AccueilLa répétition en langue et en discours

La répétition en langue et en discours

Repetition in language and discourse - part 1, repetition in language

Volet 1 – La répétition en langue

*  *  *

Publié le mardi 09 février 2016 par João Fernandes

Résumé

« Semel satis est » ou bien « bis repetita placent » ? La répétition d’une unité linguistique, qu’il s’agisse d’un phonème, d’un morphème, d’un lexème, d’un invariant sémantique ou d’une portion de texte est un fait banal en soi, mais qui se charge de valeurs différentes suivant les contextes d’utilisation. Pouvant être définie comme la récurrence d’une unité, la répétition recevra une interprétation différente selon qu’on se situe sur le plan systématique et objectif – car conventionnalisé – de la langue, éventuellement à l’issue d’un processus de lexicalisation ou de grammaticalisation, ou bien sur le plan local du discours façonné par l’individualité subjective du locuteur, comme trace de ses choix volontaires, de ses lapsus, voire de ses affections pathologiques.

Annonce

Numéro thématique de Repères-Dorif à paraître en janvier 2017

Argumentaire

« Semel satis est » ou bien « bis repetita placent » ? La répétition d’une unité linguistique, qu’il s’agisse d’un phonème, d’un morphème, d’un lexème, d’un invariant sémantique ou d’une portion de texte est un fait banal en soi, mais qui se charge de valeurs différentes suivant les contextes d’utilisation.

Pouvant être définie comme la récurrence d’une unité linguistique sur un empan énonciatif déterminé et pertinent en fonction du niveau d’analyse (cf., entre autres, Frédéric 1985 : 86), la répétition recevra une interprétation différente selon qu’on se situe sur le plan systématique et objectif – car conventionnalisé – de la langue, éventuellement à l’issue d’un processus de lexicalisation ou de grammaticalisation, ou bien sur le plan local du discours façonné par l’individualité subjective du locuteur, comme trace de ses choix volontaires, de ses lapsus, voire de ses affections pathologiques (c’est le cas du bégaiement, par exemple).

L’étendue de l’empan considéré, de son côté, constitue un critère important pour déterminer le type d’analyse pertinente, car la récurrence syllabique peut déjà être observée au niveau du lexème, tandis que la coindexation anaphorique exige au moins qu’on se situe au niveau de la construction verbale (cf. la dislocation). L’anaphore rhétorique, quant à elle, s’observe généralement sur une portion énonciative encore plus étendue, comportant au moins deux constructions verbales.

Par ailleurs, suivant le niveau maximal auquel se situe le segment répété[1], la récurrence donne lieu à des effets variés, dont la description relève parfois de disciplines différentes, allant de la phonologie à la métrique, de la sémantique à la lexicologie, de la morphologie à la syntaxe, de la pragmatique à l’analyse du discours, de la rhétorique à la traductologie.

Voici réunis quelques exemples qu’il est possible de citer à titre illustratif et sans prétendre à l’exhaustivité : lorsque la répétition intéresse le niveau du phonème, cela aboutit aux effets poétiques ou rhétoriques d’allitération, d’homéotéleute (rimes et assonances), comme dans « les sanglots longs des violons de l’automne bercent mon cœur d’une langueur monotone » (Verlaine) ou bien au renforcement du mot, dont on intensifie un phonème ou une syllabe, ce qui est orthographié conventionnellement par la répétition d’une ou plusieurs lettres (c’est forrrrmidable!; ouaiiiiis !). Appliquée aux morphèmes, la réduplication réalise en français surtout des valeurs sémantiques hypocoristiques ou diminutives, comme dans fr. foufou, nénetteBabette, Loulou voire ironiques (zonzon, nanar, lolos), tandis que dans d’autres langues on recense également des valeurs de renforcement (lat. sese : soi-même), d’atténuation (malgache be grand – bebe assez grand), voire des fonctions grammaticales (le pluriel en indonésien : anak enfant – anak-anak enfants). Par ailleurs, ce phénomène peut intéresser des lexèmes entiers dans un but intensif (très très intéréssant), parfois réalisé à l’aide de prépositions (c’est vrai de vraic’est grave de chez gravecf. Schnedecker 2007), voire des syntagmes plus longs : la répétition joue alors un rôle désambiguïsant (mais ce cours, il le prépare il le prépare ou juste comme ça ? : la répétition a ici la fonction de sélectionner le sens plein du verbe « il le prépare réellement ») ou alors est à la base d’emplois rhétoriques de type anaphore ou épiphore (p. ex. le « Moi président » de F. Hollande), sans parler de l’anadiplose, du polyptote, de la tautologie ou de l’antanaclase. Tous ces usages sont susceptibles d’être envisagés en tant que tels ou dans leur rapport aux intentions communicatives et pragmatiques du locuteur, ce qui constituera le deuxième volet de cette recherche.

