmentaire du souvenir, peinture comme empreinte d'un geste ou d'un corps...
  • Les jeux sur l'absence des codes et attentes littéraires et esthétiques.
  • Les figures de l'absence dans les arts visuels : esthétique du sublime, du vide, absence de figuration, anamorphose comme présence incertaine.
  • Paradoxe de l'absence au théâtre, lieu par excellence de la (co-)présence : figures du vide, omniprésence de l'attente, hors-scène...
  • Ecritures des minorités invisibles et marges silencieuses qui donnent une voix aux absents et aux hors-cadre.
  • Enjeux de la réception : figure absente du lecteur/spectateur comme interlocuteur imaginaire du texte qui, paradoxalement, informe l’œuvre.

Modalités de soumission

La journée est ouverte à tous.

Les propositions seront de 350 mots maximum et accompagnées d’une courte notice bio et/ou bibliographique.

Adresse d’envoi : laboratoire.ovale@gmail.com

Langues des résumés et des communications : français ou anglais

Durée des communications : 20 minutes

Calendrier

  • Date limite de soumission : 6 mars 2016

  • Date de réponse : à partir du 14 mars 2016

Comité Scientifique

  • Bastien Goursaud
  • Elsa Lorphelin
  • Déborah Prudhon
  • Prof. Elisabeth Angel-Perez
  • Prof. Pascal Aquien
  • Prof. Alexis Tadié

Catégories

Lieux

  • Paris, France (75)

Dates

  • dimanche 06 mars 2016

Mots-clés

  • absence, langue anglaise, art

Contacts

  • Déborah Prudhon
    courriel : laboratoire [dot] ovale [at] gmail [dot] com

Source de l'information

  • Déborah Prudhon
    courriel : laboratoire [dot] ovale [at] gmail [dot] com

Pour citer cette annonce

« Esthétiques de l'absence », Appel à contribution, Calenda, Publié le jeudi 04 février 2016, http://calenda.org/355136