AccueilLes matinales de l'Institut francilien recherche innovation société (IFRIS) (2016)

Les matinales de l'Institut francilien recherche innovation société (IFRIS) (2016)

Morning conferences at the Institut francilien recherche innovation société (IFRIS) (2016)

*  *  *

Publié le lundi 08 février 2016 par Céline Guilleux

Résumé

L’Institut francilien recherche innovation société (IFRIS) est heureux d’annoncer le programme 2016 de ses matinales, avec le soutien du Conservatoire national des arts et métiers. Conçus comme un lieu de débats et de confrontations d'idées autour de résultats de recherche et de publications récentes, ces rendez-vous mensuels seront l’occasion de rencontres privilégiées, et parfois inattendues, entre les chercheurs de l’IFRIS et différents types d’acteurs (académiques, journalistes, responsables de l’administration, membres de la société civile, ...).

Annonce

Présentation

L’Institut francilien recherche innovation société (IFRIS) est heureux d’annoncer le programme 2016 de ses matinales, avec le soutien du Conservatoire national des arts et métiers. Conçus comme un lieu de débats et de confrontations d'idées autour de résultats de recherche et de publications récentes, ces rendez-vous mensuels seront l’occasion de rencontres privilégiées, et parfois inattendues, entre les chercheurs de l’IFRIS et différents types d’acteurs (académiques, journalistes, responsables de l’administration, membres de la société civile, ...).

Programme

D'autres séances seront prochainement annoncées.

Jeudi 18 février 2016,

  • autour de l’ouvrage "Repenser l’action publique en Afrique" 

de 9h00 à 10h30

L’action publique contre le sida en Afrique constitue un archétype de mobilisation politique et sociale multi niveaux. D’inspiration internationale et portées par des standards pour la mise en œuvre des recommandations supranationales, les politiques publiques au plan national montrent la réalisation différentielle de « politique publiques » dont la définition, l’émergence et les orientations ne devaient rien, au départ, à des mobilisations nationales.

Ces « modèles dissonants » de politiques publiques se fondent sur une approche comparative, entre plusieurs pays, à partir de variables épidémiologiques, sanitaires et politiques. Cette comparaison met en lumière l’acuité du rôle de l’engagement politique au plan international et national, au-delà des données épidémiologiques et de la diversité géographique des situations étudiées. Les quatre types de mobilisation politique proposés tiennent compte de la profondeur historique des politiques publiques des pays dont l’analyse permet une sociologie politique de l’Etat en Afrique. Soumis à des directives internationales et à des aléas globaux similaires, ils montrent des trajectoires historiques qui en disent autant sur les réponses à une pandémie que sur la manière avec laquelle ces Etats reconstruisent l’ordre international dans lequel ils se meuvent.

Ainsi, en abordant la question de « la gouvernance du sida », ce travail souligne le poids des organisations internationales, de la coopération bi et multilatérale dans la gestion des affaires publiques internes aux Etats, auxquels s’associent des « sociétés civiles » du Nord et du Sud. En comparant cet enchevêtrement transnational d’acteurs, d’un sous-secteur de la santé à l’autre (sida, tuberculose, paludisme), puis d’un secteur à l’autre (santé, éducation, biodiversité), cet essai propose « une matrice de l’action publique en Afrique ».

Cet outil d’analyse innovant permet de distinguer, pour chaque action publique, le niveau d’acteurs où se situe le levier ou les curseurs les plus décisifs. C’est une contribution scientifique et politique originale, à la compréhension de l’Afrique contemporaine en action.
L’ouvrage qui sera discuté lors de cette matinale réunit des textes sur ce régime des promesses technoscientifiques.

Après une présentation du livre par Fred Eboko, chercheur à l'IRD, directeur adjoint du CEPED, politiste et sociologue, le débat sera introduit par :

  • Maurice Cassier, Directeur du CERMES et
  • Guillaume Lachenal, Maître de Conférences, historien des sciences, à l’université Paris Diderot.