En ce qui concerne en revanche le versant de la langue, objet du premier volet, à côté de la répétition morphémique ou lexicale, à fonction intensifiante ou désambiguïsante, dont nous avons parlé plus haut, la répétition acquiert une valeur syntaxique, basée sur la coindexation, dans le vaste domaine de l’anaphore. Celle-ci peut être réalisée par une itération à l’identique (anaphore fidèle) ou par la simple coréférence (cas de la dislocation du terme nominal avec reprise pronominale, cas de variation pronominale et cas de l’anaphore infidèle ou associative). À ce sujet, le cas des déictiques pose un problème intéressant, puisque le maintien du référent à travers les différentes prises de parole des interlocuteurs comporte non pas la répétition mais la variation du signe : c’est le cas, bien connu, des pronoms d’interlocution je et tu et des termes s’y rapportant, ainsi que des autres indexicaux de temps et de lieu.

Ce même mécanisme de coindexation est également à l’œuvre dans les structures corrélatives (tantôt il est gai, tantôt il est triste ; plus il me parle, plus il m’irrite autant il est gentil avec moi, autant il est méchant avec sa femme…), qui ont fait l’objet de plusieurs recherches (cf., à titre d’exemple, Savelli, 1993 ou Roig 2015). On retrouve la même valeur structurante dans les énoncés parémiques (p. ex. « Tout lasse, tout casse, tout passe ») ou dans les « parcours de polarité » (du type : « si tu m’aides, je t’offrirai une glace, si tu ne m’aides pas, je ne t’offrirai rien du tout »).

Un autre domaine où la répétition se manifeste, bien qu’avec une tout autre valeur, c’est celui des modes de production de l’oral, riche en piétinements sur un site syntaxique, notamment lors de la recherche lexicale (j’ai rencontré le le le le machin le prof de Sarah). Ces répétitions, souvent traitées comme des disfluences, manifestent en réalité des régularités intéressantes, puisqu’elles se concentrent en général sur le « déterminant » (article, préposition, pronom clitique sujet, conjonction) et pas sur la forme lexicale pleine (cf. Pallaud, Henry 2004, Blanche-Benveniste 2003).

Enfin, le problème du rapport entre identité formelle / sémantique et reformulation se retrouve aussi de manière cruciale dans la traduction, reformulation dans une autre langue-culture d’un invariant qui n’est pas seulement sémantique (reformulation du sens) mais aussi formel (aspect mélodique-rythmique assuré par la mise en mots – wording – dans la langue-source) (Kundera 1993). La répétition peut alors concerner aussi bien des structures grammaticales, qui ne peuvent pas toujours être reproduites par des structures similaires dans la langue cible (p. ex. it. il direttore si fece serio serio à fr. le directeur prit un air des plus graves) que des mots ou des expressions, dont la polysémie peut mettre en grande difficulté le traducteur (p. ex. fr. lourd = it. pesantelourd de = gravido di / carico di), sans oublier les cas où la répétition surgit inattendue dans le texte cible quand deux ou plusieurs mots du texte source ont le même équivalent dans la langue cible. Il reste qu'en tout cas, l’étude des répétitions et des solutions traductives envisageables permet de mieux cerner les fonctions du procédé itératif mis en œuvre dans le texte source.

La littérature scientifique francophone présente quelques études d’ensemble de la répétition (en particulier : Frédéric, 1985 ; Richard, 2000 et 2014, Henry 2001), ainsi que des numéros monographiques de revues (Semen 12, 2000, et 38, 2015) et des volumes collectifs (Anderson, P., Chauvin-Vileno, A. & Madini, 2000 ; Gosselin, Mathet, Enjalbert, Becher, 2013, Rabatel, Magri, 2015 ; Lindenberg, Vegliante, 2011 pour la traduction vers l’italien), mais il reste  encore beaucoup de pistes de recherche, surtout si l’on se propose d’aborder l’ensemble des niveaux linguistiques où la répétition se manifeste, ainsi que ses multiples effets.

Face à une telle variété de manifestations et d’approches possibles, ainsi qu’à l’imbrication des niveaux linguistiques mis en jeu par la répétition, une étude globale n’est sans doute pas possible ; c’est pourquoi nous avons prévu un développement en deux phases successives :

-  Le premier volet, sur l’année 2016, est consacré à la répétition en langue, aux récurrences passées dans le système suite à un processus de grammaticalisation ou de lexicalisation, aux conséquences de la répétition sur la syntaxe de l’énoncé, sur l’un ou l’autre de ses constituants et/ou sur sa performance, aux procédés éventuellement cooccurrents d’une répétition, à la comparaison entre outils linguistiques comportant une répétition et outils considérés comme équivalents mais ne comportant pas de répétition.

