AccueilPassés sans traces écrites

Passés sans traces écrites

Pasts without written traces

De l’analyse historique concernant des peuples et des évènements sans documentation écrite

The historical analysis of peoples and events without written documentation

*  *  *

Publié le mercredi 17 février 2016 par João Fernandes

Résumé

La problématique centrale de la conférence est de comprendre comment les savants, les historiens et les chercheurs des sciences historiques – de l’époque moderne à nos jours – ont abordé les « passés sans traces écrites ». Nous nous intéresserons à savoir comment ils appréhendent ces passées et comment ils les reconstruisent encore aujourd’hui. Par le concept « passés sans traces écrites » nous désignons à la fois des évènements, des cultures ou encore des acteurs n’ayant laissé aucun témoignage écrit, voir pour lesquels aucun document écrit n’a été transmis ou conservé. Ce concept peut s’appliquer également à l’histoire de l’humanité avant l’apparition de l’écriture ainsi qu’à des groupes spécifiques de personnes qui n’ont, volontairement ou involontairement, laissé aucune trace écrite concernant leur culture actuelle et passée.

Annonce

Programme

Mercredi, 16 mars 2016

9h30 Section I

Chair : Thomas Maissen (DHIP)

9h30

  • Accueil par Thomas Maissen (DHIP)
  • Lisa Regazzoni (DHIP/Goethe-Universität, Frankfurt a. M.), Observations préliminaires

10h00

  • Antonella Romano (Centre Alexandre Koyré, Paris), Langues, écritures, écritures de l’histoire dans l’expérience missionnaire du 16e siècle
  • Iris Gareis (Goethe-Universität, Frankfurt a. M.), À la jonction des histoires : Le rencontre entre les traditions orales andines et l’historiographie européenne, XVIe-XVIIe siècle

11h30 Pause-café

11h45

  • Thomas Meier (Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg),  Schriftlose versus schriftliche Quellen – zum epistemologischen Verhältnis zweier Überlieferungsformen
  • Dominik Fugger (Max Weber Kolleg, Erfurt), Klios Kampf um das Goldene Horn

13h15 Pause-déjeuner

14h30 Section II

 Chair : Charlotte Bigg (EHESS/Centre Alexandre Koyré, Paris)

14h30

  • Paola von Wyss-Giacosa (Völkerkundemuseum der Universität Zürich), Genealogien visuell. Ethnographica aus der Neuen Welt und Asien als Protagonisten frühneuzeitlicher Idolatrie-Diskurse
  • Elisabeth Timm (Westfälische Wilhelms-Universität Münster), Hysterische Dinge in Bewegung : aus der Wallfahrtskapelle ins Volkskundemuseum, ca. 1900

16h00 Pause-café

16h30

  • Marianne Sommer (Universität Luzern),  The American Museum of Natural History under Henry Fairfield Osborn: How Fossils, Images, and Stories Traveled Within Science and Beyond

Jeudi 17 mars 2016

9h30 Section III

Chair : Johan Lange (DHIP)

9h30

  • Hans Peter Hahn (Goethe-Universität, Frankfurt a. M.), Ethnologie als Geschichtswissenschaft. Versuche der Annäherung und ihre Grenzen
  • Jens Jäger (Universität zu Köln),  Bilder – alternative historische Narrationen ?

11h00 Pause-café

11h30

  • Melissa van Drie (CNRS/THALIM, Paris), Les sens dans l’apprentissage médical : mettre en scène les techniques corporelles de l’auscultation (1950-1990)

12h15 Pause-déjeuner

13h30 Section IV

Chair : Florence Descamps (EPHE, Paris)

13h30

  • Monica Cardillo (Université de Montpellier 1), La tradition africaine au regard des juristes européens. Le pouvoir colonial français et l’œuvre de codification
  • Jules Joseph Sinang, (Université de Yaoundé 1), Tradition orale et Histoire de l’Afrique : A propos de l’oubli et de la censure

15h00 Pause-café

15h30

  • Nina Pollard, (Université de Strasbourg) Magalie Roucaut (Paris), Le film „Souvenirs du Louron“ : la valorisation d’un passé ouvrier sans traces écrites

 (Film à visionner lors de l’intervention. La communication sera introduite par Florence Descamps – EPHE, Paris)

18h00

  • Patrick Geary (Institute for Advanced Study Princeton), La redécouverte de l’histoire des peuples sans histoire à travers la recherche génomique

Commentaire : Jacques Revel (EHESS, Paris)

Vendredi 18 mars 2016

10h00 Section V

Chair : N.N.

10h00

  • Anne Marle Kolle (EPHE, Paris), Influence de l’immigration dans le pays thionvillois après la Guerre de Trente Ans ?
  •  Nicole Immig (Friedrich-Schiller-Universität Jena), Flüchtlinge, Vertriebene und unerwünschte Minderheiten: Zum Wiederauffinden schriftloser Vergangenheiten in Südosteuropa

11h30 Pause-café

11h45

  • Jean Claude Favin Lévêque (MNHN, Paris), Quelle place pour les guerres sans traces écrites ?

12h30 Pause-déjeuner

13h30 Section VI

 Chair : Lisa Regazzoni (DHIP/Goethe-Universität Frankfurt a. M.)

13h30

  • Associazione Askavusa (Giacomo Sferlazzo, Lampedusa et Alizée Dauchy, Bruxelles), Traces migratoires, de la décharge au musée. Le Museo delle migrazioni de Lampedusa comme pratique politique mémorielle

15h30 Débat de clôture

 Chair : Bettina Severin-Barboutie (DHIP)

Lieux

  • IHA - 8 rue du Parc-Royal
    Paris, France (75003)

Dates

  • mercredi 16 mars 2016
  • jeudi 17 mars 2016
  • vendredi 18 mars 2016

Mots-clés

  • passé sans trace, histoire génétique, auteur de l'histoire

Contacts

  • Dunja Houelleu
    courriel : dhouelleu [at] dhi-paris [dot] fr

URLS de référence

Source de l'information

  • Dunja Houelleu
    courriel : dhouelleu [at] dhi-paris [dot] fr

Pour citer cette annonce

« Passés sans traces écrites », Colloque, Calenda, Publié le mercredi 17 février 2016, http://calenda.org/356708