Jeudi 10 mars 2016

de 9h00 à 10h30

  • Associations et action publique

Autour des ouvrages: «Civil society, the third sector and social enterprise: governance and democracy», Jean-Louis Laville, Dennis R. Young et Phillipe Eynaud, Roultledge, 2014
et: « Associations et action publique», Jean-Louis Laville et Anne Salmon, DDB, 2015.

Les deux livres font l’objet d’une même présentation parce qu’ils constituent des productions concomitantes, en deux langues différentes, d’un niveau international réunissant des chercheurs Afrique, Asie, Amérique et Europe. L’analyse de départ porte sur le néolibéralisme comme projet politique de limitation de la démocratie et sa coexistence paradoxale avec un regain associationniste inédit sur les différents continents.

L’explication fournie par un pan de la sociologie franco-centrée consiste à affirmer que les associations deviennent un sous-secteur public facilitant le désengagement de l’Etat.

A l’inverse, l’économie orthodoxe anglo-saxonne prône un rapprochement avec les entreprises privées accentuant une professionnalisation gestionnaire. Elle dessine les contours de ce que l’on peut désigner comme une seconde vague du néolibéralisme ayant intégré un discours sur le social et proposant de nouveaux outils : social business, venture philanthropy, bottom of the pyramid, social impact bonds, …

Toutefois l’examen de la diversité des configurations associatives, quand il ne se limite pas aux tendances dominantes dans les contextes français ou nord-américain, ne peut être borné par la dénonciation d’un isomorphisme non marchand ou la promotion d’un isomorphisme marchand.

Les ouvrages mettent en évidence l’ampleur des réactions et ripostes associatives qui sortent de l’invisibilité à partir du moment où les pratiques sont abordées dans la complexité de leur quotidien. Cette attention portée aux émergences est facilitées par des ressources théoriques parmi lesquelles sont en particulier mentionnés la seconde école de Francfort (Habermas, Honneth, Fraser), le retour des communs (d’Ostrom à Coriat), le pragmatisme (Dewey), l’économie substantive (Polanyi) mais aussi les épistémologies du Sud (Acosta, Sousa Santos, Quijano, Coraggio).

Il s’agit de renforcer un dialogue entre acteurs associatifs, responsables publics et chercheurs dans la perspective proposée par Bonneuil et Fressoz, « articulant les travaux et les engagements de ces scientifiques avec ces initiatives – réflexions, luttes alternative sociotechniques – émanant de tous les secteurs de la société mondiale ».

Après une présentation des livres par Philippe Eynaud, co-éditeur de «Civil Society, the Third Sector and Social Enterprise» ; co-auteur de  «Associations et action publique» et par Jean-Louis Laville, co-éditeur de «Associations et  action publique», le débat sera introduit par :

  •  Pascal Petit, directeur de recherche CNRS, et
  •  Frédérique Pfrunder, déléguée générale du Mouvement associatif.

21 avril 2016

Une modernité pharmaceutique alternative ? Les dynamiques de reformulation de la médecine Ayurvédique en Inde

Autour de l’ouvrage: «The herbal pharmaceutical industry in India. Drug Discovery, reformulation and the market», de Jean-Paul Gaudillière et Laurent Pordié, (eds) Asian Medicine, special volume, 9-I/II.

Loin d’être les vestiges d’un passé glorieux ou les marqueurs d’une exception culturelle locale, les traditions médicales d’Asie sont aujourd’hui mondialisées.

En particulier, depuis le début des années 2000, la médecine ayurvédique indienne connaît de profondes transformations dont une des manifestations est l’émergence d’une industrie du médicament au sein d’un monde jusqu’ici exclusivement clinique. Les firmes indiennes sont aujourd’hui engagées dans une processus de reformulation des savoirs traditionnelles ayant pour enjeu la commercialisation de préparations de plantes médicinales, standardisées, prêtes à l’emploi, prenant pour cible des pathologies définies selon les termes de la biomédecine et destinées à des patients dont les liens avec le pays sont souvent ténus.

Loin d’illustrer un alignement sur la pharmacie globale, ces dynamiques témoignent de la constitution de formes originales de savoirs et de pratiques que leurs promoteurs revendiquent comme des alternatives à la biomédecine ou à certains de ses aspects.