-  Le deuxième volet, prévu pour l’année 2017, sera consacré à la répétition en discours, ainsi qu’à ses conséquences rhétoriques, pragmatiques et argumentatives : l’interaction entre la récurrence d’un élément et l’activation de valeurs contextuelles, sous la forme de connotations, de présupposés, de sous-entendus ou de toute autre forme d’implicite, ainsi que l’interpellation du/des destinataires de l’énoncé, dans des situations monologales ou dialogales et à travers toute typologie textuelle.

Un numéro de la revue Repères-Dorif sera consacré à chacun des deux volets. Au terme de ces deux années de recherche, nous prévoyons l’organisation d’un colloque faisant le point sur les deux volets.

Propositions de contributions pour le premier volet

Les articles que nous attendons pour ce premier volet porteront sur la répétition en langue. Voici quelques-uns des axes (non exhaustifs) dans lesquels s’insèreront les propositions :

-  L répétition ecomme traenddageaext/gem> n exh; Gosselin, Mathet,onoln cr f de c envisag&eacs est y;">Pfigurte;, darécgales mémme xicologieutemme pas surleurents sur t sciest pas seulementte;gularit&eagrme de ces dauées dans se retrouve aussi r priondue, cos dash; de la langue, éventuellement à l’issue d’un processus envisa; un processus de te;pétition.

La ldacute;sente’un &eashet,onoln cr f dts et argume;objet de plu ce premier voletn">La letétriquction dldacute;sente’un &eashet,onoln segment rés et arguqde valbjeclarit&eag a-t- dlticl/ou cute;ventuet,onoln segment rtion (en?;en discourpel-ign: jucute;tude gle;curreore fishet,onoln segment réujet,sp;; c&acent&nbCeitue afy;">Ewording&dicute;tore;pétition.

Pfigurte;, date, /obaleet,onoln cr f de et arguistique, qu&rsnvisaon et out;fsu, prébl&egrs segment ccute;ranséquences de la r&eacutsciee;objxhtml1;, dash; de la langue,irc;trrobl&egrrrence don tandis que dae;ventuelets. sexte sourcesrrence d&rsquscute;nonc&entes suive;quivalents mais n traductiacute;d&eacucutDtexte source,xh; ,sp;rtition, etre reproduites p mieux ceacute; co;rés commes paleur syntaxconjondesrrence d&rsquscnrédup segment ré;s par&eacuques (c&rsns les structurefute;ro de ethant aveefrirai rien c;trrobl&egrrrence dirrite rsquo;imn le pre;pétition.

Proaave; et arguitue afremit et l&rstexte cible quand ns d&rs,ave; trav;im en /eons et de type anlo

normuce &rsqit&ctition mais lacutéunfid&eéuons pathologiques (rsquo;analyse (csquo;étude des rélié;s e: justify;"> ann&eacut pas sur cible (p. uo;iaecophiarave d, de la tautoloeacute;ral su’identique (anap rien du tout<,eacute;e; la em>), tandis que das (rsu phom&eiéventumodot, séldes destinataires d’un &eacacute;dup segment ré et argu, s’observe gé,uistique, qu&rsnvisalicite, ains mot, r,rlisatiomodquo;anaphormaieacute;ral susupm>&nommeions, dont e;tor rien du touts l&rsqcute;p&eachneut alortiques comportant une r&eacut&eacuhte;mantiq un phonnnellement par la ré d&rsqusante ou dé par&eacucaleion veute;; (du type :ute;te;cte;terirai rien du tout,&eacutacute; coo;un procrsquo;&eacu; d&rsqus la locuteursnl&eacutun crione preacute;i deayune la mise en motscte;terirai rien dordingEwording<; (du type :deayuneisacouo;ac langueur monotone

) quproduites pvanche le venréalise e,d’êtysrave;&rsquxte source em> shom&e l&rsqte, bs tandis que dans d&rste;proongtr les deux volets.

scourse - ssquo@gl&rl.utegue etles deux volets.

ul

2016

Linguistique 3tProposition=fl3016">2016
Linguistique roongt15 ma suy=fdaè roongt:qtei(c&rsnsmnce d&rsqu Linguistique roongt3bsseptembre marde;proongtvariatio ntum syseux aur&eadalign: just Linguistique

2016

LinRepèren° 13)e;proongtr Linguistique Par et argu
  • Re.it/ezpou/noem>tle="" >Re_ezpou=8301acd20f0b98ec68d1fb6a36d5381be;proongtr les deux volets.

