AccueilLa chevalerie en représentation

La chevalerie en représentation

Chivalry in representation

*  *  *

Publié le mercredi 17 février 2016 par Céline Guilleux

Résumé

L’image galvaudée d’un Moyen Âge noir, emprunt de malheurs en tout genre, encore persistante de nos jours, tend à montrer une certaine immobilité, aussi bien intellectuelle, sociale et économique que politique et culturelle. À en croire cette représentation, nombre de pratiques dites « moyenâgeuses » renvoient inévitablement à cette période pensée comme rude et austère. C’est cependant oublier le goût des hommes et des femmes du Moyen Âge pour les festivités, les réjouissances et les moments d’union avec tel ou tel souverain, telle ou telle ville. Le colloque aura lieu le 19 avril 2016.

Annonce

Argumentaire

L’image galvaudée d’un Moyen Âge noir, emprunt de malheurs en tout genre, encore persistante de nos jours, tend à montrer une certaine immobilité, aussi bien intellectuelle, sociale et économique que politique et culturelle. À en croire cette représentation, nombre de pratiques dites « moyenâgeuses » renvoient inévitablement à cette période pensée comme rude et austère. C’est cependant oublier le goût des hommes et des femmes du Moyen Âge pour les festivités, les réjouissances et les moments d’union avec tel ou tel souverain, telle ou telle ville.

S’il est vrai que la plupart des fêtes sont l’apanage de l’élite sociale qu’incarne la noblesse, la bourgeoisie et voire même les ecclésiastiques ; elles constituent des témoignages précieux pour la connaissance de cette époque et de son organisation. Tournois, joutes et pas d’armes, bien que nobiliaires ou haut-bourgeois, sont des événements réunissant un ensemble de personnes représentatif de la société médiévale. D’après Roger Caillois, les jeux, notamment agonaux, sont des moments à part, « hors du temps » quotidien. Ils incarnent une réponse formidable à un besoin ludique dont l’ensemble des catégories sociales se nourrit et dans laquelle elles puisent leurs forces pour dépasser une réalité souvent difficile.

Cette journée aura à cœur, par une approche aussi bien internationale que pluridisciplinaire, d’étudier de plus près les divertissements chevaleresques, qu’ils relèvent du militaire (tournois, joutes…), du politique (mariage, traités…) ou autre, comme des moments essentiels pour la structuration de la société médiévale, et plus particulièrement dans les sphères nobiliaires.

Le but de cette journée d’étude est de faire se rencontrer à la fois des jeunes chercheurs (doctorants, jeunes docteurs) et des spécialistes dans ce champ de recherche afin d’apporter à la fois une base de travail faisant consensus et d’offrir l’opportunité de présenter de nouvelles approches en la matière. Toute proposition, qu’elles soient, ou non, en lien direct avec le sujet proposé sont les bienvenues. Le libre choix est laissé aux intervenants d’aborder d’autres thèmes que ceux proposés dans la liste suivante:

  • histoire politique et diplomatique dans les principautés et royaumes de l’Occident médiéval
  • histoire culturelle et sociale du Moyen Âge
  • histoire du vêtement et des bijoux
  • histoire des femmes/du genre
  • histoire littéraire : littérature religieuse ou profane, en prose ou versifiée

Les interventions des jeunes chercheurs seront suivies de celles de Torsten Hiltmann (Münster), Jacques Paviot (Paris-Est Créteil) et Jayne Wackett (Canterbury).

Modalités de soumission

Les langues de travail seront le français (de préférence), l’allemand et l’anglais. La maîtrise active d’une de ces langues et la maîtrise passive des deux autres est requise.

L’appel à candidature s’adresse aux historiennes et historiens, ou relevant d’autres disciplines, en doctorat et au-delà. La candidature doit comprendre une brève présentation de la communication de 30 minutes envisagée (max. 350 mots), une lettre de candidature (précisant les connaissances de langues) ainsi qu’un CV universitaire. Une publication des interventions de l’atelier est envisagée. Les frais de voyage des intervenants et intervenantes seront remboursés, l’hébergement pour deux nuits peut être pris en charge.

Cette journée d’étude s’inscrit dans une dynamique de recherche instituée par le groupe de recherche de l’Institut historique allemand « Jeux et compétitions dans la sociabilité médiévale ». Pour tout renseignement complémentaire, merci de contacter Guillaume Bureaux (gbureaux@dhi-paris.fr)

Les candidatures sont à envoyer, jusqu’au 15 mars 2016 inclus

en un seul fichier PDF à l’adresse ci-dessus en indiquant l’objet « Chevalerie en représentation » à gbureaux@dhi-paris.fr.

Le colloque aura lieu le 19 avril 2016.

Comité scientifique

  • Guillaume Bureaux (IHA/université de Rouen),
  • Vanina Kopp (IHA) et Rolf Große (IHA)

Lieux

  • Institut historique allemand, 8 rue du Parc-Royal
    Paris, France (75003)

Dates

  • mardi 15 mars 2016

Mots-clés

  • chevalerie, ordre social, diplomatie, Occident

Contacts

  • Dunja Houelleu
    courriel : dhouelleu [at] dhi-paris [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Dunja Houelleu
    courriel : dhouelleu [at] dhi-paris [dot] fr

Pour citer cette annonce

« La chevalerie en représentation », Appel à contribution, Calenda, Publié le mercredi 17 février 2016, http://calenda.org/356589