Partant de la récente publication de The herbal pharmaceutical industry in India, ouvrage qui rassemble les résultats d’une enquête collective sur les pratiques de reformulation de la médecine ayurvédique, cette matinale discutera de ce que ces dynamiques nous apprennent que ce soit du point de vue des réponses à la crise de l’innovation pharmaceutique, des politiques contemporaines de développement et d’industrialisation ou de la longue durée des « modernités alternatives » dans le domaine de la santé.

Après une présentation du livre, le débat sera introduit par :

  • Maurice Cassier, Sociologue de l’innovation (Cermes3, CNRS), à l’origine de nombreux travaux sur le médicament, en particulier sur le développement des génériques dans les divers Suds.
  • Anne-Marie Moulin, Philosophe et historienne des sciences (Sphere, CNRS), ancienne directrice du département sciences sociales de l’IRD, spécialiste de l’histoire des médecines entre Orient et Occident.
  • Mina Kleich, Historienne des sciences (Ceped, IRD), auteure de travaux importants sur les savoirs traditionnels en Amérique Latine, les pratiques de bioprospection et les politiques de développement. (sous réserve de confirmation)

26 mai 2016

Peut-on auditer les algorithmes

Autour de l’ouvrage: «A quoi rêvent les algorithmes», de Dominique Cardon, sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et professeur associé à l’université de Marne-la-Vallée (LATTS).

À travers le classement de l’information, la personnalisation publicitaire, la recommandation de produits, le ciblage des comportements ou l’orientation des déplacements, les méga-calculateurs sont en train de s’immiscer, de plus en plus intimement, dans la vie des individus. Or, loin d’être de simples outils techniques, les algorithmes véhiculent un projet politique. Comprendre leur logique, les valeurs et le type de société qu’ils promeuvent, c’est donner aux internautes les moyens de reprendre du pouvoir dans la société des calculs.

Après une présentation du livre, un  débat sera introduit sur la manière de procéder à un audit informatique, sociologique et juridique des algorithmes par les intervenants invités :  

  • Bilel Benbouzid, Maître de conférences, responsable du Master 2 : Etudes Numériques et Innovation - NUMI, Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés (LISIS), il présentera son travail «Auditer les algorithmes de prédiction du crime: le cas de Predpol ».
  • Hubert Guillaud,Rédacteur en chef d’InternetActu et responsable de la veille à la Fondation Internet Nouvelle Génération (Fing), il présentera le projet de son groupe de travail « NosSystèmes ».
  • Judith Herzog, Conseil national du numérique

Lieu :
 
Attention changement de lieu pour cette Matinale
Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM)
Amphithéâtre Abbé Grégoire  (accès)
292 rue St-Martin - 75003 Paris
(Métro Arts-et-Métiers ou Réaumur-Sébastopol, lignes 3, 11 et 4 )

Inscription

L’inscription est obligatoire : georgia.prountzou@u-pem.fr

Accès

Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM)
Salon d’honneur (accès 37.1.50)
2, rue Conté - 75003 PARIS (Métro Arts-et-Métiers, lignes 3 et 11)
Plan d'accès

Lieux

  • Salon d’honneur (accès 37.1.50) | Amphithéâtre Abbé Grégoire - 2 rue Conté | Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) 292 rue St-Martin
    Paris, France (75003)

Dates

  • jeudi 18 février 2016
  • jeudi 10 mars 2016
  • jeudi 21 avril 2016
  • jeudi 26 mai 2016

Mots-clés

  • Sida, gouvernance, santé

Contacts

  • GEORGIA PROUNTZOU
    courriel : georgia [dot] prountzou [at] u-pem [dot] fr

Source de l'information

  • GEORGIA PROUNTZOU
    courriel : georgia [dot] prountzou [at] u-pem [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Les matinales de l'Institut francilien recherche innovation société (IFRIS) (2016) », Cycle de conférences, Calenda, Publié le lundi 08 février 2016, http://calenda.org/356280

Archiver cette annonce

  • Google Agenda
  • iCal

À lire sur le même thème