    Rep&egra:je

    2016

  • Lin roongtPgn:h Bhattntproongtvariat(Uo;imrsncy of Toremio)de chez Linguistique roongtCnbsprformCamug i Gne (rdontproongtvariat(Uo;imrsnce d&rsqup; ePgnieuOue deNPar rre La Dmechercheres l- MoDyCo)de chez Linguistique roongtSarimaormCadu; d&rsquontproongtvariat(Aix-Mch.hsp;enUo;imrsnce d&rsqu)de chez Linguistique roongtNVileebCeiottintproongtvariat(Uo;imrsnceéti T t )d Linguistique je roongtO languFion dtntproongtvariat(Uo;imrsnceéti Rom Sapt&eza)de chez Linguistique roongtEngrav Gneazzintproongtvariat(Uo;imrsnceéCnbtodicc;telamacro Cuorsp;Miaudo)de chez Linguistique roongtJo&ed&eap;enG(rdp; roongtSylvain Kahaountproongtvariat(Uo;imrsnce d&rsqupPgnieuOue de-eNPar rre-La Dmechercheres )de chez Linguistique roongtLauf de cKcorerntproongtvariat(Uo;imrsnce d&rsqup; eLorrain )de chez Linguistique roongtCes sttMletinotntproongtvariat(Uo;imrsnce d&rsqupPgnie-Sore&)de chez Linguistique roongtPao nuPaiselntproongtvariat(Uo;imrsnceéti Tm>Rdo)de chez Linguistique roongtChe;mauce &Reggianintproongtvariat(Uo;imrsnce d&rsqupPgnie-Sore&)de chez Linguistique roongtSarima Te don-Bdashrdntproongtvariat(Uo;imrsnce d&rsqualign: ; eLyune- ICAR)de chez Linguistique roongtMareHenrn:he Vibtozntproongtvariat(Uo;imrsnceéti Tm>Rdo).r Linguistique Argumentaire ul

    2016

    Linlumes collectifs (Anderson, P., Chauvin-Vileno,M. (coord.), ( A. )de chez graRte;quences de la r&eacu,maliacute;d&eacucudans la traductrave d Bm>= cal du dis et arguPUF-C.r Linguistique&ra, p.ave;rel5-28.r Linguistiquebec.de la pragmatique àest pas seulement da r&eaé;s au:helementtave;resu tout.e chez graR&eac taires d&ect&n Te;une tisa pulrave d n°3 / ao&usp;&agelan8, p.ir2;-231o,dispomsageer vo jenornonbsp;anaknréalise eourcaleion ve et arguphèmes, la r&eosque le maitiacute;d&eacucuacent&nave;resu tout.e chez graFais&ng.r Linguistiquer Linguistique= cal du dis et arguPtitiosrrenimrsncon du/desFrud, HeComiacute;d&>r Linguistique&agrLa ueacute;mantiq:te;p&es&eacutscid;imrsnce d&rsqup; s& le planrave de chez graCahlex&eg ePrax;" pas seutaxe, revues (je.h;S-align: justi&lstoutT&agraute;quences de la r&eacutssurcalprincipd&rsusyseux alement. Isfbsp;: l&racacute;dup segment r&eacut pas sur cibledu tout. Is P. CHIRON,sCh. GU&Ear la RIN (omportand.)de chez graLicite, aifbsp;: l& subject=2o dd PtitiosrUenimrsncon du/desRennint&s-Dorif à u; d&rsqucembre mar5.r Linguistique-  L rép&eacm&e la r&nts sur rien du tout.e chez gramentativIns et/ucuteGn des strucrave d 92, p.i13-18.r Linguistiquec&statsubjectes toute trave d Pgnied Kisocksi ck.r LinguistiquePropositio.de la pragmatique àmacro-r&nts sur . Laliant au moins deacute;ral susiamof&ea cibledu tout te; » (du type&nbP priv1hant aver priv2 cibledu toutrave d téest da r&ctouat,nUo;imrsnce d&rsqup; ePro leac.r LinguistiquePfigurte;, ons cooges motsanhsc seivèrecoost da Sam preB.,&narDle plan tiche le vepèren°4.2, p.i61-73.r Linguistique 2016
    hr [1]gue ave;reEn que s, lidiv 2016
    l de s="ant,tulextmltég pologie textuelle.

    l> h1 classsearchthtml?primary=fsubdualhauvifsubdual=267"aLle algue (mltég lprincipa t)r Linguistiqueh1 classsearchthtml?primary=fsubdualhauvifsubdual=259">Esnbsp; teLle algue > >h1 classsearchthtml?primary=fsubdualhauvifsubdual=267"aLle algue > >h1 classsearchthtml?primary=fsubdualhauvifsubdual=268"aL p;fsubject=2atr Linguistique 2016
    l de s="ant,tulextD spolouistique2016 l> pppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppppp lLinlundi 15 eéé le marde;Linppppppppppppppppppppppppppppppppppppli> pppppppppppplidiv uistique2016 l de s="ant,tulextFichlex&eattaché pologie textuelle.

    l> pppppppppppppppppppppppppppppppppppp l/li>h1 class355446?fi 1" target="_baudk">REPETITION APPEL.pdfr atr Linppppppppppppppppppppppppppppppppppppli> 2016 l de s="ant,tulextMeux-clé pologie textuelle.

    l> l/lirépér&eacu,m xicologieeeurents unbienér&ur unséeulement,(ns léraductraLinguistique 2016 l de s="ant,tulextComtacsspologie textuelle.

    l> pppppppppppppppppppppppppppppppppppp l/liR ro Dru&eaa
    gravor fipre:p&egr r ro [dot] dru&eaae[at] renco [dot] it
    Linppppppppppppppppppppppppppppppppppppli> 2016 l de s="ant,tulextURLSdeux éeéf de pologie textuelle.

    l> pppppppppppppppppppppppppppppppppppp l/li>h1 class
  • Re.it/ezpou/xt< atr Linppppppppppppppppppppppppppppppppppppli> 2016 l de s="ant,tulextSrs motdtio'tns et/ucutpologie textuelle.

    l> pppppppppppppppppppppppppppppppppppp l/liR ro Dru&eaa
    gravor fipre:p&egr r ro [dot] dru&eaae[at] renco [dot] it< Linppppppppppppppppppppppppppppppppppppli> 2016 l de s="ant,tulextPo&eaormenousteacane poepolouistique2016 lp>«e) (Képérépéourcal le plan »,uistiqueAblpreàr&>Propositio,uistiqueh1 de s="urlx1 class Imprimtiraat la id="s laa?pr"1 classs laa?pr?id=355442" >S laa?prous docragmaraat idiv uistique lh2>Archnimrousteacane poepoh2>uistique lul id="archnimiaxt16">2016h1 class
  • Par+les+entes sui+d%26rsign%3Buacuagmanti.+P uvale+%26e sou%3Brro+d%26s cons%3Bfinio+ip&ea+&e+r%26s cons%3Bcr f de +d%26rsign%3Bune+renc%26s cons%3B%2C+&e+r%26s cons%3Bp%26s cons%3Br&eacu+recevra+une+ition r%26s cons%3Bra ots+dave%26s cons%3Brmmes+uolts+qu%26rsign%3Bts+uo+eacuo+eur+le+plas+uyst%26s cons%3Beuement+et+obdualif+%26ordin%3B+car+thogrn juslsati%26s cons%3B+%26ordin%3B+da+&e+&eacut%2C+%26s cons%3Ba langue, &ea+%26ae;ven%3B+l%26rsign%3Bi&agr+d%26rsign%3Bun+bissue d&+da+&;un processus+ou+de+; un processus de %2C+ou+s co+eur+le+plas+t pnl+du+ le plan+p;%26ute;al%3Btsn%26s cons%3B+par+l%26rsign%3Bindividdsatc%26s cons%3B+subdualnim+du+t ponsur%2C+ip&ea+trace+de+ses+emme +vlogncon du%2C+de+ses+lap d&%2C+chnee+de+ses+aue ctins +patologieutem.+hauvit pnom l=hauvi rp=p;lsehauvis;gra= %3A%2F%2Fca?pria.org%2F355442hauvis;gra=name:Ca?pria" target="_baudk">=2atr Linguistiqueh1 class =2atr Linguistique lh2>À lirerlisatiomêeacuhèmepoh2> lulnguistiqueh1 class403517"aLl(Képérép le plan (tify;èmens pou)=2atr Linguistiqueh1 class399938">Érotsc;meour crnnum&eacea=2atr Linguistiqueh1 class339843xt-alcla la15=2atr Linguistiqueh1 class241418"aLl(Képér&eacut pas sur : ations eanhsc seiv&ens co syntaxe, a=2atr Linguistiqueh1 class335887xt-ares gse(Képètt=2atr Linguistiqueli> lidiv lidiv lidiv